A l’ombre de tes mains

Une main qui torpille la chair moite et effleure les étoiles,

Dans la profondeur abyssale d’une obscurité totale,

Là où les yeux ne sauraient voir plus loin qu’un caléidoscope de couleurs,

Je choisis de les clore pour humer la délicieuse effluve de ton cœur.

 

A l’ombre de tes mains, tout me semble vain,

A l’abri de tes flancs, j’avance en rampant,

Mon souffle sur la flamme de tes yeux vacille et s’éteint.

Quelle heure est-il en moi ? Et quel temps fait-il en toi ?

 

Précieuse coquille que celle de ton aura,

Dynamitant les digues qui enrouent ma voix,

Impalpable caresse m’étourdissant sans cesse,

En route vers tes bras, j’en perds toute adresse.

 

Suspendus à tes cils, les dés de mon passé,

Fragiles coccinelles cubiques aux ailes coupées,

Qui d’un battement feront voler en éclats,

Les souvenirs fugaces qu’il me reste de toi.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Hastur
Posté le 22/04/2021
Hello !

Superbe poème que tu nous offres ici ! C'est très mélodieux. J'aime beaucoup le rythme, la façon dont on a l'impression de rebondir sur les assonances et les rimes. Et de plus les images que tu nous évoques me paraissent assez originales, dans la mesure où c'est la première fois que j'en lui de ce genre :).
Un grand merci pour ce partage de poésie !

A bientôt !
Fy_
Posté le 20/04/2021
Je dois dire que tu as une très belle plume !
Tes images poétiques défilent et les idées sont superbement trouvées ! Les coccinelles-dés sans ailes ont ajouté un peu de fantaisie et c'est un plaisir de les découvrir dans tes textes.

Je n'ai pas de remarque à faire, tes mots sonnent bien et le texte est musical :)
Merci pour le partage,
Bonne suite !
Fy
Imre Décéka
Posté le 13/04/2021
Jolis vers ! La première strophe est très musicale. Et certaines trouvailles comme : "Quelle heure est-il en moi ? Et quel temps fait-il en toi ?" sont vraiment inspirantes. Bravo pour ce texte et merci pour le partage !
Ervine Eilof
Posté le 19/04/2021
Merci beaucoup pour ton retour ! :)
Vous lisez