Chapitre 1 Partie I - Départ - Kaya

Notes de l’auteur : Aucune reproduction, même partielle, autres que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans 'autorisation expresse de l'auteur.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Tempest est mon nouveau projet et le premier dans le domaine science-fiction. Jusque-là j'écrivais seulement des histoires de type Fantasy / Fantastique.

— Tu prends bien soin d'elle, hein ! lança Matthew en prenant mon meilleur ami dans ses bras.
— Ne t'inquiète pas, elle est comme ma sœur et puis, ce n'est pas la première fois que l'on part en voyage, lui dit Caden. Surtout que les autres seront là.

Je les observais de l'autre bout du jardin en savourant le calme environnant.
Plus que quelques minutes avant de prendre la route, pensais-je. Je bus une gorgée de mon jus vitaminé avant de poser mon regard sur une petite tête brune qui jouait dans le sable à gauche de l'arbre.
— Maman ! Regarde mon château de sable, dit-il tout sourire.

Ce n'était rien de très abouti, mais je me sentais fière de sa construction et surtout de la joie qu'il arborait. Je lui rendis son sourire et allai le rejoindre pour creuser les douves autour. J'adorais notre cadre actuel. Dans l'arbre, une cabane. Quelque chose que j'avais toujours rêvé d'avoir et c'est un lieu dans lequel on passait beaucoup de temps. Mon endroit préféré ? Le hamac entre les deux châtaigniers à droite. Notre maison était rustique avec un intérieur plutôt récent en matière d'ameublement. Le mont Vertmonlt derrière avec la neige à son sommet m'apportait calme et sérénité.

Nous avions emménagé dans cette région à la venue de Jessee. Le meilleur choix de notre vie. La ville, l'effervescence, les voisins trop proches, ce n'était pas pour nous. Avec Matthew, nous avions prévu de partir deux ans en voyage. Parcourir les routes dans notre camping-car serait une aventure très riche à vivre, j'en étais certaine. Il nous était important d'offrir cette chance à notre fils. Depuis la Grande Guerre, tout était plus calme. Tout cela avait pris fin juste avant notre naissance. Cela ne faisait qu'une dizaine d'années seulement que nous étions parvenus à un équilibre fragile, où tout le monde trouvait un toit et de quoi manger sans manquer.

Une main se posa sur mon épaule, me tirant de mes pensées.
— Tes affaires sont prêtes, Kaya ? me questionna Matthew.
— Tout est dans la Jeep. Et toi, prêt à survivre sans moi ? dis-je en me relevant, un sourire en coin.

Ses yeux pétillèrent d'amusement, prêts à relever le défi et parallèlement, il fit la moue en disant ne pas savoir s'il y parviendrait. Il m'attira à lui et m'embrassa avec envie. Pourtant, je m'étais assuré de lui avoir laissé un souvenir cuisant ce matin sous la douche. Ce mec est décidément toujours aussi insatiable.
— Espèce de gourmand !
— Avec toi ? Toujours. Je n'en aurai jamais assez.
— Les chambres c'est à l'étage les amoureux, gloussa Caden en buvant une gorgée de sa bière. Mais ne tardez pas, on doit prendre la route, nous, reprit-il en nous faisant un clin d'œil.

Je pouffai et embrassai encore une fois mon homme. J'aimais son odeur, la chaleur que ses doigts provoquaient encore en me touchant, malgré les années qui passaient. Ses yeux verts et ses lèvres fermes, qui appelaient à d'autres baisers beaucoup moins chastes, compliquèrent toutes tentatives de résistance. Je dus faire preuve de beaucoup de volonté pour me détacher de son étreinte et stopper ce moment qui devenait bien trop tentant à mon goût. Puis, je me tournai vers mon fils et je lui rappelai que j'allais bientôt partir. Il fit mine de faire la tête et il me sauta dessus pour réclamer un câlin. Je le pris volontiers dans mes bras. Il émanait de lui un mélange de cannelle et d'orange, qui avait le don de m'apaiser. L'impatience de mon départ était teintée d'inquiétude quant au fait de le laisser. Non pas que je doutais de Matthew, mais je n'était jamais partie, pas même une nuit depuis sa naissance. Autant dire que c'était loin d'être facile de partir comme ça durant deux semaines.

— Bon, je vais faire un check à l'intérieur, tu veux venir avec moi mon cœur ? demandai-je à Jessee.
— Oui ! s'écria-t-il, avant de se précipiter pour ouvrir notre véranda.

Je fis le tour de notre maison une dernière fois pour être sûre de ne rien avoir oublié et fis une caresse à notre chat qui dormait tranquillement sur le bord de la fenêtre de la cuisine. Je pris ma veste, attachai mes cheveux et montai dans la chambre de mon fils pour aller y dessiner un cœur sur son mur à craie et coller quelques photos de nous au-dessus de sa tête de lit. Un petit rituel que je faisais à chaque fois que j'allais travailler. Mais pour cette fois, en plus d'y accrocher des cœurs tout autour, j'en avais rajouté et je lui avais mis un bocal à bisous sur sa table de nuit. Il me donna un de ses doudous pour que je l'emmène avec moi. Un petit tigre du nom de Serpio, un peu délavé par le temps et les machines, mais il serait un bon compagnon de route.
— Maman tu prends bien soin de mon doudou, d'accord ? déclara-t-il une main sur les hanches et l'autre avec le doigt levé vers moi, pour me mettre en garde.

Je craquai devant cette petite bouille et l'attrapai pour le mettre sur son lit et lui faire quelques chatouilles avant qu'il ne me dise stop et ne se jette sur moi à son tour, pour me faire subir le même sort.
— Stop ! Stop, vous êtes trop fort monsieur. Je m'avoue vaincue.
— Ahahah ! Maman : 0, Jessee : 1 ! Je suis le plus fort !
— Oui, c'est bien toi le plus fort, mon cœur.
— Kaya ? On va y aller, m'appela Caden dans la cuisine. Tom, Ellie et Josh sont déjà sur la route.
— Ça marche, j'arrive ! répondis-je avant de me relever.
— Maman ? Tu vas revenir dans longtemps ?
— Non, mon cœur, regarde la frise du temps. Tu vois la gommette sur ma photo ? Juste sous la case du 13 Mars ? 
— Oui.
— Et tu vois là, où se trouve ta photo sur la frise ?
— Oui.
— Eh bien, si on compte ensemble, tu verras qu'il reste quinze dodos avant que je ne revienne. C'est vrai que c'est un peu long, mais je serai revenu pour ton anniversaire, promis, finis-je, en lui faisant un bisou sur le front. Et puis, on s'appellera tous les deux dodos pour se parler sur le téléphone de papa. Tu te rappelles ?

Il acquiesça avant de me faire un autre grand câlin. Puis nous descendîmes et il traversa la maison en courant pour aller m'ouvrir la porte. Il paraissait rassuré par ce que je lui avais dit et à vrai dire, cela m'avait moi-même fait du bien de voir que ce ne serait pas si long que ça.
— Ah ! j'ai oublié mon téléphone sur la table du jardin, je reviens, fit Caden.

Je me plaçai dans la Jeep en attendant Caden qui n'allait plus tarder et prit Jessee sur mes genoux. Il adorait tenir le volant et appuyer sur le klaxon. Il actionna les essuie-glaces, tandis que je mettais la radio en route.
— .... Muraliens qui perturbent de nouveau l'ordre près de la Muraille rouge..., je coupais rapidement le son et démarrai ma playlist.
Je n'avais aucune envie d'entendre parler de ça maintenant. Rien n'entacherait ma bonne humeur.pendant que Skillet – Hero tournait, nous nous amusions à faire des grimaces dans le rétroviseur. Le portillon à droite qui menait au jardin, s'ouvrit sur les deux hommes riant aux éclats. Ils se firent une dernière accolade et Caden vint prendre notre place après que nous nous soyons décalés sur le siège passager. La musique toujours en fond, je fis un dernier câlin à cette petite bouille souriante et je le passais à son père.

— Ne laisse pas Tom te mettre la misère cette fois et tu nous appelles une fois arrivée, ok ? demanda Matthew.
— Mais oui, t'en fais pas ! On devrait être rendu au point de rendez-vous avant la nuit de toute manière. Et puis Ellie sera sûrement là pour m'aider à lui mettre la pâtée, dis-je, enjouée.
— Bon bah, amusez-vous bien et ramenez-nous des souvenirs, nous lança-t-il avant de me faire un clin d'œil et de se pencher pour m'embrasser.
— Promis, soufflai-je avant de déposer mes lèvres sur les siennes une énième fois et de faire un bisou sur la main de mon fils qui en profita pour me faire de nouveau un grand câlin.

Je refermai la porte et ouvris ma fenêtre au moment même où Caden démarra la voiture, ce qui fit sursauter Jessee avant de le faire rire. Il colla sa tête dans le cou de son père en me faisant au revoir de la main. Je fis de même.
Je sortis mon téléphone, mis en route le GPS en l'accrochant au tableau de bord et me laissai aller à contempler le paysage alentour. Il défilait au fur et à mesure que l'on avalait les mètres, nous éloignant de ma famille qui me manquait déjà. La montagne se faisait de plus en plus petite et les champs vallonnés laissaient place à des terrains plats sans grands arbres autour et à des élevages bovins et caprins.

Le temps passait à une vitesse folle et sans que je ne m'en rende compte, c'était à mon tour de conduire. Il s'arrêta sur une aire d'autoroute, le temps d'intervertir nos places et nous étions déjà repartis.
— Doucement hermana, me dit Caden.
— Oh, c'est bon, tu me connais quand même.
— C'est justement ce qui m'inquiète. Au volant, tu te lâches un peu trop. C'est pas moi qui m'éclatais à faire des drifts plus jeune hein.
— Eh oh ! Tu te moquerais pas un peu de moi ? Qui me suppliait de venir pendant que je m'éclatais comme tu dis ? Avoue, tu kiffes ça quand j'appuie sur l'accélérateur.

Je lui arrachai un sourire et ses prunelles mordorées me fixèrent avec un air de défi qui me donnait encore plus envie d'accélérer. Ah putain, ça faisait du bien de ne pas devoir lever le pied parce que mon fils était à l'arrière, ou que mon Matthew flippait. Il détestait la vitesse, alors que moi, j'avais ça dans la peau depuis petite. Mais à la naissance de Jessee, je m'étais calmée, drastiquement calmée. Je ne comptais pas recommencer à m'amuser comme avant, mais ce petit voyage me permettait de lâcher prise et de profiter à fond de l'instant présent.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
HarleyAWarren
Posté le 08/04/2021
Un cadrebien idyllique pour ce début de premier chapitre. Bien TROP idyllique, on sent qu'il y a quelque chose qui cloche et que tout ça ne va pas durer (et pas seulement parce qu'on a lu le résumé).

Je me doute que la Grande Guerre est un événement fictif et que l'histoire se situe soit dans un futur proche, soit dans une réalité alternative à la nôtre, mais je dois avouer que maintenant, je n'arrive pas à me détacher d'un cadre dans une esthétique fin des années 40 début 50. Ca... donne un certain cachet on va dire, et du coup, les mentions de Skillet ou de téléphone portable m'ont paru bizarres sur le coup, alors que c'est juste mon cerveau qui a déconné à la base. Brrrrrref... Ce début est pas mal intrigant, on se demande ce qui va bien pouvoir se passer pour que tout dégénère à ce point.

J'ai remarqué un petit point qui se baladait (ou alors une majuscule qui a perdu sa route) : "Rien n'entacherait ma bonne humeur.pendant"

Sur ce, je fonce lire la suite.
Sklaërenn
Posté le 09/04/2021
Hey ! Oui, il m'apparaissait apportant de pouvoir apporter un contraste entre ce qu'elle connaît et ce qu'elle va vivre / découvrir.

Je devrais peut-être être aussi plus claire à ce sujet. On m'a déjà fait la remarque. Je m'y attèlerai à la réecriture, une fois le premier jet fini.

Merci pour la coquille !
ModesteContesse
Posté le 02/04/2021
Me voici :)

Déjà : j'aime beaucoup la couverture (je ne sais pas si c'est toi qui l'a réalisée). On n'en parle pas souvent mais comme on donne nos impressions je pense que c'est intéressant de parler aussi de "l'extérieur" de l'histoire ! Cette couverture témoigne de l'ambiance sombre dès le début et on devine un aspect psychologique avec le miroir, le visage de la femme qui va se retrouver "face à elle-même". Le fait qu'on ne voit que sa bouche renvoie au silence VS la parole, à la vérité VS le mensonge. Cela pose question : qu'est-ce qui va sortir de cette bouche ? (Oui je pars loin ahah désolée)

Ensuite, pour cette entrée en matière :
Je rejoins belara, je crois effectivement que la meilleure description de ce chapitre est "le calme avant la tempête". Cette atmosphère bon enfant, couple soudé, famille unie, et amis super cool est efficace car on ressent qu'elle n'est là que pour contraster avec la suite. L'idée qui s'en dégage aussi pourrait être résumée par "trop beau pour être vrai". Il y a un autre élément intéressant : la radio qui apporte des nouvelles inquiétantes, donc qui essaie de briser ce cocon de bonheur, mais qui est tout de suite tue par Kaya. Comme si elle était dans le déni de la réalité, et on sait, voire on SENT qu'elle ne va pas le rester bien longtemps. Seul petit reproche : j'aurais apprécié qu'il y ait d'autres immixtions/manifestations de cette noire réalité dans ce chapitre tout doux (par exemple, un panneau au bord de la route, une petite phrase de Caiden ou Matthew, quelque chose comme ça) mais ce n'est que mon avis ! On ressent déjà le danger, bien sûr, mais tu pourrais le rendre encore plus menaçant je pense :)

Donc on sent que cette douceur n'est qu'illusion et on a hâte de voir quand ça va vriller et pourquoi. En bref, on a hâte de se retrouver dans "l'oeil de la tempête" ! Le titre de l'histoire semble d'ailleurs très adapté à ce stade pour cette raison ;)
Sklaërenn
Posté le 02/04/2021
Coucou ! Pour la couverture, elle viens d'une graphiste de Wattpad qui l'avait en échange d'un peu de pub. Je la trouve magnifique aussi <3 J'aime beaucoup tes théories vis à vis des images utilisées.

Il y aura d'autres manifestations de ce danger plus tard, mais peut-être qu'il faudrait en mettre plus ? Tu me diras quant tu auras lu jusqu'au chapitre 2-3 si cette impression est toujours là :)

Merci pour le titre. C'est toujours compliqué de trouver LE titre qui va à l'histoire.
ModesteContesse
Posté le 02/04/2021
Ah ! J'ai eu recours aussi à des graphistes sur Wattpad, certains ont vraiment un talent de fou ! Contente que tu aimes mes théories :D

Moi j'aime bien les ambiances lourdes alors je dirais que oui, mais j'ai cru voir que j'étais la seule à avoir ce ressenti alors peut-être que ce n'est que moi ^^ Je suis en train de lire la deuxième partie du chapitre 1, je te dis ce que j'en pense niveau indices de menace, pour voir s'il y a un équilibre avec ce chapitre-ci :)

Je compatis pour le titre ! A voir dans la suite, mais pour l'instant il me semble parfait pour la partie "tempest", mais je suis sûre que la partie "damnation" va vite apparaitre x)
meloncolia
Posté le 08/02/2021
Waow ce chapitre montre tout on ne se doute que quelque chose de louche va lui arriver ce qui nous donne un peu de peine pour la femme on sens aussi qu'elle a de la peine de laisser sa famille derrière elle. Tout comme on sens la passion entre son mec et elle, et comme elle aime son petit garçon. Un chapitre qui donne envie de lire la suite.
Sklaërenn
Posté le 08/02/2021
Coucou, contente que ça te donne envie de lire la suite :). Oui, ce début est là pour s'attacher à ce personnage :rire diabolique: J'espère que la suite te plaira tout autant.
Belara
Posté le 27/12/2020
Voilà un premier chapitre qui donne l’eau à la bouche. J’aime beaucoup le rythme type « calme avant la tempête » que tu as donné. Je me prends même à espérer que Kaya embrassera à nouveau son fils dans 15j.
Je suis également très intéressée par le contexte, cette histoire de grande guerre et de muraliens m’intrigue vraiment.
Sklaërenn
Posté le 27/12/2020
C'est aussi quelque chose que j'aime beaucoup. Je ne pense pas changer ce début, même si on sent que ça va partir en sucette vu le pitch, ça permet de donner une idée de son cadre de vie avant que tout ne parte en vrille. C'est important selon moi.
Aline Prov
Posté le 26/12/2020
Hello !

J'aime beaucoup ce premier chapitre ! Par contre, Caden boit une bière puis prend la route ? J'espère que c'était juste une bière :p

En tout cas, les bons moments s'étirent tellement en longueur qu'on y voit autant de redflags (surtout avec le résumé). Plus tu nous dis que ça va bien se passer, qu'elle va rentrer rapidement etc... moins on y croit x)

Bonne continuation ! :)
Sklaërenn
Posté le 26/12/2020
Merci pour ton passage. Oui, c'était qu'une bière. Il sait déjà qu'à l'arrivée, il y aura du ravitaillement donc ça le fait xD.

Ouai, ça pu de suite et en même temps, j'aime bien ce début qui te fait sentir direct que non, elle va pas revenir ahah.
The Pighead
Posté le 12/08/2020
Eeeeeeeet bujur, voici une petite critique ! Petite, parce que je ne pense pas trop avoir à dire sur la qualité de ce premier chapitre. L'introduction des différents persos est très bien menée, empreinte d'une grande jovialité et on se sent bien "accueilli" par le chapitre.

De plus, le contraste entre les avertissements donnés dans le résumé et la douceur de ce chapitre a créé en moi un sentiment de malaise et de pitié pour Kaya. Sérieusement, j'ose même pas imaginer ce qui va se passer dans l'autre chapitre... quoi qu'il en soit, en parlant de l'autre chapitre, je vais m'empresser d'aller le lire !
Sklaërenn
Posté le 12/08/2020
Merci de ton passage, je suis contente de savoir que ce début te plaît <3
Vous lisez