Chapitre 10 - Questions en suspens - Kaya - Partie II

Au moment où ces mots franchirent mes lèvres, il regarda au loin, alerte, comme s'il s'agissait d'un danger et ses doigts s'enfoncèrent dans mon épaule. À tel point qu'il me faisait presque mal.
— Tu as rêvé. C'est quelqu'un qui doit lui ressembler. Viens, grinça-t-il d'une voix sourde qui ne lui ressemblait pas.
— Mais...
— Allez, viens, me coupa-t-il.
— Oh le menteur ! intervint Kali. 

Quoi ? Comment ça ? 

— Kali ! Tu sais quelque chose ? 

Purée, j'avais l'impression de devenir folle. Kali était-elle seulement réelle ou quelqu'un que j'avais inventé pour supporter tout ça ? 

—Oh, j'existe. Et, oui, je sais quelque chose. Mais ce n'est pas à moi de te le dire. J'ai autre chose à foutre. 

Autre chose à foutre ? Mais quoi ? Si elle existait vraiment, elle était dans ma tête alors j'imaginais difficilement ce qu'elle pouvait faire d'autre, mais déjà, elle ne répondait plus à mes appels. Pourquoi personne ne veut me répondre ! J'avais suivi Caden malgré-moi et nous nous retrouvions devant la salle d'entraînement. Un groupe nous passa devant et disparut derrière une porte lorsqu'un des gardes nous fit signe.
— Ah ! Les nouveaux ! Vous allez vous rendre chacun dans une salle.

À ces mots, deux autres portes s'ouvrirent et sans nous laisser le temps de dire quoi que ce soit, il nous poussa à l'intérieur. Des picotements se firent sentir sur ma nuque tandis que j'avançais à tâtons dans l'obscurité. Deux cercles rouges apparurent avec une arme au centre de chacun d'entre eux. Un couteau et un pistolet. Une sonnerie retentit à nouveau.
— CHOISISSEZ VOTRE ARME.

Une arme ? Pour quoi faire ?
— VOUS AVEZ QUINZE SECONDES. NOUS VOUS CONSEILLONS DE NE PAS DEPASSER CE TEMPS.

Un couteau à cran d’arrêt ou un Glock ? Mais pourquoi faire ? C'est quoi leur entraînement là ? Sans réfléchir, je pris le revolver. Je n'avais aucune envie de connaître les conséquences si je dépassais les quinze secondes. L'effet de l'Affect dès le réveil m'avait déjà suffi pour aujourd'hui. Je n'ai aucune envie de remettre le couvert. Les cercles et l'arme blanche disparurent au moment où l'arme se trouva dans ma main et un BIP retentit. Aussitôt, la pièce s'éclaira et une dizaine de cibles se dressèrent çà et là dans la salle.
— ÉLIMINEZ LE PLUS DE CIBLE POSSIBLE.
— Quoi ?

Je comprenais maintenant, ils nous formaient à tuer. Mais pourquoi ? Si les autres disaient vrai et que les Muraliens n'étaient pas une menace, mais des expériences qui avaient mal tourné, alors qu'est-ce qu'ils comptaient attaquer ? On n'était pas censé être les derniers habitants sur Terre ? Dans quel projet fou est-ce que Soul nous embarquait ? Je dus mettre trop de temps à réagir, car une décharge parcourut mon corps, me forçant à mettre un genou à terre sous la surprise.
— NE TRAÎNEZ PAS.

Compris. Le message est clair, si on traîne pour obéir, on le paye. J'observais les cibles devant moi, de simples pancartes à effigie humaine, toute peinte de noir avec l'objectif au centre. Ceux-ci ne bougeaient pas d'un pouce. Je défie le cran de sûreté et commença à les viser. La détonation retentit et je me rendis compte que j'avais loupé le premier mannequin et que la balle se trouvait figée dans le mur derrière. Encore une fois, je recommençais et cette fois, je fis mouche, pas au centre, mais pas loin non plus. Et j'enchaînais ainsi jusqu'à les avoir toutes abattues. Une quinzaine d'autres se manifestèrent, cette fois, elles étaient toutes cachées par un décor forestier, lui aussi en carton. Dès que le Glock était vide, des munitions apparaissaient, toujours dans ce cercle rouge. Parfois au sol, parfois derrière un arbre ou un buisson factice. Cela dura encore un moment, chaque fois, la difficulté augmentait, sur la fin, je n'en pouvais plus, mon bras me faisait mal et il tremblait tant que je ne pus garder l'arme dans ma main. Au moment où elle chuta sur le sol, la porte s'ouvrit et tout disparu comme si rien avait existé. Caden sortit au même moment de la salle et vu la sueur qui perlait de son front et son essoufflement, il devait être aussi fatigué que moi. Le garde que nous avions vu avant l'entraînement nous attendait et prit la parole.
— trente minute, pas mal pour des nouveaux, applaudit-il. Je suis Slyder, grade III et votre commandant. Vous aurez des entraînements avec moi pour apprendre à manier les armes en solo.
— À quoi tout ça va nous servir ? Il n'y plus aucune guerre, plus aucun conflit ! éclata Caden.

Slyder s'approcha de lui d'un pas si rapide que mon meilleur ami ne put réagir et il lui asséna un coup dans l'estomac. Il le rattrapa par la taille pour l'empêcher de tomber au sol et reprit :
— Tu apprendras a parler quand on t'en aura donné l'autorisation, asséna-t-il sèchement avant de le laisser tomber au sol.

J'allai me précipiter sur lui quand le « commandant » m'empoigna le bras.
— Tu ferais bien de ne pas aller le voir, tu n'aimerais pas que je m'occupe de toi.

Je déglutis. Il avait vraiment une aura menaçante et le simple contact de sa main sur mon corps me fit frissonner. Rien à voir avec les fourmillements dû à l'entraînement. Caden secoua la tête en me regardant, comme pour me dire de ne pas en faire plus, mais j'en avais marre de me sentir aussi impuissante. Il me lâcha et nous enjoignit à le suivre. Je serrai les mains si fort que mes ongles – ou tout du moins le peu qui avait repoussé – s'enfoncèrent dans ma chair. Il nous amena à l'extérieur du complexe et nous arrivâmes sur ce qui ressemblait à une salle de musculation en terrain ouvert. Dedans, des bancs de musculations, des barres de tractions, haltère et autres équipements du genre étaient éparpillés un peu partout. Certains s'entraînaient déjà tandis qu'à côté un terrain de course remplissait tout l'espace. Il y avait d'ailleurs une équipe qui y foulait le sol. J'y reconnus Dante au milieu qui semblait s'être aperçu de ma présence. Toutefois, il n'en fit pas cas et continua sa course sous les ordres d'un garde qui leur aboya dessus de courir encore vingt tours de pistes.
— Vous allez faire une série de cinquante pompes. Ne tombez pas, cela vaudrait mieux pour vous, ordonna Styler.

Je grimaçai, mon corps tout entier était encore endolori par l'effort précédent. Comment pouvait-il exiger ça ? Je penserai bien que c'était inhumain, mais depuis le début tout était inhumain ! Alors sans protester, nous nous mettions à la tâche. Les cinq premières furent les plus faciles, mais la suite s'avéra plus compliquée. À la vingtième, je manquais de lâcher prise quand un coup sur mes jambes se fit sentir.
— Ne tombez pas, répéta-t-il impassible, tandis que je puisai dans mes dernières forces pour continuer.

Je ne sais comment, nous avions réussi à venir à bout de cet exercice. À la fin, je m’effondrai au sol sans chercher à me retenir. Ma vision était floue, mon corps entier était recouvert de sueur et tremblait sous la douleur. Je pestais contre moi-même d'avoir pris une douche ce matin et surtout de ne pas avoir mangé de petit-déjeuner. Mon ventre me rappelait combien la faim me dévorait l'estomac, comme si une bête venait y planter ses griffes. La sonnerie retentit :
— TEMPS DE PAUSE. VOUS AVEZ QUINZE MINUTES.

Je soufflais de soulagement. Je doutais de pouvoir me lever à l'issue de ce temps mort, mais au moins, je pouvais me reposer quelques instants et ce n'était pas de refus. Caden s'était adossé contre le mur, tandis que je m'étais retourné sur le dos, les yeux levés vers le ciel. Un oiseau volait au-dessus de nous. Si je me fiais aux taches rouges de ces ailes et aux rayures blanches c'était sans doute un pygargue de type N si je ne me trompais pas. Après la mutation de certaines espèces, le G.A.C.U avait répertorié les nouvelles et les avait classés en différent type selon leur dangerosité. Seuls quelques animaux, généralement plutôt imposants, rentraient dans les catégories A et S. La moins dangereuse étant celle de la catégorie Z. Ils en avaient ainsi dénombré plus de cinq cents espèces différentes et avaient été une source d'inquiétude au début. Comment cohabiter avec de nouvelles créatures dont on ignorait tout et reconstruire une société entière de manière sécure étaient alors les principales préoccupations après la fin de la Grande Guerre. De mémoire, cette espèce ne se trouvait que vers la muraille rouge ou derrière. Ce qui confirmerait les informations obtenues hier. Si tel était le cas, étions-nous loin des Muraliens, qu’appellent-ils exactement dégénérescents ? Je ne pus me poser davantage de questions qu'une bouteille m'obstrua la vue.
— Bois, ça te fera du bien, toi aussi, dit une voix que je reconnus immédiatement.

Dante. Après avoir lancé la bouteille à Caden, il s'assit près de moi et me proposa une espèce de gélule.
— Tu devrais la prendre.

Je le regardais, interdite. Qu'attendait-il de moi exactement ? Que je me jette dessus sans me poser de questions ?
— Qu'est-ce que c'est ?
— T'occupe prend et donnes en une à ton ami aussi. Vous avez le ventre vide, vous ne tiendrez pas jusqu'à midi comme ça.
— Nous avons eu notre dose de produit bizarre, je passe mon tour tant que je n'ai pas d'information sur ce truc.

Sa mâchoire se contracta, puis il soupira en se passant la main dans ses cheveux. Ce qui eu pour effet de les ébouriffer un peu.
— Quinze minutes c'est court et il n'en reste déjà plus que dix, tu veux vraiment perdre du temps là-dessus ou tu veux tenir jusqu'à midi et éviter de finir dans un endroit déplaisant ?

Il m'agaçait, ça lui coûtait quoi de répondre ? Ça lui demandait deux minutes tout au plus, on est large niveau temps ! Je m'assis avec peine et échangea un regard avec Caden avant de me tourner vers Dante.
— Je ne prends rien si tu ne me dit pas ce que c'est. Caden non plus.

De nouveau, il soupira avant de reprendre :
— J'ai pas le temps d'expliquer comment ça fonctionne, mais ça ne vous mettra pas en danger. Promis, si tu veux, j'en prends une en même temps que vous. Bien que je n'en ai pas besoin, mais si ça peut te décider à la prendre, je le ferai.
— Pourquoi tu veux autant nous aider ? À ta place, je...
— Tu n'es pas à ma place, trancha-t-il sèchement et il avala l'objet en question. À vous et dépêchez-vous, je dois rejoindre mon groupe et je n'ai aucune envie de tomber sur Slyder !
— Donne, exigea Caden que je regardai horrifié.
— T'es fou ou quoi ? Tu sais même pas ce que c'est !
— Peut-être, mais j'ai pas envie de subir je ne sais quelle torture pour ne pas avoir tenu le coup. T'es sur de vouloir prendre le risque ? Qu'est-ce que qu'on risque au pire ?
— Bah, je sais pas, genre, la mort ? Ironisais-je.
— Regarde, je vais bien, il va bien, alors prends ce putain de truc. J'ai pas envie de prendre des coups pour rien.

Cette fois, c'est moi qui me lamentais. Comment pouvait-il prendre de tels risques ? Abruti ! Criai-je mentalement. T'es sure de vouloir tenter le coup ? Intervint à nouveau la voix qui refaisait surface. En y réfléchissant bien, je ne l'avais que peu entendu depuis hier. D'habitude, elle me harcelait pour que je lâche prise et qu'elle prenne le contrôle. Non, parce-que, moi, je veux bien sauver ton cul hein, mais là tu cours à l’échafaud en refusant de l'aide. C'est pas ce que tu réclames depuis des mois ?Je me retrouve à marmonner une réponse à cette voix un peu trop orgueilleuse à mon goût, mais Dante crut que c'était à lui que je parlais. Aussi il me tendit la gélule dans l'espoir que cette fois-ci, j'accepte.
— Alors, tu prends ou pas ?
— Allez hermana, te fais pas prier bordel !

Ils ont raison, écoute-les donc ! Me sentant prise dans un étau, j’attrapai la gélule d'un coup et l'avala tout rond, manquant de m'étouffer au passage. Je me saisis de la bouteille et en bu quelques gorgées avec avidité. D'abord pour me débarrasser de cette sensation dans la gorge de médicament coincé dont j'avais toujours détesté le ressenti et ensuite, pour me désaltérer. J'oubliais trop à quel point l'eau m'était précieuse. Dante était déjà parti au moment où je la reposai à côté de moi et la sonnerie retentit de nouveau, accompagnée de Slyder qui venait de réapparaître aussi vite qu'il avait disparu.
— FIN DE LA PAUSE. REPRISE DES ENTRAÎNEMENTS.
— Venez et ne traînez pas ! La retardataire se joindra à vous, glissa-t-il avec un sourire carnassier en direction de Lya qui venait d'arriver.  

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
ModesteContesse
Posté le 13/04/2021
Lya est là !! Oh là là, du coup faut que je lise le chapitre suivant alors que j'étais censée dormir... bon il est pas trop long le chapitre d'après ça se tente non ? x)

Bon, trêve de conneries ! Je suis super curieuse sur la gélule. Ma théorie : un truc qui booste et donne de l'énergie pour les entraînements ? Les prisonniers en prennent et s'en passent entre eux pour tenir le coup, un peu comme on se passerait de la drogue ? Je verrai ça dans les chapitres suivants j'imagine ! Mais si Kali dit que c'est bien, moi je dis que c'est bien aussi alors :P
J'ai vachement hâte qu'elle reprenne le contrôle d'ailleurs héhé !

Sinon j'ai bien aimé l'entraînement avec les cibles ! J'aurais bien aimé le faire moi-même (c'est flippant ça ? Je sais pas xD)! Par contre heureusement qu'elle a pris le pistolet hein ! Elle aurait eu l'air maligne à essayer de balancer le couteau sur les cibles xD

Effectivement ma théorie comme quoi ils sont préparés à se battre et à tuer se confirme... mais encore une fois, tuer quoi/qui on sait pas ! Et s'il y avait des humains qui avaient muté aussi, comme les animaux ? Comme les Muraliens ? Ce serait une sorte d'espèce humaine hybride et pestiférée que Soul voudrait voir éteinte ? A voir...
Sklaërenn
Posté le 13/04/2021
Hey XD moi aussi, j'étais censée dormir, mais il faut que je fasse le contre-rapport de l'inspection de mon fils alors TADA je réponds XD

Pour la gélule eh bah, tu sauras pas de suite ahah !

Moi aussi, j'aurais bien aimer faire l'entraînement sur cible ( ça veux dire que ce serait doublement flippant lol ? ) Par contre, cela aurait changé. Les simulations s'adaptent selon le choix de l'arme. D'ailleurs, je vais creuser ce point avec Kali dans la suite au niveau du chapitre 24 étant donné que c'est elle qui va avoir le contrôle quelques temps à partir du 23 ahah.

Tuer quoi / qui ? Tu le saura dans le chapitre 17 mouahahah. ET bah, du coup, j'adore la suite de ton commentaire. D'ailleurs, je crois que tu ai la seule ayant concrètement soulevé l'idée dans un commentaire à ce stade :D
ModesteContesse
Posté le 13/04/2021
Wow je sais pas ce que c'est cette histoire de contre-rapport mais ça a l'air technique alors bon courage x)

Héhé on est flippantes toutes les deux c'est super (ou encore plus effrayant ?)! Rimeko a fait un bon job en mettant en duo xD

Oooh trop hâte que Kali prenne le contrôle, et si c'est pendant longtemps c'est encore mieux ^^ Et c'est assez logique que l'entraînement change en fonction de l'arme effectivement xD

Oh :0 Cela signifierait-il que je suis un génie ? Ahah x) Hâte de voir si ma théorie se vérifie un peu du coup
Sklaërenn
Posté le 13/04/2021
Oui, ça l'est plutôt XD Mais de toute façon, je suis bloquée sur deux point et la personne que je dois contacter dors en ce moment ( normal tu me diras XD ) donc le reste attendra demain.

Dis toi, que pour Kali, ce n'était pas prévu à la base. Ça se fait pour des raisons scénaristique, mais clairement, je sens que je vais autant galérer que m'amuser à écrire ces moments là :3
dodoreve
Posté le 16/02/2021
C'est intéressant le détail sur les espèces qui ont muté ! Ce que j'aime bien dans la découverte de ce monde, c'est que les personnages ont déjà connaissance d'une partie de ce qu'il est (cette histoire de Grande Guerre, la mutation de certaines espèces donc, etc), qu'on le découvre petit à petit, mais qu'en même temps il reste des zones obscures qu'on découvre petit à petit avec les personnages. C'est une approche que je trouve intéressante !
"Tu apprendras a parlé" (à parler)
Sklaërenn
Posté le 17/02/2021
Oui, parce que tout expliquer d'un coup alors que ça fait partie de leur quotidien, donc ils n'éprouvent pas le besoin de faire le point dessus, c'est pas le top. Donc j'essaye de trouver des situations qui permettent de donner des petits trucs par ci par là.

Merci pour la coquille ( le pire étant qu'à la base, j'avait mis -er XD )
meloncolia
Posté le 12/02/2021
Waw qu'elle nouveau chapitre c'est incroyablement frustrent de ne pas savoir ce que cette gélule pourquoi sont il là et cette voix… ton histoire et juste wow c'est fort émotionnellement j'attend la suite avec joie
Sklaërenn
Posté le 12/02/2021
Oui, en parlant de la gélule, je suis déjà à l'écriture du 17 et elle ne sait toujours pas ce qu'il y a dedans xD Et là voix : Kali, est un personnage duquel je prends énormément de plaisir à développer / faire intervenir. Je m'amuse beaucoup avec elle. Et pour le coup, elle me sert à rajouter la pression psychologique que Kaya ressens vis à vis de ladite gélule. Entre le temps qui presse, Dante, Caden et Kali, la pauvre ne peux que plier ahah.

Je suis contente que tu la trouve forte émotionnellement. C'était quelque chose qui me faisait défaut par le passé et visiblement, j'ai pas mal progresser sur ce point.

La suite : Lundi ;)
Vous lisez