25 - Douter

Par Seja

La nuit est tombée dehors. Maxime se tient debout face à la fenêtre, dans l’obscurité. Il attend.

Il attend qu’Anna rentre. Il attend de croiser son regard. Il attend d’y voir le mensonge.

Parce qu’il a cherché, tellement cherché, des explications. Il a cherché, mais il a trouvé autre chose. Il a revu tous ces moments où elle l’a écouté, où elle l’a dirigé vers des infos sensibles. Et lui, pauvre crétin, il n’y a pas fait gaffe. Parce qu’il la voyait toujours comme une soldate, parce qu’il la pensait toujours dans son camp.

Il a revu tous ces moments où elle est rentrée tard, toujours avec une bonne excuse. Et il lui a fait confiance. Parce qu’il n’avait aucune raison de ne pas le faire. Il lui a fait confiance parce que c’est sa femme, parce qu’elle attend leur enfant. Il lui a fait confiance et elle en a profité.

Une clef tourne dans la serrure, la porte s’ouvre. Il se détourne de la fenêtre, reporte son regard vers la silhouette sombre qui se découpe dans l’embrasure. Elle allume la lumière et sursaute en le remarquant.

—  Qu’est-ce que tu fais dans le noir ? demande-t-elle en se débarrassant de son imperméable et en repoussant ses cheveux humides de pluie.

Elle s’approche de lui et il ne voit rien du mensonge dans son regard. Il n’y voit que sa femme. Alors, il doute. Il doute et il s’en veut. C’est beaucoup trop facile de se laisser aller à la paranoïa.

—  J’ai besoin de te parler, dit-il avant de se laisser aller définitivement aux doutes.

Il la voit hausser les sourcils, acquiescer. Puis, elle s’assoit sur le canapé, grimace. Ce simple mouvement le fait de nouveau douter. Elle attend un gamin, elle ne le mettrait pas en danger. Elle ne ferait pas ça.

Il s’assoit à côté d’elle, se demande comment commencer.

—  On a eu une évasion dans une prison cette nuit, dit-il enfin. Je suis l’un des suspects.

Il la fixe droit dans les yeux, il attend de voir sa réaction. Il attend le moindre signe de sa traitrise. Il le redoute.

 —  Toi ? Pourquoi ?

C’est de la surprise, là, sur son visage. Une surprise qui semble sincère. Peut-être un peu trop sincère.

—  Le réseau des vidéos de surveillance, on y a accédé avec mes identifiants.

—  Et ? Ca prouve quelque chose ?

Il bloque sur cette réponse. Normalement, elle aurait dû lui demander s’il l’avait fait. S’il avait eu une raison valable de le faire. Mais elle l’accepte comme un fait. Comme si elle savait que ça avait bien été accédé. Comme si elle y avait accédé.

—  C’était toi, Anna ?

La surprise passe sur son visage. La surprise, l’incompréhension.

—  Bien sûr que non. Pourquoi j’aurais fait ça ?

—  A toi de me le dire.

Et elle ne dit rien. Elle détourne les yeux, elle semble réfléchir à toute vitesse.

—  Où tu étais ? demande-t-il.

—  Chez ma mère.

Cette réponse, il a l’impression qu’elle est sortie trop rapidement, comme un mécanisme de défense. Il a aussi l’impression qu’elle a détourné le regard en disant ça, comme elle le ferait si elle mentait.

Il n’a pas envie d’y croire, mais il ne peut pas fermer les yeux sur ça.

—  Est-ce que tu communiques des informations aux terroristes, Anna ?

—  Tu m’interroges, Maxime ?

Elle se lève, le toise. Il y a une telle dureté dans son regard.

—  Réponds à ma question.

—  Comment tu peux penser ça ?

—  Je note juste les faits. Et là, je vois que t’évites de répondre.

Il se lève à son tour, s’approche d’elle, la prend par les épaules. Il n’a pas envie de comprendre, pas envie de réaliser. Parce que son regard, là, il a changé. La surprise a été chassée par le défi.

La trahison fait tellement mal.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Dédé
Posté le 20/04/2020
Anna/Maxime !!! <3 Smiley cœur mais ce chapitron a été déchirant à lire… J'attendais la confrontation et waouh… Tout le cheminement de pensée de Maxime, c'est super bien fait, je trouve. Très réaliste. Il s'accroche au moindre espoir, sans pour autant nier l'évidence.

Comme toujours, on sent le malheur et la douleur. Si la trahison fait mal, la lecture aussi. Je vois pas comment ils pourraient finir par vivre en famille heureuse mais mon petit cœur aimerait bien. Hélas, le petit cœur n'a pas tout le temps ce qu'il veut. Au "mieux" (quoi que…), il va défendre Anna et à tous les coups, c'est lui qui va se faire prendre et se sacrifier pour elle. Au pire, il la dénonce sans rechigner. Je ne sais pas quelle option serait pire. Un vrai déchirement à la lecture dans les deux cas… Snif…

J'ai vu entretemps qu'un nouveau chapitron est en ligne ! héhé ! :D

A très vite !
Jupsy
Posté le 19/04/2020
Coucou,

Je note que le doute l'a emporté, qu'il s'est immiscé dans le crâne de Maxime et qu'il ne sait pas sur quel pied danser. Il analyse tout, chaque mouvement esquissé par Anna, il se raccroche à certains pour ne pas croire qu'elle ait pu le trahir... Mais le doute est là, s'obstine. La moindre phrase est analysée, et c'est horrible parce qu'elle aurait pu être innocente, elle aurait pu ne pas répondre comme il l'attendait...

C'est humain de se tromper, mais dans ce régime, cette humanité peut coûter la vie.

Mais là, on sait que Anna est coupable, qu'il a raison de se méfier, qu'il interprète peut-être bien certains de ses mouvements ou paroles... Et c'est terrible parce que le fossé apparaît et la question est de savoir s'il peut être comblé... qu'il peut être possible de se réconcilier quand l'autre est ennemi que l'on combat parce qu'on est persuadé d'être du bon côté.

Est-ce qu'il peut avoir envie de la sauver ? Ou au contraire, va-t-il la rejeter ? Et cet enfant qui vient troubler les cartes aussi. Il va en payer le prix de cette trahison... et peut-être bien qu'il ne naîtra jamais. Ce serait peut-être mieux pour lui d'une certaine façon.

Bref, c'est le bordel chez les Anna/Maxime. Et le point de vue de Anna est attendu !
Vous lisez