20 - Surveiller

Par Seja

La nuit est silencieuse. Silencieuse et calme.

Anna fixe l’écran. Des soldats, des prisonniers. Il diffuse la surveillance de la prison où elle a envoyé les résistants.

Pour l’instant, tout est calme. Calme… Aussi calme que peuvent l’être des exécutions. Elle regarde les soldats emmener les prisonniers, elle les regarde les aligner face au mur. Elle regarde tout ça sans détourner les yeux.

Elle jette un bref coup d’oeil vers la chambre. Maxime dort. Et c’est tant mieux. Il ne sait pas qu’elle utilise ses accès pour accéder aux données de l’armée. Il n’a pas besoin de le savoir.

Elle sent son coeur tambouriner. Des cadavres viennent de s’écrouler, criblés de balles. C’était des gens, des gens qui n’avaient probablement rien fait.

Elle est contente d’avoir eu l’excuse de la grossesse pour quitter l’armée. Elle a été lâche, elle le sait. Mais elle est soulagée de ne plus faire partie de ces gens. Elle se rassure en se disant qu’avec cette résistance, elle n’est pas complètement inutile.

Anna regarde les soldats trainer les corps. L’image n’est pas de très bonne qualité, mais ça soulève quand même le coeur.

Elle a vu beaucoup trop d’exécutions sur cet écran. Dans le silence de la nuit. Elle a vu beaucoup trop de vies prises. Elle ne sait pas si ça va s’arrêter un jour. Elle ne sait pas s’ils peuvent faire quelque chose face à un régime militaire armé jusqu’aux dents.

Mais le plus dangereux, ce n’est même pas les armes. Non, le pire, c’est les gens et les idées auxquelles ils croient dur comme fer. Dans ces soldats qui font aligner les prisonniers et qui les exécutent, elle sait qu’il y a une bonne partie qui pense faire ce qu’il faut.

Elle sait que Maxime pense ça.

Et ça fait mal.

Elle relève un regard vers la porte de la chambre. Elle a l’impression d’avoir entendu du bruit. Mais non, rien. Juste son imagination.

Il ne va pas se réveiller avant un bon moment. Elle lui a glissé un somnifère, comme à chaque fois qu’elle doit accéder aux données sensibles. Il dormira pendant encore quelques heures.

Elle n’a plus mauvaise conscience de faire ça. Au début, elle a hésité. Puis, elle a compris une chose très simple. Elle le protège. Tant qu’il ne sait pas ce qu’elle fait, il n’aura pas à mentir, à chercher des excuses pour ses supérieurs. Il n’aura pas à la dénoncer.

L’image sur l’écran s’anime soudain.

Elle voit les premiers soldats tomber. Les résistants ont fini par arriver.

Elle prend une inspiration. Une profonde inspiration. C’est une mission risquée. Très risquée. Même s’ils ont choisi un moment où la prison est moins blindée de soldats que d’habitude. Beaucoup ont été rappelés en ville pour sécuriser les festivités de l’anniversaire du régime. Ceux qui sont restés n’ont eu qu’un ordre : purger la prison de ses occupants. Ce soir, ils allaient exécuter tout le monde.

Elle regarde les hommes, les femmes. Elle regarde les corps, tous ceux qui ne se relèveront plus. Les soldats, les résistants, les prisonniers.

Elle ne sait pas qui a l’avantage, la caméra est floue à cause de la pluie.

Puis, elle voit les résistants faire démarrer les camions, elle les voit faire monter les prisonniers dedans, démarrer, quitter l’enceinte de la prison.

Elle n’a pas réussi à compter ceux qui partent. Mais elle a l’impression qu’ils sont bien moins qu’à l’arrivée. Les prisonniers non plus ne sont pas très nombreux.

Elle ne sait pas trop si cette mission était nécessaire, utile. En terme de nombres, non, sans doute pas. Mais tous étaient des volontaires. Tous savaient qu’ils risquaient de ne pas en revenir.

Au moins, ils ont sauvé quelques vies. Pas beaucoup. Mais quelques unes quand même. Ils ont arraché ces prisonniers à leur mort.

Les camions disparaissent dans la nuit.

Elle quitte l’espace sécurisé, éteint la machine. Puis, elle se lève, pousse la porte de la chambre. 

Une bonne chose de faite.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Jupsy
Posté le 18/04/2020
Endormir son mari pour le protéger, c'est si beau. Mais est-ce qu'il serait capable de la protéger s'il apprenait la vérité sur son compte ? Parce que de toutes façons, la question va se poser un jour ou l'autre. Dois-je dire que j'ai hâte d'y assister ? Non parce que ça va être terrible...

Après la mention du régime militaire, ça veut tout dire. C'est rarement bon, et cela me rappelle quelques cours d'Histoire, mais aussi notre cher De Gaulle, qui était parti chouiner dans son coin... Enfin là n'est pas la question.

Anna s'estime lâche d'avoir profité de sa grossesse pour s'échapper de l'armée, mais elle risque tout de même sa vie pour aider la résistance. Je note quand même que les résistants sont assez durs envers eux-même. Ils font ce qu'ils peuvent, mais ça ne suffit pas toujours. Y en a d'autres qu'ont l'air de moins se poser de questions... (N'est-ce pas JOANNA ?)

Et puis honnêtement liquider tous les prisonniers... Quelle horreur.

Et sinon ça va t'arrive à écrire cette histoire ? Parce que ça doit être dur quand même.
Dédé
Posté le 30/09/2019
Finalement, je reviens. Je ne pouvais pas rester bien loin d'Octobre rouge. Surtout qu'on est bientôt en octobre. Ca parait rien comme ça mais c'est un rappel que je n'avais pas lu tous les chapitres disponibles d'OR.

Alors j'ai beaucoup aimé comment tu rebondis après le chapitre précédent. Voir ces images, floues, pluvieuses, derrière un écran, à travers les yeux d'Anna. L'espoir est re-là, peut-être pas pour longtemps. Mais je suis ravi que les résistants aient débarqué ! Même si la mission semblait petite aux vues des vies sauvées. Mais c'est déjà ça de ! Il vaut mieux faire quelque chose que ne rien faire.

Et Maxime/Anna dans des camps opposés, c'est… mais c'est tellement bien joué ! Je pense que ça va dégénérer un jour, que ça va avoir des retombées sur leur couple, leurs idées et j'ai hâte de voir ça, je t'avoue. S'il faut, on verra pas. Mais j'aimerai beaucoup. Ce serait une occasion en or de montrer des dilemmes, des personnages qui peuvent aller à l'encontre de leur idéologie pour le bien de leur couple, leur famille.

Bref, je suis de retour !

A bientôt pour la suite !
Seja Administratrice
Posté le 18/04/2020
L'espoir, l'espoir... ça revient toujours, cette petite chose.
Haha, on verra pour Maxime et Anna. Je sais pas si ça finira par des papillons et des arcs-en-ciel :p
Sorryf
Posté le 09/09/2019
Elisa en a réchappé alors? Enfin j'espere, mais a priori il y a une petite chance!
Je m'embrouille un peu avec les noms, je suis souvent obligee de retourner voir les chapitres precedents pour me rappeler qui est qui... Je pense que c'est du à ce format atypique, et a la manière épurée dont tu les abordes : je trouve que dans ce texte, les paroles, les idees et les actes importent plus que les persos, je sais pas comment dire... Comme s'ils n'etaient la que pour porter des philosophies qui se confrontent... Arf j'espere que tu vas pas mal le prendre, ce n'est en aucun cas une critique, juste une reflexion. Je trouve ca original et intelligent!
Et c'est tjs aussi sombre, prenant et bien ecrit!
Seja Administratrice
Posté le 11/09/2019
Chais pas, réponse dans la suite :P
Arf, oui, t'es pas la première à me dire ça pour les noms x) Et wep, ça vient sûrement du fait qu'on passe rapidement sur chacun. Bon et le fait que je les décris pas :P
Je prends jamais rien mal, allons xDD Non, en vrai, je prends évidemment toute critique qui peut me permettre de m'améliorer x) Donc t'excuse surtout pas <3
Merci d'être toujours là !
cirano
Posté le 08/09/2019
Oui je suis toujours là :D !!
Et pour le coup je ne m'attendais pas du tout à vivre la libération du camp de cette manière, à travers les yeux d'Anna dans sa chambre.
Le chapitre d'avant était bien aussi, je ne comprend juste pas trop pourquoi à un moment tu parles d'incompréhension pendant l'exécution :/ mais sinon j'ai beaucoup aimé. Juste, je trouve que l'exécution sous la pluie est un peu cliché xD
J'ai hâte de voir comment ça va évoluer à partir d'ici :D
Seja Administratrice
Posté le 11/09/2019
Hey !
Hmmm je sais plus pour l'incompréhension xD Je regarderai ça à tête reposée x)
Ahaha, en même temps, on est en octobre dans l'histoire. Ca pleut beaucoup en octobre :P
Vous lisez