3. UJU

Notes de l’auteur : 1er jet

Tant de sanctuaires visités, tant de corps unis au mien, tant d’âmes fragmentées.

            Et aujourd’hui, je suis là, mes pieds foulant ce sol encore vierge de ma présence.

            L’excitation ressentie par les grands prêtres, a traversé la quasi-totalité du territoire pour venir me chatouiller la nuque, en guise d’invitation à découvrir ce nouveau lieu dédié à ma magnificence.

            J’ai chevauché deux jours et une nuit pour arriver sur place. Chaque kilomètre qui me rapprochait, faisant un peu plus frissonner l’arrière de mon crane.

            Sur le parvis, je perçois le sommet chevelu d’une foule de fidèles attendant ma venue, à genoux, les mains croisées dans le dos et la tête baissée.

            Les battements affolés de leurs cœurs résonnent en moi, leur dévotion est une délicieuse sucrerie qui fond sous ma langue et la crainte qui s’échappe en volute de leurs corps, m’enivre les sens.

            Trois marches au-dessus de cette marée humaine, un bouillonnement intense vient effleurer de manière insistante le bout de mes doigts pour attirer mon attention. Dix hommes en robe blanche me fixent du regard, une paume de main dirigée vers le ciel et l’autre main, tenant une lame argenté fine et tranchante.

            L’un d’eux avance d’un pas, sa voix remplit l’espace et mes oreilles.

— Père tout Puissant, Père Universel, Eternel UJU.

            Les frissons qui se propagent à l’annonce de mon nom, s’enroulent autour de mes chevilles, puis amorcent l’ascension de mes mollets, de mes cuisses… comme des milliers de lianes qui glissent chaudement sur ma peau.

— Accordez à ce lieu sacré, votre bénédiction. Nous l’avons construit en votre nom, en votre gloire, en votre puissance absolue ! Nous les grands prêtres, apportons notre offrande à ce sanctuaire. Gloire au Père Universel, gloire à l’Eternel UJU !

            Et dans un mouvement parfaitement accordé, ils élèvent leur lame haut dans les airs pour venir d’un mouvement sec, entailler la paume de leur main offerte.

            Des effluves ferreuses se déposent sur mes papilles, et au plus profond de mes entrailles, je sens de petites flammes lécher les parois de mon ventre, tandis que la douleur de leur blessure se diffuse progressivement de leur main vers leur bras.

            Les grands prêtres n’ont pas cillé. Dix magnifiques statuts blanche et rouge dédié à mon plaisir.

            Le bas de leur robe aspire goulument la flaque de sang qui apparait à leur pied, dont la surface se trouble par intervalle par une goutte qui tombe de leur main. Un bel accueil, mon intérêt comme mon appétit s’accroit avidement. J’ai grande hâte de découvrir l’intérieur du sanctuaire et les surprises qui s’y dissimulent. Les parois de pierres ne sont que le papier cadeau que je me presse d’arracher pour obtenir mon dû.

            Des vibrations franchissent les lourdes portes de bois du sanctuaire, qui sont encore fermées. Le rythme des cœurs qui tambourinent sur le parvis ne parvient pas à dissimuler celui qui se cache de l’autre côté des portes. Un rythme plus lourd, plus affolé, plus… appétissant. J’ai assez attendu, les petites flammes qui crépitaient au creux de mon ventre sont en train de tiédir. 

            J’offre un mirage de brise fraiche sur les paumes de mes fidèles grands prêtes qui ont tenté la ruse pour me cacher ce qu’ils ont préparés. Rien n’échappe à UJU. Dans leur esprit, je modèle ma volonté d’entrer, et sans un mot, ils se placent de chaque côté de ces lourdes et immenses portes sur lesquelles sont incrustées vingt larges anneaux dorés.

Un anneau pour une main. Lentement, les portes s’ouvrent sur la pénombre intérieure.

            Ce sanctuaire dépasse largement tout ceux déjà bâtis. Celui-ci est bien plus vaste, le plafond bien plus haut et contre le mur de pierre, au fond de la salle, se dresse une vaste armoire inédite dans les autres lieux. Des lames de toutes tailles, des fouets de toutes épaisseurs, des cordes de toutes longueurs… et d’autres accessoires qui me sont inconnus, sont soigneusement rangés sur les étagères.

            Les portes du sanctuaire se referment, chassant les rayons du soleil pour donner toute priorité à la lumière des flambeaux. Les pensées des grands prêtres effleurent mon dos, je me retourne pour leur faire face.

            Ces battements lourd et irréguliers que je devinais dehors, sont devenus plus puissant. Je suis le fil qui me relie à mes serviteurs, pour remonter jusqu’à celui qui est en train de s’éloigner de moi. Il se tient à coté de l’armoire, la main sur une poignée dissimulée dans les aspérités de la pierre. J’inspire profondément et ferme les yeux pour mieux profiter de cet instant. Le fil qui me relie à lui vibre légèrement au moment où il ouvre cette porte secrète.

            Un flot d’image, de son, de sens, de pensées s’abat sur moi.

            Le frottement de pieds nus qui caresse le sol, les chuchotements excitées de jeunes femmes, l’odeur de leur peau chauffée par leur dévotion. Je bois lentement leur émerveillement, je caresse l’anxiété qui les habite, j’exacerbe leur désir de me donner du plaisir. Leurs corps répondent instantanément à ma volonté. Sans les toucher, leurs cuisses se resserrent, leurs poitrines se dressent fièrement et leurs dents viennent mordre leurs lèvres charnues.

            Une étincelle après l’autre, j’allume un brasier ardent au creux de leur bas ventre et les spasmes qui secouent leur esprit se propagent sur ma peau qui frissonne. Haletante, allongées et nues, je prends soin les envelopper d’un souvenir de chaleur de soleil d’été.

Une, deux, trois, six, dix, douze, quinze, vingt-trois, trente-et-un, cinquante.

Cinquante beautés caractéristiques de mon territoire. Fragiles et soumises.

J’ai tellement aimé parcourir leur sens, leur esprit.

UJU veut plus.

UJU ne se rassasie plus de ces ébauches de plaisir.

UJU veut ressentir de la force, de la douleur, de la domination, de la dévotion.

            Tous ces fils si fins, si solides qui me relient à chacun de mes sujets, et pourtant mon estomac gronde. UJU se sent vide. Dans cette toile, j’injecte ma déception.

— Père Universel, Eternel UJU, nous nous inclinons devant ta grandeur et ta gloire.

            Les dix liens de mes grands prêtres vibrent à l’unisson. Leurs émotions, leurs envies, leurs requêtes remontent timidement vers moi. D’abord un mot qui se dépose au creux de mon oreille, puis une phrase qui étreint mon bras. Je les autorise à formuler leurs demandes avec plus de vigueur. Une vague forte et violente vient frapper mon torse que j’accueille avec bienveillance.

            Une promesse de plaisirs intenses, inédits et en abondance, en échange de quelques faveurs de ma part.

UJU est bon.

UJU aime ses sujets

UJU accepte.

Mon premier cadeau est enfin prêt.

            Chacun des grands prêtres a choisit un fouet d’une épaisseur ou longueur différentes. Silencieusement, ils se mettent en cercle autour des cinquante jeunes femmes endormit. Leurs mains armées se lèvent vers le ciel, et d’un premier geste sec, l’air se fend pour se remplir de hurlements et quelques corps tentent de s’enfuir.

UJU n’accepte pas que son plaisir soit gâché.

            Je dessine mentalement des cordes autour de leurs poignets et leurs chevilles. Tout redevient immobile et les fouets peuvent venir mordre sans limite ce chairs tendres offertes.

            Chaque coup irradie dans une partie de mon corps, au bas de mes reins, derrière mon oreille, au creux de mes omoplates. Les pensées terrorisées mélangé à la détermination des grands prêtres viennent apaiser la faim qui me broyaient les entrailles. Les petites flammes reviennent lécher les bordures de mon esprit, réchauffant mon âme.

            Les yeux fermés, je prends le temps de savourer ce doux mélange, ce doux nectar qui glisse le long de ma gorge, pour tapisser mon abdomen et finir par exploser dans mon bas ventre. Les pulsations de celui-ci sont en parfaite symbiose avec celle de mon esprit. Ma satisfaction remplit les grands-prêtres qui posent enfin leurs fouets.

            A leurs pieds, gît une masse de corps teinté d’un rouge sombre. Quelques-unes ont encore la force d’émettre un faible râle. Je détourne le regard, rassasié. Je n’oublierai pas d’exaucer les grands prêtres.

Le ménage peut commencer.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Isapass
Posté le 29/04/2020
Alors là, tiens, il est déjà moins question d'amour ! Apparemment, UJU ne se dissimule plus derrière ce prétexte-là : il vaut juste prendre un gros kif sadique. Très très sadique.
Dans le premier chapitre, j'avais déjà bien vu que la soi-disant spiritualité se mâtinait beaucoup de plaisir sensuel. Ici c'est encore plus visible.
Du coup, ça donne moins l'impression que UJU est un dieu terrifiant, mais beaucoup plus un énorme pervers XD Je ne sais pas pour les autres, mais pour moi, ça fait disparaître la fascination malaisante du premier chapitre. Il ne reste que du dégoût. Ce n'est pas une critique, hein : ce n'est pas pour ça que la puissance et la dangerosité du personnage n'existe plus et qu'il ne jouera pas un rôle fascinant dans l'histoire !
En tout cas, tu tiens vraiment bien le ton ! Je te dirai au fur et à mesure, mais je me demande quand même si ça ne risque pas d'être lassant sur la longueur (mais je me fais l'avocat du diable, hein, tu as sans doute géré ça aux petits oignons !)
A+
Cocochoup
Posté le 29/04/2020
Ah ce perso ne laisse pas indifférent... Y'a effectivement une forme de redondance mais j'espère que j'aurai réussi dans les prochains chapitres a te montrer petit à petit ou je veux aller
Shangaï
Posté le 27/04/2020
On commence à cerner un peu plus UJU dans ce chapitre je trouve !
Il à soif de sensation forte, de sensation humaine. Il a soif de plaisir, comme de peur et je trouve cela fascinant !

Par rapport au premier chapitre de UJU celui-ci m'a interpelé dans la narration l'alternance entre la troisième personne et la première est un peu troublante par moment, mais on s'y habitue finalement assez vite !
Cocochoup
Posté le 29/04/2020
OUi j'avais envie de donner un petit coté alain delon à ce perso. le fait qu'il parle de lui a la 3eme personne pour montrer a quel point il est... bizarre XD
Shangaï
Posté le 29/04/2020
ça marche parfaitement ahah
Shangaï
Posté le 29/04/2020
ça marche parfaitement ahah
Espelette
Posté le 17/04/2020
Mais pourquoi l'adorent-ils ainsi ?
Le ton très différent que tu utilises pour chaque chapitre est vraiment intéressant et très bien maîtrisé. Ely se lit très facilement mais j'ai bien peur qu'au fil de la lecture, je me mette à préférer les chapitres d'UJU pour leur côté dérangeant.

J'ai noté quelques autres coquillettes :
- Chaque kilomètre qui me rapprochait, faisant un peu plus frissonner l’arrière de mon crane. --> Je pense que si tu gardes le participe présent "faisant" plutôt que l'imparfait, la virgule est de trop.
une paume de main dirigée vers le ciel et l’autre main, tenant une lame argenté fine et tranchante. --> argentée
J’offre un mirage de brise fraiche sur les paumes de mes fidèles grands prêtes qui ont tenté la ruse pour me cacher ce qu’ils ont préparés. --> à ce stade, aucun complément n'indique ce qu'ils ont préparé donc je pense qu'il ne faut pas d'accord à "préparé"
UJU aime ses sujets --> il manque un .
Cocochoup
Posté le 18/04/2020
Coucou espelette,
Effectivement chaque narration est très différente. Si je comprend bien tu es plutôt team UJU alors 😜
L'histoire d'ely est plus longue à se mettre ne place mais elle réserve de belles surprises 😉
Victornyme
Posté le 16/04/2020
de moins en moins Sympathique ce démiurge ;-).
je continue à lire l'histoire dès que possible, j'aime bien le rythme de chaque partie et le style approprié que vous savez adopter.
Cocochoup
Posté le 16/04/2020
Bienvenu par ici!
Par contre... A hummm on pourrait se tutoyer, si ça te convient ?
Ravie que tu te plaises ici et j'espère que la suite saura également te séduire ❤️
Elornyx
Posté le 13/04/2020
"Qui s'y frotte s'y pique" a ce GRAND UJU. J'ai bien entendue les cris et les fouets dans mon esprit aie aie. Il y a vraiment quelque chose qu'on ne retrouve pas ailleurs avec ce personnage :)
Cocochoup
Posté le 13/04/2020
UJU le cactus vivant 😁
Oui il est plutôt unique et je crois que c'est pas plus mal comme ça XD
Elornyx
Posté le 14/04/2020
ouais "imagine un panthéon de 15 UJU"... hum
Xendor
Posté le 11/04/2020
Coucou Coco, je m'étais rendu compte que j'avais déjà commencé ma lecture avant, mais qu'elle était restée en pause.

Je sais maintenant pourquoi je n'aime pas UJU et que je n'aime pas l'histoire de son point de vue à lui. Il représente tout ce à quoi je ne veux pas aspirer : la luxure, l'idolâtrie, l'orgueil, la dissolution. Maintenant je crois que tu sais pourquoi je n'ai pas continué ma lecture plus loin en fait 😕 C'est juste que je n'adhère pas au mode de vie du personnage.
Cocochoup
Posté le 11/04/2020
Salut xendor !
C'est rigolo Parceque tu es le 1er... (en tout cas qui laisse ce commentaire)
Et c'est une vraie satisfaction. Quand j'ai écris les chapitres de UJU je le voulais détestable et j'ai tellement été surprise de l'accueil qui lui a été fait !
Après je comprends que la lecture de ses PDV puissent diviser. Le style est très particulier....
Xendor
Posté le 11/04/2020
Ça dépend vraiment des gens tu sais 🙂 Si ton but était de le rendre détestable alors c'est très réussi 🙂
kujiu
Posté le 22/03/2020
Chapitre très bien écrit, j'ai pris plaisir à le lire aussi. UJU me débecte de plus en plus. Je ne sais pas trop quoi penser encore de l'intrigue. Et je me demande si le meurtre dans l'entourage du Roi n'est pas lié au comportement d'UJU. Bref, je me prends un bout de gâteau et j'entame le chapitre suivant...
Cocochoup
Posté le 23/03/2020
Coucou !
Je te laisse avec ton hypothèse et découvrir par la suite si elle est vraie ou pas 😉
Ravie que tu aimes cette histoire !
_HP_
Posté le 20/03/2020
Les chapitres comme celui-ci, d'UJU, sont vraiment bien écrits ^^ tu décris correctement la satisfaction qu'il ressent, j'aime beaucoup ^^
Comme a dit Soah, il y a un peu une satisfaction et une fascination malsaines, ce qui rend les chapitres, et UJU... spéciaux xD
D'ailleurs, je me demandais...UJU, c'est son prénom qu'on écrit en majuscules, ou c'est l'acronyme de quelque chose ? 🤔^^

"Dix magnifiques statuts blanche et rouge dédié" → statues / blanches et rouges (je crois ^^°) / dédiées
"Ces battements lourd et irréguliers que je devinais dehors, sont devenus plus puissant" → lourds / puissants
"Un flot d’image, de son, de sens, de pensées" → je pense que 'image' et 'son' se mettent au pluriel (d'autant plus que tu as mis 'pensées' au pluriel ^^)
"les chuchotements excitées" → excités
"Haletante, allongées et nues" → haletantes
"je prends soin les envelopper" → de les envelopper
"Chacun des grands prêtres a choisit un fouet" → choisi
"cinquante jeunes femmes endormit" → endormies
"ce chairs tendres offertes." → ces
"Les pensées terrorisées mélangé" → mélangées
"gît une masse de corps teinté" → teintés
Cocochoup
Posté le 21/03/2020
Coucou !
Je ne te spolerai rien en te disant que UJU est juste son nom, pas l'acronyme de quoique ce soit.
Alors toi aussi tu ressens cette petite culpabilité d'aimer ces chapitres ? XD
_HP_
Posté le 21/03/2020
D'accord, merci ^^
Hum...non non xD
Soah
Posté le 16/03/2020
Les chapitres avec UJU sont vraiment excellents je trouve. Il y a une poétique presque moribonde et délétère qui est étonnamment savoureuse.
Il existe quelques petits couacs mais dans l'ensemble ça ne gêne pas la lecture ! :)
Cocochoup
Posté le 16/03/2020
Coucou ! Ravie de te voir par ici :)
J'avoue qu'il peut avoir un certain charme, mais je m'y frotterai pas trop longtemps quand même XD
Renarde
Posté le 06/03/2020
Coucou CorinneChoup,

J'admire comme tu arrives à distiller de la sensualité dans une scène aussi atroce. Tu arrives vraiment bien à nous faire ressentir les perceptions et la vision de ce grand malade d'UJU, et c'est un sacré tour de force je trouve !

Bref, j'accroche vraiment bien à ton histoire.
Cocochoup
Posté le 06/03/2020
Merci moi pour ton passage ici et ravie que cela t'ai plu :)
Jupsy
Posté le 05/03/2020
Jamais deux sans trois…

En lisant ce chapitre, je me suis laissée porter par la mélodie de tes mots. J’ai noté une ou deux fausses notes au travers de phrases un peu longues, mais j’ai été happée par l’ensemble. Je trouve que UJU est un dieu réussi dans le sens où ses prêtres lui sont clairement dévoués, ce qui le rend tout effrayant. Ils y croient, ils sont à lui. UJU, je ne l’aime pas mais il est charismatique et fascinant par le pouvoir qu’il exerce.

Et tu réussis très bien à rendre ça, et ce n’est pas forcément donné à tout le monde. Et ça ne doit clairement pas être aisé à écrire parce que tu décris des choses assez terribles.

Je relève aussi un autre détail qui a son importance. Tu écris selon deux points de vue et tu réussis à les différencier. Pour le moment, il est impossible de confondre Ely et UJU, ils ont chacun leur personnalité et cela se ressent aussi dans ta narration.

D’ailleurs est-ce que c’est volontaire que la narration d’Ely soit plus classique que celle d’UJU ? Ou est-ce que ça s’est fait tout seul ? Non parce que c’est quand même à souligner le fait que l’orpheline bénéficie d’une narration plus classique tandis que le Dieu a droit à quelque chose de plus poétique. Je veux dire, certains auteurs ne se donnent pas cette peine là. J’ai déjà lu des livres où si on ne me mettait pas les noms des narrateurs, j’aurais pu les confondre.

Tout ça pour dire que ce premier jet continue sur une bonne lancée. Ne lâche rien ! Je crois en toi !
Cocochoup
Posté le 06/03/2020
Effectivement, je voulais vraiment que le lecteur puisse distinguer les 2 perso. Limite que ça puisse faire 2 histoires séparées.
Et pour UJU la narration en "je" était une évidence. Il est tellement imbu de sa personne, je crois qu'il serait vexé si je le racontais à la 3eme personne lol. J'ai voulu retranscrire le côté biblique avec lui, et montrer qu'il a un fonctionnement, un ressenti différent.
Et pour Ely, oui la narration est plus classique Parceque ça colle à son caractère aussi... Bien que j'espère pouvoir faire prendre de la force à ma plume au fur et à mesure de l'écriture pour l'accompagner dans son évolution.
PetraOstach - Charlie O'Pitt
Posté le 08/02/2020
Je ne sais pas qui me fait le plus peur : UJU ou les grands prêtres ?
Honnêtement, je n'ai rien à redire sur ton style, sur la narration, ou les événements. Jusqu'ici, je te suis à fond, je crois totalement en cette histoire.
Encore une fois, c'est vraiment un très bon choix d'utiliser la 1ère personne pour faire parler UJU. Ça me fait beaucoup penser à l'Ancien testament dans la Bible où Dieu parle souvent et je pense par exemple aux offrandes dont il dit que les parfums lui sont agréables etc ... Ta narration rend UJU très crédible du coup :D
Cocochoup
Posté le 08/02/2020
C'est vrai qu'on ne sait pas qui est le plus barge ! Chez les grands prêtres y'a du level, de vrais fanatiques XD
Je publierai bientôt la suite :)
UnePasseMiroir
Posté le 07/02/2020
Est-ce que je passe pour une grande folle si je te dis que j'aime UJU ? ^^ son rapport aux sens, au corps et aux émotions, est proprement fascinant à mes yeux. Tout ce que tu écrit sonne juste. J'ai lu ce chapitre avec la même délectation que ton personnage, et c'est assez bizarre à dire, mais j'ai eu l'impression qu'il me transmettait ce qu'il ressentait, et c'est quelque chose d'atrocement fort ; je me gorge de la poésie de tes phrases comme lui des sentiments de ses fidèles...

J'admire aussi le changement radical le style de chapitre en chapitre, Ely et UJU n'ayant définitivement pas du tout la même perception des choses ou la même mentalité...

Et maintenant je suis obligée d'attendre la suite comme tout le monde lol. En tout cas, bravo pour ce magnifique travail, et bon courage pour la suite ! Bisous !
Cocochoup
Posté le 08/02/2020
Ah ah non tu n'es pas folle d'aimer UJU ! Après tout qui peut résister au charme d'une divinité ? XD
peneplop
Posté le 05/02/2020
Coucou ! J'ai lu les deux chapitres et je comprends que l'écriture soit éprouvante. Uju dit/fait/vit des trucs atroces et pourtant ton écriture me file des frissons. Je trouve ça beau ! Autant j'ai trouvé deux trois trucs à redire sur le premier chapitre, autant ces deux là, tu assures. Je trouve qu'il y a beaucoup de lucidité dans ta manière d'écrire : tu connais tes personnages et tu parviens à retranscrire avec beaucoup de justesse leurs émotions, leurs aspirations, leur folies (hum, hum...). Pour moi, c'est vraiment un point fort que de pouvoir disséquer la psychologie des protagonistes. Je suis également très impressionnée par tes descriptions !
Du côté de l'intrigue, pour l'instant tu nous balades. Je sais qu'Ely entend des voix qui l'effraient et la laisse chancelante, Uju est barré mais adoré. Je viens juste de faire le lien entre les cicatrices d'Ely et les châtiments d'Uju à ses fidèles. Je ne sais pas encore où tu veux en venir, mais c'est réellement intriguant !
Cocochoup
Posté le 05/02/2020
Coucou ! Merci pour ton commentaire, je suis contente si tu trouves que ma plume se muscle :)
Pour l'avancée de l'histoire, est ce que c'est trop mou ? Ça mériterai d'avancer plus vite ?
Alice_Lath
Posté le 05/02/2020
Uju roi moi je dis haha, en tout cas, c'est dans ton histoire que j'ai lu pour la première fois le point de vue d'un dieu comme ça, et j'adore. Pourquoi? Parce que tu as réussi à le rendre "inhumain", exercice difficile mais que tu rends parfaitement bien. On sent sa différence, sa puissance, ses valeurs. Et surtout ce qui le différencie de ses fidèles. Bon, d'accord, il est pas mega pacifique ni porté sur les valeurs de paix et de fraternité mais je l'aime beaucoup cet UJU, c'est un personnage bien complexe et original comme je les aime.
Cocochoup
Posté le 05/02/2020
Ah c'est cool si j'ai pu retranscrire son côté différent. J'avoue qu'écrire ses chapitres est assez éprouvant. Ce mec est tellement tordu !!
Et passer d'ely toute mimi à UJU complètement dingue, je vais finir bipolaire à la fin de ce roman XD
Vous lisez