14. Un sourire chaleureux

Par Elka

Quand Lysander revint à l’école, deux jours après, il vécut un décalage entre ses discussions avec Ismael et la réalité du lycée. Son ami n’avait pas pu revenir chez lui (« j’ai failli arriver en retard, ma mère m’a dit que c’était terminé les soirées pyjamas en semaine. Je nous ai imaginé en pyj’ en train de faire une bataille de polochons et mon fou-rire a presque signé mon arrêt de mort. ») Mais ils avaient beaucoup discuté, par textos ou sur Skype, et le ton enjoué d’Ismael avait contaminé Lysander à distance.

Chez lui, ses parents ne tarissaient plus d’éloges sur son ami. Lysander les écoutait en sirotant son thé ou en mangeant sa pomme.

Aussi fut-il surpris du regard noir que Damian posa sur Ismael quand ce dernier s’avança vers Lysander, dans le couloir de l’école. Ils attendaient le début du cours et, apparemment, Ismael l’avait fait dans son coin, et pas avec son groupe d’amis.

Il n’avait pas mentionné cette distance dans leurs conversations. Lysander lui jeta un coup d’œil circonspect, repérant au passage le sourire timide de Lucy.

— N’en parlons pas, dit immédiatement Ismael. Dami fait du boudin, il m’agace.

— Si tu le dis.

Leur prof ouvrit la porte à cet instant, et ils retrouvèrent leur place du deuxième rang. Songeur, sachant qu’Ismael y serait sensible, Lysander décrocha de la leçon pour gratter au bic sur un bout de papier :

« Pourquoi il fait du boudin ? »

Ismael l’étudia, reporta son attention sur la prof, puis nota une réponse. Quand il se penchait pour écrire, sa boucle d’oreille scarabée se balançait doucement, goutte bleue dans le noir corbeau de ses cheveux.

« Rien de grave, t’inquiète. »

« Me prendrais-tu pour une truffe, Ismael Tarek ? »

Ismael transforma son éclat de rire en une mauvaise toux, qui lui valut un froncement de sourcils désapprobateur de la part de leur enseignante. Quelques uns de leurs camarades pouffèrent, mais Lysander perçut très nettement le soupir exagéré de Damian, installé au fond de la classe.

— Allez, ils ont quand même le droit de se raconter des blagues, lui chuchota Lucy.

Ismael semblait déterminé à prendre des notes, ou du moins à faire semblant, comme s’ils s’étaient tout dit. Lysander hésita, souligna une date en rouge, écouta Damian qui tapotait la mine de son crayon sur son cahier (un bruit particulièrement stressant), puis reprit une feuille.

« Tu peux le dire si ça a un rapport avec moi. Je ne pleurerai pas. »

Il passa le message avec un léger coup de coude et un sourire rassurant. Il vit le regard d’Ismael se voiler et sa main se crisper brièvement sur son stylo. Lysander devina qu’il avait visé juste et fut curieux de ce qu’on pouvait bien raconter sur lui.

Dans ses anciennes écoles, il se doutait bien qu’on devait parler de lui dans son dos, et il ravalait son énervement en se répétant qu’il ne pouvait pas en être sûr. L’autre était bien plus à cheval que lui sur le respect qu’il estimait mériter. Aujourd’hui, il pouvait obtenir une réponse. Il avait le poil hérissé par avance, et Lysander devait lui souffler de se détendre.

Le morceau de feuille qu’Ismael glissa sous sa main le ramena au présent.

« Damian dit qu’on passe trop de temps ensemble, que j’en ai plus rien à faire de lui, que tu te sers de moi pour je-ne-sais-quoi. Bref, il en fait des caisses. Quand je suis arrivé en retard après avoir dormi chez toi, ça l’a mis en colère. Lucy me dit qu’il est jaloux. »

« Je ne me sers pas de toi ! »

Une bouffée de colère le saisit, émotion aimé et ravivée par l’autre ; il dut expirer longuement pour se calmer. Il avait complètement perdu le fil du cours. Il s’efforça au moins d’adopter une expression poliment intéressée pendant qu’Ismael rédigeait sa réponse.

« J’ai jamais cru ça, déstresse. Il se fait une image de toi montée de toutes pièces. Ton côté ermite l’a inspiré. »

« Okay. »

Il ne sut pas quoi dire de plus. Ismael tripatouillait ses bracelets, prenant son stylo quand la prof les regardait. Lysander s’était remis à écrire sans conviction, se demandant s’il valait mieux insister ou laisser son ami parler de lui-même. Il en était à se dire qu’il attendrait le bon moment pour relancer le sujet, quand Ismael se mit à griffonner un nouveau message.

« C’est aussi de ma faute, je sais plus comment me comporter avec lui. Je suis amoureux d’Alejo mais qui dit que je finirais pas par aimer Damian ? Je sais qu’il y a aucune logique, mais je bloque dessus. Comme si aimer un gars fait que j’aimerais tous les gars que je croiserai. Bref. T’en fais pas. Ce genre de pensée conne, ça va ça vient. »

Il récupéra son papier avant même que Lysander puisse lui répondre et ajouta :

« Avec toi je me pose pas la question et c’est beaucoup plus facile. N’en parlons plus.»

 

Lysander respecta son choix mais, quand vint l’heure du repas, prétexta vouloir aller aux toilettes pour se désolidariser d’Ismael qui partit le premier pour manger sur le toit. Une fois certain que son ami ne redescendait pas, il entra dans la cantine.

Pour une fois, il se fichait bien du bruit et de l’odeur. Son regard scanna chaque élève jusqu’à repérer les cheveux épais et bruns de Damian. Il s’avança d’un pas modéré, le cœur battant, l’autre grondant. Il devait se contrôler.

Lucy le repéra la première, mais son sourire s’évanouit à son approche. Il n’aimait pas inspirer de la peur, mais ne pouvait pas se permettre d’avoir le regard fuyant. Il planta son attention sur Damian, à peine conscient de la présence d’Alejo.

— Si tu as des choses à me reprocher, très bien, déclara Lysander d’une voix mesurée, mais Ismael n’a rien à voir avec ça. Ton attitude lui fait de la peine, alors arrête.

— Tu te prends pour qui ?

Damian semblait faire un effort pour demeurer assis et, au fond, Lysander le trouva plutôt brave de faire ça. Il ne rentrait pas dans un stupide combat d’ego dont l’autre se serait régalé.

— Écoute, on ne s’aime pas.

Lucy regarda ailleurs mais Alejo eut un très léger sourire qui parut apaiser les tensions.

— On ne s’aime pas, répéta Lysander, mais il n’y a aucune raison pour qu’Ismael en souffre. C’est notre ami à tous les deux. On a au moins ça en commun.

Il prit conscience de ses épaules tendues et se força à les baisser tout en desserrant les poings au fond de ses poches. Se calmant légèrement, la cohue sonore de la salle le ballotta de tous côtés, mais seul comptait Damian qui le jugeait sans rien dire.

— Je tiens à Ismael, ajouta Lysander un octave plus bas, je ne me moque pas de lui, je te le jure.

« Et j’espère ne jamais le blesser », ajouta-t-il pour lui-même.

L’autre se moqua du pic de terreur qui le saisit. S’il ne tenait pas à le blesser, ne devait-il pas le laisser ? Damian choisit cet instant pour se lever, main tendue.

— D’accord, dit-il. J’apprécie ta démarche.

Lysander lui serra la main, avec un poil trop de force, et tira un vilain plaisir de la brève grimace de surprise de son camarade.

— Sur ce, bon appétit, déclara-t-il.

— Bon appétit, lui répondit Alejo.

Lysander lui sourit et fut soulagé de pouvoir sortir. Le temps était frais et sec, le ciel d’un joli bleu. Ismael et lui n’étaient pas les seuls à avoir décidés de manger sur le toit. Quand il le rejoignit, Ismael leva les yeux de son téléphone.

— Tu vas pas le croire, annonça-t-il. Damian s’excuse de son attitude. Il propose qu’on aille boire un coup ce soir.

Son ami avait les yeux brillants et jouait avec son collier, léger signe de stress.

— Bonne nouvelle, commenta Lysander. Tu es rassuré ?

— Plutôt, ouais.

— Tant mieux.

Son idée de s’éloigner entra en conflit avec le sourire d’Ismael. Il avait conscience qu’il l’avait changé, en bousculant ses habitudes et en forçant sa présence à ses côtés. Et si ça le dérangeait parfois, force était de constater qu’il se préférait maintenant.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Keina
Posté le 27/02/2020
Bon, la tentative de réconciliation semble bien partie, j'espère que ça ne va pas déraper. C'est drôle quand Ismaël dit "avec toi je me pose pas la question", alors que j'ai tellement espoir que leur histoire vire à la romance ! <3
J'ai quand même du mal à le cerner, Damian. Pour le moment il ne m'est pas très sympathique. J'espère que ça ira mieux quand il apprendra à connaître Lyz.
Elka
Posté le 27/02/2020
J'ai dû écrire cette réplique en espérant mettre leur histoire au clair avec les lecteurs aussi xD
Damian c'est finalement un ado parfaitement ordinaire qui a l'impression de perdre son copain. C'est pas un mauvais gars, mais c'est normal qu'il ne paraisse pas plus sympa que ça vu les circonstances :)
Vous lisez