Chapitre 11

“Attachez vos ceintures, nous sommes prêts à décoller”. Et voilà, j’étais déjà en partance pour le Vietnam avec mon pote Corentin. Il fallait que ça arrive pile le lendemain du jour où Louis m’avait confié les clés de son appartement ! 

Pour tout vous raconter, j’avais fini tôt le travail ce jour là et comme j’allais bientôt partir en voyage, nous avions décidé de nous revoir une dernière fois avant le grand départ. Mais lui finissant tard, il m’avait donné son trousseau à cette occasion… Cette annonce m’avait laissé sans voix et me rassura définitivement sur ses intentions. J’hallucinais de bonheur. Un garçon qui vous ouvre la porte au bout de deux semaines de relation, c’était qu’il devait me faire confiance quand même et devait voir ça sérieusement. 

Notre dernière soirée ensemble fut ainsi remplie de douceurs et de cajoleries. En parfait gentleman, il me rassura toute la soirée. Il m’attendrait et m’assurait qu’il n’était pas du genre à aller voir ailleurs. Et je me souviens de cette phrase : “Quand je suis avec quelqu’un tu sais, je ne peux pas voir une autre personne. C’est physiquement et mentalement impossible. Je ne supporte pas les gens infidèles”. Ca y était donc ! Il considérait bel et bien que nous étions en couple. Cette déclaration me fit un bien fou mais je ne pouvais décemment en profiter car voilà... je prenais l’avion à l’aube. 

Je l’avais quitté le soir même pour dormir et récupérer mes valises chez mes parents. Et c’était parti pour 21h de vol avec une escale en Chine. Le temps de grandement réfléchir à tout ce qui venait de m’arriver et d’angoisser quant à la suite. Et s’il m'oubliait pendant ces deux prochaines semaines ? Et s’il rencontrait quelqu’un d’autre ? Mieux valait ne pas y penser... J’étais également très stressée car c’était la première fois que je me retrouvais sans pouvoir communiquer avec lui pendant autant de temps. Il me faudrait attendre d'atterrir pour me connecter à Whatsapp et voir s’il avait pensé à moi…

Dans l’avion, je tentais de faire diversion avec mon pote Corentin. Nous jouions aux cartes, regardions des films, regardions le nombre de kilomètres restant à parcourir, dormions… Bref pas de quoi s’occuper réellement pendant 21h mais au moins le temps s’écoula un peu plus vite.

J'avais confié à Corentin que j’avais entamé cette nouvelle relation sur les chapeaux de roues. Il semblait content pour moi bien que peut-être un peu jaloux. Attention, notre amitié était tout à fait platonique, ça n’était pas de la jalousie au sens amoureux, non : lui c’était fait plaqué 6 mois plus tôt, ce qui nous avait conduit à l’époque à décider de voyager pour oublier nos solitudes respectives. Le fait que je sois désormais en couple semblait un peu le déranger, comme si notre complicité ne pouvait plus être exactement la même. A dire vrai, je n’avais que faire de ce qu’il pensait, seul comptait Louis à présent, et ses vacances bien qu’attendues depuis un long moment m’apparaissaient d’un seul coup comme presque une corvée. Je sais, c’est horrible de dire cela, c’est une chance de pouvoir voyager.

Finalement, nous arrivâmes à Saigon sous une chaleur écrasante. Il faisait beau, et après avoir récupéré nos valises, la première chose que je fis fut de trouver du réseau. Pas de message. J’étais déçue mais en même temps il m’avait prévenu. C’était à moi de lui dire quand j’arriverai. Je m'empressais de lui envoyer un petit WhatsApp avec une photo de mon pote et moi assis sur un banc attendant un taxi. Avec le décalage horaire, il ne me répondrait sûrement pas tout de suite. 

Nous avions pris le chemin de notre premier Airbnb. C’était un grand appartement de deux chambres dans un district peu touristique. L’immeuble était toutefois occupé d’une immense piscine. Après avoir déposé nos affaires, nous firent le tour du quartier et achetions de quoi manger. Nous passâmes le reste de la journée à barboter, moi pensant toujours à Louis. 

Je reçus son message à son réveil. Il était tout à fait normal, rien n’indiquait que je lui manquait plus que cela mais j’étais heureuse de constater que j’étais toujours dans ses pensées. Il me demandait de faire attention à moi et de ne pas faire de bêtises… trop mignon.

Les jours suivants furent appréciables. Bien que je pensais que cela allait s’écouler lentement, il n’en fut rien. Nous visitions les différents lieux indiqués par notre guide de voyage acheté au préalable : le musée de la 3D, le zoo, le marché de Ben Thanh, la promenade du Mékong, les petites rues remplies de scooter d’Ho Chi Minh… Nous fîmes même une journée en bateau pour nous rendre à Vung Tau (une ville balnéaire pas si dingue que cela). Toujours est-il que nous en prenions plein la vue. 

Cependant, Louis commençait à me manquer de plus en plus. Pour rester en contact permanent, nous avions mis au point un petit rituel. Je lui envoyais chaque jour mes photos de vacances et lui m’appelait au réveil ou moi au coucher, pour débriefer de nos journées respectives. Ca c'était fait naturellement et j'étais heureuse de voir qu'il restait toujours connecté avec moi. Je me posais moins de questions : s’il passait son temps à me répondre c’est qu’il ne devait pas avoir d'autres plans en tête pensais-je. Je passais donc toutes mes visites à penser à lui et le soir à être avec lui pendant une petite dizaine de minutes. La frustration était moins grande. Cela le rassurait aussi de savoir ce que je faisais je pense. Au moins il pouvait constater qu’il ne se passait rien avec mon pote.

Corentin justement, était amusé par mon petit manège quotidien et s’évertuait avec moi à prendre les meilleures photos possible pour lui envoyer. Je sentis quand même qu’au bout de quelques jours, Coco commençait à se lasser. Je décidais de rester un peu moins collé à mon téléphone. Au delà de ça, notre cohabitation se passait plutôt bien, il n’y eut pas tellement d’accrochages. Nous partagions des confidences comme au bon vieux temps et parlementions parfois sur le choix des visites.           

La semaine suivante, nous poursuivîmes notre périple à Hanoï, plus au nord. Nous fîmes encore de belles découvertes : le centre ville gigantesque, la cité impériale, le musée de l’ethnologie, les pagodes, manger des asticots et de la bouffe typique, ou encore Tam Coc (qu’on appelle aussi la baie d’Halong terrestre)… Tout était très dépaysant et je me sentais reposée. Louis me manquait toujours mais la beauté du séjour suffisait à combler l’attente. 

Pour finir notre voyage, nous refîmes une dernière étape à Saigon. Nous en profitions pour voir un maximum de choses, notamment les temples le matin et les superbes rooftops l’après-midi. Nous recherchions des vues spectaculaires et nous ne fûmes pas déçus. Nous nous rendions aussi dans les plus belles piscines du coin, dans des lieux incroyables. 

Le dernier jour arriva et navrée de vous décevoir, mais il ne se passa rien entre Corentin et moi. Je n’avais bien sûr que Louis en tête. Et alors que nous partions dans quelques heures, Corentin décrocha de son côté un rendez-vous Tinder avec une vietnamienne. Il savait bien que ça ne serait pas sérieux étant donné que nous partions d’ici peu, mais motivé par ma rencontre virtuelle, il avait voulu tenter la chose. Je l’encourageais à y aller. J’avais besoin de discuter avec Louis et d’être un peu seule.

Depuis 48h nous avions débuté une conversation un peu osée. J’attendais que Corentin ait passé le pas de la porte et me jetais sur le lit, relisant les précédents messages. Je ne sais plus trop comment mais j’avais dit à Louis en substance qu’il me manquait physiquement. De là, il avait renchéri tout en délicatesse. Il n’y avait rien de lourd dans notre échange, juste des allusions pour commencer. Je ne décrirais pas ici le contenu de cette conversation. Je suis bien trop pudique pour cela. Je peux juste vous dire que par la suite, nous avions parlé de nos futures retrouvailles et de ce que nous nous ferions à cette occasion.

Il faut dire que cela faisait tellement de temps que nous nous étions pas vus... Nous étions tous deux à fleur de peau. Cela se ressentait dans nos écrits de plus en plus coquins. Nous étions là à nous envoyer des sextos quand Corentin revint. Je n’avais pas vu le temps passer… Plus d’une heure que nous nous chauffions. Je m’y un terme à la conversation aussitôt et me précipitais dans le salon par peur d’être grillée par mon pote.

Corentin me relatait son rendez-vous. Je n’écoutais que d’une oreille tentant par là même de répondre à Louis laissé sur la paille. J’expliquais à ce dernier que je ne pouvais plus m’adonner à nos ébats et qu’il ne nous restait maintenant plus qu’à attendre mon retour. Retour qui s’annonçait donc sous les meilleurs auspices.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
MayaAubray
Posté le 18/09/2020
Niark niark les choses sérieuses vont enfin commencer ;)
J'aime beaucoup (oui encore, ton histoire est vraiment fantastique ^^') la manière de raconter le voyage. Tu ne décris pas les monuments que tu vois mais l'effet produit et l'énumération est bien écrite. Tu as très bien raconter cette partie du voyage et ça m'amuse la maniere dont évolue le couple des deux héros ;D
D'ailleurs, je crois que je viens de réaliser quelque chose... il s'agit d'une sorte "d'autobiographie" cette histoire ? Parce que j'en ai de plus en plus l'impression
Le suite la suite, j'attends plus maintenant ! XD
charlottieRD
Posté le 18/09/2020
hello Maya ! Oui c'est un genre d'autobiographie mais disons que certains éléments sont adaptés... Histoire de laisser planer le mystère ;)
MayaAubray
Posté le 18/09/2020
Ah oui je me disais aussi :'D
Vous lisez