Chapitre 1 : La Sorcière [2/2]

Notes de l’auteur : Pour des raisons pratiques et permettre une lecture plus agréable ce chapitre se découpera en plusieurs parties.

La rue bourdonnait de vie alors que la sorcière ne pouvait s’empêcher de sourire jusqu’aux oreilles en pensant à la tête que ferait son frère en voyant ce qu’elle lui rapportait. Elle le voyait déjà lui dire qu’elle n’aurait pas dû, avant de lui proposer une partie devant un plateau de biscuits et de thé à la menthe préparé par M. George.

– Tu es vraiment quelqu’un de bien Amélia, sourit Emily en prenant son sac pour le porter.

– Arrête un peu de dire ça, M. Grimm me fait tout le temps des prix quand je viens, je pouvais bien lui rendre la pareille. En plus j’admire beaucoup son travail et grâce à lui Azriel ne s’ennuie jamais.

– C’est bien ce que je dis, sourit la fée en regardant le ciel, tu es une bonne personne.

Après quelques minutes à déambuler dans la foule, essayant tant bien que mal de ne pas céder à la tentation d’acheter autre chose, Amélia remarqua une petite vendeuse de fleur au milieu des badauds.

Habillée misérablement, la fillette essayait comme elle pouvait d’attirer l’attention des passants de sa petite voix fluette, mais personne ne lui prêta la moindre attention. Certains la bousculaient délibérément, tandis que d’autre lui jetaient des regards dégoûtés. Amélia surprit même quelques commentaires désagréables, chuchotés de bouches à oreilles. Elle fronça les sourcils, fusillant du regard ces idiots, quand un nouveau coup d’épaule malencontreux – qui semblait totalement délibéré – bouscula la petite qui tomba lourdement au sol. Amelia remarqua alors les deux petites ailes diaphanes cachées sous sa cape rapiécée.

Une fée, pensa la sorcière dont le regard se fit plus triste. Pas étonnant donc… Pauvre enfant.

La petite fée essaya tant bien que mal de ramasser les fleurs qui s’étaient éparpillées tout autour d’elle. Les passants semblaient presque hésiter entre les piétiner ou ne pas se salir les pieds dessus. Un comportement qui noua l’estomac d’Amélia. Comment pouvait-on être à ce point abjecte avec un autre être vivant ? Qu’aurait pensé leur déesse, Aurora, en voyant ses enfants se martyriser les uns les autres sans le moindre remord ?

Du coin de l’œil, la sorcière remarqua le regard appuyé de son amie. Emily semblait l’interroger du regard. Agir ou ignorer ? Amelia savait que l'adolescente brûlait d’envie de se jeter à terre pour aider cette petite, tout comme elle…

La sorcière reporta son regard vers la fée agenouillée au sol les yeux larmoyants. Elle soupira et tendis une petite bourse à Emily qui la prit aussitôt avec le sourire.

– Vas-y.

– Merci !

Amélia regarda Emily jouer des coudes pour rejoindre la fillette. Elle l’aida à ramasser toutes ses fleurs avant de lui acheter un bouquet. Le visage de l’enfant s’illumina d’un grand sourire quand elle tendit son assortiment de violettes à Emily avant de recevoir quelques pièces de bronze. Amélia aurait aimé pouvoir lui donner plus, mais elle sentait déjà les regards brûlant des autres membres de la Cour des Sorcières sur elle et ne pouvait se permettre de faire trop de vagues. Le fait qu’elle n’aille pas à l’école comme les autres enfants de Riverfield et que son frère fût malade avait suffisamment attiré l’attention sur leur famille comme ça. Si elle venait à soutenir les fées en public, elle était sûre que sa mère lui passerait le sermon de sa vie et elle n’avait pas envie de perdre son temps à écouter ses bêtises d’aristocrate guindée.

De loin, Amélia regarda Emily faire signe à la petite fée qui s’en alla, très vite engloutie par la foule qui affluait à présent dans la Grand-rue. Parvenue à sa hauteur, l’adolescente regarda son amie humer les petites fleurs violacées dans ses mains. Elle afficha un sourire en coin et passa son bras sous celui de la fée.

– Toi aussi tu es une bonne personne Emily.

– N’importe quoi, répondit la fée en détournant le regard.

Mais Amélia savait que son amie n’avait pu empêcher ses joues de rougir furieusement. Et, derrière ses mèches blondes, un sourire timide avait étiré ses lèvres.

Parvenue devant les cafés et bars de la Grand-rue, Amélia remarqua des murmures à peine dissimulés. La foule commençait à s’estomper autour des filles mais les rumeurs continuaient de s’élever non loin. Il y avait soudain quelque chose d’étrange dans l’air et la sorcière aurait juré qu’on la fixait. En se retournant, elle vit les gens se figer et détourner le regard. La jeune fille ralentit l’allure, tendant l’oreille. Tant pis si elle devait être en retard à la maison, sa mère aurait au moins une bonne raison pour lui taper sur les doigts, cette fois.

– Il paraît qu’ils ont retrouvé une autre fée pas loin d’ici, expliquait un badaud à un commerçant près du Marina’s Coffee.

– J’en ai entendu parler ! répliqua un autre. Pauvre petite, encore une qui y laisse des plumes. Comment se fait-il que la police n’ait toujours pas arrêté le tueur ?

– J’ai entendu dire qu’elle s’en fichait. Après tout, les fées ne sont pas vraiment une priorité pour les Premières Familles, pourquoi se fatiguer ? répondit un homme avec amertume.

Amélia baissa les yeux. C’était faux, bien sûr. Les fées lui importaient à elle, mais que pouvait-elle bien faire de plus ? Elle n’était qu’une adolescente et n’avait pas encore la possibilité de mettre son nez dans les affaires de sa famille. Et de toute façon, sa mère le lui interdisait formellement. Peut-être devrait-elle demander à sa tante Nausicaa ? Elle semblait être la seule à penser que la jeune fille était assez mature pour travailler pour le bien du pays.

– Qui est en charge de l’affaire, déjà ?

– Un p’tit nouveau. Il paraît qu’il a été récemment promu inspecteur. Un certains Dylan O’Brien, je crois.

– Bizarre. C’est un elfe, non ? Ce sont les êtres les plus proches des fées, il devrait prendre cette affaire plus à cœur, non ?

Dylan O’Brien ? Amélia se demandait de quoi il pouvait bien avoir l’air. Elle ne connaissait pas beaucoup de monde dans la police, encore une chose que sa mère lui interdisait. Il lui semblait que Nausicaa travaillait souvent avec eux. En fait, plus elle y pensait et plus elle se rendait compte que la tante Nausicaa s’impliquait un peu dans tout. Heureusement qu’elle est là pour tout gérer, pensa-t-elle. Sans elle, Osha serait sûrement sur le déclin avec les absences de son père et le manque d’intérêt de sa mère pour le pays. Elle se promit d’aller lui en parler plus tard.

– On connait l’identité de la victime ? demanda soudain un autre marchand qui s’était approché du groupe.

– Une certaine Coco Hazeltone, répondit une serveuse non loin. Elle travaillait de l’autre côté de la ville chez une famille d’elfe couturier. Pauvre créature, on m’a dit qu’elle laissait un enfant en bas âge et un époux en deuil derrière elle.

– Quand aura lieu l’enterrement ?

Cette fois Amélia s’arrêta. Elle fit mine de s’intéresser à la vitrine du fleuriste magique, Magifleur, pour mieux écouter leur conversation. De l’autre côté de la vitre, une rose lui fit de l’œil, remettant ses pétales rouges en place avant d’agiter ses feuilles pour lui faire signe d’entrer. Ces fleurs vivantes l’avaient toujours intriguée, autant qu’elles la mettaient mal à l’aise. Elle détourna le regard et fixa à la place le bouquet juste à côté qui laissait éclater de petits feux d’artifices colorés au-dessus de ses fleurs. Pendant un instant, elle songea à offrir l’un de ces Bouquet-pétard à sa tante, Luvenia, elle était certaine que ça allait beaucoup la faire rire. La Rose Pomponnette en revanche…

Emily regarda par-dessus son épaule avant de se tourner vers son amie.

– Tu es sûre de vouloir entendre ça ?

– Oui.

Elles jetèrent un coup d’œil discret en arrière et regardèrent le groupe sur la terrasse du Marina’s Coffee.

– Dans le courant de la semaine prochaine, il me semble, répondit enfin un marchand en lissant sa barbe hirsute. C’est triste de se dire qu’une si jeune personne à perdue la vie.

– Oui, dommage que les Moonfall n’en aient rien à faire ! dit tout haut l’un des hommes en fusillant le dos d’Amelia du regard.

L’adolescente sursauta et se figea, les yeux soudain perdus dans le vide. La rose continuait de danser devant elle mais elle ne la voyait plus. Emily regarda son amie avec tristesse, passant une main dans son dos.

– Tais-toi malheureux ! le rabroua l’homme à la barbe. Tu veux nous attirer des ennuis ?

La jeune fille se retourna lentement pour regarder le groupe à la terrasse. Ils détournèrent les yeux, faisant mine de rien. Amélia soupira en se tournant vers son amie.

– Viens Emily, rentrons.

– Amélia, à propos de ce qu’ils ont dit… s’inquiéta la fée en trottinant derrière la sorcière.

Amélia marchait de plus en plus vite, cherchant à fuir le plus loin possible. Elle se sentait soudain étouffée, oppressée par la Grand-rue et ses boutiques habituellement si merveilleuses et chaleureuses. Elle devait rentrer au plus vite, retrouver son frère et penser à autre chose. Elle devait mettre le plus de distance possible entre leurs paroles et elle…

– Ils ne voulaient pas… haleta la fée sur les talons d’Amélia.

– Je sais Emily. Je sais…

Mais leurs mots ne cessaient de tourner en rond dans son esprit. « Dommage que les Moonfall n’en aient rien à faire ! ». C’était faux, totalement faux ! Elle s’inquiétait de cette histoire, ça la rongeait presque autant que la maladie de son frère. Mais que pouvait-elle bien faire, elle ? Personne ne la prenait au sérieux, elle n’était que la petite dernière de Roman Moonfall, la petite fille à sa maman qui n’avait même pas le droit de se rendre à l’école comme les autres sorcières et sorciers de son âge. Qui était-elle pour stopper un tueur que même la police n’arrivait pas à coincer depuis des mois ?

Encore un meurtre, et toujours une fée. Pourquoi ?

Et puis il y avait ce nom. Elle avait l’impression de l’avoir déjà entendu quelque part, mais où ? Où avait-elle entendu le nom de cette fée ?

Amélia s’arrêta brusquement et se retourna vers Emily. La fée, surprise par le soudain volte-face de son amie manqua de la percuter dans son élan. La sorcière ne lui laissa pas le temps de reprendre son souffle et demanda d’un ton brusque :

– Tu connaissais cette Coco Hazeltone ? J’ai l’impression d’avoir déjà entendu ce nom quelque part, mais je n’arrive pas à me souvenir où.

Emily réfléchit un instant, profitant de cette pause pour reprendre son souffle. Les fées avaient beaucoup de qualité, mais leur endurance n’était pas la même dans le ciel et sur terre. Emily en était la preuve.

Après quelques instants, la jeune fille se redressa enfin, les sourcils froncés.

– Vaguement, s’essouffla-t-elle. J’ai dû la croiser une ou deux fois dans le Quartier des Fées il y a longtemps. C’était une fille très gentille. Ce poste chez les Fastina en tant que couturière avait été un petit miracle pour elle, une chance d’échapper un peu à la misère du quartier. C’est dommage.

– Fastina ? Comme les propriétaires de la boutique À la Mode de Chez Nous ?

– C’est ça.

Amélia croisa les bras et réfléchit un moment, les yeux perdus dans le vague.

– J’imagine, dit-elle lentement au bout de quelques longues secondes, qu’aller à son enterrement serrait mal venu… n’est-ce pas ?

– Je le crains, oui. La plupart des fées le prendraient comme une insulte.

– Je vois…

 Quelques instants plus tard, Amélia se détourna et poursuivit son chemin, Emily à sa suite. Mais cette fois-ci, à un rythme plus raisonnable.

Au bout d’un moment, Amélia eut la dérangeante impression qu’on l’épiait. Elle se retourna, observant alentour et vit les regards noirs que certaines sorcières et sorciers de son quartier lui lançaient. L’adolescente leur répondit par un regard plus noir encore, leur faisant détourner les yeux alors qu’Emily ralentissait jusqu’à se retrouver à marcher derrière elle, la tête baissée. La sorcière chercha son amie à côté d’elle et finit par la trouver dans son dos. La fée semblait mal à l’aise et se tortillait comme si elle cherchait à déployer ses ailes pour s’envoler.

Amelia la regarda un instant, confuse.

– Emily, mais qu’est-ce que tu fais ?

Les joues rouges, la jeune fille jetait quelques regards autour d’elle, visiblement mal à l’aise.

– Les sorciers…

– Ne leur prête pas attention, lui dit Amelia d’un ton bourru en jetant des regards noirs alentour. Tu es mon amie, tu…

– Pas dans la rue… mademoiselle, ajouta-t-elle au bout de quelques instants

Amélia considéra la fée un instant avec tristesse. Pourquoi fallait-il toujours en arriver là ? Pourquoi fallait-il toujours que sa meilleure amie se sente constamment obligée de jouer les domestiques devant les autres alors que ça lui était parfaitement égal ? Hésiter à aider une petite fée dans la foule c’était une chose. Amélia savait que les sorcières colportaient beaucoup de rumeurs sur elle. Mais marcher au côté de sa meilleure amie, domestique, fée ou noble ça n’avait aucune importance. Azura savait qu’Amélia considérait Emily comme son amie, la sœur qu’elle n’avait jamais eu, elle n’aurait rien dit si les sorcières de la Cour lui avaient fait des remarques.

Elle n’avait pas besoin de cette comédie.

– Peu m’importe ce que les gens pensent de moi et tu le sais, dit-elle soudain en prenant le bras de son amie sous le sien pour la conduire dans la rue.

La tête haute, elle défiait du regard quiconque oserait lui dire quelque chose. Peu lui importait sa réputation, elle ne protégeait que celle de sa famille, son amie n’avait pas à en pâtir.

La fée sembla se sentir un peu mieux et afficha même un petit sourire.

– Dis-moi plutôt, se réjouit Amélia en se retournant vers Emily avec un grand sourire, comment va ta famille ? Il me semble que ta plus jeune sœur vient d’apprendre à voler ?

– C’est exact, sourit Emily des étoiles plein les yeux. J’ai reçu une lettre de ma mère hier, ils sont tous très fiers d’elle à la maison.

L’adolescente fut rassurée de voir de nouveau le sourire de son amie. Pourtant, elle ne pouvait s’empêcher de se sentir mal. Quelque chose dans le regard brillant d’Emily lui serrait le cœur.

– Ils doivent te manquer.

– Oui, beaucoup, avoua la fée en regardant le ciel, pensive.

Amélia suivit son regard, se perdant à son tour dans ses pensées. Une famille qui serait fière d’elle, ce devait être merveilleux… La sorcière aurait beaucoup aimé rencontrer la famille d’Emily. Bien que ses parents les aient déjà croisés à l’occasion du recrutement de leur fille, Azura Moonfall avait toujours formellement interdit à Amelia de prendre contact avec eux. L’adolescente imaginait sans peine que cette interdiction de sa mère venait du fait que côtoyer une fée tous les jours devait être suffisamment humiliant pour leur famille. Ce qui n’empêchait pas Amélia de se poser toujours plus de questions. Elle qui n’avait rien connu d’autre que le manoir où elle avait grandi, le Parc de Lune et la Grand-rue et ses commerces, elle se demandait comment était la vie des fées dans ce Quartier des Fées si loin des sorcières et de leur si précieuse Cour.

– Tu n’as jamais pensé à rentrer ? demanda Amélia au bout de quelques instants.

– Cherchez-vous à me congédier, mademoiselle ? questionna Emily avec un sourire en coin.

– Bien sûr que non, s’amusa la sorcière. Je m’inquiète juste pour toi. La solitude peut être un poids énorme.

– Je le sais, c’est pour cela que je ne peux pas te laisser. Et puis, de toutes les sorcières de Riverfield, tu es l’une des plus généreuses que je connaisse, je serai triste de ne plus te servir.

– Par la Déesse, depuis quand joues-tu les flatteuses ? 

Emily éclata d’un rire cristallin et Amélia ne put s’empêcher de l’imiter. La jeune fille s’arrêta soudain de marcher et regarda son amie qui essuyait les larmes de rire qui perlaient aux coins de ses yeux.

– Plus sérieusement Emily, annonça-t-elle en serrant la fée dans ses bras, tu es vraiment une personne formidable. Tu n’as pas idée à quel point je suis fière de t’avoir comme amie.

Prise au dépourvu, Emily ne savait plus où se mettre et regardait les gens passer autour d’elles avec une certaine crainte.

– Amélia, nous sommes en ville, paniqua l’adolescente, si les membres de la Cour te voyaient ainsi ta réputation en prendrait un coup.

– Je m’en moque, dit Amélia en s’écartant avec le sourire. Les mauvaises langues peuvent bien rependre leur venin, il y a longtemps que je n’y prête plus attention et tu ne devrais pas y prêter attention non plus. De plus, je ne vois pas où est le mal de serrer son amie dans ses bras.

– S’il s’agit d’une fée c’est mal, gronda Emily les larmes aux yeux en fixant ses pieds les poings serrés.

Amélia regarda longuement l’adolescente avant de détourner les yeux. Son moral venait de retomber à plat, encore.

– Rentrons…

Les filles reprirent leur route en direction du Quartier des Sorcières en silence. Aucune des deux ne semblait d’humeur à ouvrir la bouche, ce qui arrangea grandement Amélia qui ne savait plus ce qu’elle pouvait dire pour convaincre son amie de ne pas agir ainsi.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Nora Malorie
Posté le 18/04/2021
Maintenant que j'ai lu cette deuxième partie de chapitre, il est certaine qu'il y a un petit déséquilibre entre les description de la première partie et le dynamisme de la seconde. Je pense que tu as moyen de mieux répartir l'ensemble de tes descriptions sur l'ensemble de ton chapitre, de manière à éviter les gros bloc de description. J'admets cependant que ce n'est pas facile dans un univers de fantasy, surtout quand il faut créer une ambiance et expliquer les enjeux. En cela, ton chapitre est parfait: on en apprend beaucoup sur la ville et sur ces enjeux sociaux, ainsi que sur la famille d'Amelia.
Lunatique16
Posté le 19/04/2021
Contente de l'entendre, j'espère juste que l'histoire des Premières Familles est assez claire, récemment on m'a dit dans un commentaire que ça ne l'était pas (ce qui me fait penser qu'une bonne relecture ne ferait vraiment pas de mal !).
En tout cas, merci pour ton commentaire, à la prochaine ! ^^
Isapass
Posté le 04/12/2020
C'est toujours très agréable à lire ! Par contre, je t'avoue que j'ai eu un peu de mal à me représenter les gens que croisent Amélia et Emily, puisque les réactions sont contradictoires (mais toujours à la défaveur d'Amélia, la pauvre). D'abord, il y a la scène avec la petite fée qui vend des fleurs et que tout le monde ignore voire maltraite. Là, la désapprobation indique qu'Amélia se fait mal voir parce qu'elle lui porte secours (par l'intermédiaire d'Emily). Ensuite, il y a la conversation sur la fée assassinée. Vu que ceux qui parlent la plaignent, j'imagine que ce sont des fées aussi, ou en tout cas des gens plus modestes que les précédents. Et s'ils regardent Amélia de travers, c'est justement parce qu'elle fait partie de la haute. Mais dans ce cas, il faudrait peut-être préciser qui sont les hommes qui parlent, non ? Sinon, on est un peu perdu, je pense.
Je sens bien qu'Amélia va se mettre en tête de mener une enquête par elle-même ! Et ce sera le début des ennuis !
Ah oui, je ne suis pas sûre d'avoir compris ce qu'était Osha. C'est le manoir de sa famille ?
Est-ce que Emily ne devrait pas montrer des signes de peur, avec les attaques contre les fées ? Amélia semble ne même pas y penser, pourtant ça me paraîtrait assez logique. Le fait qu'elle ne pense pas à ce genre de choses, j'avoue que ça va dans le sens du rapport hiérarchique un petit peu égoîste dont je parlais dans mon commentaire précédent. Ceci dit, je trouve ça intéressant : ça te laisse une marge d'évolution pour Amélia. Elle ne peut pas être parfaite vu les conditions dans lesquelles elle a été élevée, et sa conscience sociale semble déjà bien plus grande que celle de la plupart des autres personnes de son entourage/voisinage. C'est ce que tu avais en tête ?
Je repasserai probablement dans quelque temps pour la suite : ton histoire m'intrigue !
Je crois que tu n'es pas sur le forum, si ? Ou alors sous un autre pseudo ? Si ça te dit, je te le conseille vivement : tu y trouveras des évènements sympas, de très bons conseils et une communauté chaleureuse !
A+
Lunatique16
Posté le 05/12/2020
Salut !
D'abord, un grand merci pour ton commentaire, c'est toujours intéressant d'avoir l'avis des lecteurs ^^

Alors ! Pour répondre à tes questions :
Tout d'abord, Osha est le nom du pays, c'est un grand continent où se mêlent les enfants d'Aurora (donc tout ce qui est fées, sorcières, vampire, loup-garou, sylphes, etc... ).
Pour ce qui est des gens qu'elle croise, Amélia est la princesse d'Osha, et le problème c'est qu'elle est sur protégé, comme tu le découvriras plus tard, de ce fait elle est (presque) écarté de toutes les affaires sérieuses du pays.
Comme tu l'as souligné, Amélia ne semble pas très concernée par l'affaire du tueur de fée, c'est en partie parce qu'elle ne crains rien (et Emily est logé au manoir et ne se déplace jamais seule au dehors) mais aussi parce qu'elle vit dans une bulle dans son manoir, mais tu aura de plus amples informations bientôt !
Les gens qui ont pitié de la fée assassiné sont comme tu l'as dit moins aisés mais font aussi partie de peuples lié aux fées : les sylphes, les ondines et les elfes sont les plus proches des fées.
Enfin, pour revenir sur ce que tu as dit de la relation entre Amélia et Emily, la sorcière considère vraiment la fée comme son amie, et il faut dire qu'elle n'en a pas des masses. Disons qu'elle trouve la compagnie de son frère plus intéressante que celle des filles de son âge !

J'espère avoir pu t'éclairer un peu, à bientôt ! ^^
Sienna Pratt
Posté le 17/07/2020
J'aime bien cette suite ! Il y a juste un point qui m'interpelle, je n'ai peut être pas compris. Ce monde est "rasciste" vis à vis des fées, le jeune fée bousculée et piétinée en témoigne, je m'étonne donc de la conversation qui suit à la terrasse du café où les gens s'inquiètent de ce qui est arrivé à la fée retrouvée morte et en éprouvent de la tristesse au point même d'incriminer l'indifférence des Moonfall. Qui sont ces gens ? Des sorciers ? ou d'autres créatures plus ouvertes ?
La relation entre Amélia et Emily se dessine et on comprend qu'elle s'enferme dans des apparences pour sauver la face tout en tentant de garder une part d'intégrité vraiment une bonne manière de découvrir cet univers pas forcément accueillant :)
Lunatique16
Posté le 17/07/2020
Pour répondre à ta question, tout le monde à Osha n'est pas forcément "raciste" envers les fées. Certaines villes de campagnes les accueillent volontiers et on trouve des communautés de fées un peu partout dans le pays. Mais à Riverfield, c'est plus compliqué. Les sorcières de la Cour sont particulièrement revêche et mesquine en ce qui concerne les fées qu'elles jalousent. Après tout le monde ne pense pas la même chose, et comme dans notre société, certains jugent et rabaissent tandis que d'autre tendent la main et assistent. Les elfes, par exemple, ont les mêmes origines que les fées, ce qui les rends plus proches d'elles et les rend moins prompts à les rabaisser, fées et elfes étant en quelque sortes cousins.
J'espère que j'ai été suffisamment claire ^^' la société et les mentalités sont plutôt complexes, mais tu comprendras un peu mieux plus tard, tout seras expliqué !
Zoju
Posté le 10/05/2020
Salut ! Chapitre très agréable à lire. On en apprend de plus en plus sur ton univers. J'ai bien aimé le passage où Emily et Amélia évoque la famille de la jeune fée. C'est court, mais sympa. J'ai également trouvé sympa l'idée de la boutique de fleur. Pour le reste du chapitre, on se pose de plus en plus de questions sur les conditions des fées et sur les différents autres personnes comme les elfes et bien entendu sur les sorcières. Il y a juste un élément qui m'a intriguée. Il y a le passage de la petite fée où celle-ci se fait pratiquement marché dessus puis quelques instants plus tard, les deux hommes au café évoquent l'affaire de meurtre et semble triste pour la victime. J'ignore s'ils ont assisté à la scène d'avant, mais si oui je trouve que leur comportement un peu hypocrite. Pour le reste, je suis curieuse de voir où tu vas nous emmener. Courage pour la suite. :-)
Lunatique16
Posté le 10/05/2020
Salut et merci pour ton commentaire ! x)
Pour t'éclairer un peu sur la petite fée, il faut savoir que la Grand-rue est vraiment immense et il y a une sacrée distance entre les premiers bars et cafés que tu peux y rencontrer et la boutique Babioles & Bibelots d'où sortaient les filles quand elles ont vue la petite, donc non ils ne l'ont pas vue. Mais même s'ils l'avaient vu, ça aurait été compliqué pour eux d'agir, mais ça je te laisse le découvrir dans la suite, tout seras expliqué, tu verras ;-)
Lunatique16
Posté le 10/05/2020
J'avais dans l'idée de faire un plan de la ville, mais je ne suis pas la meilleure des cartographes -_-' du coup c'est un peu compliqué
Zoju
Posté le 10/05/2020
T'inquiète ! Je serais incapable de dessiner le moindre plan que ce soit d'une maison, d'une ville ou d'un pays. Je pense que cela aiderait, mais honnêtement tu décris très bien les différents endroits et l'on se fait une bonne idée de la ville. C'est juste que j'avais eu un peu de mal à bien évoluer les distances. C'est juste que cela m'avait paru se passer directement après. :-)
Lunatique16
Posté le 10/05/2020
Après tu comprendras bien vite que dans le monde d'Amelia c'est compliqué d'aider une fée, même si tu n'a aucun préjugé envers elles :)
Zoju
Posté le 10/05/2020
J’attends de lire la suite 😁
Vous lisez