Chapitre 1 : Vers un nouveau Monde

L'ordinateur émettait des sons à mesure que les notifications s'ajoutaient sur l'écran. Elles formaient désormais une longue liste. Ils étaient tous trois assis en face de l'écran, lisant un à un les commentaires qui défilaient sur le site officiel de leur écrivain favori. À sa gauche, Céleste  appuyait sa tête sur sa main, immobile. Seuls ses yeux bougeaient, balayaient l'écran. À sa droite, Zoya dessinait une silhouette de son crayon à papier. Kyan, lui, était penché, face à son écran, pour ne rien rater des commentaires. Ses poings se serraient à mesure que la colère grandissait.

"C'est bien qu'elle soit morte. De toute façon elle ne servait à rien."
"Personnage vide d'intérêt, cliché à souhait. L'auteur a pris la bonne décision."
"Mdr keskel été null le meileur c Mihran"
"Enfin ! J'pouvais plus la supporter la niaise"

Il désirait frapper du poing contre les accoudoirs de son fauteuil, au mieux frapper du poing les visages de ces lecteurs. Au lieu de cela, il fit défiler la page à l'aide de la molette de sa souris, à la recherche d'un commentaire positif. Céleste tourna la tête vers lui, les sourcils haussés :

–Tu tiens tant que ça à te faire du mal ?

Puis, redressant la tête, il s'adressa à Zoya :

–Qu'est-ce que tu dessines ?
–Ankinée, répondit-elle d'une voix évasive.

Ses cheveux blonds contrastaient avec la peau noire de Céleste, et celle, plus claire mais toujours matte, de Kyan. Ils étaient installés dans sa chambre pour suivre l'actualité du site officiel de Célian Pankraz, l'auteur de la série Fantaisie la plus populaire ces dernières années. Les Chroniques d'Aradæïa. Dès la sortie du Tome 6, ils s'étaient précipités à la librairie pour le dévorer. Cependant, la fin du livre avait été riche en rebondissements, dont la mort de l'un des personnages phares. Ankinée. Il quitta l'écran des yeux pour regarder la feuille de Zoya. Les traits sur le papier se multipliaient, offrant un visage au personnage. Une jeune fille aux longs cheveux châtains coiffés en une natte, de grand yeux expressifs, un visage doux et serein, des lèvres qui s'étiraient en un sourire.

Il était vrai qu'Ankinée n'avait jamais vraiment été appréciée des fans de la série. Sa bonté, son esprit pur et sa générosité étaient définis comme des défauts par les lecteurs. Selon eux, elle était un personnage creux, sans intérêt. Les lecteurs préféraient des personnages plus sombres, plus complexes. Ils préféraient des personnages dont le passé avait été difficile, qui avaient traversé des épreuves et qui étaient écorchés vifs. Kyan était un grand passionné des Chroniques d'Aradæïa. Il avait tout de suite été captivé par l'univers, le contexte, l'ensemble des personnages et la portée de l'intrigue. La plume de Pankraz ne manquait pas de charme, plonger dans ses écrits avait toujours été un plaisir, depuis les premières lignes du premier tome.

Il avait tout de suite été captivé par la quête de Mihran, qui cherchait à lever la malédiction liée à sa rune et au passé de sa famille. Ankinée, une jeune mège en devenir, avait choisi de l'accompagner par pure bonté et générosité, touchée par l'histoire et la détresse du jeune homme. Le troisième personnage formant ce trio de protagonistes était Ylaïda, une fille à la forte personnalité, têtue et bagarreuse, qui avait choisi de l'aider en échange de lui venir en aide dans sa quête de vengeance, suite au meurtre de son père adoptif.

Mais la mort d'Ankinée, c'était comme tuer une partie de son livre. Kyan s'était attaché à ce personnage, peut-être plus qu'il ne l'avait été au protagoniste, Mihran. Dans cet univers qui devenait de plus en plus sombre au fil de la narration, Ankinée demeurait lumineuse malgré les épreuves passées. Même si son amour pour le héros n'était pas réciproque, elle était restée un soutien pour tout le groupe, et avait même toujours aidé Mihran. L'issue du dernier tome l'avait déçue, mais ce n'était pas le même ressenti du côté des autres fans, à travers la France.

Pourquoi s'acharner sur un personnage aussi charmant ? Au-delà des fans, on eut presque dit que l'auteur lui-même avait trouvé son compte en amenant la jeune fille à se confronter à la souffrance. Kyan aurait désiré pour elle une fin heureuse, à la hauteur des efforts accomplis.
Céleste passa la main devant l'écran de l'ordinateur :

– Ouhou, Kyan, ici la terre ! Dit-il au ralenti. Il est temps d'éteindre la machine.
– Pourquoi ? Répondit-il, légèrement agacé.
– Ça ne sert à rien de s'éterniser là-dessus, dit Zoya en souriant. Il fait beau dehors. Allons-nous promener.
– Allez-y sans moi.
–T'as pris ce bouquin un peu trop à coeur, dit Céleste. J'aime beaucoup cette série, mais j'en fais pas ma vie.

Il se leva de sa chaise, s'étira, puis posa une main sur l'épaule de Kiyan :

—Si tu persistes, je vais devoir éteindre l'ordi par la force.
—C'est bon, je viens avec vous. Mais laissez-moi faire une dernière chose.
—Lire les commentaires une heure de plus ? Questionna Zoya, sarcastique.

Kyan déplaça le curseur sur l'écran, puis il cliqua sur l'icône du menu. Une fois déroulé, il cliqua sur le bouton "Contact". La page chargea un formulaire, que le jeune homme rempli d'une traite. Pseudonyme, adresse émail, numéro de téléphone. Objet : Ankinée. Puis il cliqua sur le champ du contenu du message :

"Ankinée était l'un des personnages les mieux construits, les plus attachants de votre série. J'aimais la voir grandir et devenir plus forte à travers votre plume. Alors je vais juste vous poser une question : pourquoi l'avoir tué ?"

—Je trouve que ta question est... Commença Zoya.

Mais déjà il cliquait sur le bouton "Envoyer".

—... Mal formulée.
—Tu as déjà oublié que tu t'adresses à la plus grande des têtes de mules ? Plaisanta Céleste.

La page chargea, aboutissant sur un habituel texte "votre message a bien été envoyé". Kyan n'attendait pas de réponse. À son tour il se leva, laissant son ordinateur allumé, puis ouvrit la porte de sa chambre. Ils traversèrent le couloir du petit appartement pour arriver au salon. Son père était assis sur le canapé, regardait la télé, toujours sur ce talk show dont le présentateur se perdait la moitié du temps dans d'interminables fous rires.

—Vous allez où ? Demanda Mustapha en tournant le visage vers eux.
—On va sortir, monsieur, répondit Zoya.
—Tâches de rentrer pour le dîner, fils.
—Où est maman ?
—Encore au boulot, soupira son père.

Nora, sa mère, était une femme active, travaillait dans un cabinet de communication. Quant à son père, il voguait entre les travaux intérimaires dans la maçonnerie. Actuellement sans emploi, il jouait les hommes au foyer en attendant que son épouse rentre.

—À toute à l’heure, dit-il en ouvrant la porte d'entrée, suivi de ses meilleurs amis.

Ils dévalèrent les escaliers pour vite sortir du bâtiment et respirer le grand air du quartier. Devant eux, des enfants jouaient. Il était 17 h 30, c'était un vendredi.

—Attends, mais t'as pas entraînement ce soir ? Demanda Kyan à Céleste.
— Il est annulé pour cette fois. Le coach est malade.

Céleste pratiquait régulièrement la boxe. Il était inscrit dans un club depuis plusieurs années déjà, et était d'après son entraîneur assez talentueux. Kyan s'était demandé si son ami allait faire de ce sport sa carrière ou s'il allait poursuivre ses études après le Bac.

Ils avançaient au bord des rives du Lez, le regard perdu sur l'étendue d'eau qui coulait continuellement sur son lit. Puis il sentit son portable vibrer dans sa poche. Un message de sa mère ? Kyan plongea la main dans sa poche pour en sortir son téléphone, puis le déverrouilla.

Ses yeux s'écarquillèrent en lisant le texte :

—Célian Pankraz ! Célian Pankraz a répondu !
—Sérieux ? S'écria Céleste en se penchant aussitôt sur le téléphone.

Zoya et lui se collèrent à lui, les yeux brillants. Quant à Kyan, il avait beau lire et relire le texte, il n'en croyait rien. Son amie lut le message à haute voix :

—Si tu veux tout comprendre, rendez-vous Place de la Comédie.
—Quoi ? S'exclama Kyan. Il nous y attend comme un PNJ ?
—Étrange, releva Céleste. Il est de passage en ville ?
— En tout cas, il nous y attend, répondit Zoya. Qu'est-ce qu'on attend pour le rejoindre ?

C'était décidé, ils allaient prendre le tramway : direction Place de la Comédie. Ils se dirigèrent tout de suite à l'arrêt le plus proche, puis prirent la direction du point de rendez-vous. Dans le tram, il y avait du monde plein à craquer. Ils demeurèrent debout, s'appuyant aux accoudoirs pour garder l'équilibre, en attendant d'arriver à destination.

Lorsqu'ils reconnurent les lieux, ils descendirent du tramway. Kyan soupira, retrouvant enfin un peu d'air après avoir été étouffé dans ce bain de foule forcé.

—Vous le voyez ? Demanda-t-il à ses amis.
—Ça va être compliqué, lâcha Zoya. Il ne manque pas de gens ici.

Pas faux. Il y avait foule, entre les étudiants, les enfants et les adultes, il était difficile de distinguer qui que ce soit. À leur gauche, la statue des Trois Grâces était toujours un perchoir de qualité pour les pigeons.

La place était pleine à craquer, les cafés étaient remplis, et une petite file attendait devant le cinéma. Un peu plus loin, un groupe de danseurs s'étaient improvisés une piste de danse sur les pavés de la place.
Puis Zoya pointa le doigt :

—Regardez. Là bas.

Kyan suivit la trajectoire des yeux, mais ne vit rien d'autre que l'une des rues. À côté de lui, Céleste haussait les épaules :

— Je ne vois rien.
—Si. Regardez bien. J'ai vu un papier disparaître d'un coup.
—Allons voir ça de plus près, proposa-t-il.

Céleste et lui suivirent Zoya à travers la place, passant près de la file devant le cinéma pour se rapprocher d'une poubelle.

—Si par disparaître tu voulais dire dans la poubelle, commença Céleste, c'est vraiment une mauvaise blague.

Zoya déchira un morceau d'une page de son carnet à dessin, puis le tendit devant elle. À leur grande surprise, il y eut comme un reflet, comme si un miroir se trouvait juste en face d'eux, et le morceau de papier disparut dans un petit éclat lumineux.

—Là ça devient bizarre, lâcha Céleste.
—Kyan, l'interrogea Zoya. Que faisons-nous ?

Le garçon se mordit la lèvre, réfléchissant à la décision à prendre. Mais il n'eut pas le temps de faire un choix qu'il sentit derrière lui quelque chose le pousser. Il avança droit dans le miroir, bousculant ses amis avec lui.

Il était désormais happé par une énergie qui dépassait ses connaissances.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Troian.Leroy
Posté le 23/08/2020
Salut !

J'ai beaucoup apprécié la lecture de ton chapitre ! Je vais te faire une petite liste de ce que j'ai le plus aimé et de ce que tu pourrais améliorer !

A améliorer :
- les répétitions
- le verbe être revient vraiment trop souvent, c'est dommage parce que tu utilises un vocabulaire très varié.
- l'utilisation du pronom "on"

Les points forts :
- des personnages avec un fort caractère
- l'intrigue s'enchaine vite
- on rentre bien dans l'histoire
- la chute est peut-être un peu rapide, mais perso j'ai hâte de découvrir le moment où ils arrivent dans le roman alors ça ne me gêne pas
- une bonne chute, j'ai envie de connaître la suite !

Voilà pour le chapitre 1 !
Notsil
Posté le 26/07/2020
Coucou :)
J'ai trouvé le résumé intrigant, et le concept chouette. Ça pousse à la curiosité !

Quelques trucs côté typo. Pas de majuscule après les ? ! dans les dialogues ( -Blabla ! s'écria-t-il. )

Tu as un Kyan / Kiyan à un moment, j'imagine que le 2ème est une petite erreur ^^

Je passe à l'ortho, pas grand-chose à signaler mais voilà ce que j'ai vu, si jamais.
"L'issue du dernier tome l'avait déçue," -> ça a déçu Kyan, donc "déçu"

"Alors je vais juste vous poser une question : pourquoi l'avoir tué ?" -> tuée

"À toute à l’heure, dit-il en ouvrant la porte d'entrée" -> tout

Quelques petites répétitions, éventuellement :
"qui avait choisi de l'aider en échange de lui venir en aide"

"En tout cas, il nous y attend, répondit Zoya. Qu'est-ce qu'on attend pour le rejoindre ?"
"une petite file attendait devant le cinéma." -> patientait pour changer des attendait ? (il y en a plusieurs en quelques lignes ^^).

Je te laisse juge de voir si les répétitions étaient voulues ou autre, hein ;)

J'aurais aimé un peu plus de description sur l'effet miroir de la fin. Peut-être qu'on en saura davantage dans le chapitre d'après, mais là, je reste un peu sur ma faim :)
D'ailleurs, un éclat brillant aurait + attiré leur attention qu'un papier qui disparait, non ? Surtout de loin, sur une place bondée ? Comme un truc qui émet des signaux, et puis du coup s'ils balancent un déchet dans la poubelle, ça disparait ?

Les pauvres, ils vont avoir un choc, n'empêche :p

J'attendrai la suite ;)
Encre de Calame
Posté le 26/07/2020
Coucou !

Merci beaucoup pour tes corrections et tes conseils, je garde ça pour la phase réécriture / correction quand j'aurais terminé le premier jet !

La fin est un peu précipitée oui, le prochain chapitre devrait normalement être plus clair !

Je te remercie encore, j'espère que la suite te plaira :)
Denisette
Posté le 22/07/2020
Hello ! J'ai découvert ce premier chapitre avec plaisir, ça se lit bien et c'est assez fluide dans l'ensemble, même si je pense qu'il sera possible de pousser un peu plus loin la plume.

Sur le fond :

Le pitch initial est intéressant, il m'a donné envie de lire - qui n'aurait pas envie de se retrouver embarqué dans son roman préféré ! C'est un peu tôt pour pouvoir se prononcer, mais je trouve que c'est un très bon potentiel.

En revanche quelques points m'ont un peu embêtée : il y a beaucoup de noms à retenir en très peu de temps, sur des personnages qu'on n'a pas vraiment encore eu le temps de voir agir. A la fin de ma lecture, j'aurai bien été incapable de me souvenir de tout les noms et de les attribuer non seulement à un personnage, mais aussi à un caractère ou une particularité. Je trouve personnellement (même si cela n'engage que moi) que l'arrivée & présentations (+ descriptions) des personnages passe mieux lorsque c'est au travers d'une action, et non pas de manière trop formelle du genre "voici untel, il aime ça".

Aussi, je pense que le basculement dans le roman arrive trop rapidement. On n'a pas le temps d'apprendre à connaitre un peu les personnages, à comprendre pourquoi ils aiment tant ce roman et ce personnages, etc. donc quand ils sont happés, on manque d'émotion et d'empathie pour eux. Je pense qu'il serait bien de prendre un peu plus de le temps de poser le décor et de nous faire entrer dans leur tête avant que le gros élément perturbateur de l'histoire arrive.

Sur la forme :

Quelques tournures de phrases qui mériteraient peut être un re-travail - je ne vais pas entrer dans le détail mais si tu le souhaites on pourra le faire en privé :) Mais comme je disais au début je trouve que ta plume est bonne et prometteuse.

Bien entendu, comme je le dis tout le temps, mon avis est personnel et vaut ce qu'il vaut, mais je le donne toujours avec la plus grande sincérité et bienveillance :) Je lirai la suite avec plaisir !
Encre de Calame
Posté le 22/07/2020
Coucou !

Merci pour ton commentaire !

Je suis d'accord avec toi, on m'avait déjà fait ces remarques, mais je n'ai pas encore retouché le texte, car il s'agit encore du premier jet. J'attends d'abord d'atteindre la fin du roman pour tout retravailler comme il le mérite.

Normalement, chaque personnage sera développé par la suite, j'espère qu'ils se montreront plus humains.

Merci encore pour ton avis, j'espère que la suite te plaira :)
Hugo Melmoth
Posté le 21/07/2020
Je tombe sur ce roman par hasard, et lis le premier chapitre par curiosité...J'ADORE !
Ce premier chapitre (écrit aujourd'hui même, comme je l'ai vu) est d'une belle plume, avec une description agréable à lire, ce qui n'est pas facile à faire, et encore moins donné... Ceci me plait beaucoup, roman dans ma Pile à lire !
Je suis impatient de découvrir la suite :) !
Encre de Calame
Posté le 21/07/2020
Merci beaucoup !
Je suis très heureuse que ce premier chapitre vous ait plu, j'espère que vous apprécierez tout autant la suite :D
Vous lisez