Chapitre 10 - narrateur 1

   David décide de rester passer la nuit chez ma grand-mère. Ce n'était pas arrivé depuis bien longtemps. Plus jeunes, nous venions là pendant le weekend pour nous réfugier loin des parents, nous y construisions des cabanes et des tunnels avec des draps et des cartons. Mamie essayait de nous faire dormir dans nos lits, mais c'était peine perdue, nous passions toujours nos nuits dans notre cabane principale, sous la table de la salle à manger. Aujourd'hui, pas de cabane, nous dormons dans l'ancienne chambre de mon père à l'étage. Quand je passe la porte, je trouve David assis en tailleur sur le matelas au sol, l'air pensif.

   - Qu'est-ce qu'il y a ?

   - J'étais juste en train de me demander : ce que tu as fait avec moi dans le jardin tout à l'heure, me transporter d'un point à un autre, peut-être que tu pourrais l'utiliser comme une stratégie de combat. En déplaçant quelqu'un au-dessus d'un ennemi ou dans son dos pour le prendre par surprise.

   - Bien vu. Il faudra que j'y pense.

   - Je serai là pour te le rappeler.

   - Comment ça, tu seras là ?

   - Tu ne crois quand même pas que je vais te laisser partir toute seule sauver le monde des méchants démons auprès de parfaits inconnus ?

   Ah... Voilà la discussion que je redoutais depuis ce matin. David ne veut pas que je parte.

   - Rappelle-toi que je peux t'envoyer voler jusque chez toi si tu ne me laisses pas partir.

   Il n’esquisse même pas un sourire à ma tentative d’humour. Il est vraiment sérieux.

   - Je n'ai jamais dit que je ne voulais pas que tu partes. J'ai dit que je ne te laisserai pas partir seule.

   - David. C'est hors de question. Tu ne peux pas venir avec nous.

   - Et pourquoi pas ? Parce que je ne suis pas comme vous ?

   - Je n'ai pas dit ça.

   - Non, mais tu l'as pensé très fort.

   - Et comment comptes-tu te défendre ? Comment comptes-tu te battre contre les démons ?

   - Je peux apprendre à me battre. Paul en connaît un rayon, Yi aussi. Ils peuvent m'apprendre.

   - Et tu vas abandonner ta famille comme ça, juste pour moi ?

   - Je ne les abandonne pas, je t'accompagne sauver le monde, c'est différent.

   - S'il-te-plaît, ne fais pas d'humour, je parle sérieusement.

   - Je ne rigole pas. Je n'abandonne pas ma famille, je les reverrai. Tout comme tu reverras la tienne.

   - Tu ne sais pas.

   - Toi non plus. Mais il ne s'agit pas de savoir, il s'agit d'y croire.

   - Mais tu ne peux pas tout laisser tomber pour moi ! David, tu as une vie ici.

   Il se met debout et vient me faire face.

   - Pas sans toi.

   Je savais qu'il allait dire ça. Moi non plus, je ne peux pas me passer de lui et l'idée de le quitter pour partir avec des étrangers faire je ne sais quoi je ne sais où me terrifie. Tout est si nouveau et David reste le seul élément permanent. Mon allié, mon meilleur ami. Il prend mes mains dans les siennes et continue.

   - Sans toi, je n'ai rien ici. Je ne peux pas te laisser partir comme ça, sans savoir où tu vas ni quand tu vas revenir. Et je ne parle même pas de ce qui pourrait t'arriver. Je ne laisserai jamais personne te faire du mal, tu m'entends ? Jamais. Et je serai toujours là pour toi, Marina. Toujours.

   Il me serre très fort contre lui et je lui rends son étreinte. Je ne peux m'empêcher de penser au fait que les intentions de David ne sont peut-être pas seulement amicales, mais peu importe. Moi non plus, je ne suis rien sans lui et je veux qu'il vienne avec nous. Il apprendra à se défendre et en attendant, je me chargerai de cette tâche. Son pouvoir, c'est notre amitié.

   Alors que nous nous tenons toujours dans les bras l'un de l'autre, un bruit énorme retentit au rez-de-chaussée. Probablement dans la cuisine vu les tintements de casseroles. Ma grand-mère apparaît dans l'embrasure de la porte et sans une parole, elle m’indique de prendre mon arc et de la suivre en bas. Nous descendons tout doucement, Mamie en tête et David derrière moi. Les bruits de casserole s'atténuent et ce sont maintenant des gémissements que nous entendons. Je garde mon arc en position et Mamie accélère le pas puis se met à courir vers la cuisine. David et moi la suivons de prêt.

   Paul et Yi sont revenus. Avec l'autre membre de Sibérie. Une Sibérienne plus exactement. Mais elle n'a pas l'air en très bon état. Accrochée à Yi en koala, sa tête repose sur son épaule, les yeux fermés. Paul est arrivé les fesses sur le comptoir de la cuisine et la tête dans les casseroles suspendues, Yi debout en face de lui. Mamie se précipite vers eux et aide Paul à remettre ses deux pieds au sol. David et moi aidons Yi à descendre notre nouvelle alliée de son dos. Elle se laisse aller sans dire un mot. Yi l'installe sur une chaise, mais ma grand-mère lui désigne le salon, où elle sera mieux sur le canapé. Elle semble inconsciente ou juste à la limite. Yi la maintient en permanence pour qu’elle ne tombe pas de la chaise.

   Il se tourne vers nous pour dire quelque chose, mais aucun son ne sort de sa bouche, juste une sorte de râle. Paul comprend tout de suite et attrape des verres qu'il remplit d'eau fraîche. Yi l'avale en une seconde et s'en ressert deux identiques avant de pousser un soupir de soulagement.

   - Nous étions dans un endroit très sec, nous explique-t-il.

   - En Sibérie ?, lui répond David avec étonnement.

   - Pas exactement.

   Paul nous raconte leur petit détour par cette espèce de désert où ils ont dû faire face à un nombre incalculable de démons qu'ils ont réussi à ralentir avant de pouvoir s’éloigner et se téléporter ici. Mamie semble soudain très inquiète.

   - Comment s'assurer qu'ils ne vous ont pas suivis ?

   - Pas de risque. Avec ce que Yi leur a mis, ils n'ont même pas pu nous voir nous téléporter.

   Nous nous tournons tous vers lui pour le féliciter, mais il a quitté la cuisine. Il est dans le salon, accroupi au bord du canapé, un verre d'eau en main pour essayer de donner à boire à la fille de Russie. Il a passé un bras sous sa nuque pour lui relever la tête et elle parvient à avaler quelques gorgées. Paul brise le silence.

   - Je vous présente Sacha. Qui est beaucoup plus menaçante quand elle est en forme.

   Yi a posé le verre et avance sa main pour remettre une mèche de cheveux qui tombe sur le visage de Sacha. Il lui a à peine effleuré le front qu’elle lève son bras subitement et lui bloque le poignet avec une force impressionnante. David se tourne vers Paul.

   - Ah oui ?

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
annececile
Posté le 13/04/2020
Les voila tous ensemble. C'est sur que sans don surhumain, David risque beaucoup plus que les autres au milieu des demons, ca surprend un peu que Marina ne soit pas plus inquiete pour sa survie. Evidemment, sa presence la reconforte mais peut-etre mentionner un peu plus son inquietude, son dilemme? Affaire a suivre...
Schumiorange
Posté le 13/04/2020
Très bonne remarque concernant David. La question de sa sécurité va revenir plusieurs fois, car le choix de Marina ne fait pas l'unanimité. Mais il a beau être simplement humain, David va s'avérer plus utile qu'on ne le pense dans certaines situations…
Renarde
Posté le 21/12/2019
Coucou Schumiorange,

Ah, c'est chouette de les voir tous réunis !

Bon, je rejoins les amis/famille de Marina : David est amoureux, c'est pas possible autrement. Et Marina qui ne le considère que comme un ami, cela présage des moments difficiles entre les deux. Surtout qu'emmener David sur le champ de bataille m'apparaît vraiment comme la pire des idées.

J'ai bien aimé les anecdotes sur leurs cabanes d'enfance au début. Cela ramène à la "vie d'avant". Le contraste avec la téléportation et Sacha qui débarque blessée de Sibérie juste après marque bien le contraste : l'enfance est terminée.
Schumiorange
Posté le 27/12/2019
Salut Renarde !

Quel plaisir de lire tes commentaires ! Merci beaucoup !

J'aime bien que tu ne sois pas d'accord avec le fait que David les accompagne ! Je trouvais son personnage trop intéressant pour le laisser sur place !

Intéressant aussi ce que tu dis sur le contraste entre la vie d'avant et leur nouvelle vie. Tu retrouveras d'autres références tout au long du texte. Même s'ils acceptent assez vite leur changement de vie, je voulais montrer qu'ils n'oublient pas complètement d'où ils viennent et qu'ils font la différence entre ce qui leur arrive et la "vie normale".

David et Marina… Affaire à suivre : )
Vous lisez