Automne

Notes de l’auteur : Salut, tout le monde, c'est The Pighead, qui ressort de sa tanière !

Aujourd'hui, j'ai décidé de tenter le Writober de façon absolument non-préparée, merci aux potos du Discord "Plumes Nouvelles". Est-ce que je vais réussir ? J'sais pas, mais j'ai envie d'être optimiste. En plus, ça fera toujours un peu plus d'histoires. Celle-ci met en scène Ariane Neüthers et Mina Lennon, deux de mes OCs, et... pour le reste, c'est très court et j'espère que vous aimerez !

Tous les persos m'appartiennent. Enjoy !

« J'adorerais que ce soit déjà l'hiver. »

Ariane Neüthers ne réagit pas quand elle entendit ceci. Le nombre de gens qui disaient préférer n'importe quelle autre saison à l'automne était grand, si grand que même en comptant avec les pieds, ça suffirait pas. Même en faisant ça dix fois de suite.

Elle, elle avait une opinion… neutre au sujet de l'automne. Ce n'était pas la pire des saisons et elle était habituée aux climats froids, au vent, à tout ce qui n'était pas beau et chaud (ce qui était la norme quand tu étais originaire d'un monde dictatorial et où tout le monde vivait sur des cités flottantes). Mais franchement, l'automne pourrait très bien être remplacé par une des trois autres saisons qu'elle ne verrait pas la différence. Apparemment, plein de poètes et d'auteurs étaient inspirés par l'automne. Elle ne voyait pas en quoi c'était si exceptionnel. Elle devrait peut-être demander à quelqu'un qui est plus versé dans ce genre de choses, un jour.

« Et toi, t'as pas envie qu'on soit déjà en hiver ? »

Ariane, interrompue dans ses pensées, tourna la tête vers son amie Mina, les bras croisés et qui arrivait à frissonner même avec sa chemise à carreaux rouges et noirs fermée et sa grosse écharpe bleue. Et vu son expression faciale, Neüthers était prête à parier que l'ex-héroïne regrettait probablement de ne pas avoir mis une veste ou un blouson en plus.

« Pas forcément, non. Ce n'est pas quelque chose dont je me soucie. Pour le reste, ce n'est pas de ma faute pour le rhume que tu vas probablement attraper. »

Elle avait accompagné cette dernière phrase d'un sourire. Malgré son ancienne vie d'espionne et tous les clichés qui venaient avec, Ariane aimait parfois se moquer gentiment de ses potes.

« Oh, je t'emmerde, lâcha Mina en rigolant presque. C'est pas ma faute s'il faisait beau y'a 1 heure ! En plus, hé, c'est même pas pour ça que j'aime pas cette saison. C'est juste qu'on s'emmerde. Y'a que le vent et les feuilles qui tombent et tous les trucs cool que tu peux faire en été ou en hiver, bah, c'est pas possible. »

La femme aux cheveux blancs se contenta de lever les épaules (la réponse standard de n'importe qui quand il n'y avait rien à répondre) et lui tourna le dos, se remettant à marcher.

« Bah, je ne sais pas, je pense que si tu te creuses un peu la tête, probablement que tu trouveras quelque chose. Faut juste avoir de l'imagination- »

Et puis, alors qu'elle parlait, elle sentit quelque chose sur le derrière de son hoodie. Se retournant, tout ce qu'elle put voir fut Mina, ayant soudainement un grand sourire sur le visage, et une rangée de feuilles sur le sol à partir de là où elle se trouvait (un gros tas de feuilles se trouvait aussi à sa gauche). L'ex-agente ne fit que lever un sourcil interrogateur.

« Tu me dis de faire travailler mon imagination, lui répondit son amie, donc si j'ai pas de neige pour faire une boule, bah, j'essaie de faire avec ce que j'ai. Par contre, c'est fait exprès que tu gardes toutes les feuilles que t'as sur toi ? Genre, histoire que ça fasse comme si j'avais réussi à te toucher avec ma boule ? »

Pour toute réponse, Ariane se secoua un peu pour faire tomber les feuilles sur son hoodie.

« Il y en a quand même un petit peu, donc je pense que tu as réussi à faire… peu importe ce que tu voulais faire. »

« Nan. Pas assez marrant. La seconde où tu la lances, ça devient aussitôt… juste plein de feuilles qui s'éparpillent, c'est nul. Tu vois, c'est pour ça que l'automne, c'est nul- »

« Euh, ouais, c'est cool, l'interrompit Neüthers avant de se retourner à nouveau, mais je te rappelle qu'il faut quand même qu'on fasse notre course et que là, on est juste à 2 minutes du magasin donc juste un peu de courage parce qu'on y est pres- »

Cette fois, ce fut à son tour d'être interrompue. Elle se retourna encore une fois et cette fois, au lieu de feuilles, ce fut un sac en plastique vide qu'elle vit flotter pendant que Lennon regardait ledit sac d'un air ahuri, comme si elle espérait qu'il vole. Le sac termina sa course sur la basket d'Ariane (le pied gauche), qui ne put s'empêcher de rire. Mina avait tellement l'air d'une truffe à regarder ce sac. En fait, ça l'amusait suffisamment pour lui donner envie de shooter dans le sac et lui renvoyer. La femme électrique regarda d'abord le sac revenir à ses pieds, puis Ariane, et son expression faciale passa d'un air ahuri à un grand sourire.

« On se le renvoie et, en échange, tu arrêtes de faire l'enfant et on va au magasin sans s'arrêter, dit l'ex-espionne avec un sourire taquin. Deal ? »

« Deal. »

Elles passèrent environ quinze minutes à jouer au foot avec le sac et alors que le vent continuait toujours de souffler (ça, par contre, elles ne s'en souciaient plus). Ariane s'amusa bien, même si elle ne pouvait pas s'empêcher de se dire que quand même, elle vivait avec une sacrée bande de gosses…

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez