Chapitre 1 : L'ambassade

Notes de l’auteur : Bienvenue par ici ! J'espère que le début de cette histoire vous plaira. Au point où j'en suis, tout ce qui est posté est encore à l'état de premier jet, donc il y aura forcément des choses imparfaites à retravailler. N'hésitez pas à me soumettre vos avis pour cela !
Bonne lecture !

PS : je poste du contenu lié à cette histoire sur mon instagram (@unepassemiroir). Vous pouvez y jeter un œil si vous en avez envie !

Caraghon n’avait jamais vu autant de chevelures sombres que depuis qu’il avait pénétré entre les murs d’Eäran. Lorsqu’il traversa la ville, son cheval trottant aux côtés de celui du lieutenant Laeïos, il eut l’impression de fendre les flots d’une marée de têtes brunes. De toutes les choses qu’il avait pu observer au royaume d’Eälagon, c’était celle qui l’avait le plus étonné. Celle aussi qui lui avait fait prendre conscience qu’il se trouvait bel et bien dans un pays étranger. Et son instinct de soldat l’incitait à la méfiance tant que ce « étranger » ne serait pas clairement distancié de « potentiel adversaire ».

Il avait beaucoup hésité quand le lieutenant Laeïos lui avait demandé de le suivre en Eälagon avec l’ambassade envoyée par le roi Révéré. Il n’avait jamais franchi les frontières de son pays, et considérait avec une lointaine suspicion ce royaume voisin qu’il n’avait jamais vu autrement que dessiné à l’encre sur une carte. Mais en tant que bras droit du lieutenant, il n’avait pas vraiment le choix de refuser.

— Vous ne semblez guère heureux, hîl Caraghon, lui lança Laeïos d’un air amusé tandis que leurs montures se frayaient côte à côte un passage au cœur de la large avenue.

Les badauds s’écartaient avec précipitation devant eux, et les charretiers s’arrêtaient pour les laisser passer en les toisant, qui avec mécontentement, qui avec curiosité. Le pas de leurs chevaux se mêlait à la rumeur de la ville, aux lointains éclats de voix de la cohue qui semblait décroître sur leur passage, en même temps que les regards se tournaient vers eux.

Les cavaliers Dejclans, au nombre d’une trentaine, se démarquaient de cette masse par leur peau hâlée par le soleil du désert et la blondeur de leurs longues chevelures ondulant sur leurs épaules. Seuls Laeïos, Caraghon et les autres soldats escortant l’ambassade portaient une stricte livrée de cuir et les cheveux tressés sur la nuque, signe de leur statut de guerriers. Ils étaient également les seuls à porter l’épée. La main droite de Caraghon était, par habitude, posée sur le pommeau de la sienne tandis qu’il tenait les rênes de l’autre.

— Je n’exulte pas, il est vrai, admit-il, les mâchoires serrées. Mais comprenez mon malaise quand il s’agit de vingt soldats et dix aristocrates jetés en terre étrangère.

— Il n’y a pas de raison qu’un incident diplomatique majeur survienne, répondit le lieutenant avec calme. Les Eälagoniens seraient bien maladroits de risquer la guerre en nous portant atteinte.

Puis, après avoir jeté un regard de biais à son bras droit, il ajouta :

— Mais il est vrai que relâcher notre vigilance serait imprudent.

Caraghon acquiesça. Au même instant, une volée de gamins surgit dans son champ de vision, se jetant presque sous les sabots de sa jument. Il tira brusquement sur les rênes, serrant les genoux pour rester en équilibre alors que sa monture manquait de se cabrer. Avant qu’il ait pu les invectiver, les imprudents s’enfuirent en piaillant, certains le pointant du doigt avec de grands yeux écarquillés.

Quelques pas devant lui, Laeïos s’était à demi retourné sur sa selle pour lui décocher un petit sourire. Se composant une expression neutre, le jeune soldat revint à sa hauteur en prenant garde à ne pas croiser son regard.

Devant eux, par-delà les toits des habitations, les hautes enceintes du palais royal se rapprochaient. Dressé à l’extrême ouest de la ville, au bord du fleuve qui la traversait, ses murs massifs piquetés de multiples tourelles évoquaient davantage une citadelle qu’un palais. Il était séparé des bourgades par un bras du fleuve, enjambé d’un pont protégé par une barbacane.

Sur un signe des gardes, l’ambassade s’y engagea en adoptant un trot mesuré, reformant l’impeccable formation que la traversée de la marée humaine avait effilochée. Ils quittèrent la bruyante cohue, seulement entourés du martèlement des sabots contre le pavé du pont. L’arhîl de Lancasia, qui menait l’ambassade, prit les devants aux côtés de Laeïos, tandis que Caraghon raccourcissait la bride de sa jument et, d’une pression de talons, l’incitait à se déporter sur leur flanc droit.

De l’autre côté du fleuve, ils étaient attendus. Des gardes formaient une haie d’honneur de part et d’autre des portes royales ornées des bannières des deux nations : l’aigle rouge eälagonien et l’étoile ocre dejclane. Trois hommes dont les vêtures d’apparat indiquaient le haut rang s’étaient avancés pour accueillir les cavaliers. Quand l’arhîl de Lancasia mit pied à terre devant eux, ils inclinèrent solennellement le buste, selon la coutume de leur pays. Laeïos descendit à son tour de selle pour se placer à sa droite, et Caraghon l’imita promptement.

— Sa Majesté Alàtar Caldaan vous accueille avec grand plaisir dans sa demeure, seigneurs de Dejclencie, prononça l’un des Eälagoniens dans un dejclan teinté d’un fort accent.

En l’entendant, Caraghon se fit intérieurement la remarque que ses compétences linguistiques d’eälagan étaient plus que sommaires, et que personne n’avait intérêt à tenter de lui faire la conversation. Sa main se contracta nerveusement sur le pommeau de son sabre. Le poids de l’arme était rassurant sur sa hanche, mais elle ne l’aiderait pas s’il s’agissait de dialoguer avec un Eälagonien. A moins que ledit dialogue ne se résume à une provocation en duel…

Tout en désespérant sur ses piètres qualités d’ambassadeur, le jeune soldat suivit son lieutenant en menant sa jument par la bride.

De l’intérieur, les bâtiments du palais ressemblaient moins à ceux d’une forteresse, avec leurs façades de pierre délicate bordée de moulures de plâtre et percées de vastes fenêtres ; mais les murs d’enceinte étaient puissants, crénelés de tours de garde aux toits pointus comme des fers de lance. L’une d’elle retint son attention ; plus haute que toutes les autres, elle semblait isolée des bâtiments centraux. Aucun étendard ne flottait à son sommet, et sur le flanc donnant sur l’enceinte extérieure, on distinguait la forme d’un balcon. Il supposa qu’il s’agissait du donjon seigneurial, mais ne put pousser plus loin son observation. Un jeune garçon s’approchait pour se saisir des rênes de sa jument. Un peu inquiet, Caraghon consentit à les lui laisser en constatant du coin de l’œil que d’autres palefreniers s’occupaient de la même façon des montures des ambassadeurs.

Leur arrivée avait provoqué une vague de mouvements à travers la cour. Les curieux affluaient de tous les côtés, tout en demeurant à une certaine distance. En balayant la foule d’un regard rapide, Caraghon remarqua que la majorité d’entre eux semblaient être des hommes d’armes ; et même parmi ceux qui portaient des soies et des fourrures au lieu de la cotte de maille, nombreux étaient ceux qui portaient l’épée au côté. Cela ne contribua pas à le tranquilliser. Son instinct militaire évaluait presque malgré lui leurs chances de s’en sortir face à un tel nombre d’adversaires. Infimes.

Ils furent guidés à travers la cour jusqu’aux vastes portes menant à la salle du trône, dont deux sentinelles tenant les battants ouverts pour eux.

De part et d’autre de la longue galerie, des hommes et des femmes vêtus aux couleurs de la maison royale firent silence à leur entrée, tendant le cou pour mieux les voir. Les voûtes soutenant le plafond semblaient s’élancer vers le ciel avant de se rassembler d’un commun accord au cœur de la clef, où un lourd chandelier d’or et de cristal était suspendu. D’immenses tapisseries brodées de l’aigle rouge d’Eälagon ornaient les murs entre les vitraux colorés des fenêtres. Un peu embarrassé du silence qui régnait et du poids de l’attention portée sur eux, Caraghon s’appliqua à regarder droit devant lui, calquant le rythme de ses pas sur ceux de son lieutenant.

Un homme trônait sur une estrade, la sobriété de sa mise tranchant avec l’étalage de richesse qui l’entourait. Seul le cercle d’or parsemé de rubis qui couronnait ses longs cheveux noirs le désignait comme le roi d’Eälagon. Debout derrière le trône se tenait un jeune homme, les mains croisées devant lui, un fin diadème ceignant son front ; à la ressemblance de leurs visages, leur lien de filiation était indéniable.

Les trois hommes qui escortaient les Dejclans s’inclinèrent profondément devant le trône royal avant de s’écarter, livrant passage à leurs invités. L’arhîl de Lancasia s’avança jusqu’aux premières marches de l’estrade, où il posa un genou à terre, une main sur la poitrine à l’endroit du cœur.

— Je représente mon souverain, le Révéré Seikos or Khaeeson, et vous apporte de sa part les plus sincères salutations de la Dejclencie, prononça-t-il solennellement.

Le roi Alàtar se leva, un léger sourire aux lèvres.

— Relevez-vous, Aenos de Lancasia, déclara-t-il dans un dejclan parfait. Il m’est agréable de vous recevoir en ma maison. Puisse l’amitié entre nos deux royaumes, scellée en ce jour, perdurer éternellement.

L’arhîl obéit, et le roi prit ses mains pour les serrer dans les siennes. Caraghon fut malgré lui surpris de la familiarité de ce geste.

L’Eälagon ne possédait pas la moitié de l’étendue territoriale de la Dejclencie, et sa stabilité politique était encore toute récente, et fragile ; c’était le prédécesseur du roi Alàtar qui, un demi-siècle auparavant, avait unifié sous une seule bannière ce jeune royaume à peine éclos, et aussitôt cherché l’amitié de son puissant voisin dejclan. Ainsi, il avait obtenu pour son fils héritier la main d’une jeune hîlea dejclane de sang royal, faisant d’elle la future reine d’Eälagon. Caraghon n’était pas encore né en ce temps-là, mais cette affaire avait suscité à Makeos de grands bruits dont les échos résonnaient toujours. La perspective d’alliance avec un pays que l’on jugeait négligeable n’avait pas fait l’unanimité dans le cœur des Dejclans, loin de là. Et un véritable scandale avait éclaté lorsque, quelques années plus tard, on avait appris la mort de la reine Ancathia, cette princesse dejclane qu’on avait livré à l’Eälagon. C’était le prétexte que les opposants attendaient. Une irrémédiable tension entre les deux nations les avait éloignées l’une de l’autre comme si le détroit qui les séparait était devenu un insondable océan. Vingt ans après, une timide politique de réconciliation avait finalement mené à l’envoi de cette ambassade, la première main tendue de la Dejclencie à son voisin – cette même main que le Révéré substituait à l’arhîl de Lancasia pour serrer celle du roi Alàtar.

Et alors que les applaudissements éclataient de toutes parts, les grandes portes de la salle du trône s’ouvrirent avec fracas.

Se retournant vivement, Caraghon porta une main à son épée, prêt à dégainer en un éclair. Les autres soldats l’imitèrent aussitôt, déployés autour de l’estrade où se tenait toujours l’arhîl.

La silhouette d’un jeune homme se découpait dans l’embrasure béante. Sa chevelure était claire comme un rayon de lune ; vêtu d’une simple tunique brune, les bottes maculées de terre et une corne de chasse pendant à sa ceinture, il s’amusait à faire tournoyer un grand arc entre ses mains comme s’il s’agissait d’un sabre. Un murmure parcourut l’assistance, certains visages s’éclairant de sourires tandis que d’autres affichaient des expressions consternées. Celui du roi s’était sensiblement crispé, mais il ne semblait pas alarmé. La main de Caraghon relâcha légèrement sa prise, sans se résoudre cependant à quitter la poignée de son arme.

Le jeune homme blond s’avança d’un pas dansant en distribuant des sourires à la ronde, sans sembler se formaliser de l’émotion qu’il suscitait.

— Pardonnez mon retard, père, s’exclama-t-il d’un ton joyeux. La dernière partie de chasse s’est avérée plus ardue que prévue.

Gravissant l’estrade d’un saut, il effectua une dernière pirouette avant de s’adosser avec nonchalance à un pilier à la droite du trône.

— Ce n’est pas à moi que vous devriez adresser aux excuses en premier lieu, répliqua le roi en le gratifiant d’un regard sévère.

Le visage du jeune homme revêtit une expression outrée qui céda bien vite au profit d’un sourire que Caraghon trouva empreint d’arrogance.

— Nobles amis de l’outre-mer, j’espère que vous ne considérerez pas mon attitude comme offensante, lança-t-il à l’adresse des Dejclans. Et si c’est le cas, je vous supplie de me la pardonner. Permettez-moi de me présenter, afin que celui qui désire se venger de moi sache à qui s’adresser : je suis Tyeltaran, premier fils du roi Alàtar, prince d’Eälagon et duc de Daneimion.

Il ponctua sa déclamation d’une courbette qui fit naître quelques sourires sur les lèvres des ambassadeurs. Celles de Caraghon, en revanche, restèrent pincées.

Le regard du prince à la chevelure blonde comme celle d’un Dejclan balaya l’assistance, et, l’espace d’une seconde, effleura celui du jeune soldat. Ses yeux étaient bleus, d’un bleu éclatant qui lui rappela la mer sous le soleil méridional quand leur navire avait quitté les rives dejclanes pour traverser le détroit. Ce contact fut furtif, à peine une fraction de seconde, mais son mirage demeura gravé sous les rétines de Caraghon longtemps après que le prince ait détourné la tête.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Aline Prov
Posté le 26/12/2020
Hello !

Ce premier chapitre est vraiment très agréable à lire ! J'ai eu un peu peur, au début, comme à chaque fois qu'on m'assaille d'une multitude de noms inconnus. Je plisse les yeux, je relis les paragraphes... Mais je devrais faire plus confiance à l'auteure ! En effet, l'un des aspect vraiment bien de ce chapitre, c'est que l'on arrive à comprendre petit à petit ce qu'il se passe entre les deux royaumes. Tu répètes beaucoup leurs noms, et tu attends qu'on les ait bien intégrés pour expliquer l'histoire diplomatique. Je te suis reconnaissante de ne pas avoir tout balancé dès le début. Voilà, tout ça pour dire que l'intégration de la politique dans ton histoire est très bien faite.

Sinon, le prince crotté attise ma curiosité, j'ai hâte de voir ce qu'il en est !
UnePasseMiroir
Posté le 26/12/2020
Coucooou ! Ravie que le dosage d'infos te convienne alors, c'est vrai que c'est compliqué à faire et souvent effrayant xD
NM Lysias
Posté le 06/12/2020
Salutation,
Je me suis replongé dans ton texte que j'avais quitté avant le premier chapitre (les affaire), je le retrouve et franchement Wahoo! Tu balance du lourd. Les personnages et le décor nous transportent vers une histoire qui je le sens va péter de par tout. ça me fait penser à la fois au trône de fer et à The witcher .
J'adore ta manière d'écrire ça prend aux tripes.
Merci.
UnePasseMiroir
Posté le 07/12/2020
Coucou ! Ravie de te voir de retour alors xD et merci beaucoup, j'espère que le reste sera à la hauteur ^^
NM Lysias
Posté le 07/12/2020
Je n'en ai nulle doute.
L.S. Redley
Posté le 06/12/2020
Tu as vraiment une plume incroyable. Le seul bémol que je dirais est que ton texte n'est pas en justifié, mais comme je suis une chipoteuse, il fallait que je le dise x)
Autrement, on plonge de plus en plus dans l'histoire, avec des descriptions précise sur les personnages, ce qui nous permet de les visualiser. Intéressant, parce que les noms sont tellement difficiles à retenir que ça fait affreusement travailler ma mémoire :') Une inspiration du Seigneur des Anneaux ou de Game of Thrones ? Ca me fait un peu penser à ce style. Magnifique en tout cas, j'aime beaucoup ton univers.
UnePasseMiroir
Posté le 06/12/2020
Aaaaah mais tu es la première à me faire la remarque pour la justification, j'aurais dû y penser avant xD
Et oui pour les inspirations il y a un peu de tous les classiques de fantasy ! Et merci beaucoup pour ton passage et tes commentaires en tout cas :)
Poissond'Argent
Posté le 01/12/2020
Les descriptions sont riches, je vois se dessiner le monde progressivement.

Un soldat en terre inconnue, un roi sur le chemin de la réconciliation, un jeune homme silencieux au "lien de filiation indéniable" derrière le trône et un dernier insolent, Tyeltaran, qui affiche sa noblesse.
C'est prometteur!

Le seul point qui m'a interpelé est le fait que l'on autorise des personnes autres que les gardes à porter des armes dans l'enceinte du palais. Le premier chapitre a failli commencer avec un bain de sain... pas que ça me déplaise.
UnePasseMiroir
Posté le 02/12/2020
Re ! C'est vrai que le fait qu'ils portent leurs armes à leur arrivée est peut-être bof-bof, même s'il me semble que je leur enlève par la suite. Je verrai ça ;)
Et merci pour ta lecture, à bientôt j'espère !
MélanieDeLune
Posté le 29/11/2020
Vraiment, ce chapitre confirme que ta plume est très agréable et travaillée :D
Sur le fond, c'est une considération très personnelle, mais je n'aime pas être "perdue" comme cela au début d'un récit : on ne sait rien du monde, rien des personnages (Qui est le personnage principal de cette histoire ??), on ne comprend quasiment rien à l'enjeu de la rencontre, même si on sent que la situation est tendue. Bref, perso, je manque de quelque chose à quoi me rattacher dans ce chapitre
Je passe au chapitre suivant, cette sensation va peut-être s'estomper rapidement
UnePasseMiroir
Posté le 30/11/2020
Coucou ! Déjà merci pour la pluie de commentaires que tu as fait tomber dans mes notifs ^^
Alors c'est assez amusant parce que ce n'est pas le ressenti de la majorité... je reconnais que je peux m'améliorer pour rendre l'entrée dans le monde plus accessible et l'enjeu plus évident, mais je ne peux pas non plus déballer absolument tous les détails dès le début : ce serait plus assommant qu'autre chose. Et concernant le personnage principal, je n'avais pas pensé que la question se poserait xD Mais je tiens compte de ta remarque !
DraikoPinpix
Posté le 25/11/2020
Re-coucou !
Un bon chapitre 1 qui met en introduction les personnages et le contexte politique :) Ça me plaît toujours autant.
Ton univers est riche et je m'y suis retrouvée sans mal, perso :)
A bientôt !
UnePasseMiroir
Posté le 26/11/2020
Re ! Merci encore, et super si le dosage fonctionne pour toi ;)
Isapass
Posté le 15/11/2020
C'est un début foisonnant ! Les images évoquées d'abord : une foule, une délégation, une ville un palais... puis le nombre de personnages, le contexte historique et géopolitique, les enjeux. Et enfin l'arrivée de ce jeune prince... Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on ne s'ennuie pas.
Bon, j'avoue que comme il est tard et que j'ai déjà beaucoup lu aujourd'hui, j'ai presque trouvé ça un peu trop dense, mais ta belle plume, à la fois riche et fluide, m'a portée sans problème jusqu'à la fin du chapitre.
La complexité m'a rappelé quelques scènes du Trône de fer, mais c'edt sans doute parce que je suis en train de le lire et que je me suis avalé 12 tomes en un mois donc tout me rappelle le Trône de fer XD.
Bon, j'arrête de parler pour ne rien dire, et je vais plutôt attendre demain pour me faire une opinion sur la suite. En tout cas, tout ça est très prometteur !
UnePasseMiroir
Posté le 16/11/2020
Coucou, ravie de te voir par ici ;) Oui c'est vrai que j'i pas mal d'infos à faire passer pour poser les bases alors c'est peut-être un peu dense, faudra que je retravailles là-dessus.
Oulàlà oui on est peut-être pas au niveau du Trône de fer même si j'avoue que c'est une de mes inspirations xD
Merci beaucoup de ton passage, et à bientôt j'espère ;) je te préviens juste que le reste est encore au stade "premier jet" alors y'aura forcément encore des choses à revoir...
Lyra
Posté le 06/11/2020
COUCOOOOU !!!!!! DEVINE C'EST QUI!
...
Comment ça le nom est noté ?!
Merde pour l'effet de surprise alors...Je ferai jamais une entrée aussi remarquée que Tyel... Damn it. C'est une drama queen nan???? XD *esquive une corne de chasse*
Et maintenant c'est parti pour le commentaire pas du tout nuancé :
Wow !! Ta plume est excellente, tes descriptions nous emportent vraiment dans l'univers deLPL et tout ces noms et titres que tu as dû créer (*_*) Tu permets que je t'appelle J.R.R.Miroir?
Tu introduis tres bien le chic culturel et le fil de l'intrigue tant politique "gneuhgneuh on est fâches gneuhgneuh" qu'intime "Caraghon, zieutant subtilement Tyel: What nice ass you have there 👀" Bref j'adooore!!❤️❤️❤️
Sur ce...BOUM*n'évite pas le deuxième lancé de Tyel qui avait patiemment attendu pour chasser la fangirl.*
Noir.
Lyra
Posté le 06/11/2020
*choc culturel
UnePasseMiroir
Posté le 06/11/2020
JE NE VOIS ABSOLUMENT PAS QUI TU ES, DOMMAGE.

UnePasseMiroir
Posté le 06/11/2020
Et là ma réponse viens de envoyer toute seule sans demander mon avis. Snif.

Sinon, en effet tu as bien cerné Tyel d'emblée 😂 par contre je me rend compte que la seule fois où tu l'as vu avant de commencer c'était avec tout plein de fruits et légumes type pêches et aubergine 😆😆😆

J.R.R Miroir ? Oui cela me semble approprié 🧐 en tout cas ça me soulage que le début te plaise depuis le temps qu'on en parle 😂
Et tu as tellement bien résumé les pensées de tous les gens présents dans ce chapitre 😂

NOOOOON Tyel tu viens d'aplatir ma jumelle cosmique !!! Vilain !!! Je vais aller voir Caraghon et lui demander de te priver d'aubergine pendant 3 moins tu vas voir...
Lyra
Posté le 06/11/2020
*tient un pack de glace sur une bosse ayant la délicate courbe d'une corne de chasse*
Vilain message qui embête ma miroir, tiens prends ça ! *lance un chausson dans la gueule d' un algorithme qui s'en fout*

Aaah mais oui je l'ai vu..au marché, lorsque..hum, hum...il faisait...des courses. Haha 😅😏 C'est très sain de manger des aubergines, Caraghon approuve. *Le capteur de subtilité s'emballe*
Bah depuis le temps que Caraghon et Tyel faisaient les cent PA dans ma PAL il était temps que je les libére un peu les pauvres XD Et puis il y a des déclencheurs particulièrement fruités mais passons.😏En bref c'est génial et si je veux parodier ça faut que je le finisse XD
Hehehe merci merci 😎
Bon il est minuit moins 17, je sens que je vais écrire plus de conneries si je reste ici donc à tout bientôt jumelle cosmique de mon... BING !!!* Une pantoufle non identifiée lancée de manière experte par un algorithme vengeur l'atteint en pleine poire. Algorithme 1 Lyra 0*
heloise_m
Posté le 28/10/2020
Salut !

J'ai découvert ton histoire par hasard, alors que je cherchais une lecture du soir. Ton synopsis a vivement piqué ma curiosité. Ton prologue m'a grandement intriguée. Ce premier chapitre m'a irrémédiablement hâpée !

Tu nous plonges sans ambages dans un univers visiblement complexe mais qui, déjà, me fascine ! Tu introduis beaucoup d'éléments qui laissent à penser que les règles qui régissent ce monde sont toutes aussi complexes que ce dernier. Quant au personnage principal, on arrive aisément à se glisser dans ses pensées, à ressentir son angoisse, encourager sa vigilance, soutenir sa méfiance quant à ce peuple inconnu. Tous ces éléments sont amenés par une narration très bien ficelée, très agréable à lire.

Quelques fautes ici et là, rien qu'une relecture ne pourra aisément corriger. Mis à part cela, je ne vois rien à redire ici.

J'ai très hâte de lire la suite :)
UnePasseMiroir
Posté le 28/10/2020
Coucou! Ravie d'avoir été ta lecture du soir x) merci beaucoup de tous tes compliments, je suis contente que ça t'ai plu ! Oui toute l'histoire est encore un premier jet que je n'ai pas du tout relu, et on est jamais à l'abri des fautes inattention, ces sales bêtes >.<
A bientôt j'espère ;)
mfbellamy
Posté le 22/10/2020
Très bon début : on ressent parfaitement l’appréhension (compréhensible) de Caraghon. On se sent aussi oppressé que lui par cette foule inconnue, par l’infériorité numérique des siens face à l’étranger et on découvre par ses yeux tout ce qui l’entoure.

Les descriptions sont belles, assez nombreuses pour une bonne visualisation, mais surtout assez concises pour ne pas alourdir le récit une seule seconde.

L’état d’esprit du protagoniste est clair et très humain. Sa psychologie, son mode de fonctionnement, ses habitudes sont parfaitement maitrisées et en dresse un portrait très prometteur pour la suite. J’ai été bluffé par sa mentalité militaire si réaliste.

J’adore les petits détails, comme les saluts, le fait que Caraghon ne parle pas parfaitement la langue, les couleurs des factions… C’est magnifiquement bien construit. L’univers est maîtrisé, ce qui permet à l’intrigue de s’ouvrir facilement, même pour des novices de ce nouveau monde.

Le background historique des deux nations est simple, clair et efficace. Même si je suis très facilement perdue dans les univers de fantasy, j’arrive ici à m’y retrouver, et c’est un exploit pour ma part. Bravo à toi !

L’entrée de Tyeltaran est LEGENDAIRE ! On sent la drama-queen en puissance, les princes bien arrogants et spectaculaires comme on les aime ! D’ailleurs, je l’adore déjà <3 En plus, il revient de la chasse, il est tout sexy, tout impressionnant et sérieux, je comprends Caraghon : moi aussi je bave *____*

« Le regard du prince à la chevelure blonde comme celle d’un Dejclan balaya l’assistance, et, l’espace d’une seconde, effleura celui du jeune soldat. Ses yeux étaient bleus, d’un bleu éclatant qui lui rappela la mer sous le soleil méridional quand leur navire avait quitté les rives dejclanes pour traverser le détroit. Ce contact fut furtif, à peine une fraction de seconde, mais son mirage demeura gravé sous les rétines de Caraghon longtemps après que le prince ait détourné la tête. »

Tu m’étonnes qu’il y repense encore après !!! Moi aussi je ne suis pas prête d’oublier cette présentation théâtrale et trop trop trop trop cool !!!

J’ai adoré ce premier chapitre, j’ai trop hâte de voir leur première rencontre (confrontation) : ça promet !!!!! :D
UnePasseMiroir
Posté le 22/10/2020
Re ! Encore merci pour ton commentaire <3 Je sais même pas trop quoi dire d'autre x) c'est génial si tout t'as paru réaliste en tout cas, et que tu ne te sois pas noyée xD

Ahah Tyel est super ravi que tu qualifie son arrivée de légendaire xD A ce stade, Caraghon est plus en mode "mais c'est qui ce gugusse ?" mais si toi tu baves ça lui va très bien <3
deb3083
Posté le 07/09/2020
Alors, en ce qui concerne la mort de la reine Ancathia, étant donné que c’est ce qui a servi de déclencheur à la rupture des relations entre les deux pays, j’en déduis que son décès n’était pas naturel ? En fait, je trouve ici qu’il manque des informations. Parce que je ne vois pas comment le « simple » décès d’une personne peut conduire à une rupture diplomatique .

Au niveau descriptions, j’ai un peu de mal à imaginer à quoi ressemble le royaume d’Eälagon, à quelle époque de chez nous on pourrait rattacher l’intrigue : est-ce qu’on est dans une civilisation de type « moyenâgeuse », victorienne, moderne,…
Ce qui me manque ce sont des descriptions des maisons, des gens de leur façon d’être vêtus, des paysages,…je n’arrive pas bien à m’imaginer les lieux.
Là tout de suite j’imagine qqch qui aurait pu prendre place genre aux 16 ou 17ème siècle mais peut-être que je n’y suis pas du tout ? lol
Sinon, j’aime bien ce premier chapitre qui donne pas mal d’infos sans pour autant, je trouve, noyer le lecteur.
J’ai un peu de mal à lire les noms mais ça devrait s’améliorer par la suite, question d’habitude 😉
UnePasseMiroir
Posté le 07/09/2020
Oui il faudra que je revois toute la structure du premier chapitre, et je crois que ça n'attendra pas la réécriture pour ce faire ^^ en tout cas je note tes suggestions, pour l'atmosphère du royaume notamment ! Dans ma tête c'était très clair que c'était du type médiéval mais c'est vrai que je pourrais retravailler tout ça pour donner une ambiance plus tangible.

Ahah oui les noms c'est un soucis chronique au débat, mais ça vient ne t'en fais pas ^^
C. Kean
Posté le 02/09/2020
Yo,
Je viens me pencher un peu plus sur ton histoire ~

« il avait eu l’impression de fendre les flots d’une marée de têtes brunes. »
Proposition : de les fendre comme des flots.
« Les » renvoyant au chevelures de la première phrase.

« Il avait beaucoup hésité quand le lieutenant Laeïos lui avait demandé de le suivre en Eälagon avec l’ambassade Dejclane envoyée par le roi Révéré »
Je ne suis pas grande lectrice de fantasy, et là, niveau des noms, avec Eäran déjà citée, tu m’as perdue. Et je n’ai aucune idée de comment se prononce le -ä après un –e ?
Il a fallu que je relise pour comprendre qu’eux sont envoyés par le roi Révéré dans le royaume d’Eälagon et que là il arrive dans une ville sans doute capitale qui s’appelle Eäran. Donc, eux, les Dejclan, ne sont pas bruns.

Deux fois « méfiance » sur les deux premier paragraphe.

« au nombre d’une trentaine »
Au nombre de trente.

« — Je n’exulte pas, il est vrai, admit-il, les mâchoires serrées. Mais comprenez mon malaise quand il s’agit de dix soldats et vingt aristocrates Dejclans jetés en terre étrangère. »
La réplique ne me paraît pas naturelle. Il n’a pas besoin, du point de vue de son identité, de redire que lui est Dejclan.

« reformant l’impeccable formation »
Pléonastique.

Jusqu’à présent (donc jusqu’à la rencontre avec le comité d’accueil du roi), j’ai trouvé qu’il manquait une enveloppe sonore à cette scène (le pas de chevaux, la rumeur ou le silence de la ville devant cette arrivée hors du commun, voir le bruit de la ville, puis le silence du pont et de l’entrée dans le palais…). L’atmosphère me paraît fragile et du coup, la méfiance du personnage principal est dite et redite, mais je ne me l’approprie pas. Ça me donne l’impression d’une répétition mais pas d’une progression.

« En l’entendant, Caraghon se fit intérieurement la remarque que ses compétences linguistiques d’eälagan étaient plus que sommaires, et que personne n’avait intérêt à tenter de lui faire la conversation en espérant de lui une quelconque réponse»
La fin de la phrase me semble assez lourde, sans doute la répétition de « de lui » : de sa part ?

« De l’intérieur, les bâtiments du palais ressemblaient moins à ceux d’une forteresse, avec leurs façades de pierre délicate bordée de moulures de plâtre et percées de vastes fenêtres ; mais les murs d’enceinte étaient puissants, crénelés de tours de garde aux toits pointus comme des fers de lance. »
Un peu confus ta phrase : c’est une forteresse mais passé le mur d’enceinte ça l’est moins et c’est joli, mais c’est une forteresse. Puis « de l’intérieur » laisse entendre qu’on est entré dans les bâtiments. Peut-être recentre en disant qu’une fois passer le mur d’enceinte avec ces tours etc, c’était joli, mais que Caraghon reste attentif à l’aspect forteresse et à la tour particulière.

« et sur le flanc donnant sur l’enceinte extérieure, »
Sur son flanc ?

« Celui qui se tenait face à lui dit quelque chose en eälagan qu’il ne parvint à comprendre »
Pourquoi faire sauter le « pas » ?

« mais il décida de calquer son attitude sur celle de ses compagnons et le laissa finalement emmener sa monture. »
Il ne comptait pas entrer dans le palais avec sa jument de toute façon xD

« laissait à penser qu’il s’agissait de sentinelles permanentes et non pas seulement de parades. »
Et non pas seulement de parade -> plutôt maladroit.
Puis ce sont des gardes, pas des sentinelles.

« Caraghon était partagé entre un irrépressible sentiment de fierté, et son instinct militaire qui évaluait presque malgré lui leurs chances de s’en sortir face à un tel nombre d’adversaires. Infimes. »
Le gars c’est un soldat, je veux bien qu’il envisage que ça puisse partir en couille à un moment, mais il sait aussi a minima que la guerre obéit à des règles non ? Puis, que cette réflexion du danger numéraire vienne après l’apparition de la figure des femmes courtisanes, c’est assez maladroit. Ce ne sont pas elles qui sont censées faire la différence en cas de combat.

« Ils pénétrèrent sous les colonnades du bâtiment central. Deux serviteurs ouvrirent les grandes portes de la salle du trône devant eux. »
Deux phrases qui mériteraient de n’en faire qu’une pour accompagner le mouvement.

Je fais une pause ici, je reviens bientôt pour la suite du chapitre ;)
C. Kean
Posté le 02/09/2020
« Les voûtes soutenant le plafond semblaient s’élancer vers le ciel avant de se rassembler d’un commun accord au cœur de la clef, où un lourd chandelier d’or et de cristal était suspendu. » « De part et d’autre de la longue galerie »
Si c’est une vaste galerie, je ne vois pas comment toutes les voûtes pourraient se rejoindre en un point.

« silence à leur entrée, tendant le cou pour mieux les voir. Un peu embarrassé du silence qui régnait »
Silence/silence.

« et son front était ceint du même fin diadème. »
Semblable, à la rigueur, mais d’où le prince porterait la même couronne que le roi ?

« — Je représente mon souverain, le Révéré Seikos Khaeesi, et vous apporte de sa part les plus sincères salutations de la Dejclencie, prononça-t-il solennellement. »
C’est assez cavalier. Déjà on salue le souverain avant de s’adresser à lui, puis on se présente en donnant son nom quelque part dans l’affaire si personne de la maison du roi ne l’a introduit.

« et il avait aussitôt cherché l’amitié de son puissant voisin dejclan, par des alliances commerciales aussi bien que stratégiques. »
La virgule peut sauter.

« on avait appris la mort de la reine Ancathia, cette princesse dejclane qui avait épousé un roi Eälagonien. »
Que tu sois obligée de répéter qu’elle est dejclane marié au roi Eälgonien laisse entendre que ta présentation des faits n’était pas clair auparavant.

« Le roi Alàtar se leva de son trône, se tenant debout aux côtés de l’arhîl de Lancasia »
Il ne se lève que maintenant ? Donc il a pris les mains d’un homme debout dans les siennes avant de se lever ? Ça donne une image de faiblesse assez spéciale comme comportement.

« vêtu d’une simple tunique brune, les bottes maculées de terre, une corne de chasse pendait à sa ceinture, il s’amusait à faire tournoyer un grand arc entre ses mains comme s’il s’agissait d’un sabre. »
Tout est sur le même niveau dans cette accumulation, et c’est dommage. « Pendant » plutôt que « pendait » permettrait de dessiner ce qui est d’un côté, et faire ressortir le mouvement de ce qu’il fait de l’autre côté.

« Derrière lui, son fils se pinçait l’arête du nez entre le pouce et l’index d’un air consterné »
Un de mes personnages, Nylian, habitué lui aussi aux frasques de son frère, conseille au jeune prince de ne rien laisser paraître de son agacement. La dignité passe dans ce que l’on ne montre pas.

« — Croyez-vous que ce soit bien le moment de fanfaronner de la sorte ? répliqua le roi en le gratifiant d’un regard sévère. Quant à vos excuses, ce n’est pas à moi que vous devriez les adresser en premier lieu. »
La première phrase ça l’a fout mal quand même. Juste lui indiquer que les excuses doivent aller aux ambassadeurs ça semble plus sage et autoritaire.

Me voilà au bout du chapitre, l’heure de remarques plus générales.
J’ai trouvé ça intelligent d’ouvrir le chapitre sur le sentiment d’étrangeté de la ville et du pays, qui passe notamment par les cheveux noirs de la population, pour finir par découvrir chez les princes héritiers les traits et la blondeur connue de Caraghon. Le chapitre est bien construit autour de cet axe.

Le personnage de Caraghon me semble pour le moment assez creux. Ce qui n’est pas nécessairement un reproche : il paraît jeune, et c’est un soldat qui, même si sa formation semble précise et exemplaire au vu de ses réflexes, n’a pas l’air d’avoir déjà quitté son pays avant cette occasion. On peut comprendre qu’il soit plus rempli de la situation que de lui-même. C’est en tout cas ce que j’ai déduis, mais ce n’est pas forcément ce que tu nous montres, alors peut-être que je me trompe. Si c’est le cas, et même si ça ne l’est pas, ça serait pas mal que tu te décales un peu de sa méfiance de tout (qui est un peu un arbre qui cache la forêt à mon sens), ou que tu en uses, pour nous apporter quelques informations sur sa formation et son expertise, ou développer celles déjà données (son élan de fierté que tu dis mais qu'on laisse immédiatement là par exemple).

L'idée de la reine morte dont l'ombre a jeté un froid sur la scène politique est touchante et intrigante. On sent que de son fantôme dépendra la pérennité des alliances à venir. Et moi j'aime bien ça, les fantômes.

Pour le reste, c’est plaisant à lire. On sent que tu sais où tu vas, et même s’il y a quelques inexactitudes ou facilités sur les descriptions des lieux (je suis une tarée de l’architecture, mais je me suis pour le moment retenue), on visualise facilement ton univers. Peut-être qu’il mériterait plus de « présence sonores », j’ai trouvé plusieurs fois que ça manquait, l’écho des pas, des armures, etc.


UnePasseMiroir
Posté le 02/09/2020
Coucou ! Eh bien merci pour ce commentaire très détaillé ;) pour l'instant je me concentre sur le premier jet mais sois sûre que toutes tes notes me serviront pour la réécriture !

Oui j'ai vu que tu voulais plus de description sonore ^^ j'y penserais, moi aussi j'aime bien les détails qui permettent de tout ressentir au mieux, mais ils sont parfois assez difficiles à distiller sans que ça ralentisse trop l'avancée des scènes. C'est un dosage un peu compliqué parfois mais je prend note !

Et oui pour Caraghon, je sais que dans le premier chapitre notamment il est un peu "effacé" par rapport à tout l'univers, mais ça me semblait nécessaire. Et puis je ne peux pas le présenter d'emblée et en détails dès le premier chapitre.

Ahah les descriptions de bâtiments et des lieux j'avoue que c'est pas mon point fort, je m'y connais peu en architecture et j'ai parfois juste pas la patience de faire des recherches poussées, en tout cas pas pour le premier jet.
Murtagh Ilian
Posté le 25/06/2020
Whoua effectivement je ne me suis pas trompé : c'est un excellent début d'histoire ! Le personnage de Caraghon est déjà très attachant selon moi et j'aime beaucoup ton style d'écriture !
UnePasseMiroir
Posté le 25/06/2020
Re ! Merci beaucoup, vraiment ravie que ça te plaise <333
Kavanaugh
Posté le 15/06/2020
Je suis rentrée en plein dans ton univers sans aucune difficulté ! Tu as un vocabulaire vraiment très riche (même très technique) qui m’a permis de bien imaginer le monde dans lequel tu nous plonges. Même les nombreux nouveaux mots que tu utilises ne m’ont pas perdue car tu les répètes suffisamment pour qu’on comprenne bien de quoi il s’agit, sans nous noyer sous trop d’informations.

Pareil en ce qui concerne l’intrigue politique entre les deux royaumes, elle est expliquée simplement et permet bien de comprendre les enjeux.

J’aime beaucoup ton personnage principal, je trouve que tu as réussi à lui donner un côté très humain qui le rend très réaliste et touchant ; je pense notamment au fait qu’il maîtrise mal la langue ou qu’il se sente, à un moment donné, orgueilleux de voir l’accueil qu’on leur réserve. Ça me plait beaucoup.

Voici quelques propositions, évidemment, à toi de juger si elles te paraissent pertinentes ou non !

« ses compétences linguistiques d’eälagan étaient plus de sommaires »
Plus que ?

« Tout en désespérant sur ses piètres qualités d’ambassadeur, il suivit son lieutenant en tirant sa jument par la bride, alors que les Eälagoniens les guidaient jusqu’à la cour principale. »
Je trouve la phrase un peu lourde et après analyse, je pense que c’est dû au fait que tu commences par un participe présent puis que tu ajoutes le connecteur « alors que ». Pour plus de fluidité, je couperais la phrase en deux avec un point après « bride » + « Les Eälagoniens les guidèrent jusqu’à la cour principale ».

« Le jeune homme ne semblait pas se formaliser de l’émotion qu’il suscita, distribuant des sourires à la ronde en s’avançant d’un pas dansant. »
Pour plus de dynamisme, je mettrais du passé simple et retirerais un des participes présent : « Le jeune homme ne sembla pas se formaliser de l’émotion qu’il suscita et distribua des sourires à la ronde en s’avançant d’un pas dansant. »

« – Croyez-vous que ce soit bien le moment de fanfaronner de la sorte ? répliqua le roi en le gratifiant d’un regard sévère. Quant à vos excuses, si j’ose croire qu’elles sont un tant soit peu sincères, ce n’est pas à moi que vous devriez les adresser en premier lieu ».
Concernant ce passage, il y a quelque chose qui me gêne. Je trouve ça normal que le roi demande à son fils de s’excuser auprès de leurs invités, vu son entrée, mais il me paraît peu probable que le roi dévoile devant des étrangers la relation conflictuelle (en tout cas c’est comme ça que je le vois) que le lie avec son fils, notamment avec le « si j’ose croire qu’elles sont un tant soit peu sincères ». Ce genre d’information pourrait se retourner contre eux s’ils ont affaire à des gens mal intentionnés.

« Le regard du prince à la chevelure blonde comme celle d’un Dejclan balaya l’assistance, et, l’espace d’une seconde, effleura celui du jeune soldat. Les yeux du prince étaient bleus, d’un bleu magnifique qui lui rappela la mer sous le soleil méridional quand leur navire avait quitté les rives dejclanes pour traverser le détroit de l’Ouest. Ce contact fut furtif, à peine une fraction de seconde, mais son mirage demeuré gravé sous les rétines de Caraghon longtemps après que le prince ait détourné la tête. »
« Je mettrais « comme celles d’un Dejclan » entre virgules pour que le sens soit plus clair. J’enlèverais également, et là ce n’est qu’une proposition, l’adjectif « magnifique ». Je trouve qu’il n’apporte rien et que le reste de la description du bleu est bien assez forte et parlante pour comprendre l’impression que les yeux du prince ont sur Caraghon.

En tout cas, j’ai beaucoup aimé cette fin de chapitre ! C’est très bien écrit et, je le dois le dire, assez romantique. Ça parle à mon petit cœur.
UnePasseMiroir
Posté le 15/06/2020
Re ! Vraiment ravie que ce premier chapitre te plaise ! Oui j'essaye d'employer un vocabulaire aussi précis que possible, je ne te cache pas que je dois parfois batailler une heure pour trouver LE terme exact... ^^

Et je suis contente si tu aimes bien le personnage principal, j'avais un peu peur qu'il apparaisse comme trop fermé et passif au début.

Et merci des les points que tu as soulevé, ils sont tous pertinents et je vais m'y pencher tout de suite !
Gwenifaere
Posté le 25/05/2020
Coucou,
Ca y est j'ai enfin un peu de temps pour me lancer ! J'aime beaucoup les personnages déjà, Caraghon m'a l'air trop choupi le petit angoissé, et l'arrivée fracassante de Tyeltaran est très drôle (j'avoue je l'attendais, j'ai déjà vu passer des trucs sur lui sur ton insta donc...)
Tes descriptions sont jolies, la mise en place du monde bien rythmée, on s'y retrouve bien je trouve. J'ai hâte de découvrir la suite !
UnePasseMiroir
Posté le 25/05/2020
Coucou ! Heureuse que tu ai pu au moins commencer et que le début te plaise !
Ah j'avoue oui je spam mon insta avec cette histoire xD
Merci beaucoup pour ton passage ;) à bientôt j'espère !
AliceH
Posté le 19/05/2020
Ohlala j'ai cliqué sur ton histoire au hasard et je suis bien contente de l'avoir fait ! C'est joli et bien décrit et bien écrit tout court, je vais vite lire la suite !
UnePasseMiroir
Posté le 19/05/2020
Coucou ! Merci pour ce retour positif ! j'espère que si tu poursuis cela te plaira tout autant ^^
Natsunokaze
Posté le 11/05/2020
Re,

Ok, j'adore ! C'est tellement bien écrit ! C'est typiquement le genre de style que j'aime, fluide, travaillé, avec du vocabulaire, des descriptions détaillées et suffisamment imagé pour m'immerger dans l'histoire. Je ne suis pas déçue par ce premier chapitre, vraiment.

Le personnage de Caraghon me plait bien, hi hi ! J'aime les personnages méfiants de nature, qui observent avant d'agir. Je trouve qu'ils sont les plus à même de s'en sortir en cas de pépin xD Certes, ça le rend peut-être moins sympathique mais perso, ça ne me dérange pas du tout, bien au contraire. J'ai hâte de le voir évoluer et peut-être se détendre un peu ^^

Autre chose qui me titille directement mon intérêt : cette histoire d'alliance, de reine morte (de quoi ? Comment ? Mystère), de tensions politiques... ça présage de beaux complots et j'adore ça ! Pour autant, le chapitre commence assez bien, la délégation est accueillie avec les honneurs qui lui sont dus, le roi est courtois et souriant,... c'est juste le prince qui pèche, mais je reviendrai sur lui après. Et pourtant, je me dis que c'est trop beau pour être vrai ! Est-ce que c'est la méfiance de Caraghon qui déteint sur moi ? Peut-être. Mais je m'attends à ce que ça parte en sucette à un moment donné.

Quant au prince... il est... un petit peu condescendant, non ? xD Le gars débarque en retard, il s'excuse mais avec panache, du coup, tu sens bien qu'il ne se repend pas du tout de son comportement et tu vois à son regard que tout ça l'amuse. No respect pour la délégation, quoi --" Mais je l'aime bien. Il est louche. Mais je l'aime bien. Et je sens que Caraghon et lui n'ont pas fini de se rentrer dedans, surtout avec leur caractère qui me semblent diamétralement opposé ; Caraghon est discret, respectueux et prudent tandis que le prince semble extraverti, insolent et indomptable >.< Mais en même temps, ils sont complémentaires donc... à voir comment leur relation va évoluer. Vont-ils devenir ami ou bien ennemi ? J'ai hâte de savoir !

Bref, je suis hypée à mort par ce premier chapitre, donc je file sur le second !

À tout de suite !
UnePasseMiroir
Posté le 11/05/2020
Re ! Ahhhh merciiii ton commentaire me fait hyper trop plaisir tu te rends pas compte !!!

Je suis vraiment contente que Caraghon te plaise, justement j'avais peur qu'on apprécie pas trop son côté fermé et un peu passif... mais en même temps, se retrouver paumé dans un pays étranger quand tu parle pas la langue, c'est jamais l'idéal XD

Tu me fous la pression maintenant avec ta curiosité et ton enthousiasme, j'ai peur de te décevoir ! ^^ Mais oui il ne faut pas s'attendre à ce que tout se passe si bien...

Mdr et trop contente que tu aimes bien Tyeltaran bien qu'il soit un peu tête à claque sur les bords. Il respecte rien c'est vrai XD et pour sa relation avec Caraghon, ben tu as déjà lu le chapitre suivant tu en as eu un aperçu mdr.

Merci encore pour ton passage !!!
_HP_
Posté le 10/05/2020
Salut !

Ce premier chapitre est très bien écrit, ta plume est agréable, fluide et imagée, je visualise les scènes sans problème (particulièrement celle de l'arrivée du prince :p)
Tes noms sont très jolis, je me mélangeais également au début mais petit à petit ça rentre ^^
Tes personnages ont l'air intéressant, ils sont différents et on aperçoit déjà un peu leur caractère.
J'ai vraiment hâte de continuer ^^

Toute petite chose :

"Celles de Caraghon, en revanche, restaient pincées" → j'aurais mis "restèrent" ^^
UnePasseMiroir
Posté le 10/05/2020
Re ! Merci encore, vraiment heureuse que ça te plaise... je verrais en réécriture si y'a moyen de simplifier ou fluidifier toutes les infos et tous les noms, histoire que ça ne soit pas trop confus !
Et merci pour la suggestion, je change ça tout de suite ;)
Bisous !
ludivinecrtx
Posté le 09/05/2020
Et re,

Bon je t'ai déjà donné mon avis sur ce chapitre.... Mais je viens te donner du courage ;).

Bon j'ai toujours un problème avec les prénoms mais ça va venir, et puis tu dois comprendre ça mieux que n'importe qui les oublies de noms ;p ? *

Ton écriture est toujours aussi belle et agréable. On connait déjà bien ton perso principale, le portrait sonne juste et on peut déjà se faire une idée sur lui. Pareil pour ton monde, on a de belle descriptions qui nous en disent beaucoup sur l'univers.

Pareil que Zoju, moi aussi j'ai eu du mal entre les deux royaumes mais c'est qu'un premier chapitre ça va rentrer dans la tête. Après tout j'ai une lectrice qui oublie mes perso principaux, l'une d'elle et même présente sur la couverture et dans le résumé enfin tu vois le genre de lecteur tête en l'air ;).

Et pareil, moi aussi j'ai voyagé !
UnePasseMiroir
Posté le 09/05/2020
Re ! J'imagine bien que ça doit être un peu confus au début, y'a pas mal de gens qui arrivent en peu de temps... Et merci pour les compliments cachés entre les piques sur ces soi-disant oublis de prénoms, je vois pas de quoi tu parles d'ailleurs XD
Zoju
Posté le 09/05/2020
Salut ! Après un prologue assez poétique et intrigant, le premier chapitre nous plonge d'emblée dans cette visite diplomatique. J'ai beaucoup aimé te lire. Ton style d'écriture est vraiment très agréable. Tu plantes bien le décor et tes personnages, même si l'on en les connait pas encore très bien, on déjà du caractère. J'ai bien aimé la description de l'arrivé du prince. On imagine très bien la scène. J'ai juste encore un peu de mal à ne pas confondre les deux royaumes, mais c'est parce que c'est le début de l'histoire. Je suis curieuse de voir où tu vas nous emmener, mais je peux t'affirmer que je voyage déjà. :-)
UnePasseMiroir
Posté le 09/05/2020
Coucou ! Merci beaucoup, ça me fait trop plaisir que tu aies aimé ce début ! et j'espères que si tu poursuis, les chapitres suivants te plairont aussi ^^ bisous !
Vous lisez