9. Quatre personnes

Par Elka

L’un des avantages d’être le rejeton d’un professeur, c’était de se sentir à l’aise à peu près partout dans l’école. Ismael y vadrouillait depuis qu’il était môme, connaissait les portes closes et celles qui le paraissaient, et si jamais on avait besoin de lui faire un reproche, on passait par sa mère. Ce n’était pas agréable, mais ça avait le mérite d’attendre le soir.

Il entraîna Lyz jusqu’à une réserve du personnel ménager, au rez-de-chaussée. La pièce empestait le produit ménager. Le nez pointu de Lyz était froncé mais il ne commenta pas, alors Ismael songea que ça allait.

— Je t’écoute, dit-il en pressant son dos contre le mur.

L’ampoule qui éclairait bravement la pièce depuis, certainement, des temps immémoriaux, pendait nu au plafond. Sa lumière faiblarde se battait pour chasser les ombres de leur peau.

Lyz fixait le sol, les bras le long du corps, la silhouette si parfaitement immobile qu’Ismael aurait pu la décalquer. C’était généralement ainsi que Lyz exprimait sa nervosité. Par une raideur des muscles et un contrôle aberrant de ses mouvements. Comme s’il se cachait. Il releva finalement les yeux, qui avalèrent immédiatement la lumière ambiante, et se lança.

Les doigts noués dans son dos, Ismael l’écouta raconter ce qui allait se passer d’ici quelques jours. Lyz allait se réveiller avec des courbatures et de fortes migraines. Il manquerait certainement les cours le jour de la pleine lune. Ismael se demandait-il s’il se transformait ? Oui. Oui, il allait se transformer en bête, comme dans un film, et ça lui ferait horriblement mal. Il serait dans la cave dès les premiers symptômes et n’en sortirait pas avant l’aube.

— Et tu sais à quoi il ressemble ? Enfin, toi quand tu deviens lui ?

Il se sentit très con, mais Lyz eut un sourire léger qui le rassura.

— Non. Mes parents ont suggéré qu’on mette une caméra mais… La première fois, il y avait un miroir dans la cave. Je me suis vu, un peu.

Son expression hantée en disait long.

— C’est vraiment nécessaire de t’enfermer ?

— Oui. Vraiment, répondit Lyz avec une telle gravité qu’un frisson remonta l’échine d’Ismael. Je suis incontrôlable quand je me transforme, et violent. Mes parents risquerait de mourir ou d’être maudit à leur tour.

— Tu as été mordu, c’est ça ?

Lyz acquiesça. Ismael s’assit et son ami l’imita. Chacun appuyé contre son mur, enfermés dans ce placard comme ils auraient pu l’être dans un bunker. Ismael aurait pu les croire seuls au monde.

— Tu avais quel âge ?

— Quatre ans. Une histoire stupide, on habitait à côté d’une forêt. C’était un accident.

— À quel moment tes parents ont pu décider de t’enfermer le soir de la pleine lune ? s’étonna Ismael. Ça leur ressemble pas de t’abandonner quand tu vas mal. Et puis même… la seule idée que tu sois devenu un loup-garou était improbable.

Ismael avait lui-même eu du mal à y croire la première fois. Quand Lyz lui avait dit ça, si simplement, il s’était demandé s’il ne valait pas mieux le laisser à sa folie. Mais la sincérité et la fragilité de Lyz à cet aveu l’avait poussé à lui donner une chance pour s’expliquer. S’en était suivi de nombreuses preuves sur ses capacités sensorielles et la confirmation des parents Lancaster.

Même comme ça, Ismael n’était pas certain qu’il pourrait en parler à quelqu’un sans se sentir complètement timbré.

— On leur a dit.

La voix de Lysander le tira de ses pensées.

— À l’hôpital, quelqu’un leur a dit que j’étais un loup-garou et qu’il faudrait m’enfermer à la pleine lune.

— Qui ça ? Un médecin ?

Le monde entier était-il au courant ? Le visage de Lyz se fit plus sombre, ses cheveux sables griffèrent son front quand il baissa le menton.

— Non, un patient ou un visiteur. Mes parents ne l’ont pas vu. Il se serait placé dans leur dos pour leur parler.

— Et ils se sont pas retournés ?

— Il leur a interdit, ils étaient sous le choc, ils ont obéit. Quand ils ont enfin essayé de le voir, il avait disparu.

— Et vous ne l’avez jamais revu ?

Lyz secoua la tête de gauche à droite.

— Cela porte à quatre le nombre de personnes qui sont au courant de ma condition. Mes parents, cet inconnu, et toi.

La force de ce dernier mot secoua Ismael de la tête aux pieds. Il eut le sentiment qu’ils venaient de tresser quelque chose d’indestructible.

— J’ose pas imaginer ce que c’était de… traverser ça, tout seul.

— Mes parents sont formidables.

Il prononça ces mots avec tant de simplicité qu’Ismael eut le sourire. Pourtant, Lyz paraissait tourmenté. Il l’invita à poursuivre.

— Il y a eu un problème, à la dernière pleine lune. Je descends toujours en avance dans la cave pour ouvrir le soupirail et aérer ; puis je le referme quand j’y retourne pour me transformer. J’ai juste assez de maîtrise sur lui (il pointa négligemment sa tempe) pour qu’il ne hurle pas durant la nuit. Ça ne l’empêche pas de grogner ou de faire du bruit. Normalement, ce n’est pas gênant, mais on a réalisé au matin que la fenêtre était restée ouverte.

Son regard s’agrandit, comme s’il venait de comprendre quelque chose. Mais il se ressaisit rapidement et ajouta :

— C’était de ma faute. Je ne sais pas comment j’ai pu être aussi stupide, mais c’est arrivé.

— C’était un accident, personne a été blessé, protesta Ismael.

— Chez moi, ce genre d’incident ne pardonne pas. Mes parents sont sur les charbons ardents depuis un mois, j’imagine que s’il se passe quelque chose de travers, on déménagera.

La voix blanche avec laquelle Lyz venait d’annoncer ça empêcha Ismael de monter sur ses grands chevaux. Ils s’astreignit au calme et répliqua :

— Mais non, tout se passera bien.

Du mur opposé, Lyz lui envoya un sourire reconnaissant, qu’un froncement de sourcils chassa bien vite.

— Je me demande quand même s’il n’y a pas déjà eu des répercussions.

— De la fenêtre ouverte ? (Lyz hocha la tête) Qu’est-ce qui te fait penser ça ?

L’espace d’une seconde, il se demanda si son ami allait lui répondre. Et l’espace d’une seconde, Lyz se demanda très certainement s’il allait le faire. Ils échangèrent un regard pesant et l’air parut se refermer autour d’eux, leur tricotant un cocon où ils ne risquaient rien, où le temps n’avait plus prise.

— Depuis vendredi dernier, confia Lyz, il y a une fille qui a l’air de me suivre. Non, en fait, je suis certain qu’elle le fait. Elle était au Diner samedi, avec l’autre loup-garou.

Ismael acquiesça, son index passant sous les nombreux bracelets qui décoraient ses bras, jouant avec les perles et les nœuds. Le regard de Lyz suivait ces mouvement anxieux, mais il ne les commenta pas. Il avait l’air sur le point de s’excuser. D’autres loups-garous ; ce constat revint se lover dans les pensées d’Ismael, qui ne savait pas quoi en faire. Ça lui paraissait réel et lointain à la fois, il aurait dû s’inquiéter, sûrement, mais il n’en était rien.

— Comment tu savais que c’était des lycans ? s’enquit-il avec curiosité. Vous avez discuté ?

— Non, et je ne veux pas, répondit-il vivement. C’est les yeux. Et un je-ne-sais quoi qui fait que l’autre les reconnaît tout de suite.

Les yeux, bien sûr. Les prunelles de Lyz étaient fascinantes ; dans la pénombre, Ismael pouvait même les voir briller comme celles d’un chat. Lyz évitait naturellement le plus possible ce genre de situation.

— Et cette fille te suit ?

— Oui. Je me disais qu’il y avait un lien avec ce qui s’est passé vendredi, mais peut-être que ça a surtout à voir avec le soupirail resté ouvert ? En même temps, si un loup-garou s’était promené dans mon quartier ce soir-là, ça se serait su, ajouta-t-il avec un petit rire.

Ismael l’imita ; à l’abri dans cette pièce, l’idée lui paraissait plus comique qu’horrifique, en effet.

— Tes parents, ils en pensent quoi ?

L’amusement de Lyz déserta immédiatement ses traits.

— Ils ne savent pas, et tu ne dois rien leur dire.

— Ils pourraient te conseiller, répliqua faiblement Ismael.

Il n’imaginait pas cacher un tel truc à sa mère, même si… Il devait admettre qu’il lui cachait son crush pour Alejo. Fais ce que je dis, pas ce que je fais.

— Je suis sérieux, Ismael, ne leur dis rien. Ils vont paniquer, ça va être horrible pour eux, ils…

— Lyz, calme-toi, je ne dirai rien, le coupa Ismael en levant les paumes pour l’apaiser.

Son ami s’était mis sur les genoux, prêt à se redresser, ses paroles quittant ses lèvres en se cognant ; pire, Ismael avait vu ses poings se nouer et ses épaules se tendre.

Il prit conscience que, peut-être, son ami bouillonnait ainsi en permanence. Peut-être Lyz cachait-il derrière sa figure calme, son regard fuyant et sa silhouette légèrement voûtée une véritable tempête qui ne demandait qu’à sortir.

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Dédé
Posté le 05/05/2020
J'avoue avoir eu une envie d'écrire une fan-fiction de Meutes s'intitulant "Viens, je connais un coin tranquille". C'était difficile de ne pas laisser libre cours à l'imagination après ça. Enfin bref, passons.

J'aime beaucoup comment tu lies les différents flashbacks dans ce chapitre. Et cette histoire d'inconnu qui conseille les parents m'intriguent beaucoup. Serait-ce le lycan qui a mordu Lyz et, par culpabilité ou autre, a voulu le protéger en tuyautant les parents ? Le fait qu'ils ne devaient pas se retourner peut indiquer qu'ils connaissent cet individu. Mystère, mystère.

Lyz qui se confie comme ça à Ismael, sachant qu'il est du genre à tout garder pour lui. Quitte à révéler des trucs que tout le monde ignore. N'est-ce pas magnifique ! :D

Le dernier paragraphe me fait me demander s'il ne s'agit pas là d'une annonce : va-t-on voir Lyz la tempête ? J'ai hâte de voir ça !

C'est toujours un plaisir à lire ! J'adore me poser là dans un coin et me dire : "Allez ! Je vais lire un peu Meutes". Ca passerait pour du fayotage si je dis que c'est mon moment préféré dans la journée… Et pourtant, ce serait la vérité ! Il y a beaucoup de fictions PAennes que j'aime bien mais des coups de cœur comme ici où j'en viens à shipper un truc improbable (pour l'autrice) à chaque coin de rue, jamais ! xD Limite, je ne me reconnais plus tant je suis un Meutes-addict !

A bientôt pour la suite ! :D

Coquillette (sans beurre ni sel) :
Le regard de Lyz suivait ces mouvement anxieux --> mouvements
Elka
Posté le 06/05/2020
(Tu m'as tué avec ta fanfiction xD La vraie question maintenant c'est : est-ce que je change cette phrase ?)

Je ne dirai rien sur l'inconnu ! (sinon c'est pas drôle) Mais c'est top si tu trouves que les infos du chapitre s'intègrent bien comme ça !
Oui, c'est bow l'amitié. Ce moment où te confies plus que tu n'aurais osé avant ♥

Merci beaucoup pour cet adorable commentaire, Dé ! On t'a payé pour ça ? :p
Plus sérieusement ça me fait très plaisir que tu aimes ce texte ! J'ai réussi à m'y replonger parce que j'y tiens beaucoup et que je veux le mener à terme, mais réussir à embarquer des lecteurs c'est trop la fiertance !

<3 J'espère que la suite te plaira ! N'hésite pas si tu sens un relâchement !
Dédé
Posté le 06/05/2020
Ne change rien, c'est juste moi qui te taquine un peu.

Promis, on ne m'a pas payé ni mis la pression pour que je lise. Tu peux être fière !

Et promis, si je sens un relâchement, je t'avertis. <3
DraikoPinpix
Posté le 27/04/2020
Coucou !
Ca fait un moment que je n'ai pas commenté ^^
Perso, j'aime toujours autant et je pense conseiller ton histoire à mon frère qui adore les loups-garous mais qui cherche désespérément une bonne histoire. L'histoire est basée sur la relation entre deux jeunes garçons et j'aime ça, voir comment les choses évoluent entre eux. D'ailleurs, j'aime beaucoup la relation amicale dans ton roman. Je suis moins fan des relations amoureuses, mais je ne t'en voudrais pas (j'encourage les romances homosexuelles, aussi)
J'ai fini pour aujourd'hui. A bientôt !
Elka
Posté le 28/04/2020
Hello,
Ohlala mais non mais je suis certaine qu'il y a de très bonnes histoires de LG. Mais c'est super gentil ce que tu dis là et je t'en remercie énormément.
Mais la relation amoureuse n'est-elle pas parfois fondamentale dans l'évolution d'un personnage ? (oui je défends de façon un peu froide le fait qu'il y aura des histoires d'amour (néanmoins je pense sincèrement ce que je dis : d'autant plus pour un personnage comme Lyz)

Encore merci pour tes retours ! <3
DraikoPinpix
Posté le 28/04/2020
C'est vrai que pour Lyz, on se demande comment évoluerait ce personnage avec des sentiments amoureux ;) Ca compliquerait encore plus les choses ^^
Zig
Posté le 26/04/2020
Contrairement à Ysaé, l'absence d'action directe ne me dérange pas (mais j'ai un peu cette façon de construire mes propres écrits aussi... donc ce serait hypocrite de te dire que çe ne me va pas xD).

Comme tu l'as signalé sous un commentaire (je ne sais plus où), la relation entre les deux personnages est ce qui compte le plus pour toi et ça se sent. Ca ne me choque pas que le reste ne soit qu'un cadre pour le mettre en valeur. On ne s'ennuie pas en lisant, et c'est le plus important.
Tu poses quand même des points de problème (la fille, le soupirail ouvert), et pour le moment ça ne me semble pas trop long. Je pense que "l'action" en elle-même ne va pas tarder à démarrer et, pour le moment, ça me va.

Et sinon... on en parle du fait qu'ils s'enferment dans une placard, les deux coquinous ? huhuhu
Elka
Posté le 26/04/2020
Ah ! Ben je te répondais justement dans ce sens à ton commentaire précédent. L'histoire, je l'ai construite sur leur relation. On a parfaitement le droit de trouver que ça ne bouge pas assez ; ça c'est de la sensibilité de lecteur :)
J'aime bien aussi les histoires qui parlent de relations, ou qui du moins laisse une place sensible à ça.

Ce qui n'est pas une excuse pour une scénario bancal. J'ai essayé de garder un fil rouge et de le dérouler jusqu'en fin de tome. J'ai aussi raccourcis mes chapitres en réécriture pour tenter de maintenir un rythme.

Enfin bref. Je suis contente que ça te plaise, Zig. Merci pour tes retours !
Ysaé
Posté le 23/04/2020
Salut!
Alors l'écriture est toujours aussi agréable, tu as un certain sens de la formule je trouve.
J'ai lu quelques chapitres car je voulais tomber sur le point de basculement. C'est vrai que ça ne semble pas être un roman d'action à proprement parler, mais ça manque tout de même d'obstacles pour que l'intrigue démarre réellement et qu'on se sente happé par les enjeux.
Pour l'instant c'est toujours centré autour de la relation Ismael-Lys, j'ai cru à un moment que ça allait se transformer en histoire d'amour (il lui donne le main, se détourne de ses amis pour lui... peut-être que des rumeurs vont se rependre dans le lycée?). La scène redondante se répète à nouveau avec Ismael qui court après Lys qui va pas bien, dans la cantine.

Peut-être que la fille pourrait déjà tenter une approche à ce stade?
Et la femme a qui Lys a parlé, peut-être qu'elle a quelque chose de spécial? Je me suis posé la question.
En tout cas je suis vraiment impatiente de connaître les enjeux de cette histoire.

A+

A+
Elka
Posté le 23/04/2020
Tu as bien fait d'avancer (enfin, je suis très touchée que tu aies poursuivi malgré l'absence de course-poursuite)
J'essaye de me soigner mais, en effet, tu l'auras vu, ce n'est pas un roman d'action. C'est énormément basé sur les relations. Je vais réfléchir à la possibilité de la faire déjà intervenir ou à autre chose pour (cette partie est allée refaire un tour avec une BL qui a plutôt l'oeil pour ça (et connait la suite, ce qui aide))
Bon, il va être temps qu'Ismael arrête de courir xD

Ah si ça peut ta rassurer, la femme n'est pas là pour rien.

Merci de ta lecture Ysaé,
la bise
Keina
Posté le 25/01/2020
Oh, c'est tout mignon la confession de Lyzander ! Du coup, ça montre l'importance qu'il accorde à Ismaël, puisqu'il n'est que la quatrième personne à savoir pour lui. Mais du coup, c'est qui cette personne qui l'a dit à ses parents ? Un nouveau mystère à creuser, en plus de celui de cette fille qui lui tourne autour... Et qu'est-il aller faire le jour où la fenêtre est restée ouverte ? Aurait-il rejoint une meute ? Après tout, ton histoire s'appelle "Meutes", et pour l'instant Lysander est un loup-garou solitaire... indice, indice ! :)
Elka
Posté le 25/01/2020
Ah mince, on pense qu'il est sorti ? Ta théorie était chouette mais il est resté dans la cave (une fenêtre de soupirail, c'est petit). L'idée c'est surtout qu'on a pu l'entendre, alors que les bruits sont étouffés sinon.
Mais oui, tu vois, Lyz sait qu'il ne doit pas lâcher Ismael (et l'un de ces mystères trouvera une réponse avant l'autre et dans pas siiii longtemps, uhu)

Merci pour ta lecture !
Sorryf
Posté le 13/01/2020
Aaaah, super que Lyz se confie ! Ismael a mérité sa confiance, après tout !
D'ailleurs je peux pas m'empêcher d'être triste pour ses autres potes, sa relation avec ses amis d'enfance qu'il laisse tomber, y compris le mec dont il est amoureux. ça dérange pas Lyz de le couper des autres comme ça ? Bon, certes c'est pas de sa faute et il a ses problèmes... J'espère qu'avec le temps leur relation va s'équilibrer. Que Lyz se confie un peu plus, c'est déjà un progrès !
Elka
Posté le 13/01/2020
Ca me fait plaisir que tu penses aux autres potes d'Ismael (je ne dirais pas potes d'enfance, mais des proches quand même !) C'est pour moi un casse-tête de ne pas les perdre dans le fond sans non plus leur donner une place centrale (parce que sinon, on s'y perd)
Lyz n'est pas du tout indifférent à cette situation, et si tu penses, à la fin de cette partie, que je n'en ai pas parlé ou pas assez, dis le moi !
Je relirai en tout cas avec un regard attentif.
Après, faut reconnaître que les problèmes de Lyz ont tendance à prendre de la place (et l'extraordinaire attire Ismael)

Stella
Posté le 10/01/2020
Coucou
Très bien cette discussion❤️. Lyz gère avec ses parents et Ismael prend les révélations quand elles viennent. Tu n'en fais pas trop sur le côté loup-garou et j'apprécie. Ça rend ton roman accessible à un public plus jeune. J'ai remarqué que tu passais du POV Ismael à Lyz parfois. Je ne me souviens plus si tu avais déjà fait ça dans un même chapitre...
Espérons que l'inconnu qui a renseigné les parents est un allié pas comme Flavia. A-t-il vraiment oublié de fermer la fenêtre ? J'ai vraiment hâte de lire la suite mais que les deux choupinets profitent de cette pause méritée dans ce placard à balais. Des bisous étoilés
Elka
Posté le 13/01/2020
Passer du point de vue de Lyz à celui d'Ismael dans un chapitre, c'est plutôt prévu (je me laisse cette liberté) mais dans un même paragraphe c'est facheux. Et apparemment j'ai eu ce soucis, ici "xD
Mais he, peut-être que Flavia est une alliée. Pourquoi la rejeter si vite ? On peut mentir sur son identité et avoir de bonnes intentions :p
Bisous Stella, merci de continuer à lire !
Hinata
Posté le 06/01/2020
Trop cool cette petite conversation dans le placard à balai !
Oui vraiment, c'est bien qu'ils se confient l'un à l'autre !
La perspective change brièvement de Ismael à Lyz à certains endroits du chapitre, c'est fait exprès ?
Maintenant c'est l'inconnu de l'hôpital qui m'intrigue ! est-ce qu'il connaissait le loup-garou qui a maudit Lyz ? Est-ce que c'était lui ? Est-ce qu'il est lié de près ou de loin aux jeunots qui jouent les stalkers ?
J'aime beaucoup le côté pas trop dramatique de la pleine lune pour Lyz, genre ça va, il gère bien avec ses parents, et le mystérieux accident de la dernière pleine lune est grave sans l'être trop, c'est chouette.


Petites coquilles en passant :
- Il ne s’y résolu >> *résolut*
- Ismael songea que ça allait. >> avec du discours indirect libre après, le verbe "songer" fait très bizarre je trouve
- ils ont obéit. >> *obéi*
- Lyz secoua la tête de gauche à droite. >> je pense que "secoua la tête" suffit, on comprend qu'il dit non, sinon ce serait "hocher"

Et j'ai trouvé bizarre qu'Ismael compare le fait que Lyz soit suivi mais ne le dise pas à ses parents avec le fait que lui-même ne parle pas de son crush à sa mère... c'est pas trop le même level, si ?

La dernière réflexion sur le fait que Lyz ne soit pas aussi calme qu'il en est l'air est vraiment bien. J'espère qu'un jour il gagnera la maîtrise totale et une belle confiance en lui et qu'il pourra laisser libre cours à son caractère ^^

Merci pour ces 2 chapitres, la bise !
Elka
Posté le 07/01/2020
Reup,

Oh, merci pour ces corrections ! Et pour cette mention du changement de perspective, je doute que cela soit fait exprès, il faudra que je reprenne ça !
Tant de mystères mouhaha Un inconnu + une inconnue =... de quoi écrire encore un peu sur ce tome.
Est-ce rassurant si je te dis que tu auras tes réponses d'ici la fin du tome 1 ? Mais faudra tenir jusque là (toi comme moi)

A bientôt Hinata, merci encore pour ton enthousiasme ! C'est toujours très précieux
Vous lisez