Bohemian Rhapsody - Queen

Par Pouiny

Je devais avoir tout juste 6 ans. Dans ma famille, les fêtes de fin d’années étaient toujours régies sous la même habitude ; nous passions Noël du côté de ma mère, en Sarthe, et nous rentrions dans le sud de la France pour le Nouvel An, reprenant notre vie normale par la suite. Il y avait environ huit heures de route pour se rendre jusqu’à chez ma grand-mère, qui possédait un moulin quelque part avant Le Mans. Ces longs trajets en voiture que je subissais coincé avec mon frère et ma sœur sur la banquette arrière, à regarder défiler le paysage en jouant à des cadavres exquis, annonçaient les vacances bien plus que la fin de l'école.

 

Mais bien que tout fut comme d’ordinaire, du voyage jusqu’à notre arrivée chez ma grand-mère et son mari, que j’appelais affectueusement "ma copine" parce que j'étais désespérément incapable de comprendre comment fonctionnait l’accord de genre en français, ce Noël-là fut marqué par un brushing et des visages illuminés dans le noir. Voici donc ma Musique Capsule : Bohemian Rhapsody, de Queen.

 

Peut-être était-ce le réveillon de mes cinq ans, ou bien de mes sept. Ce n’est clairement pas le plus important, ici : ma sœur, mon frère et moi avions moins de dix ans, et les longs repas des fêtes où il était interdit de jouer et de quitter la table pouvaient nous ennuyer fermement. Mais ce Noël-là, ce Noël indéterminé dans le temps de mémoire, quelqu’un avait eu l’idée de donner à ma copine un coffret spécial, regroupant l’intégrale des clips de Queen. Heureux et impatient d’essayer son cadeau, il mit donc en marche le DVD offert sur le vidéoprojecteur. La soirée était bien avancée, le repas avait été commencé. Intrigués, mon frère, ma sœur et moi avons regardé les images se lancer sur le grand écran avec une curiosité infinie. Et ce coffret, ce DVD précis, démarrait par le clip de Bohemian Rhapsody.

 

Tous les adultes ont arrêté de parler pour écouter la musique. Et les trois petits enfants, nous sommes restés figés par la même émotion. Rien de ce que j’avais entendu jusque là ne ressemblait à ce qui résonnait dans mes oreilles. Voyant s’afficher des images sombres, des coiffures bizarres, et des visages que je n’arrivais pas à genrer avec des vêtements que je ne comprenais strictement pas, j'avais conscience d’une certaine manière que tout ce que j'observais datait d’une autre époque. Mais laquelle ? D’où venait cette sorte d’ovni qui était en train d’exploser mélodiquement sur les enceintes du salon de ma grand-mère en plein réveillon de Noël ?

 

J’entendais la richesse, les sons qui partaient dans tous les sens, comme si des morceaux de chansons différentes avaient été assemblés sur une seule. J’avais l’impression de voir défiler des milliers d’histoires, un monde qui parlait d’un seul coup une tout autre langue. La voix du chanteur m’emportait avec elle dans les hauteurs, là où la guitare me donnait envie de crier de joie. J’étais transporté bien plus loin qu’aurait pu m’emmener le père Noël.

 

Divers clips de Queen ont continué de passer à la fin de Bohemian Rhapsody. Et, si les adultes avaient lâché leur attention pour se concentrer à nouveau à ce qu’il y avait dans leurs assiettes, mon frère, ma sœur et moi sommes restés avec Queen. Nous écoutions leurs plus grands succès, les uns après les autres, et c’était pour moi la première fois que je les entendais. J’étais hypnotisé par tout : la lumière, les coiffures, la voix, la puissance à saturation… Si bien que quand le DVD s’est arrêté après avoir diffusé tout ce qu’il avait pour lui, nous avons supplié pour que les adultes remettent le disque au début, laissant apparaître de nouveau Bohemian Rhapsody, qui teinta de ses accords la bûche de Noël.

 

Cette soirée fut si incroyable, si stoppée dans le temps, nous perdant dans une époque où nous n’existions pas, que durant des années il ne fut plus possible de fêter un réveillon sans les clips de Queen. Inlassablement, chaque année, nous le redemandions, plusieurs fois. Queen a ainsi suivi la totalité des Noëls de ma jeunesse et de mon adolescence. Et quand ils ont disparu, avec les déménagements et l’âge adulte, plus jamais mes fêtes de fin d’années n’ont été les mêmes.

 

Peut-être suis-je la seule personne pour qui Bohemian Rhapsody sent comme les flocons de neige. Peu m’importe, car ces souvenirs si uniques et si exceptionnellement forts ont modifié à jamais la perception que j’avais du réveillon et ont forgé mes futurs goûts musicaux. Freddy Mercury est devenu mon père Noël, et cette chanson si culte a dans ma mémoire une place toute particulière, entre l’odeur des emballages de cadeau et la lumière des guirlandes, faisant écho à leurs projecteurs clignotants de toutes les couleurs.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Charlotte RD
Posté le 06/07/2021
Bonjour, j'étais intriguée par le résumer de ton récit et j'ai décidé de commencer à te lire avec cette chanson que j'adore. Queen est un de mes groupes préféré, ils sont hors du temps, je suis contente de voir que nous partageons la même émotion à l'écoute de cette musique. Pour moi, cela ne rime pas forcément avec la neige mais c'est intéressant de voir comment chacun peut rattacher la musique à un événement précis de sa vie ou a des sensations. Je trouve que tu le fais bien ici, ton souvenir est intact grâce à la musique. C'est chouette :)
Pouiny
Posté le 06/07/2021
Merci beaucoup ! Queen est un de mes groupes préférés également, a tel point que c'est compliqué de le citer ailleurs, car ils m'ont suivi dans tellement d'aspects de ma vie que je peux difficilement avoir un seul souvenir précis ! Je suis content que ça t'ai plu, en tout cas :D
dodoreve
Posté le 25/03/2021
Oh la la. Je venais lire ta réponse à mon dernier commentaire sur House of the Rising Sun, et je me disais, oh oui, c'est chouette que toi aussi tu aimes les musiques qui ne sont pas forcément d'actualité, et du coup je retourne pensivement voir les autres musiques sur lesquelles tu as écrit, et je vois BOHEMIAN RHAPSODY ???
Ton souvenir est magique, rolala qu'est-ce que j'aurais aimé le vivre, et ce que je veux savoir c'est surtout : est-ce que vous avez regardé I Want To Break Free pendant le réveillon ?? C'est merveilleux en tout cas d'avoir Freddy Mercury comme père Noël, là vraiment, je peux pas t'exprimer toute l'envie que je ressens.
Merci pour cette capsule, c'est tout doux, j'aime tellement tellement tellement <3
Pouiny
Posté le 25/03/2021
I want to break free était manifestement pas sur le DVD qu'on mettait le plus, mais en revanche il y avait "Bicycle" et le clip constitué en partie d'hommes et femmes a poil qui font du vélo m'a toujours fasciné xD I want to break free, a coté de ça, c'était le mode facile x)

Et je suis d'accord, je ne sais plus qui avait offert ce coffret au mari de ma grand-mère mais il a vraiment changé ma vie avec un détail vraiment unique xD Merci ! :D
Pouiny
Posté le 25/03/2021
Je t'encourage à regarder le clip si tu le connais pas et te mettre en tête qu'il y a eu un soir de Noël où des enfants ont mangé leur réveillon en regardant ça et en demandant à tout le monde "mais pourquoi, en fait ?" xD
dodoreve
Posté le 25/03/2021
Ah mais OUI, Bicycle Race !!! Le délire xD Enfin la nudité c'est une chose, mais Freddy en jupette et avec des nénés triangulaires c'en est une autre tout de même <3
J'en oubliais de commenter le fait que pour toi le mari de ta mamie c'était "ta copine" ! J'ai trouvé ça adorable :) Pouvoir te souvenir d'un moment où le genre n'existait pas, au moins dans ta ptite tête, ça ne doit pas avoir de prix <3
Pouiny
Posté le 25/03/2021
C'était surtout que je comprenais pas forcément comment on genrait les gens et les choses, et du coup pour "une copine" ça se disait pour toutes les copines, pourquoi changer après tout ? x) ça l'amusait beaucoup et c'est au final resté même après !
Vous lisez