29 - Patienter

Par Seja

Un petit moment après que Charlie avait rejoint Lise, elles avaient eu une discussion. Sa tante lui avait parlé de ce qu’ils risquaient de lui faire si jamais elle revenait dans le système. Lise avait bossé quelques mois avec les enfants qu’on tentait de réintégrer, elle avait vu ce qu’on faisait à ceux qui résistaient.

Elle lui avait dit de ne pas leur tenir tête, de les convaincre qu’elle acceptait de se réintégrer. Charlie l’avait écoutée et elle avait senti son estomac se tordre. C’était horrible de s’imaginer qu’ils pouvaient aller aussi loin pour remettre tout le monde dans le rang.

Lise avait parlé d’un traitement, des injections faites aux enfants, qui affaiblissent l’esprit et le rendait plus ouvert aux idées à implanter. Apparemment, les adultes résistaient mieux, ils ne pratiquaient pas ça sur eux.

Charlie avait longtemps réfléchi à ça, en se demandait si Lise ne rendait pas le tableau encore plus sombre pour l’inciter à une plus grande prudence.

Mais maintenant, elle a la confirmation de ses dires. Elle a Tom face à elle.

Elle voit l’effort colossal qu’il doit fournir pour réfléchir par lui-même. Elle voit son esprit s’échapper à chaque moment d’inattention. Elle voit tout ça et elle ne sait pas si elle pourra le retrouver un jour, entier.

—  Où est Elisa ? demande-t-il en fronçant les sourcils.

C’est la première question qu’il pose depuis qu’ils lui ont fait ça. C’est aussi la première fois depuis un long moment que Charlie sent qu’il est autre chose qu’une coquille vide. Ca fait d’autant plus mal avec la réponse qu’elle va devoir lui donner.

—  Ils l’ont tuée.

Ses yeux restent plantés dans les siens, se dérobent. Il se détourne d’elle, fixe la pluie qui tombe à quelques pas d’eux. Charlie, elle, lance un regard de précaution. Il y a des surveillants pas bien loin, mais assez pour ne pas entendre leur conversation.

—  Pourquoi ?

Son ton est mal assuré, elle voit sa respiration s’accélérer, elle voit sa mâchoire crispée.

—  Pourquoi ? répète-t-il. Qu’est-ce qu’elle avait fait ?

—  Tu penses qu’elle a fait quelque chose ?

—  Elle a dû. Ils ne l’auraient pas… Ils n’auraient pas…

—  Regarde-moi.

Il ne le fait pas, son attention est toujours perdue du côté de la pluie, de la grisaille.

—  Tom ?

Il tressaille.

—  Tes parents, ils avaient fait quelque chose ?

—  Ils… Je sais pas.

—  Ils avaient rien fait qui méritait qu’on les tue. Pour Lise, c’était pareil. Tu comprends ?

Il n’a pas l’air très à l’aise avec cette idée et Charlie se dit qu’elle s’est trompée à son sujet. Elle se dit qu’on ne peut plus le sortir de là, faire partir ces idées qu’on lui a mises dans la tête. Elle se dit aussi qu’elle risque inutilement, qu’il pourrait aller rapporter cette conversation à la directrice, qu’elle pourrait avoir des soucis.

Elle se dit tout ça et elle réalise qu’elle est très fatiguée. De faire semblant, de se méfier de tout le monde, d’être sur le qui-vive. Elle est fatiguée de ne pas avoir de vraie vie. Quand elle était avec Lise et Mathilde, c’était aussi difficile, il fallait bouger constamment pour ne pas se faire prendre par les patrouilles. Mais au moins, là-bas, elle pouvait réfléchir librement. Ici, même ce droit, il lui a été retiré.

—  Je comprends, dit-il soudain et Charlie sent une vague d’espoir l’envahir.

Aujourd’hui, Tom a l’air moins lointain. Aujourd’hui, elle se dit qu’elle pourrait le faire revenir.

Très bien, mais après ?

Autour du centre, il y a un grillage, il y a des patrouilles. Aucun moyen de sortir, rien. Et même s’ils y arrivaient, qu’est-ce qu’ils feraient ? Où ils iraient ? Charlie ne sait pas si Mathilde est encore en vie. Et si elle l’est, elle ne sait pas où la chercher.

Elle inspire profondément.

Ils ne resteront pas éternellement ici. Quand on considérera qu’ils sont prêts à être de bons citoyens, on les réintégrera à la vie civile. Alors, elle attendra. Elle attendra son heure.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Dédé
Posté le 26/04/2020
J'avais oublié les injections que l'on faisait aux pauvres enfants… Comment on peut justifier ça si ce sont eux les gentils ? "On manipule ton esprit mais c'est pour ton bien, voyons".

En tout cas, l'injection a l'air de faire effet provisoirement car Thomas semble avoir des moments de lucidité, si on peut dire.

Charlie est si brave, elle a encore un peu d'espoir malgré tout ça. Et je sens qu'elle n'a pas fini d'en baver. A moins que la patience finisse par payer…

Pauvres personnages, pour changer… ;)

A bientôt pour la suite ! :D
Vous lisez