27 - Agir

Par Seja

Naila éteint le communicateur, fixe le vide. Les dernières heures ont été terribles. Plusieurs personnes ont succombé à leurs blessures. Le bilan du sauvetage est assez mauvais. Elle soupire. Mais ça, ils le savaient avant de se lancer, de toute façon.

Ce qui l’inquiète le plus, c’est le silence du côté d’Anna. En général, elle prend contact au moins une fois par jour.

Elle se lève, s’approche d’une des prisonnières qu’ils ont libérée.

—  Je peux te parler ? demande-t-elle.

L’autre acquiesce. Naila voit ses traits tirés, son visage qui garde la trace de la torture. Et elle voit l’impatience qui bouillonne toujours en elle.

—  Je suis désolée, je n’ai pas ton nom.

—  Mathilde, répond l’autre, les dents serrées.

Naila voit bien qu’elle essaie de se contenir pour ne pas dire la chose de trop. Elle voit bien qu’elle souffre de cette inaction.

—  Tu étais à la tête de ton groupe ?

—  Et je les ai menés à leur mort.

Naila aimerait bien répondre que ce n’est pas sa faute, mais elle ne se sent pas le courage pour des banalités.

—  J’ai besoin de ton aide, dit-elle à la place.

Parce que dans le cas où Anna viendrait à disparaitre, ils avaient établi que ça serait elle qui prendrait la relève. Mais elle a besoin de conseil, d’une personne qui a vu toutes les horreurs des arrestations.

—  Pour ?

—  Je pense qu’on a été découverts. La personne qui dirige toute l’opération ne donne plus signe de vie. On va devoir s’organiser autrement.

—  Autrement ?

Une lueur d’intérêt passe dans le regard de Mathilde. Et autre chose aussi. Comme un besoin de faire quelque chose.

—  Il va falloir agir, ne pas attendre qu’ils éliminent les derniers d’entre nous.

Elle balade son regard sur les résistants, bien trop peu nombreux.

—  Il nous reste quelques informateurs, dit-elle. Alex est en contact avec pas mal de groupes…

—  T’es en train d’organiser une révolte ?

Naila plante son regard dans le sien. Elle ne sait pas ce qu’elle est en train de faire.

—  Quand ?

—  Il va falloir s’organiser. Je ne sais pas le temps que ça peut prendre.

Mathilde fait une pause, une longue pause.

—  Il y aura des morts, dit-elle enfin.

—  Je sais.

—  Bien.

—  Tu…

Naila hésite, elle ne sait pas ce qu’elle peut demander à Mathilde sans dépasser les bornes.

—  Tu as perdu quelqu’un de proche ?

—  J’ai perdu quasiment tout mon groupe.

Ce n’était pas la réponse qu’elle attendait, mais elle va s’en contenter. Naila et les siens sont toujours restés en ville. Ils sont passés de planque en planque. Ceux qui ont quitté les villes ont vécu autre chose. Elle sait que c’était compliqué pour eux, qu’ils étaient constamment traqués.

—  La personne en charge de la résistance, demande Mathilde, est-ce qu’elle connait l’emplacement de ce refuge ? Elle peut nous compromettre ?

Elle peut. Elle sait beaucoup de choses, Anna. Avant qu’elle n’entre en scène, ils n’étaient pas aussi organisés, ils manquaient d’informations, ils se faisaient arrêter, exécuter. Et maintenant qu’elle a disparu, Naila commence à craindre de retomber dans le même schéma.

Mathilde semble comprendre son silence. Elle hoche la tête.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Dédé
Posté le 22/04/2020
Cette force, c'est quand même incroyable. Toutes ces pertes, ces exécutions, ces destructions et il y a quand même la volonté de continuer.

Le fait qu'on n'ait pas de nouvelles d'Anna, c'est fourbe. Son sort est en suspens. Je sais qu'au fond, elle a simulé sa mort pour aller élever des petits chatons dans une prairie tranquille.

Un bon petit chapitron basé sur un duo solide Naila/Mathilde.

A la prochaine pour la suite ! :D
Vous lisez