21 - Echapper

Par Seja

Alexis sent les cahots de la route. Il serre les dents, crispe la main sur sa jambe. La douleur commence à frapper. Fort. De plus en plus fort. Il sent le sang poisseux entre ses doigts, il sent son coeur tambouriner.

Le camion fonce dans la nuit. Il fonce et il emmène avec lui tous les prisonniers. Tous les survivants.

Il a vu des résistants tomber. Beaucoup trop. Des soldats aussi. Et ce n’était pas normal. Rien de tout ça. Ce n’est pas normal que des gens tuent d’autres gens. Pas normal qu’ils les exécutent. Pas normal qu’ils les torturent. Pas normal du tout.

Il inspire, tente de faire abstraction de la douleur.

Pendant tout le temps qu’il a passé dans son bunker, il a évité de regarder la réalité en face. Il n’a pas voulu. Il communiquait avec tous ces gens en fuite, ça oui. Mais ça restait vague, lointain. Ca ne l’est plus.

Il balade son regard sur les gens autour. Ils n’osent pas vraiment parler, ils échangent des paroles à voix basse et se taisent aussitôt. Il voit de la peur dans leur yeux, de la douleur dans leurs corps.

Et pour beaucoup, il ne voit rien.

Son attention est attirée par une femme, recroquevillée sur elle-même. Elle ne regarde personne, comme si elle n’était plus vraiment là.

Alexis ne sait pas ce qu’ils ont subi pendant le temps qu’ils ont passé ici, dans cette prison. Il ne sait pas à quelle violences ils ont dû faire face, à quelles tortures. Mais il sait qu’il y en a eu. Il sait qu’on a tenté de les briser, de leur arracher des informations qu’ils n’avaient probablement pas.

Et il sait que beaucoup ne s’en remettront pas.

Le camion freine et les regards se font encore plus inquiets.

Puis, les résistants ouvrent la porte de derrière, font signe à tout le monde de descendre. Alexis se traine, essaie de prendre appui sur cette jambe qui ne veut pas obéir. Un des résistants l’aide à descendre, puis le soutient.

Ils sont dans une forêt, sombre, humide. Alexis n’a aucune idée de ce qu’ils ont prévu pour ensuite. Anna ne lui a pas confié leurs plans.

Certains résistants remontent dans les camions, repartent. Peut-être qu’ils vont s’en débarrasser ailleurs, pour ne pas attirer l’attention.

—  Par là,  commande une des résistantes et le groupe lui emboite le pas.

Il y a des blessés, mais moins que ce qu’on aurait pu attendre. Il y a peu de blessés parce qu’il y a eu beaucoup de morts.

Alexis se retient au résistant, essaie de ne pas devenir un trop grand poids.

La nuit avance et eux aussi. Dans l’obscurité, entre les gouttes froides qui tombent du ciel. Et enfin, ils s’arrêtent, à bout de forces. Ils s’arrêtent, mais pas longtemps. Une porte s’ouvre dans la roche devant eux. Un murmure d’espoir parcourt les rangs des survivants.

Les résistants les aident à entrer, Alexis voit leurs regards inquiets, leurs visages tendus. Puis, ils referment, allument quelques lumières.

Ca ressemble à un bunker, se dit Alexis en se laissant glisser par terre et en serrant la mâchoire. Est-ce que ça veut dire qu’ils vont être saufs ici un petit moment ? Peut-être.

Mais il y a quand même cette petite pensée qui se fraie un chemin dans sa tête. Et si les soldats connaissent son emplacement ? S’ils décident de les chasser jusqu’ici ? Peut-être pour les exécuter tous.

Il fait taire cette pensée. Il n’a pas besoin de ça maintenant.

Et surtout, il commence à avoir du mal à se concentrer sur quoi que ce soit. Son attention chavire, sa vision se trouble. Il voudrait bien faire quelque chose, se raccrocher à n’importe quoi. Mais il ne voit plus ni le bunker ni les résistants. Rien.

Mais alors, il sent quelqu’un à côté. Quelqu’un qui l’a retenu.

Il essaie d’ouvrir les yeux, de fixer son attention sur la présence. Il y arrive presque. Les contours commencent à se dessiner petit à petit. Et il les connait, ces contours.

—  Mathilde ? murmure-t-il.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Jupsy
Posté le 18/04/2020
Mince, il est encore vivant...

Il devait être journaliste sportif dans son ancienne vie. Ou alors il rédigeait les faits divers coincé dans son bureau. S'il avait été reporter, il aurait sans doute été plus actif au lieu de rester planqué dans son coin. Comment ça, je suis méchante ? Non... il avait qu'à pas faire de remarques déplacées à Anna.

En plus je suis méchante, il a donné de sa personne et a pu voir de ses propres yeux dans quel état les prisonniers finissaient. Il va peut-être pouvoir en rédiger un livre s'il s'en sort. Non je suis désolée, je ne peux pas m'empêcher d'être ironique avec ce personnage. XD

Puis il retrouve Mathilde. Heureusement qu'elle est là pour retenir. Au moins, elle est vivante... ELLE.

(Enfin à la fin, ils vont tous mourir... ce n'est qu'une lente agonie cette histoire... T_T)
Dédé
Posté le 30/09/2019
Pauvre Alexis… On ressent bien sa douleur tant physique que psychologique tout au long du chapitre. J'ai un peu hâte d'avoir d'autres points de vue dans le bunker. Surtout pour voir qui a survécu, je te le cache pas.

Savoir qu'Alexis retrouve Mathilde, je me demande ce que ça va donner. Alexis a l'air en piteux état, je sais pas à quoi vont ressembler ces retrouvailles…

A bientôt pour la suite !

(PS : je suis toujours à fond dans ton histoire, ça se lit comme du petit pain avec des émotions en rafale propulsées sur la figure du lecteur. J'ai mal, j'ai mal mais je continue.)
Seja Administratrice
Posté le 18/04/2020
Il a un peu douillé, le pov chou, là <3
Bon bah tu sais au moins que Mathilde a survécu, DE RIEN.
Et c'est cool que t'aies continué malgré le bobo :p
cirano
Posté le 21/09/2019
Me revoilà, j'ai juste un petit commentaire, je trouve que le discours du narrateur dans se chapitre fait un peu bizarre, il parle de personnes dont les corps ont été malmenés, de torture quoi, et ça fait un peu bizarre car dans les chapitres précédents tout ce qu'on a vu comme interaction entre soldats et prisonniers sont des exécutions et des interrogatoires pas vraiment musclés. Je ne suis même plus sûr si tu parles de torture dans les chapitres précédents, mais même si tu l'as fait ça ne m'a pas marqué. Mais sinon j'aime toujours autant ton histoire, allé je continue ^_^
Seja Administratrice
Posté le 18/04/2020
Fiuuu que je suis en retard dans mes réponses xDD
Alors, me semble que j'ai causé torture dans quelques chapitres précédents. Et bon, j'ai pas suivi tous les persos enfermés dans cette prison x) Mais bref, ils ont pas passé leur temps à jouer aux cartes; quoi x) Merci de ta lecture !
Liné
Posté le 09/09/2019
Ça souffre, ça meurt, et ya des femmes qui participent en secret à la résistance ! (Go, Anna !).
N'empêche, à lire le mot "régime" en plus de comprendre que ça zigouille à tout va, arbitrairement, au final je me dis que non, ce régime-là est un poil assassin et les résistants font bien d'être résistants...
Je plussoie le commentaire d'une plume (sépuki -_-) sur un chapitre précédent : il me faut parfois quelques secondes ou quelques paragraphes pour resituer certains personnages et leur prénom. Mais c'est aussi dû à ma lecture hachée via téléphone (sur papier, je suis pas sûre d'avoir le même "souci" !).
Allez, joie et bonheur et même bisou enflammé <3
Seja Administratrice
Posté le 11/09/2019
Et ça souffre et ça meurt et ça re-souffre :P
Allez, rejoins la résistance. Vendue, va.
C'était Sorryf au chapitre précédent, ça :P Et je plaide totalement coupable xD C'est pas un format forcément évident, j'aime un peu trop l'épuré pour les gens normaux xDD
Merci de ta lecture <3
Vous lisez