.5. Le combat illégal

Par Lucyie

— Mesdames et Messieurs, j'espère que vous vous amusez bien! Vous en voulez encore? J'entends pas, vous en voulez encore? Ah oui, c'est ça que je veux ! Vous avez vu comment je commence à parler bien? On dirait un présentateur de Helem! Ah ah, merci, merci! Vous êtes ici pour voir du spectacle, pour voir du sensationnel! Faites du bruit pour le fantôme, Kriiiiv'aaa!

Maël serra la mâchoire en entendant les hurlements qui noyèrent les paroles de l'arbitre. Il était là pour échauffer la foule et prenait son rôle très a cœur.

Il entra dans le cirque.

Le sable était chaud sous ses pieds, la foule criait au-dessus de lui. Le cirque rond était creusé dans le sol, offrant une meilleure visibilité à tous les spectateurs entassés autour des grilles qui couvraient le cercle de combat.

Dérangé par les cris, Maël ébouriffa ses cheveux pour les rendre plus volumineux.

Inconsciemment, il espérait que ses boucles le protègent du bruit.

— Et son adversaire, Mesdames et Messieurs, c'est son tout premier combat! Mais ne la sous-estimez pas! La glace du Pôle Nord coule dans ses veines et sa puissance est celle d'un ours polaire! Mesdames et Messieurs, la Déchireuse!

Les acclamations explosèrent au-dessus de Maël.

Celui-ci n'était en rien impressionné. La Déchireuse? Ce surnom était encore plus ridicule que le sien.

La Déchireuse entra dans le cirque par la porte en face de Maël. Ce qui était sûr, c'est qu'elle était bien dans son rôle. Ses longs cheveux noirs encre étaient retenus en deux lourdes tresses qui tombaient sur chacune de ses larges épaules.

L'Unité de l'Eau étant un matriarcat. Les femmes avaient un rang social plus haut que les hommes, et elles étaient aussi physiquement plus imposantes que la gente masculine.

Cette Déchireuse voulait faire croire qu'elle était une Eau pure souche en mettant en avant sa carrure imposante. Mais Maël sut immédiatement qu'elle mentait.

Sa peau avait beau être pâle, ses yeux avaient beau être bridés et d'un bleu pur, les dessins qu'elle portaient comportaient des fautes.

Elle avait voulu recopier les scarifications ancestrales du peuple de l'Eau mais Maël voyait des ratures dans les incantations gravées sur sa peau.

Cette personnalité Eau qu'elle voulait se donnait contrastait avec le tatouage qu'elle portait. Une libellule prenait tout son dos, les ailes s'étendaient sur l'arrière de ses bras, l'encre s'échappait des yeux globuleux pour venir créer des spirales sur sa nuque.

La Déchireuse fini de saluer la foule et se tourna vers Maël.

— Peur, petit fantôme? lança-t-elle.

Maël ne répondit pas. Il sortit sa gourde de sa poche et en retira le bouchon d'un mouvement de pouce. À l'intérieur, l'eau se mit à tourner, reflétant son impatience.

De l'autre côté de l'arène, son adversaire sortit elle aussi une gourde et, toujours dans son personnage de sauvage des Pôles, elle en arracha le bouchon avec les dents ce qui excita encore plus la foule et fit monter la colère de Maël.

Son comportement ne faisait que faire perdurer les clichés. Les Eaus n'étaient pas des animaux sans manières.

Le public voyait la Déchireuse comme un personnage, un rôle endossé le temps d'une confrontation. Maël, lui, voyait une adversaire en plus à écarter pour atteindre la Guêpe.

— Retenez votre souffle, Mesdames et Messieurs, et terminez les paris! Préparez-vous pour un combat entre porteurs d'Eau! Que le combat cooommence!

L'arbitre frappa une large cloche rouillée et le sang de Maël ne fit qu'un tour.

Il se rua sur son adversaire et, à quelques pas d'elle, tout en finesse, il lança son bras en avant. Suivant son mouvement, l'eau de sa gourde s'étira et vint frapper la Déchireuse comme un fouet. Cette dernière eut le bon réflexe de se jeter sur le côté et l'attaque de Maël ne lui laissa qu'une marque rouge sur le bras.

— Je vois pourquoi tu t'appelles Kriv'a, fit-elle après avoir lâché un râle de douleur. On te voit pas arriver!

Maël ne l'écoutait pas. Lorsqu'il combattait, il oubliait tout. Les cris incessants, la musique sourde, l'ennui, le sable doux sous ses pieds, la chaleur et l'odeur entêtante. Il ne pensait qu'à gagner pour quitter cet endroit.

— Et voici la vitesse légendaire du fantôme! s'égosilla l'arbitre. La Déchireuse ne va pas se laisser faire! La voilà qui riposte déjà! Son Eau s'enroule autour de son bras et oh! c'est de la glace qui recouvre à présent sa main! Elle essaie de frapper Kriv'a avec sa griffe de glace, mais il est beaucoup trop rapide! Regardez comme il évite tous les coups! Droite, gauche, droite, gauche, gauche, c'est incroyable! Mais n'oublions pas que notre jeune Kriv'a risque de se retrouver en difficulté! Une rumeur circule comme quoi il ne porterait pas le Duom Glace...

En entendant la dernière phrase de l'arbitre, les yeux de son opposante s'agrandirent et un sourire moqueur naquit sur ses lèvres. Maël jura mentalement.

L'arbitre donnait des informations à son adversaire pour lui rappeler qu'il ne devait pas gagner. Il voulut reculer pour éviter la Glace mais se retrouva incapable de bouger.

Sachant qu'il n'allait pas pouvoir s'échapper, la Déchireuse avait créé une couche de glace autour de ses pieds. Immobilisé, Maël évita difficilement la lame qui laissa une large entaille sur son flanc.

Une clameur résonna dans l'arène et la porteuse d'Eau s'éloigna de lui pour saluer la foule. La libellule semblait bouger sur les muscles de son dos. Les dents serrées à cause de la douleur, Maël baissa les yeux sur sa blessure.

Un rouge sombre tâchait son t-shirt blanc et voir cette couleur étrangère sur son habit l'emplit d'une grande détresse. Son cœur s'accéléra et effacer cette tache devint la seule chose importante à ses yeux. Ce désordre le gênait beaucoup trop pour qu'il puisse continuer à combattre correctement.

La glace l'ayant relâché, il recula de quelques pas et fit passer son t-shirt par-dessus sa tête avant de le jeter dans le sable. Il fut soulagé de voir que sa blessure n'était pas profonde et reprit calmement son souffle.

Il n'entendit pas les sifflements au-dessus de lui. Le public semblait ravi qu'il se soit dénudé.

— C'est pas comme ça que tu vas m'attendrir, petit!

La Déchireuse fit un geste ample du bras. Son filet d'eau se transforma en plusieurs éclats de glaces qui filèrent droit sur Maël.

Son fouet aquatique coupa net un des projectile et les autres s'enfoncèrent profondément contre le mur derrière lui, sans le toucher.

— Voilà une bien belle attaque! lança l'arbitre. La Déchireuse va-t-elle s'assurer la victoire?

Cette dernière tourna immédiatement le dos à Maël pour adresser des signes à la foule au dessus d'eux. Elle prenait son temps. Elle était là pour le spectacle et se savait sous la protection de la Guêpe. Elle pensait gagner grâce à ça et ne prenait pas la peine de lancer des attaques précises.

Maël s'était promit de traîner Selena Quinn devant la justice et pour qu'elle réponde de ses crimes et de tout ce qu'elle avait fait subir à son grand frère. Et il tenait ses promesses.

L'arbitre continuait d'adresser des louanges à la Déchireuse et ce favoritisme l'agaçait de plus en plus.

Maël ouvrit les mains. Les éclats de glace figés dans le mur retournèrent à l'état liquide et vinrent entourer son corps.

Son adversaire se retourna à temps pour le voir courir vers elle. Elle laissa échapper un cri de douleur lorsque l'Eau traça plusieurs profondes coupures sur son corps.

Elle voulut reprendre contrôle sur la situation en transformant l'eau en glace mais Maël était dans son dos, ses mains sur ses oreilles.

— Tu... tu es sensé perdre, souffla la Déchireuse, la voix tremblante.

Maël ne répondit pas. Il se concentra et laissa son pouvoir affluer jusqu'à ses paumes. Un vif son aigu sortit d'entre ses doigts et se mêla au cri de la porteuse d'Eau.

Elle tomba à genoux, serrant fort sa tête de ses mains. Un filet de sang coulait de ses oreilles pour venir tacher le sable.

Maël secoua ses doigts, engourdis comme à chaque fois qu'il utilisait le Duom Son.

La Glace et le Son étaient les Duom dérivés de l'Eau. Seul les porteurs d'Eau pouvaient naître avec et, à défaut de ne pas posséder la Glace, Maël portait le Son, bien plus rare.

Il leva les yeux vers l'arbitre qui tardait à le proclamer vainqueur.

— Kr... Kriv'a gagne, lança celui-ci d'une voix bien moins enthousiaste que d'habitude.

La foule se mit à acclamer Maël, tandis que d'autres lui lançaient des insultes, vexés d'avoir perdu leur paris.

Maël récupéra son t-shirt et sortit du cirque avant qu'on se mette à lui cracher dessus. Il s'éloigna dans le couloir en secouant son habit, envoyant du sable sur le prochain combattant qui l'insulta sans qu'il ne s'en rende compte.

Dans le vestiaire, Maël se pencha sur le lavabo couvert de rouille. Il se lava longuement les mains avec le minuscule savon et mouilla son visage avant d’ébouriffer ses cheveux bouclés, pour les rendre encore plus indisciplinés.

Avec des gestes lents, il nettoya le sang autour de sa blessure. L'Eau vint s'enrouler autour de sa main comme un serpent paresseux et devint étrangement verte.

Maël posa sa main sur la plaie. Il resta longtemps immobile et, grâce aux propriétés curatives de l'eau, sa plaie se referma très lentement. Il était loin d'être doué pour soigner, mais à en croire les notes qu’il avait pris dans son petit carnet noir, ça devrait faire l'affaire jusqu'à ce qu'il rentre chez lui. La douleur avait disparu et c'était le plus important.

Il avait gagné malgré les ordres qu'on lui avait donnés. Il allait bientôt avoir l'attention de la Guêpe.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
brumeraude
Posté le 24/06/2021
Olalaaa, mais un chapitre entier avec Maël !!
C'est vraiment un personnage pour lequel tu as créé une psychologie très intéressante, je me régale à chaque fois. On a envie de lui faire un gros câlin et en même temps ... non XD, il s'en sort très bien tout seul haha !

En revanche, cette histoire de Guêpe ... ça fait un peu mafia ... et donc ce n'est pas bon signe pour Maël, surtout s'il veut se venger ... ça promet !
Vous lisez