Ai-je vraiment vécu ?

Par Milyana

J'idolâtrais Rimbaud lorsque j'étais enfant,

Les poètes maudits, héros de l'ancien temps 

Adolescents géniaux broyés par le néant 

Ne restent que les os. Ont-ils vraiment vécu ? 

 

Je voulais m'évader d'un monde trop étroit, 

M'envoler par les mots jusqu'au prochain détroit

Et de là voyager au plus profond de moi.

Ne reste que la peur. L'ai-je vraiment voulu ? 

 

Je rêvais de me voir aimée et entourée

Où était donc l'erreur ? Où me suis-je trompée ? 

J'ai renié qui j'étais pour me voir acceptée, 

Ne reste que l'oubli. Qu'ai-je fait de ma vie ? 

 

Je me suis égarée en rêves inutiles, 

De génie révolté, me revoilà docile 

La douleur de l'ennui rend le monde futile, 

Le doute me saisit : ai-je vraiment vécu ? 

 

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Emejie
Posté le 10/04/2020
Le sujet de ta réflexion me touche !
Je me sens destinée à un choc de diérèse avec toi !
Pourquoi le choix de "J'ai renié qui j'étais pour me voir acceptée" sans diérèse à "renié" alors que "nié" avec diérèse peut suffire ?
Je te concède le droit imprescriptible de l'auteur à répondre "parce que" et j'aurais aussi plaisir à comprendre ton choix si tu veux en parler ...
Milyana
Posté le 10/04/2020
Rebonjour !
Alors, la justification est assez simple : en bonne Bretonne, je mange la moitié des syllabes quand je parle. Depuis que je me suis exilée en France, j'essaie de me forcer à bien prononcer les mots (avec plus ou moins de succès). Parfois ma bretonitude originelle reprend le dessus, et parfois c'est la correctitude française qui gagne ...
Emejie
Posté le 10/04/2020
Alors, si tu es bretonne, je m'incline !
Vous lisez