1x01 - Capitaine Nemo (12/17)

Par Zlaw

Les forces de police de Chicago comportent une proportion tout à fait équitable de personnel féminin, mais ça n'empêche que la moitié des officiers reste forcément de sexe masculin. En lui-même, ce fait divers n'a pas grande importance. La seule qui aurait potentiellement à s'en plaindre, c'est la coffee girl dont bénéficie le commissariat du dix-huitième district, mais elle semble supporter les regards qui glissent sur sa silhouette sans aucun souci.

 

Slalomant entre les bureaux, la jeune femme brune aux yeux brun-vert, d'une trentaine d’années, soulève et abaisse avec habileté un plateau couvert de tasses fumantes, tantôt d'une main, tantôt de l'autre, afin d'éviter les obstacles se présentant sur sa route tout en conservant son équilibre. Vêtue d'une jupe noire fendue lui arrivant aux genoux et d'un chemisier blanc, elle accorde à chacun un joli sourire au moment de déposer sa commande devant lui ou elle, et va parfois même jusqu'à les interpeler par leur nom.

 

Bientôt, elle arrive à la hauteur de Patrick et Sam, toujours absorbés dans leur paperasse accumulée pendant l'absence de ce dernier, même après leur pause de mi-journée. Descendant son plateau jusqu'à sa hanche, la jolie brune dépose leur mug devant l'un, puis l'autre, les saluant respectivement de 'Randers' et 'Quanto'. Pat la remercie du menton, comme toujours, mais Sam sursaute, lève la tête vers elle, fronce légèrement les sourcils, et murmure un vague 'Merci...Iz' déconcerté.

 

Prise de court par ce comportement inhabituel — la réaction ordinaire de l'inspecteur étant une indifférence totale — la jeune femme interrompt son ballet.

 

La pause ne dure qu'une fraction de seconde mais lui paraît durer une éternité, surtout avec ces yeux bleus plantés dans les siens.

 

Dès qu'elle retrouve ses esprits, elle répond un 'De rien' au moins aussi peu convaincu que la prise de parole l'ayant causé, avant de reprendre sa tournée, non sans précipitation.

 

Sourcils toujours froncés, Sam se penche en arrière sur sa chaise pour regarder la jeune femme s'éloigner. Pour une fois que quelqu'un se retourne sur son passage sans que ce soit pour admirer son postérieur, elle ne l'apprécie pas, tout à coup pressée de terminer sa distribution.

 

L'inspecteur fait taper plusieurs fois son stylet sur le bord de son bureau avant de se rapprocher du meuble et de s'adresser à son coéquipier en face de lui :

 

- C'était bizarre, il commente.

 

- De quoi ? lui demande l’autre, sans lever les yeux, reposant sa boisson chaude dont il vient de prélever une gorgée là où elle avait initialement été déposée.

 

- Elle fête quelque chose ? demande Sam, les yeux toujours plissés.

 

- Qui ?

 

Patrick ne le suit pas. Il fronce les sourcils mais ne prend toujours pas la peine de lever la tête.

 

- Iz, insiste Sam.

 

- Qui ?! répète Pat, relevant enfin le menton, ne comprenant décidément pas de quoi on lui parle.

 

- La fille qui vient de te filer un café.

 

Là, ça devrait être clair. Pourtant, l'expression du coéquipier reste confuse.

 

- Lizzie ? Pas que je sache, pourquoi ?

 

- Elle te donne des cafés tous les jours, à toi ?

 

Nouveau coup d'œil en direction de la brunette, qui a enfin fini son tour et disparaît dans la salle de détente, où elle range son plateau lorsqu'il ne lui sert pas.

 

- Plusieurs fois par jour, même. C'est son job, justifie Patrick avec un haussement d'épaules, avant de retourner à son travail.

 

- Quoi ? s'étonne Sam à son tour, faisant soupirer Pat.

 

- Elle fait ça depuis Septembre. C’est son job. Tu vas pas me dire que t'avais pas remarqué ?

 

Il aurait presque un éclat de rire mais sait mieux que de se moquer de son partenaire, pour les mêmes raisons qu'il l'a laissé bougonner lors de son retour.

 

Sam a un léger mouvement de recul du menton. Quelque chose lui échappe. Il pose son stylet et se penche à nouveau en arrière dans son siège, songeur. Il lui faut moins d'une minute pour récupérer son ustensile et retourner à son ouvrage, mais il ne perd pas une légère expression perplexe.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez