20 Août 13h15

Par Hylm
Notes de l’auteur : Flash info, il est 13 heures. Bonsoir, des nouvelles sur l'affaire Gertrude Fernand, nous avons officiellement retrouvé 50% du corps, les membres de la police scientifique sont actuellement en train de, je cite, 'faire un méga puzzle sa mère' afin de reconstituer le cadavre. Plus de nouvelles à venir dans la journée.

20 Août 13h15

Il est grand temps de présenter le dernier duo de cette histoire. Maya et Eve se connaissent depuis l’enfance. Encore heureux : elles sont sœurs. Peut-être pas de sang, mais il n’y a plus personne en vie pour le savoir. Elles sont ensembles d’aussi loin qu’elles se souviennent, lycée, collège et école primaire. Elles ont toujours été travailleuses et appliquées dans leurs tâches quotidiennes. Toujours à aider leurs parents quand ils en avaient besoin, toujours là quand maman demande ‘Maya chérie passe-moi la clef à molette s’il te plaît’, toujours là quand papa dit ‘Au lit sinon vous allez entendre crier le monstre dans la cave !’. Elles étaient des petites filles exemplaires.

Hélas, le sort ne fait pas d’états d’âme, et les camions de huit tonnes encore moins. Leur père fut fauché et haché menu ce jour-là. Leur mère suivra peu de temps après (c’est plus méchant que ça en a l’air les jet-ski), laissant seules Maya et Eve juste à leur entrée du lycée. Leurs parents n’étant légalement pas reconnus dans l’état civil, leur maison fut saisie et aucune assurance vie ne vint les aider dans cette période difficile. Et quand la vie ne vous aide pas, il faut se démerder. Ça tombait bien, les deux sœurs se démerdaient plutôt bien quand il s’agissait de faire le boulot de leurs parents. Elles devinrent donc tueuses à gage.

 

Leur mission, elles l’avaient acceptée, était de retrouver un duo d’ex-membres de leur mafia, qui s’étaient enfuis avec de larges fonds. Au total, un million en liquide en vieux billets, un lingot d’or de contrebande de huit kilogrammes (200 000 euros et un mal au dos assurés), ainsi que d’une plaque servant à produire de faux billets de très bonne qualité. Ils s’étaient enfuis il y a cinq jours maintenant et avaient presque réussi à s’envoler, à l’aéroport ils avaient été rattrapés juste à temps par des membres de la famille, avant de s’enfuir en taxi. Ils avaient alors été aperçus près du port et on y avait envoyé le duo car les fugitifs ne connaissaient pas leur nom et leur visage.

 

 

« Eve écoute deux secondes, plan de la journée : on sort du train, on achète à boire, un sandwich, à boire, des sacs à dos, à boire, et des scies. On part direction l’hôtel des deux soleils. Là-bas on pose nos sacs à dos et on va faire un tour en ville.

-On a combien cette fois-ci ?

-J’ai recompté, on a vingt-mille maintenant, cent-mille une fois le job finit. Ça devrait nous tenir un après-midi au casino si tu fais pas de conneries.

-Je fais jamais de conneries. Sauf une fois avec le fermier, mais il m’avait vraiment fait chier.

- Un bouseux dans une fosse de purin, encore ça va. Mais je veux plus avoir à débiter une vieille à 1h du mat’ compris ?

-Okay, si tu le dis. »

M. Potichon, assis juste à côté de Maya, semble n’avoir pas tout saisi de la situation. Ou plutôt il espère très fort que ça soit le cas. Si Eve et Maya assurent dans la partie ‘élimination’ du travail, elles ont encore des problèmes avec la partie ‘discrétion’. Le wagon entier se pose beaucoup de questions, tout d’abord, « qu’est-ce qu’elles vont faire là-bas ? » et « Pourquoi elles le gueulent aussi fort ? ».

Le train s’arrête enfin, elles descendent et appliquent à la lettre le plan. Elles prennent toutes les deux un sandwich au thon (les deux derniers) et décident de faire un petit tour avant d’aller à l’hôtel. Ce ‘petit tour’ étant uniquement un repérage dans le but de satisfaire leur passion de toujours : les jeux d’argent. Elles sont extrêmement mauvaises et perdent toujours des sommes astronomiques, mais comme elles sont payées des sommes astronomiques aussi, ce n’est pas si grave.

Elles ne sont pas du genre à finir leurs devoirs de vacances le premier jour. Plutôt du genre à les faire à la dernière seconde. Enfin non, pour être tout à fait honnête, à ne pas les faire du tout, mais là elles sont payées et ça fait toute la différence. Elles font donc une entrée fracassante à l’hôtel, posent leurs sacs et repartent immédiatement dilapider leur argent.

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Klayrr
Posté le 02/11/2020
Vraiment, j'adore tes descriptions de chapitre xD
Sinon l'histoire se mets en place de plus en plus, c'est super ! Très satisfaisant de commencer à comprendre ce qui se passe. :)
J'ai relevé quelques erreurs, des fautes de frappe, je pense :

- Se pause beaucoup de questions
- Qu’est-ce qu’elles font faire
- Leurs devoirs de vacance

Bref, bonne continuation ! Hâte de lire la suite
Hylm
Posté le 02/11/2020
Yep correction en cours! Merci pour ton retour!
Le Saltimbanque
Posté le 01/11/2020
Génial !

Plus je lis, moins j'ai l'impression de saisir tout le bordel (il y en des personnages à retenir...), et plus j'en ai rien à faire.

L'écriture est au top, ciselée, ça fuse dans tous les coins, tout en restant dans la retenue et sachant éviter la caricature lourde.

Aussi, c'est drôle ! Ces deux tueuses à gage sont hilarantes à suivre. Leurs psychologies sont hyper bien écrites. Très rapidement, je me suis attachée à elles, et je ne vais pas les lâcher. Pareil pour la majorité des personnages.

Mention spéciale à l'en-tête du texte, qui est hilarante.

Et puis si toute l'histoire nécessite une deuxième lecture pour tout comprendre, ça ne me dérangerai pas.
Hylm
Posté le 01/11/2020
Super ! le fait qu'une relecture ne te paraisse pas me rassure beaucoup! Je risque de réorganiser les chapitres en cas de problème de lecture et de fluidité donc n'hésites pas à me dire si c'est illisible. Il est normal d'être perdu mais je fais de mon mieux pour qu'on ne soit pas démotivé pour autant.
(ça me fait plaisir que tu vienne commenter mon histoire car j'ai beaucoup aimé les tiennes)
Le Saltimbanque
Posté le 01/11/2020
le plaisir est partagé !
Vous lisez