Babel

Par Rimeko
Notes de l’auteur : (Thème : sortir de sa zone de confort, ce qui a été traduit pour moi par "poésie sur un mythe antique aux allures d'épopée, avec interdiction de décrire des morts ou des blessures") (Bon, je suis pas forcément très douée en poésie donc n'hésitez pas à relever tout vers particulièrement moche, j'essaierai d'y remédier !)

Ville immense, dressée au milieu du désert,

Toute en pierre de sable et en blanches colonnes,

Portant arbres, fleurs et opulentes fougères,

Aux tourments et aux conflits encore étrangère ;

Le Berceau des Hommes, qui de leur art rayonne,

La magnifique, la mythique Babylone.


Érigée en son centre, la Tour de Babel

Défie la voûte du ciel, méprise la boue,

Des Hommes incarne les rêves les plus fous,

Leur ivresse, l’apogée de leur savoir. Belle,

Elle jaillit vers les étoiles. Idéelle,

Elle pense qu’elle sera toujours debout.

 

Chaque jour, des rêveurs entament l’ascension,

De plus en plus nombreux, allant toujours plus haut,

Jusqu’à son apogée depuis ses fondations.

Suspendue entre deux mondes, deux idéaux,

De la Terre, la Tour surplombe le chaos,

Du Ciel divin, elle aspire à la perfection.

 

Chaque jour, pierre par pierre, Babel s’élève

À la conquête des airs et du Paradis.

Étage par étage, sur les traces d’Ève,

Elle se tend pour effleurer du doigt ce rêve

D’une escabelle pour retrouver l’Arcadie,

Le Jardin perdu de ceux que Dieu a maudits.

 

Babel est visible de tous, connue de tous.

S’y rejoint et s’y rassemble une Humanité

Sous un même langage toute entière alliée,

Force brute que rien n’ébranle ni n’émousse,

Prête à toucher le Ciel et à se l’arroger,

À l’envahir et l’arracher d’une secousse.

 

Droit et fier, tendu tel un doigt accusateur,

L’édifice représente l’orgueil des Hommes,

Pointé vers un Dieu Tout-Puissant, un Créateur,

Qui condamne pour avoir croqué une pomme,

Qui sur ses créatures règne en oppresseur

Pour que jamais elles ne deviennent autonomes.

 

Un symbole d’orgueil, du péché capital,

Du plus grand des vices – Babel est tout cela

Et plus encore, une allégorie verticale

De l’ambition des Hommes qui les aveugla,

Les poussa à l’impensable : aller par-delà

Leurs frontières, construire une Tour magistrale.

 

Pour tutoyer leur Dieu,

Et gouverner leur terre,

Pour réclamer leur droit.

Pour renverser cet absolutisme insidieux,

Enfin pouvoir ôter ces odieuses œillères,

Faire leurs propres choix, suivre leur propre voie.

Du plus haut étage de Babel à leurs chaînes ils crient leurs adieux,

Se détournant des régions qui les ont vus naître, ils effleurent l’éther,

Prêts à le découvrir, et ce faisant, ils deviennent des hors-la-loi.

 

Dieu les punira.

 

Et le tonnerre gronde, et la terre gémit

Sous ses coups, le ciel d’orage s’emplit des plaintes

Des prisonniers de Babel. La Tour d’infâmie

Vacille et se fend sous l’inéluctable étreinte

Du châtiment réservé aux seuls insoumis.

L’étincelle est désormais pour toujours éteinte.

 

Une Humanité divisée, fracturée,

Sans plus aucun espoir de se rassembler,

Une Humanité aux mille et un langages,

Son prêche devenu simple bafouillage,

Une Humanité devant sa Tour brisée,

Qui aurait permis le plus beau des voyages.

 

Avec elle, ils auraient accédé aux savoirs,

À la connaissance et oui, aussi à la gloire,

Mais quelle aspiration serait plus justifiée

Que de réclamer le contrôle de sa vie ?

Désir brûlant, toujours inassouvi,

D’aller loin, plus loin, d’encore se dépasser.

 

Et si l’orgueil était le plus puissant des dons ?

Et s’il devenait leur plus belle qualité ?

Mais ils ne peuvent plus espérer le pardon,

Et la grande Babel est tombée, foudroyée

Depuis ses fondations jusqu’à son apogée.

Le chaos de ses pierres hurle son abandon.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vylma
Posté le 31/12/2019
Oula de la poésie, pas facile ! XD
Et puis je n'y connais rien, donc pas facile de faire des remarques techniques constructives...
J'ai juste noté un "rythme" sympa au deuxième paragraphe, avec des phrases qui s'arrêtent un peu avant la fin des vers.
Sinon, je ne connaissais pas le mot "idéelle"... J'ai du chercher la définition ^^'
Et à par ça, plus au niveau du fond, je te rejoins sur le caractère "injuste" de la punition divine, qui considère comme péché un moteur de l'humanité : la curiosité, la soif de savoir, de besoin de se dépasser.
Bien joué en tout cas pour cet exercice difficile !
Rimeko
Posté le 10/01/2020
Oups pardon je pensais avoir déjà réoondu à ce com', mais apparemment non !
J'ai déjà un pote de l'asso d'écriture qui est repassé derrière moi au niveau de la métrique (et heureusement, parce que sur un peu plus de 70 alexandrins, y en avait genre 15-20... qui n'étaient pas des alexandrins xDD) (bon en vrai il y a un paragraohe entier qui a une autre métrique, mais là c'était fait exprès) (bref)
J'ai essayé de jouer un peu sur les rythmes, avec ce que j'ai retiré des analyses de texte faites en cours (Baudelaire <3), mais clairement la poésie c'est pas trop mon truc.
J'avoue, "idéelle" je connaissais le nom, mais je ne m'en serais pas rappelée sans un très sympathique dico de rimes :P
Oui, j'ai un problème avec le mythe de la Tour de Babel, ce n'est que le troisième texte que j'écris dessus xDD En fait c'est un problème récurrent par rapport à pas mal de religions : la chute d'Eden pour avoir croqué la pomme de la connaissance (!), la punition de Prométhée pour avoir donner le feu aux hommes dans la mythologie grecque, Babel (donc), et même le mythe de Lilith dans le christianisme et judaïsme (faut pas me lancer sur Lilith)... Et le fait, comme souligné dans le poème, que l'orgueil soit un des péchés capitaux. C'est, je crois, ce qui fait en grande partie qui fait que, sans être complètement athée, je n'adhère à aucune religion.
Bon, avant que je m'étale plus, il me reste à te remercier pour ton com' :)
Vylma
Posté le 10/01/2020
Lilith <3
Rimeko
Posté le 10/01/2020
Aaah contente de voir que je suis pas la seule à la connaître xD
Liné
Posté le 21/10/2019
C'est encore moiiii
Bah oui, j'ai vu la notif, et que ce "chapitre" était court... alors j'ai sauté dessus :-D

D'autant que, la poésie en vers n'étant pas ma zone de confort non plus, je n'ai pas grand-chose de très constructif à dire à part "j'ai aimé" ! J'ai craint au tout début une épopée un peu trop orientée sur la religion (ce qui m'étonnait quand même venant de toi) mais au final tu l'as tournée vers des conceptions plus philosophiques et universelles.

A bientôt !
Rimeko
Posté le 21/10/2019
Ouais, j'allais pas écrire un poème de mille mots non plus XD (Juste de 500... woops)
C'est clair que c'était pas dans ma zone de confort là ! Et nope, je suis quelqu'un de très sceptique quant à la religion, mais ça me fascine quand même, notamment les mythes de Babel, de la pomme de la connaissance, de Prométhée... T'as déjà dû capté le point commun, non ?
Je trouve ça assez horrible, en fait, que les punitions les plus drastiques (la chute du Paradis, la séparation des langues, le truc sans fin avec l'aigle...) soient en réponse à des actes qui, pour moi, sont l'essence même de l'humanité, ce qui fait sa grandeur et sa beauté ; la curiosité, la soif de connaissance et de découverte, l'orgueil... Comme je le dis dans le poème, pour moi le plus grand des vices chrétiens est plutôt notre plus grande qualité, notre capacité à croire en nous, à nous imposer alors qu'on était que des animaux sans griffes et sans crocs, à vouloir décider de notre propre voie, à traverser un océan à bord d'une frêle caravelle, à voir la Lune et à faire "ouais, okay, je vais aller là-haut", et plus encore ! Et voilà, je me suis à nouveau emportée mdr
Vous lisez