Chap . 9 : Une mission périlleuse

Il sursauta

Région inconnue, an 8 après Yavin

Il crut un instant que son père allait le saisir par le col encore une fois. Que la présence qu’il avait senti à côté de lui allait abattre son courroux dès l’instant où il ouvrit les yeux. Mais il fut soulagé de voir qu’il n’y avait rien de plus qu’un museau roux et deux grands yeux jaunes.

« Millie ! » s’exclama-t-il. « Tu as déjà faim ? »  Il caressa tendrement son chat. Le seul être vivant avec qui il avait noué un lien pacifique depuis son arrivée ici. Le garçonnet avait beau être entouré des noms les plus prestigieux de l’empire défunt, il n’en demeurait pas moins dans une profonde solitude.
Tant d’années s’étaient déjà écoulées depuis leur fuite d’Arkanis et pourtant, le jeune rouquin n’avait rien vu passer. Il avait immédiatement entamé sa formation militaire dans la plus stricte discipline. Se levant très tôt, se couchant très tard, lorsque son père avait fini de vérifier s’il avait suffisamment étudié.
Des années, dans une prison dorée, où rien ne manquait.
Rien, hormis ce dont il avait le plus besoin.
Le jeune Armitage posa les pieds sur le sol glacé de sa chambre. Qui avait la chance de dormir dans une chambre aujourd’hui ? Il repensa à tout ce qu’il avait vu et entendu depuis le vaisseau qui l’avait amené ici. Les explosions et la destruction d’Arkanis le hantait encore et il lui arrivait de se réveiller en sursaut en hurlant après sa mère.
En vain, il n’y avait jamais personne qui était là pour le rassurer. Alors il pleurait seul recroquevillé sous les draps.
Il entama son rituel matinale, quelques croquettes à Millicent puis il fila sous la douche à toute vitesse, bradant ses vêtements de nuit pour sa tenue militaire. Allait-il encore impressionner ses précepteurs aujourd’hui ? Il s’en était fait la promesse. Car s’il semblait invisible aux yeux de son père, beaucoup semblait déjà admirer l’intelligence du jeune Armitage.
Il quitta sa chambre pour se diriger vers son lieu de formation, il croisa de nombreux enfants eux aussi prêt à en découdre. Si certains le regardait déjà avec crainte, sachant à quelle famille il appartenait, d’autres lui lancèrent des regards méprisants. Mais très vite, tout cela perdit tout son intérêt, puisqu’il le vit.
Son sang se glaça.
Son père était là, dans le bureau dont la porte était restée ouverte. Mais ce n’était pas ça qui lui semblait inhabituel.
Il riait.
Pas un rire cruel, ou un rire vicieux non, un rire franc, ce genre de rire qu’il n’avait jamais entendu en sa présence. Armitage était intrigué par ce qui aurait pu faire rire son père de la sorte et s’approcha de l’encadrure de la porte, pour discrètement observer la scène.
C’est ainsi qu’il le rencontra pour la première fois.
Il y avait un jeune garçon, là, assis aux côtés de son père, il avait les cheveux courts d’un noir ténébreux, le teint légèrement plus foncé que le sien et des yeux couleur noisette qui brillaient de mille feux. Lui aussi, semblait rire aux éclats.
Qui était-ce ? Qui était ce garçon ?
Armitage ne pouvait détacher les yeux de ce qu’il voyait, son père, semblait regarder le garçon avec une telle fierté qu’il en avait presque la nausée.
« Archex, tu es vraiment brillant mon garçon ! As-tu vraiment fait ce que tu racontes ? » avait lancé Brendol sur un ton presque paternel.
« Absolument ! » répondit l’enfant avec assurance. Et il vit une main se poser sur ses cheveux corbeau.
Ce geste avait définitivement brisé le cœur d’Armitage.
Jusqu’à ce moment, le jeune rouquin était persuadé que si son père se comportait de la sorte, c’était car il ne pouvait pas faire autrement, qu’il était comme ça avec tout le monde. Il avait espéré qu’avec le temps, la persévérance et ses énormes progrès dans les études, un jour, il aurait eu un seul de ces regards. Mais il ne recevait que des regards méprisants, des mots acides et un monde d’indifférence.
Et ce garçon était là, ce garçon qu’il ne connaissait pas recevait tout ce qu’il n’avait pas.
Armitage n’arrivait pas à comprendre, il ne voulait pas comprendre.
« Mon garçon » lança Brendol sur un ton mielleux « je sais que tu es encore bien jeune, mais que dirais-tu si je t’enseignais le tir ?
- Feriez-vous ça pour moi ? »
Son père hocha la tête, un fin sourire dessiné sur ses lèvres. « Tu as un potentiel énorme mon petit, je pense vraiment que nous ferons de grandes choses avec toi. »
Armitage était tellement absorbé par ce qu’il voyait qu’il en fit tomber son carnet, et alors tout s’arrêta, son père et le garçon levèrent les yeux vers lui.
« Oh, c’est toi ! » lança Brendol d’un ton méprisant, presque déçu.
« Qui est-ce Monsieur ? »
Armitage regarda le garçon, ne lui avait-il jamais parlé de son fils ?
« Ce n’est rien, mon garçon…. »
Rien… Répéta Armitage dans ses pensées.
Archex avance vers lui, un sourire conciliant aux lèvres.
« Moi j’m’appelle Archex Cardinal ! » lui lança-t-il la voix pleine d’entrain. « Et toi, c’est quoi ton nom ? »
Armitage n’était pas capable de répondre, il n’arrivait plus à prononcer un seul mot.
Rien pensa-t-il
« Tu es timide ? Tu ne dois pas ! », l’enfant aux cheveux noirs se tourna vers Brendol « Il pourrait venir faire du tir avec nous non ? 
- Hors de question Archex ! Il a autre chose à faire ! D’ailleurs, il va partir ! » s’écria-t-il en lançant un regard noir à son fils.
Le rouquin hocha la tête, repris son carnet et parti sans demander son reste

 

----

 

Il sursauta

Finalizer – Maintenant

Il était là, couché sur son lit. Les évènements qui se déroulaient semblaient réveiller en lui de vieux souvenirs.
Millicent vint se dresser sur lui, réclamant à manger.
« Tu n’as aucune patience » lança-t-il à son animal avant de le prendre dans les bras. Il se redressa sur son lit et posa le chat Arkanien sur le sol,. Celui-ci lui répondit d’un petit miaulement avant de venir tourner dans ses jambes. Hux lui posa ses croquettes dans un bol et fila se préparer rapidement. Dans sa douche, il repensait à tout ce qui s’était passé jusqu’alors et à ce que lui avait dit Phasma. Était-elle capable de mettre ses plans à exécution ? En vérité, il ne savait pas trop ce qui l’inquiétait le plus entre Phasma et le fait que Spencer avait récupéré l’affaire Cardinal.
Se pourrait-il qu’elle découvre tout ?
Hux s’étonnait d’avoir ce genre d’appréhension. Il avait toujours réglé ce genre de problème de façon radicale et avait clairement avoué la vérité à Cardinal juste avant sa disparition. Pourquoi le fait qu’elle apprenne tout le rendait si…
Anxieux ?
Il se hâta d’enfiler son uniforme pour se rendre au poste de commandement, la fourmilière semblait s’agiter de partout et il fut surpris de voir Pryde et Phasma en pleine discussion.
« Je rate toujours les grandes discussions matinales… » souffla-t-il ironiquement.
Pryde le regarda de la tête au pied. Ce type le détestait depuis toujours, tout comme son défunt père avec qui il partageait un grand lien d’amitié. Hux était persuadé que Pryde savait tout, et qu’il n’attendait qu’un faux pas pour le faire chuter.
Il savait qu’en ayant mis l’amirale Spencer sur cette affaire, Pryde espérait qu’elle serait celle qui, indirectement, lui permettrait d’arriver à ses fins.
« Phasma a localisé le vaisseau de Cardinal ! » s’exclama Pryde.
Le temps se figea un instant. Se pourrait-il qu’elle ait échoué ? Que Cardinal soit toujours vivant. Il lança un regard méfiant à Phasma.
« Où ça ? 
- Sur Jakku. » lança-t-elle sèchement. « Je vais m’y rendre, et je prends l’amirale Spencer avec moi, c’est elle qui doit mener cette enquête ! 
- Spencer n’est plus ici, à l’heure qu’il est, elle est…
- Nous avons déjà réglé ce problème Hux » coupa Pryde. « Le Donnagher doit être sur le retour à l’heure qu’il est. Phasma a raison, les compétences techniques de l’amirale lui seront d’une grande aide et il faut à tout prix localisé ce vaisseau ! »
Pryde s’en alla hâtivement, tel un chasseur ayant sentit sa proie toute proche. Hux quant à lui resta là, fixant Phasma d’un air méfiant. Se demandant ce qui se tramait dans son dos entre ces deux-là.
 

------------------------------------------

« Vous avez retrouvé le vaisseau de Cardinal ?! » S’exclama Enael à son retour.
« Phasma l’a localisé sur Jakku. » répondit Pryde en se tournant vers son écran de données. « Selon toutes vraisemblances, il se serait crashé là-bas il y a environs trois jours. »
Lewis regardait tout cela appuyé sur le dossier d’une chaise de commandement. Lorsqu’Enael lui avait lu la missive quelques heures auparavant, il avait lui aussi senti son sang ne faire qu’un tour. Se pourrait-il que cette mission s’arrête aussi vite qu’elle n’a commencée ?
« Vous accompagnerez Phasma sur Jakku. » Lança Pryde d’un ton enthousiaste. « Les coordonnées ont déjà été encodées et vous êtes sur le départ. Alors ne soyez pas trop longue pour vous préparer. »
Spencer hocha la tête et vit volteface pour quitter le commandement, Lewis la talonnait.
« Je vais jeter un coup d’œil au plan de mission, puis-je vous demander de préparer ma combinaison Lewis ? 
- Madame… »
Elle s’arrêta un instant.
« Que se passe-t-il Lewis ?
- Vous m’avez déjà habitué à ce genre d’impulsivité, mais êtes-vous vraiment sure de vouloir partir avec Phasma ? »
Son capitaine avait raison. Elle devait bien reconnaître que sa compagnie n’allait pas être plaisante. Bien qu’elle sache qu’elles seraient accompagnées d’une équipe, Enael savait que Phasma ne la portait pas dans son cœur. Cependant, Phasma restait à ses yeux un soldat avant tout, et elle était persuadée qu’elle serait capable de mettre ses rancunes de côtés pour le bien du Premier Ordre.
Elle hocha la tête, plus déterminée que jamais à en finir avec cette histoire.
« Ai-je vraiment le choix ? Nous sommes peut-être à la fin de cette enquête, et une fois qu’on en aura la conclusion je n’aurai plus rien à voir avec Phasma. Nous retournerons à notre petite routine, comme avant. » Elle essayait probablement de se rassurer davantage que son bras droit.
«Je déposerai votre combinaison dans votre bureau. » conclu Lewis avant de la laisser continuer son chemin seul. Il ne put retenir une grimace d’inquiétude sur son visage.

En consultant le dossier, Enael découvrit que c’était une bande de trafiquant arrêtée par une patrouille qui avait signalé l’épave à plusieurs centaines de kilomètres à l’est de la planète. Selon les estimations des techniciens, ils avaient su à quelques erreurs près où elle était située et l’épave était indiquée d’une croix sur un plan. Mais rien ne stipulait que quelqu’un avait vu l’épave de ses propres yeux. La patrouille avait tout de suite signalé l’annonce des contrebandiers, sachant qu’ils avaient ordres de ne pas intervenir dans ce genre d’affaire d’Etat. Les contrebandiers quant à eux, avaient finis bien trop temps en geôle pour avoir eu le temps de vérifier leurs dire.
Lewis avait apporté la combinaison quelques minutes plus tôt et elle était sur le point de partir se préparer quand une grande silhouette rousse vint se poster devant la porte.
« Que voulez-vous général ? » lança-t-elle à Hux visiblement très surprise de sa présence ici, elle reposa la combinaison sur le dossier de la chaise.
« Il faut qu’on discute ! » fit-il sur un ton très désagréable.
Et discuter de quoi ? Laissant là ces affaires, elle revint s’installer sur la chaise de l’autre côté de son bureau, Hux s’avança et s’installa sans même y avoir été invité.
« Laissez tomber cette mission, dites à Pryde que vous renoncer ! Ce n’est pas dans vos cordes. »
Enael dévisagea Hux avec un air offusqué. Pour qui se prenait-il pour lui dire ce genre de choses ?
« Vous venez me provoquer ici ? » fit-elle visiblement très énervement.
« Je vous donne un ordre, amirale, peut-être est-ce une chose que vous ne connaissez pas encore ? 
- Je n’ai aucun ordre à recevoir de vous dans cette mission, générale ! Je réponds à Pryde et uniquement à lui ! »
Hux donna un coup sur la table, ce qui fit sursauter Enael. Il était visiblement bien plus nerveux et teigneux que d’habitude.
« Eh bien pour une fois, vous feriez bien mieux de m’écouter… » Il la regardait droit dans les yeux et son regard était déterminé.
« Est-ce une menace ? » Enael défia son regard de glace. Elle se demandait pourquoi soudainement Hux semblait vouloir la dissuader de continuer. Elle repensa alors à ce qu’elle avait entendue dans les régions inconnues et la conclusion ne faisait aucun doute. Il craignait qu’elle ne découvre quelque chose qui le concerne.
« Un conseil ! » fit-il sèchement.
L’amirale se leva sans même vouloir argumenter davantage, elle arracha la combinaison du dossier de la chaise où Hux était installé, ce qui le fit grimacer et elle se dirigea vers la porte.
« Je ne sais pas à quoi vous jouez, mais je suis certaine que je vais vite le découvrir ! J’irai donc sur ce vaisseau, qu’importe vos menaces…ou vos conseils ! »
 

Le trajet avait été silencieux.
Lourdement silencieux.
Les vibrations du moteur étaient les seuls bruits qui raisonnaient dans la salle.
Enael était très mal à l’aise. Derrière son casque, elle ne distinguait aucune émotion sur le visage du géant de fer. Que pensait-elle ? Était-elle en train de s’imaginer attraper Cardinal avant elle et ainsi annoncer fièrement à son retour qu’elle avait réussi là où Enael avait échoué ?
« Lorsque nous seront sur place, nous devrons nous diriger vers l’est, l’endroit est extrêmement désertique. » lança soudain Phasma. « Nous irons là où le vaisseau aurait été détecté.
-Et s’il s’agit d’une fausse alerte ?
- Je ne pense pas que s’en soit une, amirale ! »
Ce petit brin de conversation n’avait pas su effacer l’étrange inquiétude qui tordait son estomac. Mais alors qu’elle allait retourner dans ses pensées, un énorme choc vint secouer le vaisseau transporteur. Enael du s’accrocher à la barre métallique au-dessus d’elle.
« Il se passe quoi là ? » lança-t-elle à l’équipe technique.
« On a percuté un obstacle, il n’était pas sur la trajectoire initiale. Le réacteur principal est touché. On va devoir amorcer un atterrissage d’urgence. Accrochez-vous ! »
Phasma regarda autour d’elle, mais semblait beaucoup moins inquiète que sa collègue amirale. Cela dit, Enael ne savait pas trop ce que pensait le géant de fer à ce moment-là, elle était bien trop occupée à s’accrocher. Fermant les yeux pour se concentrer, elle espérait simplement que son mal des transports ne lui jouerait des tours.
« On est fichu, faut qu’on se stoppe là » entendit-t-elle. Les yeux fermés, elle ne distinguait que les voix et les systèmes d’alarme.
Elle s’agrippa, et malgré les sécurités, elle sentit son corps basculer dans tous les sens sous l’effet du choc.
Ils avaient touché le sol.
Pendant un corps instant, Enael cru que ses tripes allaient sortir, mais elle se ressaisit, humant une bouffée d’air.
« Que se passe-t-il ?? » s’exclama Phasma qui avait déjà basculé vers l’équipe technique.
« Je l’ignore commandant, on dirait que les données ne sont pas celles qui ont été écrites dans le rapport.
- Comment ?? S’exclama Phasma, sous le choc. « S’agirait-il d’un piratage ? »
- Eh bien, c’est possible, mais difficile à dire pour le moment, nous devons réparer le système avant de pouvoir envoyer un signal de détresse à nos troupes. Jusque-là, nous sommes coincés. »
Phasma se tourna vers l’amirale qui reprenait déjà peu à peu des couleurs.
« Nous ne devons malgré tout pas être loin de notre point de départ. On va descendre jeter un œil. »
Enael avait entendu toute la conversation. Se pourrait-il que les coordonnées aient été piratées ? Cela expliquerait pourquoi ils avaient rencontré un obstacle sur leur route et pourquoi ils ne semblaient pas être arrivés à bonne destination. L’équipe technique semblait aussi dépourvue qu’elle. D’autant que plus aucun moyen de communication ne risquait de fonctionner de sitôt.
« Entendu » fit-elle en se relevant. Elle vérifia de n’avoir rien oublié d’important puis suivi Phasma dans le désert de Jakku.
« D’après mes informations, nous devrions nous situées ici. » fit le géant de faire en indiquant un point sur sa carte holographique. Nous devrons traverser les dunes, droit devant, pour nous rendre à notre point de repère.
Enael avait enroulé un foulard en lin autour de ses cheveux et de son visag, cachant également ses yeux de lunettes de protection. Les vents désertiques étaient puissants dans cette partie-ci de la planète et il était impensable de partir sans. Phasma n’avait pas ce problème, protégée sous son casque de stormtrooper, elle avança d’un pas décidé en direction des montages de sable. Elle se tourna alors vers l’amirale en lui brandissant la carte holographique.
« Il vaut mieux restées prudentes. Lança-t-elle. Prenez ceci, je vous couvre.
- Et pourquoi pas l’inverse ? » lança-t-elle.
« Vous n’avez pas l’habitude de la guerre, moi si ! » répondit le géant de fer sur un ton sec. « Passez devant, je suppose que lire une carte vous en êtes tout de même capable. »
Spencer attrapa l’hologramme en lançant un regard méprisant à Phasma. Qu’en savait-elle ? Pensait-elle que son manque d’expérience à l’armée suffisait à dire qu’elle manquait d’expérience ?
La guerre elle l’avait déjà vécue.
Et de très près.
Mais alors que cela faisait une heure qu’elles marchaient, le duo avait entreprit sa traversée des dunes, Spencer était captivée par le point lumineux qui clignotait sur l’hologramme. Oubliant presque de regarder devant elle, quand un épais mur de sable se dressa.
« Nous devrions prendre un …
Elle ne termina pas sa phrase, une légère pression contre sa nuque la fit tressaillir. Elle sentait la froideur du canon à travers le lin de son voile et ses cheveux.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
ManonSeguin
Posté le 29/12/2020
Mon rouquin préféré ! Franchement, avec l'enfance pourri qu'il a eu y'a rien d'étonnant à l'homme qu'il est devenu, néanmoins je trouve une certaine justesse dans ta plume en lui rendant justice à travers ton chapitre <3
Enaelyork
Posté le 12/02/2021
Cette histoire est totalement un arc de rédemption pour ce pauvre rouquin d'amour =(
MissRedInHell
Posté le 10/12/2020
Hou le début est violent ! J'ai vraiment de la peine pour Hux. >.<
Voir un de ses parents se montrer plus affectueux avec un autre, bien plus qu'il aurait dû l'être avec nous-mêmes. C'est violent. >.<

Et ça sent le bon sabotage tout ça ! En même temps, dès su'il y a quelque chose à cacher... '-'
Je sens qu'avec cette fin de chapitre, Enael est peut-être bien dans un énorme bordel :x

Pour les corrections :
- Je crois que le copier-coller a dû bugué un peu vu que beaucoup de saut de ligne ont bugué. Du coup, ça donne de "gros bloc". Pas très grave en soit mais je chipote :')

- "Il se redressa sur son lit et posa le chat Arkanien sur le sol,." > virgule en trop

- "il faut à tout prix localisé ce vaisseau" > localiser

- " tel un chasseur ayant sentit sa proie toute proche" > senti
Enaelyork
Posté le 13/12/2020
Merci pour les corrections <3
J'ai été vraiment cruelle avec lui. Je pense que son enfance et tout le traumatisme qu'il y a derrière, ça joue sur le personnage et sur son caractère actuel. Il est brisé et trop fier pour l'admettre.
MissRedInHell
Posté le 14/12/2020
Je t'en prie o/

En même temps, c'est pas étonnant, ça marque toujours ce genre d'expériences ;-;
Oly.vier
Posté le 28/10/2020
Ce passage au début de texte est très poignant, navrant. Il n'y a rien de pire que se faire mépriser par son père et tu as su justement décrire la scène.
Enaelyork
Posté le 29/10/2020
C'est hélas tout ce sur quoi ce personnage s'est construit et c'est bien triste =(
Vous lisez