26 - Renier

Par Seja

Anna se dégage de la poigne de Maxime. Elle réfléchit, elle réfléchit vite.

Quelque part, elle savait que ce moment arriverait. Le moment où il découvrirait qu’elle n’est pas dans le même camp que lui. Le moment où il comprendrait.

Mais le voir là, en face d’elle, ça la percute. Parce qu’elle l’a aimé, si fort. Elle l’a aimé, mais elle ne sait pas si le sentiment est toujours là.

—  Dis quelque chose !

—  J’ai plus rien à te dire, répond-elle.

La douleur qu’elle voit au fond de ses yeux la fait douter tout d’un coup. De tout : de sa place, du camp qu’elle a choisi, de ses décisions. Ca ne dure qu’une fraction de seconde, mais c’est une fraction de seconde de trop.

—  Comment tu as pu ? murmure-t-il. Comment, Anna ?

Et là, ça la frappe. Il la dénoncera. Elle est foutue.

—  Comment j’ai pu ? gronde-t-elle en sentant la colère enfler. Tu me demandes vraiment ça ? Ouvre les yeux sur ce monde, merde !

—  Tu devrais peut-être essayer toi aussi, tu aides des terroristes !

—  Des terroristes ? Ou juste ceux qui sont pas d’accord avec vous ? Vous en avez exécuté combien ces derniers temps ? Une centaine ? Un millier ?

Toute sa colère est en train de remonter. Et tout se dirige contre Maxime. Absolument tout. Elle ne supporte plus ses oeillères. Elle ne le supporte plus.

Le regard qu’il pose sur elle lui fait soudain peur. Il a un flingue sur lui, il pourrait la tuer. Après tout, elle a en face d’elle un soldat dont le boulot est de torturer les résistants.

Elle se recule.

Elle se recule, vacille. Elle se sent mal comme jamais et elle ne peut se permettre aucune faiblesse face à lui.

—  T’as au moins pensé au bébé ? demande-t-il. Tu veux le condamner avant même sa naissance ?

—  Si j’y ai pensé ?

Elle a très envie de lui envoyer son poing dans les dents. Mais elle se retient, elle se maitrise.

—  J’ai aucune envie qu’il naisse et grandisse dans ce monde, Maxime. Aucune !

Et soudain, elle fait un pas vers lui, elle lui prend le visage entre les mains, l’oblige à la regarder dans les yeux.

—  Ce monde est mauvais, Maxime. Tu le sais au fond de toi. Tu sais que ce que vous faites n’est pas juste.

Il ne répond rien pendant un moment et elle a l’impression qu’il réfléchit à ses paroles. Elle en a l’espoir, en tout cas.

—  Non.

Il lui saisit les poignets, l’écarte de lui.

—  Tu as trahi ton pays, Anna. Tu as trahi tout ce qu’on avait, tout ce qu’on aurait pu avoir. T’as choisi de détruire notre famille.

Elle lui glisse un rapide regard. Elle ne pourra pas le faire changer d’avis, elle s’en rend compte maintenant. Alors, elle profite d’une seconde d’inattention pour se saisir de son flingue. Elle en fait sauter la sécurité et le pointe sur lui.

—  Vraiment ?

Son ton est froid, glacial.

—  Me trahir, c’était pas suffisant, Anna ? Tu vas me tuer ?

—  Je vais disparaitre, dit-elle. Et tu me chercheras pas.

—  Je pense pas.

D’un geste rapide et précis, il écarte le pistolet, lui fait lâcher prise. Puis, il la repousse avec sans doute trop de force.

Elle sent qu’elle perd l’équilibre, vacille, tente de se retenir à quelque chose. Mais ses jambes refusent de la soutenir.

Il y a aussi cette douleur qui obscurcit absolument tout, celle qu’elle tente d’ignorer depuis plusieurs jours déjà.

Elle se tord en deux, lève un regard vers Maxime. Elle a peur. Peur d’être à sa merci.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
arno_01
Posté le 20/05/2020
J'aime définitivement bien ton écriture. L'enchainement des chapitres passes très bien. Courts, comme tes phrases, mais qui vont à l'essentiel.
Chapitres courts, mais dans lequel tu parvient à dessner l'humanité de tes personnages, sans manichéismes. On perçoit de suite les points d'attention des protagonistes, leurs modes de pensées, qui d'un chapitre à l'autre se déroule, se déplie doucement.
Les changements de narrateurs au sein d'une même scène son très bien fait, et rajoute de la profondeur dans ton récits.

On s'y attache vraiment.
Je m'en vais de ce pas pour lire la suite avidement.
Merci de ce beau récit
Dédé
Posté le 20/04/2020
Ce chapitre me fait douter. Je ne sais pas si on fait bien d'avoir peur de Maxime. Mais j'ai peur que cette situation soit fatale pour Anna et le bébé. Mon dieu, si tu les tues… :( Mon cœur saignera et il y en aura partout sur NFPA, je préviens ! :P

Sinon, bonne surprise de retrouver le point de vue d'Anna ici. En cliquant, je m'attendais à changer de personnages. Et je suis à la fois content d'en avoir eu davantage à lire mais aussi frustré car la peur et l'inquiétude restent là, avec ce suspense flottant dans l'air.

J'essaierai d'être là fidèlement pour la suite aussi souvent que ton rythme de publication le permettra. Bon courage pour la suite de l'écriture !
Sorryf
Posté le 20/04/2020
Ooooh mais je savais pas que Octobre Rouge revenait !! trop contente !
Lise et Charlie, je me mélange un peu zut, il va falloir que je revienne un peu en arrière (j'avais tellement hate de réatttaquer que je l'ai pas fait xD j'y vais des ce com posté)
En revanche, Maxime et Anna ils m'ont bien marquée è.é J'ai bien aimé leurs PoV qui se suivent, on voit tout les points de vue, et les deux ont leurs raisons... n'empêche que j'ai vraiment zéro compassion pour le vilain Maxime. Il me fait beaucoup trop flipper pour ça. Et puis c'est aussi un peu bien fait pour lui :p Enfin c'est dommage que ces deux là n'aient pas communiqué, et décidé ensemble de se retourner contre le système... mais Maxime a tellement pas l'air ouvert à la remise en cause.... et dangereux...

La fin ce ce chapitre me met en stress. J'espère que Anna va s'en tirer, et le bébé aussi... et qu'ils arriveront à fuir loin de Maxime. Ou bien que Maxime va se calmer un coup et se rendre compte que sa femme et son futur bébé sont plus importants... mais j'avoue que même si ça ne se finit pas dans le sang, j'ai peu d'espoir pour leur couple ! Anna a dit qu'elle le supportait plus, et en plus quand il y a de la peur en jeu, c'est foutu. Sauve-toi Anna !
J'ai adoré quand il lui dit un bien culpabilisant "t'as pensé au bébé ?", et la réaction de Anna a ca !
Vous lisez