Chapitre 11 : Décisions

La route vers leur auberge parut plus longue que l’allée vers le Palais. Céleste marchait devant lui en ignorant comme il le pouvait Kyan. Il voulait lui parler, mais ne savait pas par où commencer. Et puis, son ami n'y mettait pas du sien. Ils étaient pour l'instant dans l'euphorie d'avoir appris que le royaume d’Aradæïa était réel, et avaient plus ou moins mis de côté leur sujet de mésentente. Ankinée n'avait posé aucune question sur leur discussion avec Zéodora, pourtant il remarquait qu'elle les regardait avec curiosité. Il était surpris qu'elle puisse autant tenir sa langue. Cette patience, était-ce quelque chose qu'ils apprenaient en tant que mège ? Où était-ce dans sa nature ?

Il valait mieux ne pas lui dire ce qu'ils savaient, cela ne ferait que la perturber. Après tout, si Pankraz était bien un Oracle, alors les livres qu'il avait écrit prédisaient son avenir, à elle, Ylaïda et Mihran. Le mieux était de ne rien dire et de faire en sorte de changer le cours des événements sans déranger les trois principaux concernés. Céleste devait maintenant garder à l’esprit qu'ils étaient de véritables personnes, et non des personnages fictifs.


 

—Au fait Zoya, s'enquit Kyan. Comment tu as fait pour entrer au palais ?!

—Et bien, répondit-elle en souriant et en haussant les épaules, j'ai fait la même chose que toi.

—Attends, tu veux dire… toi aussi, tu es passé par la trappe ?!


 

Zoya rit en hochant la tête.


 

—Comment ça ? Demanda Ankinée. Tu n’étais pas autorisée à entrer au palais ?

—Cette trappe sera connue de tous, à ce rythme là, ajouta Céleste.

—On devrait garder cette histoire secrète, suggéra Kyan. Ce serait dangereux pour le palais, et Levon voudrait la garder pour lui.


 

Tous furent d'accord pour ne plus parler de la trappe renfermant un passage secret. Cependant, Céleste garda l'information dans un coin de sa tête, au cas où elle serait utile un jour ou l'autre. L'auberge ne tarda pas à être dans leur vue. Lorsqu'ils s’engagèrent à l’intérieur, Zoya se tourna aussitôt vers Kyan et lui.


 

—Vous deux, dit-elle, vous allez vous parler face à face, et régler vos différends.

—Oui, répondit Kyan, mais là j'ai une envie pressante.

—Et là, je pense que tu mens très mal.


 

Kyan soupira en croisant les bras. Comme Céleste s'y attendait, la jeune fille saisit dans une main le bras de Kyan, dans une autre celui de Céleste, puis les tira jusque leur chambre, tout cela devant Ankinée. Cette dernière suivait la scène du regard, les sourcils haussés, mais n'avait émis aucune remarque. Zoya poussa la porte de la chambre de son pied, puis les poussa un par un à l’intérieur.

Kyan et Céleste avaient tous deux la force de pousser leur amie et de l’empêcher de faire ça, mais aucun n'avait protesté. Céleste la respectait trop, et savait pertinemment qu'elle avait raison sur ce coup là. Il ne pouvait pas se permettre de s'élever contre elle. Qu'en était-il de Kyan ? Ressentait-il la même chose ? Il pouvait en tout cas être sûr que lui non plus ne voulait pas contrarier Zoya.


 

—Vous ne quitterez pas cette chambre tant que vous ne vous serez pas réconciliés, leur dit-elle en prenant un air dur qui ne lui allait pas. Et j'y veillerai personnellement.


 

Sans leur laisser le temps de répondre, elle referma la porte derrière eux, les laissant dans cet espace limité. Kyan s'assit sur l'un des deux lits de bois, et détourna le regard vers le sol. Céleste fit de même en soupirant, sur le second lit. Il attendit d’abord que son ami prenne parole. Il fit d'abord mine de regarder un coin de la chambre, qui n’était en rien intéressante car elle était somme toute très banale. Cela prit une longue minute avant que Céleste ne dirige son regard vers Kyan.

Il croisa les yeux de son ami. Céleste haussa les épaules. Cela faisait combien de temps qu'il le regardait ?! Kyan retourna à sa première occupation, à savoir fixer le sol, cependant il comprit qu'il le faisait car il était gêné. Alors il choisit de se lancer :


 

—Kyan, j'ai bien compris que tu ne veux pas me parler, mais j'ai pas envie de passer la nuit ici sans avoir dîné avant.


 

Aucune réaction de son ami.


 

—Et puis… poursuivit-il. J'avoue, j'y suis allé un peu fort tout à l'heure. J'étais stressé, et je ne savais pas qu'Aradæïa existait vraiment.


 

Kyan releva la tête, surpris.


 

—T'es sérieux ?!

—Quoi ?

—T'es vraiment en train de me dire que tu as tort ?


 

Kyan lâcha un rire :


 

—Pourquoi ça arrive quand mon portable n'a plus de batterie ? J'aurais pu te filmer et immortaliser ce moment.


 

Céleste ne put s’empêcher de rire à son tour.


 

—Mais alors, le questionna-t-il, tu ne m’en veux pas ?

—Non. Je voulais te dire que moi aussi, j’ai fait l'idiot. J’ai été tellement têtu et idiot de vouloir faire les choses seul, sans penser à Zoya et toi.


 

Le visage de Kyan s'assombrit :


 

—Mais je voulais tellement aider Ankinéee…

—Et tu le veux toujours ?

—Ou.. oui. Pourquoi ?


 

Céleste s'approcha de son ami, puis tendit le bras pour poser sa main sur l’épaule de son meilleur ami.


 

—Parce qu'on peut le faire, Kyan. Tu as entendu ce qu'a dit Zéodora ? Le destin n'est pas scellé, personne ne peut prédire l'avenir de manière exacte. On peut encore changer l'histoire et la sauver.

—Alors tu me suis ? L'interrogea Kyan.


 

Lorsque Céleste hocha positivement la tête, Kyan s'approcha de lui et le serra dans ses bras. Il fit de même, enlaçant son ami pour appuyer cette réconciliation. Céleste sourit :


 

—Faudrait pas oublier de remercier Zoya et ses bonnes idées.


 

Ils tirent une dernière fois de cette réplique, puis Kyan se leva pour ouvrir la porte. Comme Céleste s'y attendait, Zoya était posée juste devant, appuyée contre le mur. Elle leur adressa un visage dur d'abord, puis ses traits se détendirent lorsqu'elle s’aperçut qu'ils étaient souriants. À son tour, elle sourit.


 

—Allons dîner, dit-elle avant de se retourner pour se diriger vers la partie commune de l'auberge.


 

Céleste lui emboîta le pas, la démarche détendu. Il se sentait enfin apaisé, maintenant qu'il avait mis les choses au clair avec Kyan. Ils n'avaient plus de raison de s'en vouloir, plus de raison de se disputer. Ils pouvaient aller de l'avant, tous les trois, ensemble.

Arrivés à la partie commune, Céleste vit Ankinée assise à l'une des tables. Elle sourit en les apercevant et leur fit signe de la main. Ils la rejoignirent et prirent place à ses côtés.


 

—Je vois que vous vous êtes réconciliés. Ça me rassure, je suis contente pour vous.

—Tu n'avais pas à t’inquiéter, répondit Kyan. On finit toujours par se reparler.

—Je n'en doute pas.


 

Ils entamèrent le repas dans le calme. Céleste demeurait cependant pensif. Lequel d'entre eux se rendra à Ormomble ? Kyan ne voudrait certainement pas laisser la mège seule, ou se séparer d'elle. Il avait déjà assez montré son attachement envers la jeune fille, et il ne voulait pas une nouvelle fois le pousser dans ses retranchements en lui suggérant de quitter Élégare. Qu'en était-il de Zoya ? N’était-elle aussi attachée à Ankinée ? Ou désirait-elle suivre Ylaïda ? Et lui, qu'en pensait-il ?

Il devait admettre que rejoindre la Guilde des Spadassins pouvait lui être utile. Ils étaient férus de combats, étaient agiles et pouvaient se montrer discrets. Il en avait vu un aperçu en Nao, et il ne doutait pas en mesurant son assurance que Zéodora devait être encore plus douée que sa fille adoptive. Cela représentait une opportunité pour mieux maîtriser sa rune, son élément. Et s'il y parvenait, alors il pourrait mieux aider ses amis dans leur désire d’empêcher la mort d'Ankinée.

Face à lui, la brune remuait sur sa chaise. Quelque chose la préoccupait-elle ? Céleste la regarda avec insistance, l'incitant à parler. Zoya aussi remarquait l’attitude de la mège, tandis que Kyan était encore occupé avec son assiette. Au bout d'une longue minute, Ankinée éleva la voix :


 

—J'aurais une question, si bien sûr cela ne vous dérange pas… que vous a dit Zéodora lors de votre entrevue ?


 

Le visage de la jeune fille prenait des teintes rouges alors qu'elle continuait de bouger sur sa chaise. Elle baissa la tête pour se concentrer sur son repas, ou plutôt pour masquer sa gêne. Céleste en profita pour dévisager ses deux amis, les consultant des yeux. Il leur était impossible de dire la vérité concernant les dires de la meneuse des Spadassins, ces informations étaient trop confidentielles et délicates pour les lui révéler. Surtout parce qu'elle en était la première concernée. Céleste choisit de répondre :


 

—Elle a voulu m'interroger au sujet de Nao, sa fille adoptive. Elle est assez têtue et indépendante. Elle a du remarqué qu'elle avait énervé Ylaïda.

—Je vois, murmura Ankinée.


 

Elle semblait cependant peu convaincue par cette réponse. En matière de mensonge, il pouvait mieux faire, mais il n'avait pas eu le temps de préparer une éventuelle réponse. Tout ce qu'il avait pu faire, c’était gagner un peu de temps. Ankinée pouvait mettre cette demi réponse sur le dos de la confidentialité de cet entretien, mais que pourrait bien dire la meneuse des Spadassins à trois étrangers tout juste arrivés ? Il glissa un regard discret vers ses deux amis. Eux aussi semblaient réfléchir à question.

Soudain, Zoya ajouta :


 

—À vrai dire, Céleste est très discret, il ne voulait pas le dire mais… Zéodora a décelé un certain potentiel en lui.

—Ah oui ? S'écria la mège, ravie. Tu aurais dû commencer par là. C'est une très bonne nouvelle.

—Attends, la questionna Kyan. Tu imagines Céleste, spadassin ?!

—Et bien, ce ne serait pas incompatible avec ses talents. Il est à l'aise avec son corps, il apprend vite. Je me souviens de son agilité et de sa force lorsque nous avions affronté les bandits. Je pense que le métier de spadassin lui irait bien.


 

Elle orienta ensuite son regard vers lui :


 

—Du moins, si c'est ce que tu veux, Céleste.


 

Il ne savait quoi répondre. Voilà que Zoya lui proposait indirectement de se rendre à Ormomble. Lui faisait-elle confiance ? Il échangea un regard avec Kyan, qui l’encouragea d'un signe de tête presque imperceptible. C'était à lui de suivre Ylaïda et de veiller sur elle. Il pourrait aussi apprendre à utiliser sa rune, à user de la magie avec l'aide des spadassins. Après tout, il serait entouré de personnes expérimentées, habituées aux combats et aux dangers. Il hocha la tête :


 

—Je crois que oui.


 

Il sourit en voyant Ankinée faire de même. Il comprit un peu ce que ressentait Kyan, remarquait cette gentillesse et innocence qui émanaient de la jeune fille. C’était comme une aura qui l'entourait. Comment ne pas vouloir l'aider ? Ils terminèrent le dîner en parlant de choses diverses, puis lorsqu'ils eurent fini, Ankinée rédigea un mot qui était destiné à Zéodora, témoignant de la décision de Céleste. Ils purent transmettre le message dans une enveloppe à l'aide d'un homme qui approvisionnait les auberges et tavernes de la capitale en breuvages.

Demain, il retrouverait Zéodora, Nao et Ylaïda. Ils partiront certainement le plus tôt possible pour Ormomble. Il ne savait pas à quoi s'attendre, mais l’idée d découvrir un autre lieu du royaume l'excitait. Il désirait vraiment s'y rendre. Quand ils se séparèrent pour aller dans leur chambre respective, Céleste retint Zoya en posant une main sur son épaule. Elle se retourna, l’air à la fois surpris et intrigué. Il sourit :


 

—Je voulais te remercier. Pour tout ce que tu as fait ce soir.

—Y'a pas de quoi. C'est mon rôle, je suis votre meilleure amie.


 

Ils se souhaitèrent bonne nuit, puis Céleste entra dans sa chambre avec Kyan. Sa nuit fut mouvementée, mais pas pour de mauvaises raisons. Il était trop excité à l’idée de vivre des aventures pour avoir la patience d’attendre le sommeil. D’un autre côté, il appréhendait le moment où il se séparerait de ses amis, alors que depuis le début il avait été le premier à leur recommander de rester regroupé. Mais il devait leur faire confiance. Non, en réalité, il leur faisait déjà confiance. Cela faisait plusieurs années qu’ils s’étaient côtoyés, il les connaissait comme un frère et une sœur, et savait pertinemment qu’ils pouvaient s’en sortir sans son aide.

Mais ce n’était pas un adieux. Son séjour à Oromomble ne serait pas permanent, ils finiraient tous trois par se réunir. Chacun apprendrait de son côté tout ce qu’il a à savoir, ce qu’il a à maîtriser. Aucun d’eux n’avait le même élément, les besoins n’étaient pas les mêmes. Ils n’avaient pas non plus les mêmes désirs.

L'heure de se lever était enfin arrivée. Céleste se retenait de ne pas se précipiter pour se préparer au départ. L'avantage était qu'il n'avait pas beaucoup d’affaires à emporter avec lui. Son sac fût vite prêt. Cependant, le petit-déjeuner à l'auberge lui parut être une éternité.


 

—Calme ta joie, le taquina Kyan. Tu peux au moins faire semblant d’être triste de te séparer de nous.

—Oui, ajouta Zoya, toujours sur le ton de la plaisanterie. Ça me vexe.

—En même temps, ça fait un moment que vous me cassiez les pieds, répondit Céleste avec un sourire. Ça va me faire du bien de ne pas voir vos têtes !


 

Ils rirent ensemble avec Ankinée. Cette dernière n'avait pas arrêté de lui demander s'il n'avait rien oublié de ses affaires ou s'il avait besoin de quelque chose. C’était bien son côté bienveillant qu'il reconnaissait là et qui allait bien avec son métier de mège. Il la rassurait comme il le pouvait en répétant que tout était dans le sac.

Après avoir mangé, ils quittèrent l'auberge pour se rendre au lieu du rendez-vous. Céleste sentait son cœur cogner contre sa poitrine. Il échangea quelques regards entendus avec Zoya et Kyan, ensemble ils partageaient une sorte d’appréhension face à leur séparation imminente. Au loin, il pouvait voir Zéodora, Nao et Ylaïda, au lieu du rendez-vous, près de la sortie de la capitale. Elles étaient debout, Zéodora au centre, et il sentit qu'elle avait choisi de se placer ici pour séparer les deux jeunes filles. Nao et Ylaïda ne se regardaient pas, ne parlaient pas. Il semblait y avoir une tension dans l'air.

Le voyage allait être long.


 

—Céleste, lui dit Zéodora quand ils furent près d’elles, après les salutations. Es-tu prêt ?


 

Il hocha la tête.


 

—En combien de temps serons-nous à Ormomble ? Demanda-t-il.

—Ça devrait prendre une à deux journées, répondit Nao. Ce sera un peu long, mais tu seras en bonne compagnie.

—Parles pour toi, lâcha Ylaïda d'un ton sec.

—Bon, en presque bonne compagnie, dit la spadassin en roulant des yeux.


 

Zéodora haussa la voix :


 

—Cessez cela tout de suite, toutes les deux.


 

Elle reporta ensuite son attention sur eux :


 

—Je vous prie de les excusez. Cela ne se reproduira pas en ta présence, Céleste.

—Vous n'avez pas à vous excuser, répondit Ankinée. Il est difficile de s’entendre avec tout le monde.


 

Tandis que Zéodor et Ankinée poursuivaient leur discussion, Céleste put s'isoler avec Kyan et Zoya. À sa surprise, son ami le serra dans ses bras le premier.


 

—Prend soin de toi.

—Je n'y manquerai pas.


 

Zoya le serra à son tour :


 

—Comme on ne peut pas s'envoyer de photo, je t'enverrai des tas de dessins ! Je sais que tu les aimes.

—Merci, Zoya !


 

Ils s’écartèrent ensuite, se laissant un peu d'espace pour mieux se dévisager. Céleste se concentra pour mémoriser au mieux les sourires de ses deux amis, puis tourna la tête vers Zéodora. Cette dernière avait arrêté de parler à Ankinée et l'attendait patiemment. Il vit dans son regard une lueur qui lui offrit quelque chose de bien plus humain que leur première rencontre. Il comprit qu'elle et les deux jeunes filles n'attendaient que lui.


 

—Partons, dit-il en tournant le dos à ses deux meilleurs amis pour les suivre.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Notsil
Posté le 09/01/2021
Ah ah, je pensais que Kyan resterait avec Ankinée. En tout cas, la séparation des amis commence pour mieux apprendre leurs pouvoirs j'imagine.

Zoya est un peu la mère poule des 2 têtes de mules :) Je me demande ce qu'ils vont faire, seuls, tous les 2. Ont-ils des sous, des objectifs ? Ou vont-ils chercher à voir Levon et Mihran ?
Salut Les Confi
Posté le 08/01/2021
Waouh ! Je ne m'attendais pas à ça, je savais que Kyan préfèrerait rester auprès d'Ankinée, mais que Céleste parte non vraiment pas ! Pour moi c'était Zoya la mieux placer des trois, ça aurait fait le quatuor de filles, ça aurait été amusant, mais le départ de Céleste est tout aussi bien !

Aussi, je trouve un peu bizarre qu'ils souhaitent rester à Aradëia, certes les personnes sont réels et ce ne sont pas des personnages de l'histoire, oui c'est un monde magnifique dans lequel on exerce la magie, mais ça n'empêche de rendre une petite visite à ses parents qui soi doivent être pétrifiés. Je serai à la place du trio d'amis, mes proches me manquerait et je me précipiterait illico presto les voir. Après ce n'est pas mon récit et à aucun moment je veux le modifier je te laisse donc poursuivre ton écriture. Je suis certaine qu'elle sera parfaite comme les autres.

En tout cas je ne cesserait de me répéter mais incroyable chapitre, cela fait deux jours que je dévore ton histoire et je ne m'en lasserai pas ! J'espère que plus de monde liront ton roman qui, selon moi mérite beaucoup plus. Bonne continuation, hâte que tu sortes un nouveau chapitre à bientôt !
Encre de Calame
Posté le 08/01/2021
Alors :
Pour Céleste, il part pour Ormombles avec les Spadassins car il pourra apprendre à se battre à leur manière (je n'en dis pas plus). Mais un quatuor de filles aurait été amusant aussi !

Actuellement, Kyan, Zoya et Céleste ne savent pas comment rentrer chez eux, ils sont donc obligés de continuer leur aventure dans Aradæïa pour comprendre ce qui leur arrive. C'est vrai, je ne le mets pas trop en avant, mais leurs familles les manquent.

Je te remercie encore pour tes commentaires et j'espère que tu apprécieras la suite !
Vous lisez