Ce qu'on a appelé force

Par El
Notes de l’auteur : Il me semble que j'ai écrit ça après avoir regardé un bout de "Casse-noisette" à la TV. J'ai entendu une phrase (enfin lu le sous-titre) "Je pleure, mais je n'ai pas trahi mes larmes". J'ai trouvé ça beau, et triste.

Et alors qu'elle pleurait tant que les larmes jallonant son visage se roulaient les unes sur les autres, elle dit dans un murmure : "J'essaie de retenir mes larmes, mais il semblerait que certaines aient réussi à me filer entre les cils...".

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Nascana
Posté le 18/04/2020
Je connaissais le concept de pleurer en souriant, on en est pas loin. Il y en a donc beaucoup qui se sont échappés. Parfois ça fait aussi du bien de pleurer.
El
Posté le 18/04/2020
Souvent, ça fait du bien, mais je n'aime pas le faire devant les autres, j'aurais l'impression de déranger
arno_01
Posté le 11/12/2019
J'avais prévu de revenir commenter tes autres beau poèmes, mais je vais commencer par celui-ci.
J'aime beaucoup la phrase que murmure la dame, mais me demande si le début narratif est vraiment nécessaire. Ou peut-être le raccourcir pour mieux mettre en avant/lumière le murmure ....
El
Posté le 12/12/2019
Salut ! Merci pour ton commentaire :)
En fait, cette phrase est nécessaire, par rapport à la phrase, pour renforcer, disons, le fait que seules quelques larmes soient passées, et que pourtant elles se roulent dessus tant elles sont nombreuses. Vuàlà le pourquoi de cette micro intro narrative :D
Vous lisez