Chapitre 1

Par Isapass

CHRISTIAN

Ah ! Roxane…

Il l’enlace et se penche sur ses lèvres.

 

CYRANO

Aïe ! Au cœur, quel pincement bizarre !

–    Baiser, festin d’amour dont je suis le Lazare !

Il me vient dans cette ombre une miette de toi, –

Mais oui, je sens un peu mon cœur qui te reçoit,

Puisque sur cette lèvre où Roxane se leurre

Elle baise les mots que j’ai dits tout à l’heure !

 

*

 

Il erre dans le jardin, mélancolique. Derrière lui, on aperçoit les silhouettes enlacées de Christian et de Roxane.

J’ai beau être un héros, avoir le cœur très grand,

Ça pince tout de même assez intensément !

Il se reprend, se redresse et inspire profondément.

Allons, mon Cyrano, pense donc à ta cousine.

N’est-ce pas merveilleux de voir ton héroïne

Gagner le joli cœur qui fait battre le sien

Et de les regarder se rouler des patins ?

Il tente de sourire bravement, mais sa bouche se crispe.

Rien à faire, j’essaye, mais j’ai vraiment les boules !

Et plus j’y réfléchis, plus je me sens maboul :

Je suis fou de la dame, mais ne trouve rien de mieux

Que d’en aider un autre à l’embarquer au pieu !

Il secoue maintenant la tête, les yeux écarquillés, réalisant l’énormité de l’erreur qu’il vient de commettre.

Cyrano, mon ami, c’est le dernier moment

Pour te lancer dans la bataille, résolument !

Il s’élance vers le balcon, grimpe le long du jasmin et enjambe la rambarde. Christian et Roxane ne l’ont pas entendu ni vu arriver, aussi tapote-t-il l’épaule de Christian pour attirer son attention. Ce dernier sursaute.

 

CHRISTIAN

Tiens, Cyrano…

 

ROXANE, rougissante

Cousin ?

 

CYRANO

Cousine. Comment ça va ?

 

ROXANE

Bien, mais…

 

CHRISTIAN

… mais nous étions un peu occupés, là.

 

CYRANO

J’ai vu. Soupirs, bisous, mains baladeuses… Ami,

Si la parole n’est pas ton fort, pour le reste : hardi !

 

ROXANE, taquine

Que dites-vous, cousin ? Je vous ai révélé

Plus tôt, en confidences, que sa verve égalait

Voire surpassait la vôtre. Est-ce si dur à entendre,

Que votre grand esprit n’ait pas pu le comprendre ?

Elle reporte son attention sur Christian en le dévorant du regard.

Et voici qu’en effet, depuis quelques instants,

Je constate qu’expert, il ne l’est pas seul’ment

En matière de lettres, de poèmes et de mots :

Mais aussi en livrant des duels plus… animaux !

 

CYRANO

Je ne doute nullement des qualités bestiales

Dont fait preuve le gus lors de joutes linguales

En revanche, j’émets, excusez-moi cousine,

De sérieuses réserves quant aux phrases mutines

Qu’il a utilisées pour hausser votre pouls !

 

ROXANE

Moi j’ai bien l’impression que vous voilà jaloux !

Mais ça ne change rien : il est beau, parle bien

Et je l’aime.

 

CYRANO

Vous croyez ? Or, moi je suis certain

Que pour vous prononcer, il vous manque des faits.

 

CHRISTIAN, inquiet

Je ne saisis pas bien où ça va nous mener…

 

CYRANO

Désolé, camarade, mais j’ai bien réfléchi

Et il se trouve, mon cher, que j’ai changé d’avis

 

CHRISTIAN

Ah bon ? C’est que… l’arrangement m’allait, à moi.

 

ROXANE

Une vive explication serait de bon aloi

Précisez vos propos, de quoi parlez-vous donc ?

 

CYRANO

Il faut que vous sachiez, oui, vous avez raison.

Le constat de départ sur la décision prise :

Votre beau tourtereau est con comme une valise.

 

CHRISTIAN

Beuh…

 

CYRANO

C’est vrai…

 

CHRISTIAN

Mais c’est raide !

 

CYRANO

                                                                                                                                                                      Mieux vaut la jouer directe.

 

CHRISTIAN

Oserais-je ajouter, pour demeurer correct

Que le second constat est que vous êtes moche,

À cause de votre nez à piquer des brioches ?

 

CYRANO

Je me vois obligé d’aussi le reconnaître.

 

ROXANE, à part, dépitée

Oh non ! La vérité commence à m’apparaître…

 

CYRANO

Voyez-vous, ma cousine, nous vous aimons tous deux

Et nous avons voulu resplendir à vos yeux

Lui grâce à sa beauté, et moi, à mon esprit,

Rassemblés en héros des mille et une nuits.

Mais enfin que sera, dans quelques mois, l’amour

Qui grâce à son visage et à mes mots vit jour,

Quand la jolie moustache ne saura que se taire

Plutôt que d’énoncer d’une fine manière

Les poèmes appris, les sonnets récités

Qui tariront bien vite, sans moi à ses côtés ?

 

ROXANE

Vous voulez dire… ces lettres… vous en êtes l’auteur ?

Et ces déclarations vibrantes tout à l’heure ?

 

CYRANO

Vous me les inspirâtes.

 

CHRISTIAN, qui se rappelle à eux

Mais je le pense idem !

 

ROXANE, grave

Me voilà confrontée à un cruel dilemme :

Choisir entre apparence et richesse d’esprit…

Fallait qu’ça tombe sur moi, pas de bol, sapristi !

Pour une fois, je tenais un vrai prince charmant !

Mais pourquoi maintenant ? Pourquoi pas dans vingt ans ?

 

CYRANO

Parce que nous aurions gâché nos vies entières.

Moi à vous regretter, et vous, Roxane, ma chère

À pleurer un amour tout à fait inventé.

 

CHRISTIAN, alarmé

À pleurer ?

 

ROXANE

À pleurer ? Christian va se faire tuer ?

 

CYRANO

Ne vous emballez pas, je n’en sais fichtre rien.

Bien que quand on s’avère bête à bouffer du foin

On n’est pas à l’abri d’un précoce trépas.

Mais je disais « pleurer », car vous ne saurez pas

Comment vous lui trouvâtes, un jour, de l’attrait

Lorsque sa belle frimousse finira par faner.

 

ROXANE, honteuse

Je comprends mieux, c’est sûr. Mais il reste un problème.

Que je dois prendre en compte pour décider moi-même.

 

CYRANO

Dites-moi ?

 

ROXANE, gênée

                 Pas facile…

 

CYRANO

                                                                                                                      Je ne vous plais donc pas ?

 

ROXANE

Ben euh… non.

Elle semble réfléchir

                       Cependant, maintenant que je sais

Quelles paroles sublimes je vous ai inspirées

Je mesure à quel point vous devez m’apprécier.

 

CYRANO

« Apprécier » ? Le mot est bien trop faible, ma mie !

Je vous aime, vous adore, je donnerais ma vie

Au diable ou à quiconque me promettrait de lire

Une once de tendresse dans un de vos sourires.

Je ne demande rien que de vous aduler.

 

ROXANE, dont le visage s’éclaire

De minute en minute, je sens mon cœur qui s’ouvre.

Pourquoi réfuterais-je l’émoi que j’y découvre ?

Après tout, il y a de pires perspectives

Que celle d’être adorée d’une passion si vive !

Je pourrais vous aimer… et je VAIS vous aimer.

 

CYRANO, extatique

Roxane, ma chérie, mon bonheur est parfait !

Ils s’embrassent passionnément.

 

CHRISTIAN

Hum, hum, hum… dites-moi, parmi vos connaissances

Auriez-vous une amie qui ait moins d’exigences ?

 

FIN

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Sorryf
Posté le 20/09/2019
J'ai trop rigolé xDD
je trouve cette fin mieux que la vraie ! meme si... pauvre Christian quand meme... Au moins il a l'air de prendre ça avec philosophie !
Bravo pour les rimes, ça devait pas être évident ! je voulais te faire un commentaire un commentaire rimé mais j'ai échoué, trop dur pour moi xD
Isapass
Posté le 20/09/2019
Eulalie m'a fait un commentaire rimé, plus bas ;)
Mais je confirme que c'est un peu prise de tête (prise de tête fun, hein, sinon je ne l'aurais pas fait !). Du coup, j'ai un peu triché : tous les vers ne sont pas parfaits. A l'oral ça passe, mais en fait il y en a quelques uns qui ont treize ou quatorze pieds.
Merci pour ta lecture et ton comentaire !
cirano
Posté le 19/08/2019
je suis actuellement mort d'un rire extatique !
Je n'ai rien d'autre à dire, que fantastique !

XD

(Non mais sérieusement c'est vraiment hilarant et très impressionnant !)
Isapass
Posté le 19/08/2019
Merci ! Je suis d'autant plus contente que ça t'ait plu que tu es un aficionado ;)
J'ai pris beaucoup de plaisir à l'écrire, en tout cas, même si je me suis bieeeeeen pris la tête pour quelques rimes et quelques pieds en trop !
Eulalie
Posté le 25/04/2019
Salut Isapass,
je suis tombée par hasard sur ton texte. Je me suis régalée du niveau de langue décalé et une part de moi se sent comblée par cette fin heureuse accordée au plus grand de tout mes héros. Edmond Rostand et plus généralement le théâtre en vers de son époque me transportent comme aucun autre récit ne sait le faire.
C'est sans doute pour ça que dedans certains vers
Les pieds un peu balcals m'ont donnés du tracas,
Va, les poètes auront toujours quelques travers
Pour ceux qui lisent et jugent mais qui n'écrivent pas.
Moi, il me suffira de te remercier
Tu m'as donné à voir un autre Cyrano
Et je tire bien bas ma plume et mon chapeau
Pour toi, pour la brioche, la valise… et le nez !
<br />
Isapass
Posté le 25/04/2019
Merci pour ce commentaire qui joue le jeu à fond :D
Je me suis beaucoup amusée à écrire ce texte (pour un AT, en premier lieu) mais je suis moi aussi une inconditionnelle absolue de Cyrano et j'ai hésité à l'envoyer, par crainte qu'on me taxe de manque de respect. Alors que c'est tout le contraire ! J'avoue que j'avais envie d'offrir cette seconde chance à Cyrano ;)
Je comprends que les vers imparfaits t'aient un peu chagrinée ;) A l'oral, ça peut passer en prenant des libertés avec les e muets, mais en effet, en comptant, il y a quelques vers de 13 ou 14 pieds. Mea culpa.
Merci pour ta lecture et ton commentaire participatif !
Le_Herisson
Posté le 11/09/2018
Alors d'habitude, je ne suis pas vraiment friande des trucs en vers, mais avec des perles telles que
"Votre beau tourtereau est con comme une valise."
ça passe tout seul ^^
J'espère juste que Christian se trouvera une demoiselle plus adaptée ;-)
Merci pour ce petit texte qui m'a fait sourire plus d'une fois !
Isapass
Posté le 11/09/2018
Je suis flattée d'avoir fait exception ! Et surtout de t'avoir fait sourire.
Je dois dire que les contraintes m'aident en général et écrire devient un jeu. C'est ce qui s'est passé avec ce texte : je me suis fait sourire aussi ;)
Mais je n'écrirais pas quelque chose de plus long en vers, c'est trop dur ! Je laisse donc le soin à d'autres de raconter la suite pour Christian :D
Merci pour ta lecture et ton retour ! 
Makara
Posté le 07/09/2018
Coucou Isapass ;)
J'ai dévoré ce texte ! Il est parfaitement maîtrisé, magnifiquement écrit et particulièrement drôle.
Bravo ! Ce n'était pas un exercice facile ! Je lirai bien la suite moi !
Bisous volants 
Isapass
Posté le 07/09/2018
Salut Makara !
Je suis ravie de t'avoir fait passer un bon moment. 
"Parfaitement maîtrisé" ? C'est gentil mais j'avoue que mes alexandrins ne sont pas tous parfaits : je me suis autorisée quelques libertés avec les e muets :)
La suite ? Euh... J'y songerai ;)
Merci pour ta lecture et ton très gentil retour ! 
GueuleDeLoup
Posté le 05/09/2018
Hello Isapass ^^. tu vois tu étais sur mon texte et moi sur le tiens XD
 
Belle barre de rire avec ce texte qui parle beaucoup à mon petit coeur. C'est vraiment très drôle!! J'adore les quelques honomatopés qui parsêment le texte et le passage où cyrano change subitement d'avis en utilisant un langage subitement moins fleuri! 
 
BRavo encore et à bientôt!
Loup
Isapass
Posté le 05/09/2018
Jolie coïncidence, en effet (même si j'ai dû passer plus de temps sur ton texte que l'inverse !)
Ravie que ça t'ait fait rire : c'était le but. Pour l'instant, personne ne s'est montré choqué que j'ai osé touché à Cyrano (ou personne ne me l'a dit).
Je me suis permis parce que je suis très très fan et que c'est avec beaucoup de respect, bien sûr ! 
Et le décalage (les onomatapées et les expressions familières) avaient justement pour objectif de surprendre et faire rire. Tant mieux si ça marche !
Merci pour ta lecture et ton retour ;) 
Jamreo
Posté le 03/09/2018
Coucou Isa,
Bon, je n'ai jamais lu Cyrano mais sais à peu près de quoi ça parle, donc sans être experte je n'étais pas totalement perdue ^^ cette réécriture est hilarante, tu oscilles habilement entre langage précieux et familier, et ça participe énormément à l'humour. Les "con comme une valise", " - Je ne vous plais pas ? - Ben heu... non." et le reste, on savour cette lecture jusqu'au bout. 
Bravo à Cyrano de s'être manifesté finalement, et bon courage à Christian pour trouver une femme moins exigeante et à son goût ;) 
Isapass
Posté le 03/09/2018
Ah ça me fait plaisir ce que tu me dis : que ça t'ait fait rire même sans avoir lu Cyrano.
Je craignais que ça ne parle qu'aux aficionados.
Merci pour ta lecture et ton retour ! 
Olga la Banshee
Posté le 03/09/2018
OH MY GOSH mais c'est génial !!!!!! Ohlala, cechallenge de fou, relevé haut la main ! Le nez à piquer des brioches ! Punaise ça méritait largement un prix, c'est hilarant et parfaitement écrit ! Bravo, je suis complètement épatée
Isapass
Posté le 03/09/2018
Merci beaucoup ! J'ai bien fait d'être outrecuidante, alors ? ;)
Pour le prix, je suis assez d'accord que ça le méritait... je comprends pas ce qui a pu se passer :D 
Elia
Posté le 03/09/2018
XD
Oui je voulais débuter mon commentaire comme ceci. Tu peux donc sentir qu'il sera constructif ! (Et bonsoir)
Plus sérieusement, c'était un texte chouette et bien trouvé ! Merci le plumest show pour cette lecture !
À plus tard peut être pour d'autres de tes écrits ! 
Isapass
Posté le 03/09/2018
Oui, j'ai voulu inaugurer un genre trop peu pratiqué sur PA : la fanfic Cyrano...
Ravie que ça t'ait fait rire (j'avoue que je me suis amusée en l'écrivant)
Merci pour ta lecture et ton commentaire !
A+ 
Milyana
Posté le 02/09/2018
C'est génial !
 Pardon, ce texte est si drôle que j'en oublie de dire bonjour (bonjour !). Non, vraiment, l'idée est bien trouvée, le texte est bien écrit, les réparties se succèdent, le rythme est bon, les rimes aussi, je vois mal quel point négatif je pourrais relever. 
 Merci pour cette tranche de rire, et merci à Zenodote pour la découverte. 
 
Au plaisir de te lire !
Milyana 
Isapass
Posté le 02/09/2018
Merci pour ce commentaire élogieux ! En fait je l'ai écrit pour un AT dont le thème était "A l'abordage/faites rire"... Comment ce thème a pu me faire penser à Cyrano, c'est un mystère...
J'espère que Rostand ne se retourne pas trop dans sa tombe, et je rougis de mon outrecuidance.
Toi qui as l'oeil exercé, tu as quand même dû voir que j'ai pris pas mal de liberté avec les e muets...
Merci pour ta lecture et ton retour ;) 
Vous lisez