Chapitre 11

Notes de l’auteur : Bonne lecture !

Natt ôta ses lunettes et les posa sur les dossiers qui s’étalaient sur son bureau. La situation dans le royaume devenait critique. Les révoltes se multipliaient dans le Nord et commençaient à s’étendre dans le reste du pays. Le calme qui avait duré des siècles était sur le point d’être rompu.

Aeldor était un petit royaume, autonome de surcroît. Ses richesses lui avaient permis de mener durant de nombreux règnes une politique unilatérale, et l’omniprésence de la magie chez ses habitants avait tenu à distance les pays voisins, où elle se faisait plus rare. Les relations d’Aeldor avec le reste du monde étaient donc quasiment inexistantes.

Briser ainsi l’équilibre aurait des conséquences catastrophiques et menaçait d’attirer les pays qui lorgnaient sur le petit royaume nordique. Depuis le régicide, la situation ne faisait que se détériorer. La politique sévère que menait Adhara malgré ses conseils avait porté un coup dur à l’économie et la population perdait patience. La misère, la faim et le froid de l’hiver, particulièrement dur à Aeldor, se faisaient de plus en plus sentir.

Longtemps, le peuple s’était montré tendre avec la famille royale qui avait toujours su s’occuper du royaume. Il y a deux ans, il avait sans hésitation rejeté sa fureur sur Altaïs. Mais Natt sentait que la roue était prête à tourner. Le retour d’Altaïs bouleversait tout et quand la population apprendrait ce qui lui était arrivé, elle risquerait de basculer de son côté. Et si elle demandait des comptes à la famille royale, il était certain que celle-ci se déchirerait alors.

Natt se leva et s’approcha de la fenêtre de son bureau qui donnait sur la cour du palais. Plus bas, il aperçut Aliss et Mathéis, qui repartirait dans la matinée avec Elaran et une poignée de soldats. Pour l’heure, il s’entrainait sous l’œil attentif de sa sœur. Sans doute que ces deux-là se rangeraient à ses côtés. Il savait qu’Aliss, et son tempérament flamboyant, désapprouvait la politique de son frère aîné et si Mathéis, plus calme et plus réservé, s’intéressait moins à ce genre de choses, il n’aimait pas les injustices.

Cela rassurait Natt que le jeune homme accompagne Elaran. Il ne savait pas à quel point l’homme était responsable de la situation actuelle, mais après sa discussion avec Altaïs et le Protecteur qui l’accompagnait, il mettrait sa main à couper que leur oncle était tout sauf innocent. Depuis la mort du roi, Elaran, son frère, avait gagné un pouvoir indiscutable. Son influence sur Adhara n’était plus à prouver et il reprenait lentement le contrôle de l’armée, évinçant Natt au passage.

À tel point que les doutes de Natt ne cessaient de grandir. Car plus le temps passait et plus Natt soupçonnait que la mort de son père n’était pas un suicide. Mais Elaran aurait-il pu tuer ses deux frères ? Bien sûr, il n’avait aucune preuve, mais il se demandait si la disparition d’Altaïs n’était pas en partie liée à cela. Le jeune homme aurait-il tenté de mettre des bâtons dans les roues d’Elaran ?

 

***

 

Alexander s’étira. Le ciel au-dessus de lui avait pris la teinte dorée de l’aube.

- Tu as bien dormi ? demanda Altaïs.

- Tu as veillé toute la nuit ! s’offusqua Alexander. Pourquoi ne m’as-tu pas réveillé ?

- Je n’avais pas sommeil.

Altaïs haussa les épaules pour accentuer l’indifférente nonchalance de ses propos. Mais les cernes qui soulignaient son regard pâle disaient tout autre chose.

- Tu mens.

Le ton accusateur d’Alexander claqua dans l’air comme une gifle. Altaïs fronça les sourcils et le soldat aurait pu jurer que la température venait de chuter de quelques degrés.

- Qu’est-ce que cela peut bien te faire ? demanda-t-il très calmement.

Trop calmement. Alexander savait que cela dissimulait souvent un agacement assez prononcé chez le prince, qui était plutôt habile dans l’art de cacher ses émotions.

- Si tu es fatigué, tu seras plus vulnérable, répliqua Alexander, légèrement sur la défensive.

- Je ne me sens pas fatigué.

La voix d’Altaïs était glacée. Alexander s’apprêtait à répondre de manière virulente, mais un éclair de compréhension traversa soudainement son regard.

- Tu as peur, murmura-t-il.

- C’est faux !

- Si, tu as peur. Tu as peur de t’endormir et de revivre ce que tu as vécu.

- Arrête, siffla Altaïs.

Mais Alexander sut qu’il avait touché juste.

- Pourquoi ne m’as-tu rien dit ?

- Parce qu’il n’y avait rien à dire.

La voix d’Altaïs trembla très légèrement.

- Altaïs…

- Arrête, s’il te plaît, supplia-t-il.

Son regard se voila et il ferma les yeux, comme s’il espérait ne pas voir les images invisibles qui se déroulaient devant lui. Alexander fit un pas vers lui, mais le prince tomba à genoux. Son visage avait pâli et il semblait avoir du mal à respirer.

- Altaïs !

Alexander se précipita à ses côtés, rongé par l’inquiétude. Mais celui-ci ne semblait plus l’entendre. Altaïs flottait dans une bulle hors du temps dans laquelle il se retrouvait broyé. Il n’avait plus aucune conscience de ce qui l’entourait et ne sentait plus que son corps, glacial et brûlant. Un goût de bile envahit sa bouche.

 

Altaïs ouvrit difficilement les yeux, mais sa vision resta floue. Il faisait sombre autour de lui, la seule source de lumière, un chandelier, n’éclairait que très peu. Une chose était sûre cependant, il ne connaissait pas l’endroit où il était.

Il retint un gémissement de douleur. Il avait l’impression que sa tête était transpercée par des couteaux chauffés à blanc. Il lui était impossible de se rappeler ce qui avait pu se passer avant qu’il ne perde conscience.

Il fit un mouvement, mais celui-ci fut brusquement arrêté par les chaînes qui l’entravaient dans un cliquetis infernal. Il hoqueta de surprise quand il prit enfin conscience des bracelets d’acier enserrant ses poignets et ses chevilles.

Il fit appel à sa magie, mais celle-ci resta muette. Il eut l’impression que son sang gelait dans ses veines. Sa magie était tout ce qu’il possédait. Si elle ne lui répondait pas, il n’avait plus rien. Il n’était plus qu’une coquille vide.

- Il est inutile de te débattre.

Une silhouette apparut dans son champ de vision, grande, imposante.

- Ma magie…

Altaïs avait essayé de parler d’une voix sûre, mais celle-ci ne fut pas plus forte qu’un murmure.

- Tu ne pourras plus l’utiliser désormais. La drogue qui coule dans ton organisme l’annihile.

Le prince vit son monde s’effondrer.

- Non, souffla-t-il. Tu n’as pas le droit.

- J’ai tous les droits sur toi. Tu ne comprends donc pas ? Tu n’es plus rien. Après ce qu’il s’est passé hier, ta vie ne tient plus qu’à un fil. Et ce fil, c’est moi. Tu as perdu, Altaïs.

Le prince voulut bondir en avant, mais les chaînes l’arrêtèrent à nouveau. La silhouette s’approcha et prit forme.

- Ils sauront ce que tu as fait, répliqua Altaïs.

Mais sa voix tremblait. L’homme s’abaissa et posa un genoux au sol, pour se retrouver à la hauteur du prince. Son regard dur et rempli de mépris rencontra celui d’Altaïs, mélange de feu et de glace.

- Qui ? Notre famille pour qui tu existes à peine ? Pour qui tu n’es qu’un enfant difficile et capricieux ?

Altaïs baissa les yeux. Il savait que Elaran avait raison et cela n’en était que plus douloureux.

- Et maintenant ? demanda-t-il à voix basse.

- Tu vas rester ici et faire ce qui te sera demandé. Tu resteras en vie.

Le prince eut un rire froid.

- Je suis déjà mort, Elaran. Tu t’y es employé.

- Tu découvriras que l’on peut toujours tomber plus bas.

- Tu me prives de ma magie. Tu me fais passer pour un régicide. Je n’ai plus rien, ni personne. Tu ne peux plus rien m’enlever.

- Sais-tu où nous sommes ?

Altaïs le regarda avec méfiance, silencieux.

- Dans les bas-fonds. Dans un bordel pour être plus précis.

La colère qui emplissait les yeux clairs du prince se volatilisa pour laisser place à une peur sourde. Elaran esquissa un sourire victorieux.

- Désormais, tu ne seras plus qu’un esclave. Je te laisse imaginer quelles seront tes tâches…

- Arrête… Tu ne peux pas faire ça, murmura Altaïs, terrifié.

Elaran se contenta de se relever.

- Elaran !

Le cri désespéré n’eut pas de réponse. Son oncle sortit de la pièce sans se retourner, mais le prince l’entendit parler avec quelqu’un. Rapidement, il revint dans la pièce, suivi de deux hommes. L’un d’eux portait un tisonnier rougeoyant dont l’extrémité formait une salamandre de fer brûlant. Altaïs sentit son cœur rater un battement.

- Sebastian sera ton maître. Il aura tout pouvoir sur toi, y compris lors de tes petits coups d’éclat. Je te déconseille de le contrarier, il peut avoir la main leste. Il t’enseignera également les ficelles du… métier. Même si cela ne devrait pas être une nouveauté pour toi.

Altaïs leur adressa un regard empli de haine. Ses yeux semblaient s’être obscurcis sous l’effet de la colère.

- Vous avez raison, il va y avoir beaucoup à faire, constata le dénommé Sebastian.

Il fit un geste de la main à l’attention de l’homme qui tenait le tisonnier. Celui-ci s’approcha du prince enchaîné et déchira sans douceur sa tunique, révélant le corps fin et musclé.

- Pas mal, commenta Sebastian. Il plaira.

Altaïs détesta le regard concupiscent et empli de convoitise que l’homme posait sur lui.

- Je ne m’écraserai jamais face à vous, gronda-t-il.

- Oh, mais tu n’auras pas le choix.

Et le fer incandescent toucha le haut de son bras. La salamandre s’incrusta sur l’épaule du prince, brûlant sa peau claire, la profanant pour le reste de ses jours. La respiration d’Altaïs se coupa sous le choc, puis la douleur fut si vive qu’il cria. Il cria jusqu’à ce que sa voix se brise. Il cria alors que la salamandre lui volait sa vie.

 

Altaïs ouvrit les yeux, le souffle saccadé. La sueur qui trempait son front se mélangeait à l’eau qu’Alexander venait de verser sur sa tête. Les gouttes roulèrent sur son visage, sur sa nuque, tombaient de ses mèches humides qui collaient à sa peau.

- Je suis désolé, dit Alexander. Rien ne fonctionnait.

Il tenait une outre désormais vide dans sa main. Altaïs releva son regard vers lui et Alexander fut frappé par ce qu’il y vit. Ses yeux aussi clairs que de l’eau de roche étaient hagards, emplis d’une douleur terrible. Puis ceux-ci se remplirent de larmes et Altaïs éclata en sanglots silencieux.

Alexander sentit son cœur se briser. À cet instant, il savait qu’il ne pouvait rien faire pour apaiser sa souffrance. Alors, il s’agenouilla aux côtés du prince et resta ainsi, soutien muet, jusqu’à ce que les larmes se tarissent.

 

Ils étaient sur le point de reprendre la route et finissaient d’empaqueter les quelques affaires qu’ils avaient utilisées. Altaïs avait revêtu son masque impassible, et restait encore très silencieux.  Un désagréable sentiment s’était insinué en lui. Il retint un frisson et ferma les yeux. Depuis qu’il s’était enfui des bas-fonds, le manque lié à l’absence de la drogue ne lui avait jamais paru aussi fort. Peut-être à cause de ses souvenirs qui le tourmentaient. Il détestait cela. Il détestait se rappeler de cette dépendance, de ce feu brûlant qui parcourait ses veines avant de laisser place à une étrange torpeur qui le privait de ses capacités. Et de ses émotions. Combien de fois s’était-il retrouvé incapable de se défendre à cause de cela ? Et combien de fois avait-il éprouvé le besoin de ressentir ce vide, lorsque la douleur devenait trop forte ? Lorsque le dégoût envahissait chaque parcelle de son corps ?

Il resserra ses doigts sur le cuir de la sacoche que portait son cheval. Il ne devait pas y penser. Surtout pas. Ni à ce qu’il avait enduré. Ni à Sebastian. Ni à Elaran. D’autant plus qu’il sentait le regard d’Alexander peser sur lui. Celui-ci ne pouvait s’empêchait de le couver d’un œil inquiet.

- Je ne vais pas m’effondrer, dit Altaïs sans se retourner.

- Je sais bien, répliqua Alexander, pris sur le fait.

- Tu devrais plutôt te préoccuper de la longue route que nous avons devant nous. À cheval.

L’ombre d’un sourire taquin effleura ses lèvres alors qu’il tournait à demi la tête vers le Protecteur. Oublier. Il devait oublier tout le reste.

- J’ai déjà des courbatures à cause d’hier, se plaignit Alexander.

- Ce n’est que le début, lui annonça joyeusement Altaïs.

Toute trace de ce qui s’était passé à leur réveil avait disparu, en apparence. Mais Alexander se promit de rester attentif, car il savait que les cauchemars du prince étaient bel et bien là, derrière le mur qu’il s’était construit pour se protéger. Et tous les dangers les menaçant ne l’aideraient pas.

Altaïs grimpa sur sa monture avec élégance et attendit qu’Alexander fasse de même.

- Détends-toi, tu as l’air aussi rigide qu’un bout de bois.

Le Protecteur lui lança un regard noir.

- Je suis un soldat, pas un cavalier !

- Les deux ne sont pas incompatibles.

- Je suppose que tu es les deux pour dire cela…

Altaïs étouffa un petit rire.

- Cela dépend de ce que tu entends par soldat. Mais je sais me battre oui, comme tous les membres de la famille royale. On nous forme très tôt au maniement des armes et nous apprenons à utiliser notre magie dès notre plus jeune âge.

Il sembla hésiter un instant avant de poursuivre :

- Si tu veux, ce soir nous pourrons nous entrainer. Je n’ai pas combattu depuis longtemps.

- Oh, avec plaisir !

Et Alexander lui adressa un grand sourire. Altaïs sentit son cœur s’alléger et lorsqu’ils s’élancèrent au galop dans les grandes steppes d’Aeldor, un doux sourire flottait sur son visage.

 

***

 

Elaran et Mathéis, accompagnés d’une dizaine de soldats d’élite, galopaient depuis plusieurs heures à un rythme soutenu. La grande route du Nord défilait sous les pas des chevaux et un nuage de poussière se soulevait derrière eux. Les quelques convois ou voyageurs qui avaient croisé leur route s’étaient écartés avec empressement pour les laisser passer.

Si Mathéis ne disait rien face à ce rythme que l’on pouvait presque qualifier d’inhumain, c’est parce que celui-ci devrait leur permettre d’atteindre Arenell, la dernière grande ville avant les terres glacées du Nord, d’ici le lendemain. Malgré la journée de retard qu’ils avaient par rapport à Altaïs, ils tenaient là une chance de le rattraper. Car, contrairement à eux, Altaïs ne pouvait courir le risque d’aller en ligne droite.

Mathéis jeta un bref coup d’œil à Elaran, légèrement devant lui. Depuis la veille, celui-ci ne disait rien et se contentait d’aboyer des ordres. Il paraissait bouillir d’une rage contenue mais Mathéis redoutait le moment où il exploserait. Car l’homme, dur et sévère, pouvait avoir des colères d’une rare violence.

Pour l’heure, il gardait donc un œil attentif sur lui et espérait que rien ne se mettrait au travers de leur route.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Louison-
Posté le 28/07/2021
Coucou ! :D
Me revoici ^^

Alors ! Au début, j'ai bien aimé avoir un peu plus d'infos sur le royaume, c'est intéressant d'en apprendre plus quant à la situation politique, et on sent à travers elle quelques problèmes qui peuvent advenir pour la suite. Ca m'a pas l'air stable tout ça, et je pressens que ça va exploser une fois ou l'autre :/ Altaïs va devenir un symbole fort, si la population se rallie à lui <3

Ensuite, le bout entre Alex et Altaïs : toujours aussi adorable. Et quand les souvenirs d'Altaïs reviennent... c'est rude. Vraiment ça l'est :( Et c'est bien que tu joues dans la subtilité dans ce passage, sans dire une seule fois, noir sur blanc, ce qu'il subit (enfin oui mais non x)). Là où je veux en venir : tu fais passer le message par d'autres moyens. Dans le sens, c'est pas marqué : Altaïs a dû se prostituer. Mais c'est amené de façon plus fine, plus cruelle aussi, donc c'est un bon point pour amener la chose, je trouve :) Tu es plus dans le show, don't tell, et c'est un bon point !

Et oui, comme je l'ai dit, la relation entre Alex et Altaïs me plaît toujours autant. Alex est là pour veiller sur Altaïs, et Altaïs peu à peu s'ouvre à Alex. C'est beau <3 (Message à Altaïs, si tu veux bien le faire passer pour moi? : s'il te plaît chouchou, DOOOOOOORS)

Voilà ^^ A très vite Thildou <3
Mathilde Blue
Posté le 30/07/2021
Coucou Loulou <3

Je suis contente que la partie « politique » te plaise, j’avais peur que ça fasse un peu aride ^^’ Mais en même temps, ça me semblait important de contextualiser un peu tout ça à ce stade de l’histoire :/ Effectivement, c’est pas très stable, ça va devenir compliqué si ça éclate xD

En ce qui concerne les souvenirs d’Altaïs, c’est toujours compliqué de trouver un équilibre pour que ce soit juste sans en faire trop… Donc rester subtile tout en montrant l’horreur de la situation ce n’est pas facile, du coup ça me rassure si tu trouves que ça fonctionne bien !

Hihi, ravie que la relation entre Alex et Altaïs te plaise toujours ;) (Même si Cherry ne les aime plus ils resteront mes bébés pour toujours T_T) Je vais lui transmettre, mais je crois qu’il aimerait pouvoir dormir lui aussi x) Heureusement, Alex est là maintenant, les choses s’améliorent petit à petit.

À bientôt Loulou :*
ModesteContesse
Posté le 16/06/2021
Hello, me revoici :)

Ce n'est jamais agréable de revoir des bribes de souvenirs d'Altais :/ On sentait au début qu'avec la marque d'esclave, ce n'était que la partie émergée de l'iceberg, et plus on avance, plus on plonge dans des eaux très, très sombres ^^
Mais quand même, Alexander, c'est abusé d'avoir dormi toute la nuit et avoir laissé Altais veiller, alors que c'est lui le plus faible qui a besoin de récupérer des forces xD À mon avis, la nuit prochaine, les rôles vont être inversés, et y a intérêt d'ailleurs xD

"Il t’enseignera également les ficelles du… métier. Même si cela ne devrait pas être une nouveauté pour toi." --> en lisant, ça, je comprends qu'Altais a peut-être déjà eu des relations avec des hommes ? Peut-être qu'il est ouvertement gay, ou en tout cas que sa famille connait ses penchants ? Je ne sais pas, mais cette phrase sous-entend clairement que si, il me semble... Hmm, je suis curieuse ! Si c'est le cas, c'est bien, je pense. J'aime jamais trop quand un personnage se découvre miraculeusement gay en plein milieu de l'histoire, justement parce qu'il a rencontré l'autre perso, et wow ! c'est la révélation xD Enfin, ça arrive, hein ! Et si c'est bien fait, bien argumenté, ça peut être crédible ;) Mais je ne trouve pas ça très représentatif de la réalité, surtout pour des personnes qui ont passé l'âge de se chercher, comme Atlais je pense ;) Bref, je verrai ça par la suite !

A très bientôt <3
Mathilde Blue
Posté le 16/06/2021
Coucou !

Oui, les souvenirs d'Altaïs sont un concentré de ténèbres... Mais oui Alexander abuse de l'avoir laissé veiller (bon pour sa défense Altaïs était censé le réveiller) :p

Comme tu l'as dit, tu verras par la suite, donc je ne peux rien affirmer ou infirmer malheureusement, mais pour l'instant tes théories se sont toujours avérées justes il me semble ^^

À tout de suite !
AnatoleJ
Posté le 26/02/2021
Re-coucou !

Ce chapitre va encore me couter cher en cookie, ça va pas de me faire stresser pour ce pauvre petit comme ça ? D:

Le passage politique du début était très bien mené, intéressant et pas lourd en information, et ça me semble bienvenu à ce moment de la narration (peut-être que s’il avait été placé plus tôt, sans que je connaisse les personnages, ça m’aurait un peu rebuté, alors que là non, c’est nickel !)

Durant le souvenir/flashback, je n’ai pas compris tout de suite que c’était un souvenir (je pensais que c’était une sorte de prison mentale) MAIS cette incompréhension de ma part n’est pas un soucis pour moi, dans la mesure où ça rajoutait de l’angoisse par rapport au fait que dans cette prison, Alexander n’avait pas l’air d’exister du tout (et ça, c’est méga stressant). Donc je l’indique juste à titre informatif ^^

Pour mes très courtes notes plus précises (j’ai lu
- « Il avait l’impression que sa tête était transpercée par des couteaux chauffés à blanc. »
« Il eut l’impression que son sang gelait dans ses veines. »
Sur ces deux phrases, supprimer « il avait/eut l’impression » rendrait la scène encore plus angoissante qu’elle ne l’est déjà

- « Celui-ci ne pouvait s’empêchER de le couver d’un œil inquiet. »

« - J’ai déjà des courbatures à cause d’hier, se plaignit Alexander.
- Ce n’est que le début, lui annonça joyeusement Altaïs. »
Quel sadique ce Altaïs xD (mais il n’a pas tort)

Voilà pour ce chapitre, je vais reposer mes yeux et mon cerveau d’escargot, à bientôt :D
Mathilde Blue
Posté le 27/02/2021
Re-coucou !

Désolée :’( Mais je suis contente que le passage politique s’insère bien avec le reste, parce que j’avoue que c’est loin d’être ceux que je préfère écrire ^^’ Sinon c’est très intéressant le ressenti que tu évoques durant le souvenir d’Altaïs, pas du tout absurde, et même plutôt juste ! Mais je ne vais pas m’étendre à ce sujet maintenant ^^

Merci pour tes notes très utiles, comme toujours !

Repose-toi bien et à bientôt :D
Gabhany
Posté le 21/02/2021
Oh la scène du début était bouleversante :-S Pauvre Altaïs... la réaction d'Alexander est très vraie et on ne peut pas s'empêcher de vouloir leur faire un câlin à tous les deux. Je trouve intéressant d'associer les autres membres de la famille aux soupçons contre Elaran, mais je trouve aussi qu'il fait un peu vite l'unanimité en tant que méchant. Pour réussir à avoir de l'influence sur le roi et à évincer Natt, il doit bien avoir des alliés, voire même des bons côtés, or pour le moment on ne voit de lui que sa cruauté et le fait qu'il soit, disons-le, un déchet de l'humanité XD j'ai trouvé intéressantes les déductions d'Alexander, mais il serait peut-être intéressant d'avoir le point de vue d'Elaran ? Quoi qu'il en soit c'est un méchant tout à fait crédible et terrifiant ^^
A bientôt !
Mathilde Blue
Posté le 22/02/2021
Coucou !

Alors en ce qui concerne Elaran, il y a effectivement une véritable scission au sein de la famille royale (même si pour certains ce ne sont que de gros doutes sans preuve). Tu en apprendras plus sur ses motivations au fil de l’histoire, mais en attendant tu as dû voir qu’il s’agissait tout de même d’un leader efficace, et qu’effectivement le roi est généralement en parfait accord avec lui !

À bientôt !
petite_louve
Posté le 19/02/2021
Coucou !
Altaïs a tellement souffert et l'impuissance d'Alexander pour l'apaiser fait mal au coeur.

Le souvenir d'Altaïs est vraiment bien décrit, on ressent ses émotions, sa douleur et on imagine très bien la scène. On aperçoit encore la cruauté d'Elaran, on aurait envie de le pousser du haut d'une tour. Un ennemi qui tient très bien son rôle.

J'ai envie d'en savoir plus sur Mathéis !

A tout de suite pour le chapitre suivant !
Mathilde Blue
Posté le 19/02/2021
Coucou !

Je suis contente que tu puisses ressentir leurs émotions (c'est toujours un gros enjeu haha) ! Et oui je suis d'accord, on a très envie de balancer Elaran du haut d'une tour x)

À tout de suite !
Cherry
Posté le 09/02/2021
Hola Mathilde,

Voir Altaïs souffrir c'est hooooooorible, comment tu peux me faire ça ?

La politique sévère que menait Adhara malgré ses conseils avait porté un coup dur à l’économie et la population perdait patience = les conseils de qui ? précise ici qui donne les conseils à Adhara, ça peut porter à confusion

Super flash-back, on ressent l'émotion d'Altaïs. J'ai aussi adoré les répliques glaçantes d'Elaran, ça correspond bien à son personnage. Cet antagoniste est prometteur :-) et l'intrigue se fortifie... Je commence déjà à avoir ma petite idée.

Sinon, je n'ai pas vu de coquilles, ce chapitre est top !

A plus :-)
Mathilde Blue
Posté le 09/02/2021
Coucou !

Désoléééééée ! Mais contente que le chapitre te plaise sinon ^^ J’ai des envies de meurtre à chaque fois qu’Elaran parle haha x) Oh je me demande bien quelles sont tes idées ^^

À bientôt :D
Hastur
Posté le 04/02/2021
Hello :)

Flashback ou réminiscence d'un triste passé, très bien écrite j'ai trouvé :). On a le sentiment de voir un Altaïs d'alors très distinct de celui que nous suivons. Et de manière générale, j'ai trouvé l'émotion bien retranscrite. La sollicitude et l'impuissance d'Alexander nous impliquent comme il faut émotionnellement.

J'ai hâte de voir les membres de la famille royale douter de plus en plus d'Elaran pour qu'il paye l'addition à un moment donné... :D

Bon courage pour la suite ! Et à très vite.

Je n'ai rien repéré dans ma lecture, mais peut-être n'ai-je pas les yeux en face des trous ce matin hu hu ^^.

Hastur
Mathilde Blue
Posté le 04/02/2021
Coucou :D

Je suis contente de savoir que l'émotion est bien retranscrite, c'est toujours un peu difficile ^^'

Moi aussi... x)

Je le prends bien haha, même si c'est vrai que l'heure matinale peut m'aider à dissimuler certains défauts ^^

À bientôt :D
Blanche Koltien
Posté le 03/02/2021
Hello!

ça fait plaisir de retrouver Altaïs, Alexander et les autres! On sait maintenant que Elaran n'est pas innocent dans l'histoire, mais le suspens demeure pourtant sur les motivations de ses actes!
On sent que l'action est bien lancée maintenant, j'ai hâte de lire la suite! Tout est clair, bien mené, et les falshback sont bien amenés!

Bon courage!
Mathilde Blue
Posté le 03/02/2021
Coucou !

Je suis contente que ça te plaise toujours ! Eh oui, les motivations d'Elaran sont encore floues, ça va venir très progressivement hehe ^^
J'espère que la suite te plaira !

À bientôt :D
Vous lisez