Chapitre 1 – Le choix, c’est quoi ?

Par Samy

Le soleil s’était couché depuis belle lurette maintenant et les yeux furieux que me lançaient les phares des voitures en face de moi, titillaient une migraine qui était arrivée quelques minutes plus tôt.

Ma Maserati aurait dû filer à l’heure qu’il est mais, à cause de ce stupide accident de la route, ma berline flambante neuve faisait du surplace. Quelle plaie…

Désormais, il se faisait vraiment tard et arriver à mon rendez-vous à temps s’annonçait irréalisable. Or, pour quelqu’un d’aussi professionnel que moi, cette situation était impensable et ma réputation allait clairement en prendre un coup. Ma seule autre alternative pour aller plus vite aurait été de prendre l’avion, idée farfelue que j’avais aussitôt mis de côté ; non pas qu’être enfermée dans une boîte à sardine me dérangeait, mais c’est que j’ai le vertige. Or, ça vole haut ces engins-là.

Si j’avais décidé d’accepter cette offre tombée du ciel au tout dernier moment, c'est parce qu'il s’agissait d’un travail facile et que je pouvais expédier rapidement. Mais surtout cette affaire, placée sur mon chemin vers le paradis, était accompagnée d’une somme mirobolante pour l’exécuter. Certes la cupidité avait eu raison de moi, mais le chèque contenait tellement de zéro qu’un refus de ma part aurait été absurde.

Puis, après cette mission, direction le soleil pour une retraite à vie sans rien faire d’autre que bronzer toute la journée. Ce job était devenu usant à la longue et demeurer en permanence sur le qui-vive ne m’intéressaient pas. Pour être tout à fait honnête, ce qui m’attirait n’était l’exaltation du travail bien fait, mais la paie généreuse qui l’accompagnait. Seulement après quelques années de bons et loyaux services il était temps d’arrêter car dans ce milieu, mortelle était la chute.

Pour tromper l’attente interminable, j’allumais la radio à la recherche d’une station de musique qui, malgré mon mal de tête, me permettrait de tromper l’ennui. Si possible, quelque chose que la jeunesse aime tant : des paroles vides mélangés avec une mélodie entêtante et des chanteurs qui usent et abusent de l’auto tune. Cependant j’avais beau tourner le bouton à la recherche d’une station, seuls des crépitements lointains me parvenaient.

Quand brusquement, la voie désintégrée d’une journaliste retentit dans tout l’habitacle ; celle-ci informait d’un grave accident sur la route A 99 qui impactait les majeures routes du pays.

Le reste de ses propos se perdit dans un grésillement qui amplifia jusqu’à devenir un son strident tellement insupportable que j’éteignis aussitôt.

Donc, pas de radio, pas de Wi-Fi, une interminable file de voiture qui n’avançait pas ou peu, et à cela s’ajoutait maintenant un niveau d’essence dangereusement bas. Pour ne rien arranger, j’étais complètement gelée avec ma jupe légère pourtant adaptée en ce milieu de printemps.

Après avoir roulé sur à peine un mètre, les klaxons reprirent de plus belle lorsqu’un arrêt s’imposa à nouveau. La cacophonie combinée à cette marrée de feux arrières rouges allaient finir de me rendre folle, il fallait que je fasse quelque chose, n’importe quoi ou j’allais exploser.

Soudain une lumière bleutée attira mon attention : un panneau lumineux au loin indiquait une aire de repos. Avec un peu de chance il y aurait aussi une station-service pour remplumer ma voiture.

Il ne me fallut pas longtemps pour décider et, manœuvrant avec difficulté, je réussis à m’engager sur la file de droite pour prendre – seule – le chemin de la liberté. Les autres idiots de conducteurs préférant probablement tenter leur chance pour arriver à destination malgré tout.

Un immense parking vide s’offrait à moi avec une station-service vieillotte érigée en plein milieu. Récupérant à la hâte mon sac à main, je m’emmitouflais dans ma maigre écharpe vermeille et me ruait aussitôt vers l’entrée de cette halte miracle.

Ma précipitation, liée à une bourrasque intempestive, ouvrit en grand la porte de la station-service qui claqua violemment. Le bruit fit tourner une trentaine de têtes patibulaires dans ma direction et pour quelqu’un comme moi qui aime la discrétion, c’était raté.

Sous les regards scrutateurs, je me précipitais vers les distributeurs automatiques à cafés d’un autre âge pour commander une boisson ô combien nécessaire pour de me réchauffer, mais toutes étaient hors de service.

Super. Il me fallait désormais décrocher la mâchoire pour parler avec des personnes. Or, je hais les gens.

Me rendant au comptoir le plus lentement possible, pour éviter au parquet de trop grincer, je demandais poliment un café allongé.

Seule la musique démodée me répondit.

— Y en a pas, me dit abruptement la serveuse au bout d’un certain moment.

— Du thé ?

— Nan !

— Une tisane ?

— Qu’est-ce qu’elle me cause celle-là ? postillonna-t-elle.

— Elle veut boire des trucs de chez elle, lui répondit un vieil homme hilare avachis sur une table. Elle s’y croit encore !

— Ici c’est plus chez toi, t’as compris ? Tu demandes plus des choses comme ça maint’nant, c’est fini tout ça ! reprit-elle.

— … de l’eau ?

M’ignorant, elle me tourna le dos et s’affaira dans les bouteilles exposées à l’arrière avant d’en sortir une vieille carafe en terre. Posant brusquement devant moi trois verres à shot, elle les remplit rapidement puis me regarda.

— Bois ! T’en choisis qu’un seul.

Cette fois-ci c’est moi qui ne répondis pas ; mon cerveau réfléchissant à toute vitesse pour trouver une explication logique à ce qu’il venait de voir.

Une seule carafe et trois verres.

Chacun contenant un liquide de couleur différente.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Fanhy.Leos
Posté le 31/07/2020
Salut (:
Je découvre ton histoire et ce premier chapitre est super intéressant ! J'aime bien le côté lasse et un peu grognon du personnage. En même temps, qui ne serait pas mécontent, bloqué par un énorme accident ?
J'apprécie ton style, c'est fluide et agréable :3
Puis la fin ! On dirait que ces drôles de personnes sortent d'un autre monde. Le coup des shot est super intrigant, je me demande bien lequel de ces liquides va finir dans sa gorge !
Samy
Posté le 05/08/2020
Merci beaucoup pour ton commentaire Fanhy.Leos !
Heureuse que ça te plaise.
:-)
Beckouel
Posté le 04/05/2020
Bonjour, bon début au niveau de l'intrigue et bien rythmé je trouve. Par contre, mais ce n'est que mon avis, tu peux peut-être éviter les quelques lourdeurs au niveau du vocabulaire (remplace "besace" par "sac à main", et "breuvage" par "boisson", ça "vieillit" le texte pour rien je trouve, à moins que ce soit volontaire?) et au niveau des comparatifs (l'oasis au milieu du désert, non, ce n'est plus possible, sorry ;0). Bon courage,
Samy
Posté le 04/05/2020
Salut Beckouel,

Merci pour ton commentaire !
Effectivement, il y a des lourdeurs.
J'ai pris en compte tes suggestions et modifié le texte. :-)
Aliv
Posté le 11/02/2020
Coucou, un début d'histoire avenant, vivant, qui donne envie d'en lire plus.
Par contre, j'ai trouvé la réaction de la serveuse trop abrute, je me suis même dit qu'elle était mal polie. Mais je suppose que c'est fait exprès pour l'intrigue.
Samy
Posté le 11/03/2020
Hello,
Oui la serveuse est assez bourrue, tu l'a bien cernée !
Merci pour ton commentaire. :-)
Sontariens
Posté le 31/01/2020
Salut! J'aime beaucoup l'ambiance qui se dégage de ce chapitre, il y a quelque chose de "naturel" sans essayer d'en faire trop. L'humour promis y est, j'ai esquissé pas mal de petit sourires! Je penses que la suis mérite de l'attention!
Bonne continuation pour la suite :)
Samy
Posté le 31/01/2020
Merci pour tes encouragements, ça motive !
lepidoptera
Posté le 30/01/2020
Tu as une écriture très agréable avec une description qui nous parle, et une intrigue qui nous donne envie de poursuivre ! Ca change de ce qu'on peut lire un peu partout et c'est tant mieux!
Samy
Posté le 31/01/2020
Merci beaucoup, ton message ! :-)
GaelleLuciole
Posté le 30/01/2020
Bon alors, je débarque. J’ai vu « policier », « humour » et « fantastique », alors j’ai exclamé ce même dernier mot en lorgnant avec enthousiasme les deux autres!
Eh bien, c’est un super début. J’adore ta description des bouchons, on s’y retrouve bien. La station ça fait très western je trouve. Quant à la serveuse: mystère élucidé, on a mit la main sur la dealeuse de champignons, Space cake, et potions douteuses d’Alice au pays des merveilles ! XD

Pour moi on reste dans du fantastique alors une station qui se matérialise et un parking désert avec un lieu bondé de gens ouvertement hostiles... normal.
Samy
Posté le 31/01/2020
Merci pour ton message, contente que ça te plaise !
Et tu as bien cerné la serveuse : elle est effectivement un peu spéciale. :-)
Flame and Darkness
Posté le 30/01/2020
Salut,
Je viens de lire ce premier chapitre et je dois dire que je suis intriguée. Il y a une ambiance très particulière qui me plait beaucoup, j'ai hâte de lire la suite !
Bonne continuation
Samy
Posté le 31/01/2020
Merci beaucoup pour ces encouragements ! :-)
2Max
Posté le 21/01/2020
Salut.
Phrases avec potentiellement des fautes ou alors je n'ai pas compris :
- Quand brusquement, la voie la désintégrée d’une journaliste retenti [...] (la voie la)
- [...] tel un oasis dans le désert. (unE oasis)
- [...], mais toutes annonçaient toutes être hors de service. (répétition toutes)

Je reprends également les incohérences qu'a relevé Sephirotha, si c'est un acte délibéré, alors peut-être faudrait-il mettre plus d'incohérence pour montrer vraiment le caractère "bizarre" du lieu. Du genre un panneau "fermé" alors que c'est ouvert, des pompes à essence en mode "servez-vous" sans essence, autres ?
Bref amenez tranquillement le lecteur vers l'intérieur tout en lui disant "ça va être de plus en plus incohérent, prépares-toi !"

Cela ne reste que mon avis, c'est difficile de juger. Ça reste ton histoire donc tu as le droit de ne pas prendre en compte mes remarques. :)
2Max
Posté le 21/01/2020
Mais l'histoire est intrigante et j'ai très envie de voir la suite.
Samy
Posté le 21/01/2020
Salut 2Max !
Merci pour ton retour & tes corrections.
Effectivement il y avait des fautes à corriger.

Je vais prendre en compte tes remarques pour peaufiner mon texte et le rendre plus cohérent.
Merci bcp ! :-)
Sephirotha
Posté le 15/01/2020
Salut,
Mes remarques en cours de lecture :
J'ai noté un petit problème de temps (présent vs imparfait) au 1er paragraphe.
Je n'ai pas compris, tu expliques que la station est à 500m, ton héroïne semble parcourir moins d'un mètre par minute, et tu parles de "s'engager juste à temps sur la voie de droite" ? Bref, il faudrait juste éclaircir cela.
On sent que la station service est désertique, l'instar de son parking, pourtant 20 têtes se retourne sur elle ?

Mise à part ces 2 incohérences, j'ai bien aimé. On sent vraiment qu'elle n'est pas tombée au bon endroit. Et vu qu'elle semble avoir un certain caractère et de la vivacité, ça risque de faire BOUM ! J'ai hate d'en savoir un peu plus sur cet endroit et ses occupants énigmatiques, mais aussi sur elle , et notamment pourquoi elle a un rendez-vous si tard, qu'elle ne peut pas louper ?
Samy
Posté le 15/01/2020
Salut Sephirotha,

Merci beaucoup pour ton commentaire et tes remarques judicieuses !
J’ai corrigé le problème de temps au 1er paragraphe & modifié le texte pour le rendre plus compréhensible.

Sinon oui, le parking est vide et pourtant le lieu est bondé : une explication arrivera au chapitre suivant. :-)
Vous lisez