Allongée dans le noir

Par Milyana

Arrachés les cheveux, arrachés les espoirs

Allongée dans le noir

Elle abandonne un peu.

 

La douleur tous les jours, les questions, les recours

Les appels au secours

Elle abandonne un peu.

 

Faux airs et vrais tourments, un masque tout le temps

Détester le présent

Elle abandonne un peu.

 

Si petite et si haut, il suffirait d'un saut

Plus un bruit plus un mot.

Elle s'en va.

 

 

 

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Emejie
Posté le 10/04/2020
Depuis le début, je me pose la question. Alors j'ose te demander s'il y a un anagramme volontaire dans le titre de ton recueil. En sur ce je m'en "va" !
Emejie
Posté le 10/04/2020
Et crotte une anagramme !
Milyana
Posté le 10/04/2020
Le terme exact est "anacycle", si on veut pinailler sur la langue (j'aime pinailler sur la langue. Je ne vis que pour ça.)
Il y en a en effet dans le titre de chacun de mes deux recueils, ainsi que dans (tous) les noms propres de l'une de mes histoire.
On me dit souvent que je fais les choses à l'envers, donc j'ai eu envie d'écrire à l'envers aussi :P
Milyana
Posté le 10/04/2020
*anacyclique pardon
AudreyLys
Posté le 31/03/2020
Coucou Bambouille !
Je viens de voir que tu avais posté de nouveaux poèmes. J'étais sûre d'avoir commenté le cycle de Tnava, mais il semble que ça n'a pas été le cas, alors me voici !
J'aime beaucoup tous tes poèmes, je ne saurais dire lequel est mon préféré ni te faire une critique constructive de chacun d'eux. Mais sache qu'ils me touchent au plus profond, et qu'ils sont magnifiques, que ce soit en terme de style que de rythme.
Je te fais un gros câlin par écrans interposés
Milyana
Posté le 01/04/2020
Merci beaucoup Audrey !

C'est très gentil de ta part de prendre le temps de lire mes errances poétiques et de laisser de gentils commentaire ;)

Au plaisir de te lire !

Mily
Mart
Posté le 15/11/2018
Celui-ci aussi est très bien. Surtout la première strophe en fait. Ça aurait mieux marché si tu avais continué à mettre une rime en -eu en début de strophe.
Mais ce que ça perd en musicalité, tu le gagnes en sens...
...
N'abandonne pas. Ni la vie ni la poésie. Je ne sais pas ce qui te manquerais, mais je sais ce qui nous manquerait.
Bisous,
Mart 
Milyana
Posté le 15/11/2018
Merci, Mart. Tout ce que je pourrais dire de plus serait de trop, alors simplement : merci.
Vous lisez