Avenir

Quand vient le plat automne,

Je me perche dans les guirlandes

Enflammées qui tombent des arbres

De la pointe des yeux

 

Vertes et jaunes comme des lumières

Elles éclairent mon corps en ruines

Phare guide radeau

 

Quand vient le plat automne,

M’étreint un mal lancinant,

M’étreint la bise que j’aime pourtant

Écouter effleurer les cellules de mes poumons

Revenir aux cieux bleus en halo fumant.

 

M’étreint la bise,

Me réduit en tas de limon

Sur les rives d’un paysage désolé,

Dépouillé de ses parures ;

Sous nos pas et sur les eaux,

Résonnent l’écho de ses plumes.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez