Chapitre 10 : Isis

Par Zoju
Notes de l’auteur : J'espère que ce chapitre vous plaira ! Bonne lecture !

Luna semble aussi surprise que moi de nous trouver face à face et pendant un long moment, nous nous contentons de nous fixer sans dire un mot. C’est finalement la sœur d’Elena qui brise le mur entre nous. Je suis brusquement serrée contre elle, le souffle court. J’aimerais lui rendre son étreinte, mais je reste encore trop abasourdie pour réagir et puis cela m’est particulièrement étrange de me comporter de la sorte avec une ancienne supérieure. Nous ne nous connaissions pourtant pas tellement. Toujours avec vivacité, celle-ci s’écarte de moi, un sourire aux lèvres.

- J’avais entendu qu’il y avait des gens de la base autres que les victimes d’Assic qui nous avait rejoints, mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit toi.

- J’ai réussi à m’enfuir, me contenté-je de répondre. Mais toi, comment as-tu fait ? Tu étais pourtant…

- Morte, complète-t-elle à ma place. C’était le but.

Magda pose une main sur l’épaule de mon interlocutrice.

- Luna, je suis heureuse que tu aies retrouvé une connaissance, mais pouvez-vous discuter autre part, la distribution est loin d’être finie.

- Pas de soucis, maman.

Elle cale une main derrière mon dos et dit à mon intention :

- Allons à l’arrière, nous serons plus à l’aise.

Je me contente de hocher la tête et de remercier Madeleine et Magda pour leur aide avant d’emboiter le pas à l’ancienne soldate. Alors que Luna s’installe sur une caisse, je demande :

- Magda est ta mère ?

Une expression de tendresse se dessine sur le visage de la jeune femme.

- Oui, et c’est aussi la mère d’adoption d’Elena.

Voilà bien quelque chose auquel je ne m’attendais pas. J’ignorais qu’Elena avait été adoptée et que Luna n’était que sa demi-sœur. J’étais persuadée qu’elles avaient la même mère et que celle-ci était morte. En soi, ma cheffe ne m’a pas menti, mais pourquoi m’a-t-elle caché ça ? D’un côté, elle n’avait aucune raison de m’en parler et la connaissant elle m’aurait rabroué en me disant que ce n’étaient pas mes affaires. Toutefois, face aux propos de Luna, je ne peux m’empêcher d’être surprise.

- Pourquoi est-elle ici ? m’étonné-je. Votre père est pourtant le dirigeant de la base.

Son regard s’assombrit et c’est d’un ton amer qu’elle me répond :

- Celui-ci l’a en quelque sorte répudié et de toute façon ma mère ne l’a jamais beaucoup apprécié. C’était un mariage d’intérêt.

Je m’apprête à l’interroger davantage, mais elle me coupe gentiment :

- Si cela ne te dérange pas, je préfère que nous nous en arrêtions là.

Je ferme aussitôt la bouche quelque peu mal à l’aise. Il va vraiment falloir que je contrôle ma trop grande curiosité. Les secondes s’écoulent avant que la gaîté de mon interlocutrice revienne.  

- Parle-moi plutôt de toi. Je viens de rentrer et je ne suis pas encore très au fait des derniers évènements. Que t’est-il arrivé pour que je te retrouve ici ?

- Liam m’a aidée. Elena et Hans s’étaient enfuis de la base et pour éviter que Tellin s’en prenne à moi, il a décidé de me faire quitter les lieux.

Je reporte mon attention sur Luna qui me fixe perplexe, un sourire figé sur ses lèvres.

- Je suis heureuse pour toi, Isis, sincèrement, mais je dois t’admettre que je n’arrive pas à comprendre ton histoire. Pourquoi ma sœur et Hans ont-ils fui ? Je sais qu’Elena mourrait d’envie de quitter cet endroit, mais ce n’est pas son genre d’agir de la sorte. Elle est beaucoup trop prudente.

Mes dents mordillent ma lèvre inférieure.

- Pour tout t’avouer, je suis moi-même dans le flou. Il vaudrait mieux que tu ailles demander à Hans. Il est avec…

Luna qui se contentait de m’écouter sans bouger se redresse vivement une expression stupéfaite sur le visage.

- Hans est ici ? s’exclame-t-elle.

Sa réaction me surprend, à l’évidence elle ne s’attendait pas à ce que le colonel rejoigne les rebelles.

- Il est arrivé en même temps que moi, oui, confirmé-je.

- Et Elena ? s’empresse de me questionner Luna les yeux brillants d’espoir.

Mon cœur se serre brusquement et c’est avec peine que j’apprends à celle-ci :

- Lors de leur fuite, ils ont été rattrapés par Tellin.

Ma mâchoire se contracte alors que je me rappelle la détresse qui m’avait envahi quand Hans me l’a dit. Je garde une certaine amertume vis-à-vis de mon ancienne supérieure et pourtant j’ai eu beaucoup de mal à accepter les propos d’Hans. C’est à contrecœur que je poursuis :

- Elle a été ramenée de force à la base.

Le visage de Luna est désormais livide et je perçois aisément la déception, mais également une rage sourde qui s’emparent d’elle. Ses poings se contractent brusquement.

- Où est Hans ? me demande-t-elle les dents serrées.

Je déglutis difficilement, car même si je suis persuadée que Luna ne me fera rien, à cet instant précis, elle me terrifie. Elle n’a plus rien avoir avec la personne souriante et chaleureuse qu’elle était, il y a encore un instant.

- Avec Tim. Celui-ci devait lui parler, mais ce n’est pas sa faute, rajouté-je craignant de plus en plus les réactions de la jeune femme. 

Sans m’accorder un regard, elle s’élance en dehors de l’intendance. Je m’empresse de la suivre. Toutefois, il faut que je trottine pour me placer à ses côtés et même à cette allure, j’ai bien du mal à ne pas me faire distancer. Nous arrivons relativement vite à la tente de Tim. Celui-ci patiente à l’extérieur, une certaine contrariété plissant son front. Luna se campe devant lui.

- J’ai besoin de parler avec Hans, Tim. Où est-il ?

- Toujours aussi cavalière, lâche-t-il comme un reproche. Malheureusement, je crains que tu n’ailles devoir attendre cette fois-ci.

La colère laisse place à une inquiétude évidente.

- Pourquoi ? s’étonne la jeune femme.

- Il a fait un malaise. Tiphaine s’occupe de lui à l’intérieur. On va l’emmener à l’infirmerie.

- Oh non, hoqueté-je.

L’anxiété me gagne en entendant les propos du rebelle et je devine immédiatement la cause de son mal. Luna, ignorant la teneur réelle de la situation, nous observe avec gravité. Je peux sentir son regard me détaillant et remarque que mon changement d’état d’esprit ne lui a pas échappé.

- J’ai l’impression que vous ne me dites pas tout, s’impatiente-t-elle.

Tim se penche légèrement et lui glisse quelque chose à l’oreille. L’instant d’après, l’horreur se lit dans les prunelles de celle-ci.

- Mais pourquoi ? murmure-t-elle la voix tremblante avant de s’exclamer plus fort. Hans a toujours été un soldat exemplaire. L’armée n’aurait jamais sacrifié un élément aussi prometteur.

Le chef des rebelles la coupe d’un geste.

- On reparlera de ça plus tard, Luna, l’intime-t-il.

Il baisse d’un ton pour poursuivre. Si je n’entends pas le début, j’arrive à comprendre la fin.

- Il y a trop de monde dans les parages et je pense qu’Hans sera mieux amène que moi pour te raconter ce qui s’est passé.

Son interlocutrice s’apprête à répliquer. Toutefois, elle se rétracte lorsque Tim secoue la tête annonçant ainsi le terme de leur discussion. Deux hommes avec un brancard finissent par arriver. Après avoir échangé deux, trois mots avec Tim, ils pénètrent à l’intérieur de la tente et ressortent quelques minutes plus tard avec Hans. Mon sang se glace quand mon regard se pose sur l’ancien soldat. D’une pâleur à faire peur, il respire difficilement et semble au plus mal. Je porte mon attention sur Luna pour voir sa réaction. Celle-ci, les yeux hagards se contente d’observer la scène sans ciller. Ce n’est que lorsque les infirmiers ont disparu au loin qu’elle lâche dans un souffle :

- Décidément, je ne m’attendais pas à ça.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez