❀ 6 ❀

Par _HP_
Notes de l’auteur : Je ne suis pas convaincue par ces passages un peu plus "dramatiques", toujours peur d'en faire trop, pas assez, bref ^^
J'espère que ça vous plaira quand même 😅

Maël relut la lettre plusieurs fois, encore plus qu’il ne l’avait fait pour les précédentes. Il voulait être sûr de bien connaitre la forme de l’alphabet de son ami pour le reproduire, et s’entraina pendant de longues minutes à refaire le plus précisément possible ses traits et courbes.

Enfin, il se décida à se lancer, et attrapa son stylo. Il n’avait aucune obligation, aucun enjeu, mais pourtant, son cœur battait vite et fort, et ses mains devinrent moites. Il fut obligé de lâcher son crayon pour essuyer ses paumes sur son pantalon, et descendit un moment dans le jardin pour se calmer.

Il observa un oiseau chercher son repas, et cela eut l’effet escompté. Il remonta dans sa chambre avec l’esprit un peu plus apaisé qu’auparavant, même si son cœur se remit à tambouriner lorsqu’il s’assit devant sa feuille.

Coucou Eliott !

Je vais essayer d’imiter ton écriture pour cette lettre, je m’y suis entrainé un moment et je trouve le résultat pas trop mauvais.

Ne t’excuse pas, à vrai dire je ne l’ai jamais fait non plus ! Alors, j’espère que tout va bien pour toi.

Ce chantage est affreux, Eliott ! Mais, je ne lirais donc pas un de tes poèmes tout de suite… Tu me vois le cœur brisé par ton égoïsme !

Oh oui, mais j’avais complètement oublié ! Je suis désolé, Eliott, ça m’était sorti de la tête ! C’est qu’à t’écrire, comme ça, ta surdité ne se voit pas, tu as l’air “normal”… Enfin tu l’es, bien sûr, mais… Je suis si maladroit ! Pardonne-moi.

Je peux peut-être essayer… Puisque tu regardes des films, tu as peut-être vu A star is born, dans lequel joue Lady Gaga ? La chanson finale fait quelque chose comme “papa papaa papapapaaaaa, papa paa papapapaapaaaa”… Et je vais m’arrêter là, parce que je me rends compte que je suis totalement ridicule. Excuse-moi encore une fois, cette idée était stupide.

C’est vrai qu’au final, nous sommes tous anormaux d’une certaine façon, sur un trait de notre caractère, sur une pensée, sur un rêve… Réflexion intéressante. Tu as fait de la philosophie ?

C’est dommage, en effet. Je déteste quand on m’interrompt dans ma lecture, et mes parents ne le font plus que quand c’est vraiment nécessaire. Je suis navré pour toi, j’espère que tu as au moins parfois le temps de t’immerger complètement dans l’univers.

Merci, c’est très gentil. En effet, je crois qu’il y a au moins un merci dans chacune de nos lettres !

Je ne vais pas dire “je comprends” parce que je ne vis pas la même chose et que ces mots peuvent alors être agaçants. Mais je compatis, et j’espère sincèrement qu’un jour tu t’en sortiras. Tu es fort, Eliott, tu peux y arriver. Moi je crois en toi.

Enfin, je suis vraiment désolé pour cette lettre plein de honte et d’excuses (et aussi beaucoup de ton prénom, je ne sais pas pourquoi). La sorte de “cadeau” que je voulais te faire par l’imitation de tes lettres a été complètement gâché par ces passages, excuse-moi (oui oui, encore). Je suis vraiment maladroit.

A très vite !

Maël.

 

Mais que s’est-il passé ? Maël relut sa lettre, encore et encore, se rongeant les doigts. Devait-il l’envoyer ? Ne ferait-il pas mieux d’en faire une nouvelle ? Après tout, il pouvait jeter celle-ci et en réécrire une, sans ces phrases qui le faisaient rougir de honte rien qu’à y penser ; Eliott ne le saurait jamais.

Cependant, les mots de son ami tournèrent dans sa tête : dès sa première lettre, son correspondant avait parlé du caractère authentique et personnel de ses lettres. Maël ne briserait-il pas ce côté “pur” en écrivant un nouveau message ? Oh, il voulait tellement faire bien les choses ! Mais il ne savait justement pas comment les faire correctement.

Eliott avait aussi parlé de son côté rêveur, “bizarre”, qu’il appréciait…

Maël soupira et, avant de changer d’avis, plia la feuille avant de la glisser dans l’enveloppe.

 Il priait tellement que sa maladresse ne fasse pas fuir son ami. Maël trouvait du réconfort dans ces petits échanges hebdomadaires ; c’était comme écrire dans un journal intime, mais à quelqu’un de vivant. Et en même temps, ce quelqu’un ne paraissait pas “réel” avant qu’il ne l’ait vu.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Louis.W
Posté le 06/05/2021
Ce commentaire sert à dire que je plussoie audrey en dessous.

Le début pourrait être plus lent, plus hésitant des deux partis, et ça ne rendrait le truc que plus immersif je pense. Pour les passages de show, je pense que cela arrive petit à petit car il y en a justement dans le chapitre d'avant et au tout début de celui-ci. C'est toujours important pour l'immersion.
_HP_
Posté le 06/05/2021
Hey !
Haha ok xD Je crois que je vous plussoie moi-même 😅
Merci !
AudreyLys
Posté le 04/05/2021
Coucou ! Me revoilà !
J'aime toujours autant la douceur de ton histoire qui mine de rien aborde des sujets très graves. Le contraste n'est pas une mauvaise chose, je pense au contraire que ça permet de parler de choses lourdes sans en faire trop ! Je me suis pas mal reconnue dans Maël, et je pense que la description que tu en fais est aussi en partie issue de ton expérience personnelle... je me trompe ?
J'ai grimacé quand Maël demande à Eliott quel est son chanteur préféré x)
Sinon, encore une suggestions (mais tu sais que je suis perfectionniste :P), ces derniers chapitres m'ont donnée l'impression que les personnages se livraient peut-être trop vite. Ils se disent tout, tout de suite, et deviennent super potes d'un coup. C'est compréhensible et en même temps je trouverais intéressant qu'ils se dévoilent plus progressivement, pour qu'on sente leur relation évoluer. De plus, je pense que tu pourrais essayer plus de "show" et moins de "tell" par exemple sur l'histoire des parents d'Eliott. Tu l'as fait avec Maël, quand son père l'aide on sent très bien qu'il est proche de ses parents. C'est compliqué dans une lettre mais je pense que c'est possible. Ce ne sont que des suggestions bien évidemment !
Quelques coquilles :
3 : "— Oh, ce que je détestais ça moi aussi ! rit son père, de son timbre rocailleux. Mais mon père m’a aidé, souvent, longtemps, malgré mes maladresses. Et heureusement, parce que ça m’est bien utile aujourd’hui !
Son père travaillait dans l’architecture."
5 :"ça m’arrive d’être démoralisé à cause de ça ; à cause de ça, de mes parents,"
6 : " Oh, il voulait tellement faire bien les choses !"
Voilà, à bientôt !
_HP_
Posté le 04/05/2021
Hello !
Alors non, pas tellement en vérité ^^ Mais merci beaucoup pour toutes ces jolies choses <3
Oui, je comprends ta remarque 😄 Je me disais surtout qu'ils sentaient dès le début une connexion entre eux, et qu'ayant l'un et l'autre peu voire pas d'amis, en plus avec la maladie d'Eliott... Ils ne voulaient pas perdre de temps x) Mais je prends note !
Merci merci merci <3
Vous lisez