ACIER

Je voudrais que soit plantée
Dans le milieu de mon cœur
Une lame d’acier 
Au tranchant ravageur. 

Qu'un poignard meurtrier, 
Coup de sabre admirable
D'un éclair effilé,
D’une charge infernale

Pulvérise et massacre
Scintillement de nacre, 

La chose à l’intérieur qui m’attaque sans cesse ; 
La voix décharnée d’une sorcière perverse. 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Hylla
Posté le 13/10/2020
Une belle découverte que ta poésie :) c'est le premier poème de toi que je lis et j'ai beaucoup aimé sa musicalité et le traitement du sujet. Allez, je file sur les prochains !
Flozouphe
Posté le 13/10/2020
Merci !
N'hésite pas à me dire ce que tu en penses, si les prochains méritent un message :)
À bientôt !
Rominski
Posté le 12/10/2020
Serait-ce une exaltation du masochisme? Je l'interprète comme ça, et c'est un sujet que je n'ai jamais vu être traité en poésie auparavant... Bravo! Hâte de lire davantage de ce que tu fais!
Flozouphe
Posté le 13/10/2020
Bonjour
en voici une idée ! il s'agissait davantage de mettre à mort le murmure d'une "sorcière" qui vit au-dedans, mais après tout, il t'appartient de lire et comprendre ces quelques vers selon ton regard, et d'y trouver le sens qui te plaît ! C'est ça qui est génial avec la poésie, pas de sens obligé.
merci de ton commentaire !
Kieren
Posté le 20/03/2020
"Pulvérise et massacre
Scintillement de nacre"
J'aime quand ça rime.

Ce n'est pas facile de vivre avec des fantômes; on nous les impose et nous les nourrissons, comme des nourrissons. Mais il y en a trop, il faut faire un tri, nous ne sommes pas aussi inconsistant que les souvenirs, nous devons faire exister ce qui touche notre âme.

Accepter ce qui existe, ne pas le minimiser, ne pas le vénérer.

Juste, acceptez qu'il est là, et passer notre chemin. Peut être qu'il nous accompagnera, peut être qu'il disparaîtra.
Nous avons un but, nous avons une route.
Ainsi soit il.
Flozouphe
Posté le 26/03/2020
merci de votre retour, et la belle profondeur de ce que vous dites.
Vous lisez