9 - L'Alchimiste (partie 2)

– Si je te demande cela, c’est pour juger de ton état d’esprit et de ta motivation. Les deux se doivent d’être au mieux pour exercer ce métier. 

Levan ne trouva rien d’autre à lui dire que ce qu’il avait déjà mentionné à ses amis et son frère. Tout allait bien. Les exceptions, ça existe, il devait faire avec et aller de l’avant.

– Être différent ne me pose pas de problème, ne pût-il s’empêcher de rajouter.

Une petite voix s’insinua soudain dans son esprit.

Mais pourquoi serait-ce toi qui es différent ? Pourquoi ne pourrait-il pas s’agir de Mane ? Mane que votre père semble préférer, Mane le gentil garçon que tout le monde aime, Mane l’altruiste. Peut-être qu’en fait, tout ça n’est que façade, peut-être qu’en fait, il a un vrai problème.

Lequel de vous deux est différent ?

– Tu portes le poids de la responsabilité de la tournure des choses. Et tu te poses beaucoup de questions, dit Alane.

Sa remarque sortit Levan de sa torpeur.

– Comment… ? 

– Tu mets du temps à répondre. Tu tergiverses. Cela se voit à ton regard fuyant et à la manière dont tes mains se crispent. Tu es du genre à sans cesse se demander « pourquoi ». Aussi bien pour toi-même que pour le reste du monde en général. En tant qu’Alchimiste, c’est la meilleure des qualités qui soit.

Il se pencha vers le jeune homme et posa ses bras sur le bureau.

– Sais-tu pourquoi les Alchimistes sont si peu nombreux ? Eux qui veillent pourtant sur l’équilibre de l’Etherarium.

– Non. Mais il y a de nombreuses rumeurs différentes.

Alane eut un petit sourire amusé.

– Je n’en doute pas. Laquelle te semble la plus juste, à ton avis ?

Levan se frotta la nuque. Il repensa à tout ce qu’il avait appris jusqu’à présent, et à tout ce qu’on lui avait dit. Il se posait des questions, comme l’avait dit son professeur.

– Je pense… qu’intégrer cette caste nécessite une certaine affinité avec l’Etherarium. Une… une manière différente de le manipuler peut-être. De le ressentir.

Alane hocha plusieurs fois la tête d’un air satisfait.

– Tu n’es pas tout à fait loin de la vérité. En fait, il ne s’agit pas de ta différence par rapport à la particule, mais par rapport au monde.

Il fit une pause, laissant Levan digérer ces paroles. Le jeune homme fronça les sourcils et inclina légèrement la tête.

– Les Alchimistes sont des individus qui voient et appréhendent le monde différemment. Ils ne se satisfont pas de la manière dont il se présente à eux, alors ils essaient de faire autrement. Ils réfléchissent beaucoup. Se posent des questions. Peu de gens sont ainsi capables d’une telle introspection.

» Tu te dis différent ? Moi je te rétorque que tu es exceptionnel.

Levan fut incapable de répondre. Il n’aurait su dire ce qu’il ressentit à cet instant précis, outre le fait qu’un quasi-inconnu venait en à peine quelques minutes de le mettre plus en valeur que dix-huit années auprès de son propre père. Le jeune homme commença à bafouiller quelque chose, mais Alane se leva sans prévenir.

– Bien ! Que dirais-tu de visiter les locaux ? Au fait, Magdala a fait déposer tes affaires.

Levan se leva à son tour.

– Elles se trouvent à l’internat ?

– Hein ? Ho hum non, enfin pas vraiment. Il n’y a pas d’internat à proprement parler. Juste des chambres au dernier étage, faites pour les invités. Tu n’auras qu’à choisir celle que tu veux. Il y une cuisine, un salon, et tout le confort nécessaire. En revanche, si tu reçois des invités, ils devront passer par l’accès privé qui y mène, depuis l’extérieur. Pour ce qui est du règlement… il n’y en a pas. Tu es libre de tes mouvements, du moment que tu viens ici à l’heure et concentré.

Le temps pour lui d’achever ses explications, ils avaient remonté le couloir et étaient descendus au rez-de-chaussée. Alane lui montra où se trouvaient la cuisine et la salle à manger, où tout le monde prenait ses repas.

– Il y a combien de personnes en tout ?

– Une trentaine. Alchimistes et assistants compris.

Le sous-sol était là où se trouvaient les fameuses archives. Une grande pièce poussiéreuse et sans fenêtres, pourtant, les livres et documents rassemblés sur les étagères ne semblaient pas souffrir des affres du temps.

– Nous avons conçu cette pièce pour ralentir les effets du temps sur l’érosion du papier.  

Levan se souvint que cette caste avait aussi pour charge de veiller au bon écoulement du temps. L’Alchimiste l’emmena ensuite dans une petite cour pavée, garnie de nombreux rosiers et d’arbres à l’épais feuillage, qui les masquaient de toute vue extérieure, mais sans pour autant négliger de laisser passer la lumière du soleil.

– J’aime bien m’assoir sous cet arbre et réfléchir, de temps à autre, avoua Alane en lui désignant un imposant érable aux feuilles ocre.

Quelques minutes plus tard, ils étaient de retour dans son bureau.

– Les autres étages ne comportent que des bureaux et des salles remplies d’objets et d’autres bouquins. N’hésite pas à venir y farfouiller à l’occasion, cela te donnera peut-être l’inspiration.

Levan aurait bien voulu savoir pour quoi. Il était ici depuis presque deux heures, mais ignorait toujours ce qu’on attendait de lui exactement. Alane répondit à sa question avant même que le jeune homme ne la formule.

– Je crois qu’il est temps que je t’explique plus en détail en quoi va consister ton futur métier.

Levan reprit place sur la chaise qu’il avait quittée plus tôt, tandis que son professeur récupérait trop pièces d’échecs qu’il posa sur le bureau devant lui. Un roi, un pion et un cavalier faisaient face à Levan. L’Alchimiste s’empara du pion et le leva.

– Les Alchimistes ont trois missions différentes. La première, et la plus importante, c’est celle que tout le monde connait. Il s’agit de veiller au bon équilibre de l’Etherarium, plus particulièrement lorsqu’il s’agit du bon écoulement du temps, de surveiller la moindre tentative d’effondrement de la particule, et auquel cas, corriger le problème.

Il reposa le pion sur le bureau et récupéra le cavalier.

– La deuxième mission, qui n’est ceci dit pas une obligation, consiste en un long et fastidieux travail de recherche sur la particule. De la même manière qu’un Apprenti Aidant peut écrire une thèse, les Alchimistes s’emparent d’un sujet auquel ils tentent de donner des réponses. Cette mission implique patiente et persévérance. Tu pourrais passer toute ta vie à chercher sans jamais rien trouver.

Levan eut envie de demander à Alane en quoi consistaient ses recherches, mais l’homme ne lui en laissa pas le temps et se saisit cette fois-ci du roi.

– Le troisième objectif est un peu le but de tout Alchimiste. Il s’agit de recherches normalement communes, mais je crois qu’on aimerait tous porter les lauriers de la réponse. Nous cherchons à comprendre ce qui a eu lieu il y a quatre cents ans. Pourquoi l’Etherarium a subitement décidé de s’effondrer sur lui-même.

Alane abattit le roi sur le bureau. Il laissa le silence planer quelques instants et reprit :

– Pour ce faire, nous interrogeons la particule elle-même.

Levan se pencha un peu plus en avant, intrigué. L’Alchimiste sourit.

– Vois-tu, la particule ne se contente pas de maintenir la cohésion du monde. C’est une sorte… d’entité. Et l’une de ses aptitudes est le fait de garder en elle tout ce qui a eu lieu par le passé. Comme un livre dans lequel on aurait écrit dans le moindre détail la vie chaque personne, chaque animal, chaque plante, chaque nuage formé dans le ciel. Nous appelons cette capacité la Mémoire du Monde.

» L’interroger est une nécessité. Mais encore faut-il parvenir à l’atteindre.

Levan resta silencieux. Le travail des Alchimistes s’avérait plus complexe encore qu’il ne l’avait imaginé. Cette histoire de Mémoire le laissait particulièrement perplexe. Il n’aurait pas imaginé que l’humanité puisse en ignorer autant sur la source de la vie même.

Les recherches personnelles menées par les Alchimistes le contrariaient en revanche un peu plus. Lui qui avait toujours trouvé barbant le fait d’être assis à écouter bêtement, préférant bouger pour se sentir utile, doutait fortement de parvenir à passer sa vie entière le nez dans des livres poussiéreux.

Remarquant sans doute son trouble, Alane se leva et lui adressa un sourire jovial.  

– Bien, à présent que dirais-tu de découvrir tes quartiers ?

Alane l’emmena jusqu’au dernier étage du bâtiment. Les escaliers débouchaient directement dans une petite pièce, comportant un canapé et un fauteuil, ainsi qu’un coin cuisine et une table pour quatre personnes. Sur la gauche, quatre portes fermées et tout au fond, une double porte cerclée de fer et vitrifiée donnait accès à un escalier qui reliait à l’extérieur. La valise de Levan l’attendait dans un coin.

L’Alchimiste se dirigea vers une petite boite accrochée au mur, dans laquelle pendait toute une série de clés. 

– La clé te permettra également d’ouvrir la porte qui mène dehors. Tu as une préférence pour l’emplacement de la chambre ?

Levan fit signe que non. Alane s’empara d’une clé au hasard et l’essaya sur chacune des portes. La deuxième fut la bonne. L’Alchimiste s’effaça pour laisser entrer son élève.

La chambre était plus grande et chaleureuse que ne l’avait imaginé Levan. Un large lit en bois massif trônait sous une fenêtre en ogive, qui donnait sur les rues de la ville. Une grande armoire, un bureau et des étagères composaient le reste de la pièce. Le parquet sentait bon le neuf et les murs peints d’une couleur rouge pâle ne comportaient pas la moindre tâche. Les Alchimistes ne devaient pas souvent avoir de visiteurs.

Sur la droite, un panneau en bois coulissant permettait l’accès à une salle de bain.

– Libre à toi de la décorer si le cœur t’en dit.

Levan hocha la tête et déposa sa valise sur le lit.

– Si toutefois tu t’ennuies, ajouta Alane, tu peux prendre Fenouil avec toi. Ho, mais veille à ne pas laisser dépasser tes pieds quand tu dors : il adore mordre les orteils.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Edouard PArle
Posté le 29/12/2021
Coucou !
Toujours sympathiques les alchimistes, mon sentiment n'a globalement pas changé par rapport à la première partie. Cette deuxième partie permet d'en apprendre plus sur leur activité concrète. Je suis curieux de voir s'il y a d'autres alchimistes de l'âge de Levan et quelles ont été leurs trajectoires.
"Nous cherchons à comprendre ce qui a eu lieu il y a quatre cents ans. Pourquoi l’Etherarium a subitement décidé de s’effondrer sur lui-même." ah voilà la réponse, enfin plutôt LA question xD
Quelques remarques :
"tout à fait loin de la vérité." -> très loin
"voulu savoir pour quoi" -> pourquoi
"donnait accès à un" -> donnaient
Un plaisir,
A bientôt !
Benebooks
Posté le 29/12/2021
Contente que cette caste te plaise ! J'espère aussi avoir l’occasion de bien plus les développer (même si je vais donner priorité à ceux déjà présenter)
A bientôt
robruelle
Posté le 11/12/2021
J'aime beaucoup la caste des alchimistes
Et les mystères qui entourent l etherarium
Cette histoire de particule a mémoire est vachement bien trouvée et plutôt sympa.
Bon chapitre !
A bientôt
Benebooks
Posté le 12/12/2021
Merci :D a bientôt
Vous lisez