14. Exécution

Par Mart

Cyril s’autorisa un sourire : si l’alerte n’avait toujours pas été sonnée, cela signifiait que leur infiltration s’était déroulée convenablement. Le coup de la brume l’avait impressionné plus qu’il ne serait prêt à admettre. Les pouvoirs de Nix n’étaient pas aussi spectaculaires que les siens, mais elle possédait une maîtrise tout à fait enviable. Il devait également en être capable, mais l’idée de manipuler l’eau de façon à faire croire à une brume naturelle ne lui serait jamais venue…

Leur plan était simple, et c’était ce qui faisait sa force. Tant qu’ils ne se faisaient pas repérer, ils devraient réussir. La première étape était la plus risquée, et ils l’avaient déjà exécutée avec succès. Il avait finalement été décidé que seuls Cyril et Thomas pénétreraient les sous-sols. Galve et Nix resteraient dissimulés, à guetter leur retour… et prendre des mesures en cas d’échec. Ce dernier ordre n’avait pas fort plu à Galve. Celui-ci avait insisté pour les accompagner à l’intérieur, mais Thomas avait tenu bon. Alors, si aux premières lueurs de l’aube, ils n’étaient pas ressortis avec les sujets d’expérimentation, une comète s’écraserait sur le château.

Cyril fut à nouveau parcouru d’un frisson alors qu’il repensait au sourire forcé que lui avait adressé Nix avant de disparaître derrière son manteau de brume. Elle avait eu l’air de lui dire adieu. Pourtant, à eux deux, Thomas et lui formaient une super équipe pour combattre des mages. S’ils rencontraient quelqu’un, Thomas l’empêcherait d’utiliser sa magie, et Cyril lui enverrait un trait de glace. C’était infaillible !

Cyril craignait seulement qu’ils arrivent trop tard… Et si sa première intrusion avait alerté les sorciers ? Ne risquaient-ils pas alors de marcher droit dans un piège ? L’Archimage lui avait assuré qu’on ne les détecterait pas par magie, et la brume empêchait d’y voir à plus de deux pas, mais les chances qu’on les ait vu n’étaient pas nulles… Pire, Nix ou Galve pouvaient avoir décidé de les trahir. Peut-être même les deux. Et si c’était pour ça que Nix lui avait souri si tristement ?

– Ne panique pas, dit soudain Thomas, l’arrachant à sa paranoïa. Je n’ai pas voulu lever le sort parce que ça pourrait alerter le lanceur. Ta résolution est assez forte pour surmonter un sort de doute mineur, non ?

Cyril hocha la tête affirmativement. Sa résolution n’était pas en cause. Ses doutes eux ne se dissipèrent point : il y avait quelque chose d’extrêmement louche. Pourquoi y aurait-il un sort sur une entrée, qui plus est, une entrée de service, du château ?

Thomas, qui semblait lire ses pensées, répondit tout bas à cette question non formulée.

– Cette sécurité n’a peut-être rien à voir avec nous, mais ça ne me dit rien qui vaille. Reste vigilant.

« Reste vigilant ». Un bel ordre encore… La tentation du sarcasme était forte, mais Cyril résista. Le moment était mal choisi.

Pas un bruit ne perturbait la quiétude du château, à croire que la brume s’y était également infiltrée. Ce n’était pas le froid qui régnait à l’intérieur qui allait infirmer cette hypothèse. Cyril mit cela sur le compte du fait qu’ils se trouvaient dans les couloirs des serviteurs. Ceux-ci étaient mal éclairés et à peine chauffés. Heureusement il connaissait par cœur ces passages. Il avait épargné les détails du pourquoi à ses compagnons…

Le moment n’était cependant pas aux rêveries, et passer devant toutes ces portes closes ne lui fournissait plus aucune excitation. De la crainte plutôt. Si cette fois il se faisait prendre, les conséquences seraient bien plus fâcheuses.

Il y avait toujours des servants actifs, c’était inévitable. Ils avaient seulement choisi l’heure à laquelle il y en aurait le moins. Ils avaient tout planifié minutieusement, mais on n’est jamais à l’abri d’un hasard. Ce fut donc un grand soulagement de ne rencontrer personne. Et pourtant, Cyril n’arrivait pas à se défaire de ce sentiment dérangeant que quelque chose clochait. Était-ce encore le sortilège de doute, ou bien tout se passait-il réellement trop facilement ? Ils n’avaient fait que passer les murs, entrer dans le château et gagner l’escalier vers les étages inférieurs… Rien de spécial en soi. Il se faisait probablement trop de soucis. Tant mieux s’il n’y avait pas de difficultés.

Après tout, ce plan était le sien. Il avait été si sûr avant… Si certain de sa chance. Or la chance ne suffit pas toujours. Cette leçon, il l’avait apprise à grand prix. Cette fois, il avait dûment réfléchi. Cependant les doutes continuaient de le tarauder : et s’il s’était trompé ? N’aurait-il pas mieux valu simplement abandonner ces pauvres larrons à leur sort, ou les en délivrer promptement quoique finalement ?

– Tu es avec moi ?

Thomas était déjà trois marches plus loin. Il n’y avait que peu de lumière, alors Cyril ne distinguait pas son expression, mais le ton indiquait bien son inquiétude.

Cyril hocha la tête et suivit son camarade. Il ferait mieux de rester concentré, il ne manquerait plus que ça : faire échouer le plan par inadvertance…

 

******

 

Chacun de ses muscles était encore endolori ; et pourtant, Dimitri mettait un pas après l’autre, bien déterminé à empêcher l’erreur qui allait être commise. Il s’était fait une raison : ce n’était pas pour eux qu’il faisait ça. Le sort de ces assassins devrait lui être totalement indifférent. S’il s’en préoccupait, c’était pour lui. Par principe. Ou peut-être simplement par égoïsme. Par désir de se sentir utile, de faire quelque chose de bien.

Si pour Mart le mariage n’avait été qu’une excuse, il se rendait bien compte maintenant que l’acquisition de minerais rares l’avait été pour lui aussi. Il en avait simplement marre de se tenir à l’écart et de ne s’occuper que de ses affaires. D’après Thomas, ils étaient ceux qu’une vieille prophétie, dont seules quelques lignes persistaient, avait désignés pour « vaincre le mal dans le monde ». Enfants, ils y avaient cru à fond. Monstre après monstre, ils avaient cru accomplir leur destinée. Et le monde n’avait pas changé. Aujourd’hui, Dimitri était convaincu qu’ils avaient tout mal interprété. Ce n’était pas en massacrant des monstres ou en renversant des tyrans qu’ils allaient vaincre le mal. Ils ne le vaincraient sans doute jamais : rien ne vient à bout de la bassesse humaine. Il se devait cependant d’essayer. Et ce jour n’était pas pire qu’un autre pour commencer à se battre contre la société.

Son sourire se transforma vite en grimace de douleur. Si on lui avait dit qu’un jour il aurait ce genre de pensées, il n’en aurait pas cru un mot. Et pourtant, il entendait déjà la clameur de la foule s’approcher. Le procès prenait des allures de fête de village. Il allait s’occuper de chauffer un peu l’ambiance.

 

***

Mart se tenait à côté du chef du village, sur la petite estrade en face de l’échafaud. Les esprits étaient échauffés : on n’aimait pas particulièrement les Krondariens, en Arenhie, et encore moins les assassins. Alors si en plus ceux-ci tentaient leur coup un jour de fête… Le jugement serait vite bouclé s’il n’intervenait pas, et il ne doutait aucunement de la sentence qui serait prononcée. Personne n’en doutait, les grosses cordes pendaient déjà, leurs nœuds coulants n’attendant que de se refermer sur un cou.

Mart souffla, puis regarda les cordes osciller. Les hommes qui venaient d’être menés devant le tribunal ne tarderaient pas à monter sur l’échafaud, et bientôt leur corps se balancerait au milieu de la place. Il ne devrait rien y changer. Il était contre la peine de mort, mais ce n’était pas le moment de mener ce combat. D’ailleurs, si quelqu’un méritait ce sort, c’était bien ces hommes-là. Ils avaient failli tuer son meilleur ami. Dimitri… Il semblait prêt à tout pour sauver ces condamnés. Lui qui ne s’occupait jamais que de ses propres affaires… C’était pourtant à lui qu’ils avaient causé le plus de tort. Pourquoi tenait-il tant à ce qu’ils vivent ? Il avait parlé de leur offrir une chance de rédemption. Peut-être projetait-il ses propres fautes sur eux ? De quoi se sentirait-il coupable ? Ou alors se serait-il bêtement entiché de machin là, celui qui avait prétendu se nommer Sael ?

C’était sans importance. Si Dimitri était prêt à leur pardonner, qui étaient-ils pour les condamner ? Mart se leva. Les criminels montaient les escaliers. Bientôt, on leur passerait la corde au cou. Il les couperait avant que s’ouvrent les trappes. Il sentait le poids familier du boomerang dans sa main ; il ne raterait pas. Son discours était prêt. Il ne le rendrait pas populaire, mais les gens accepteraient sa décision. Il saurait les raisonner.

Un sourire confiant, à la limite de l’arrogance, étirait ses lèvres alors qu’il s’apprêtait à passer à l’action. Son geste resta cependant inachevé, et son visage se rembrunit : les cordes venaient de tomber en cendres.

 

*****

– C’est la première à gauche, murmura Cyril.

Thomas acquiesça silencieusement. Ils se trouvaient dans le fameux couloir. Le sort de doute le gardait toujours. Il n’avait à peine fait qu’effleurer l’esprit de l’Archimage, et pourtant celui-ci partageait l’inquiétude de Cyril. Contrairement à ce dernier, il savait que ce n’était pas un sentiment induit par magie. On ne le bernerait pas : son sentiment était bien réel et justifié. Il n’y avait plus personne ici, il en était certain. Rien d’humain du moins. Ce qu’il restait par contre, il n’arrivait pas à l’identifier. Et cela se trouvait juste derrière cette porte.

Il était prêt à tout lorsqu’il ouvrit cette dernière à la volée. Enfin, c’est ce qu’il pensait. L’énergie crépitant au bout des doigts, la vision bleuie par le pouvoir, il était prêt à neutraliser toute menace qu’il trouverait. Or il n’y en avait pas. Il n’y avait que les horreurs que Cyril lui avait décrites. Un hoquet d’horreur lui échappa malgré lui.

Ils étaient morts, ou du moins, ils auraient dû l’être. Ces choses qui gisaient là n’avaient plus rien d’humain. C’était à peine si on pouvait encore distinguer un membre ou un visage quelque part dans ces amas monstrueux.

Cyril le tira de ses observations macabres en le poussant de côté.

– Qu’est-ce que tu attends ? Fais quelque chose !

Thomas ne bougea pas. Il n’empêcha pas Cyril de se ruer au chevet des expériences. Les bras ballants, il le regarda geler les liens qui les maintenaient pour les briser. Un par un, il libéra tous les monstres. Ceux-ci n’esquissèrent pas le moindre mouvement envers eux. Ils se contentaient de respirer, de suer, de craquer, de brûler, de siffler, de se calciner, de se boursouffler, d’éclater, sans même remarquer qu’ils avaient été affranchis de leurs chaînes. Les corps bougeaient encore, mais comme Thomas l’avait deviné, leurs esprits avaient trouvé une échappatoire à ce cauchemar.

– On ne peut plus rien pour eux, on arrive trop tard. On ferait mieux de s’en aller d’ici. Toute cette histoire ne m’inspire rien de bon, répondit Thomas lorsqu’il sortit enfin de son mutisme.

C’était affligeant de voir Cyril s’affairer à côté… des choses. Et pour une fois, Thomas n’employait pas ce terme de façon moqueuse.

– Non ! Je leur avais promis. Tu dois pouvoir faire quelque chose. C’est par magie qu’on leur a infligé cet état. Regarde ces sceaux. Je suis sûr que tu pourrais les briser !

Son regard suivit la direction que pointait son ami. Il avait déjà remarqué les marques magiques, mais tout ce qu’il arrivait à en déduire était qu’ils servaient à sceller une liaison, à unir deux choses. Il n’était pas sûr de ce qui arriverait s’il les rompait. Qu’avaient fait ces sorciers ?

– Si vraiment il fallait intervenir, je préférerais encore prendre des précautions et les éliminer proprement. Ce qui est arrivé ici me dépasse.

Il était rare qu’il fasse de tels aveux. Il était sûr que si les circonstances avaient été différentes, Cyril en aurait jubilé. Cependant, en cet instant précis, l’effet fut tout l’inverse.

– Il faut essayer. On ne peut pas juste les abandonner… Pas encore une fois. S’il te plaît.

Thomas hésita, ce n’était pas souvent que Cyril lui demandait une faveur. Il n’était pas sûr des conséquences que cela aurait s’il accédait à sa requête. La chance existait qu’il sauve en effet ces pauvres âmes. Mais cette possibilité lui semblait vraiment minime, pour ne pas dire nulle.

 

Thomas peine à prendre une décision, aidez-le un peu… Alors, que fera-t-il ?

1. Il cède pour faire plaisir à Cyril (et pouvoir lui rappeler toute sa vie qu’il lui est redevable).

2. Il essaie de trouver un moyen efficace de mettre un terme à ces « expériences ».

3. Il sort en laissant les choses en l’état. Au besoin, il emmènera Cyril de force.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Léthé
Posté le 18/12/2019
Je suis arrivée trop tard, mais j’aurais choisi la 1 aussi XD juste par pure curiosité scientifique ! Et tant pis s’ils explosent !

Ce chapitre était sympa, mais je pense que je l’aurais plus apprécié si j’avais eu un mini-récap de ce qui s’était passé avant, parce que je t’avoue que j’avais oublié des trucs (genre rien que le procès des assassins de Dimitri, je me souvenais pas qu’ils avaient réussi à les capturer les mecs, ils étaient pas tous morts ?). Après, t’as peut-être mis un résumé sur ton JdB et moi, grosse feignasse, je suis pas allée voir :p

Donc mis à part mes trous de mémoires, c’était un bon chapitre, qui se lit vite ! J’ai bien aimé avoir le point de vue de Mart et Dim pour créer une coupure. J’aimais moyen l’arc de Cyril avant, mais là avec ces histoires d’expérimentation, j’avoue que ça donne envie d’en savoir plus. Faut essayer de le maintenir en vie maintenant (que les monstres explosent pas quand Thomas va lever le sort XD)
Mart
Posté le 23/12/2019
Yo Léthouille !

J'aurais en effet dû faire un récapitulatif, vu le temps entre les publications, ne blâme pas ta mémoire ou même ta flemme ;-).

Pour les monstres, désolé, mais il va falloir patienter encore un tout petit peu (j'attends de voir encore quelques votes pour trancher et écrire la suite !)

cirano
Posté le 10/12/2019
Heeeelloooo :D Super chapitre, j'adore la partie avec Cyril ou on ne sait pas s'ils doutent à cause du sortilège ou à cause que ... bha y a vraiment un truc qui cloche :D Et la partie avec Mart qui décide de couper les cordes mais qui se fait devancer xD ça m'a bien fait rire aussi !

Ho et je vais voter pour la 1 même si la chance est minime, je veux la prendre ! enfin Thomas veut la prendre xD

Allé j'ai hâte de connaitre la suite en tout cas cette histoire est vraiment très cool :D !
Mart
Posté le 10/12/2019
Quel enthousiasme ! Ça fait plaisir à lire, merci beaucoup, Cirano !
La suite devrait arriver bientôt, j'ai déjà commencé à l'écrire comme tout le monde semble d'accord pour prendre le premier choix ^^.
À bientôt !
Flammy
Posté le 08/12/2019
Coucou !

Les choses avancent bien <3 Bon, c'est pas méga joyeux, même au contraire, mais bon ='D On s'y attendait un peu, mais bon. Pour la mission avec Cyril, c'est affreux parce que bon, au début, on sait pas trop si Cyril a raison de douter ou pas, ou si c'est juste le sortilège, et c'est très stressant pour le lecteur je trouve ! Surtout quand on découvre que Thomas est pas en meilleur état ='D

Pour Dimitri et Mart, c'est bien, ils font la course à celui qui se fera le plus mal voir, pour le moment, Dimitri gagne ! Mais je ne doute pas que Mart peut sortir de belle connerie de son chapeau :p

Pour les expérimentations, j'ai l'impression qu'il n'y a plus vraiment grand chose à faire, mais voir Cyril qui y croit malgré tout, c'est touchant. Surtout que bon, au début il était plus désinvolte, là il est redescendu sur terre. Du coup, je suis pour le choix 1, histoire que les dernières illusions de Cyril soient bien brisées :3

Bon courage pour la suite !

Pluchouille zouobuille !
Mart
Posté le 08/12/2019
Coucou Flammiche !
Tu sais que je t'aime, toi ? Tu me fais me sentir moins détestable pour ce que j'envisage d'écrire xD. "histoire que les dernières illusions de Cyril soient bien brisées" -> c'est pas la seule chose qui risque de se briser, crois-moi x)

Déjà que les Élus ne sont pas super populaires, c'est clair que ce n'est pas en train de s'améliorer... J'ai quelques idées de comment ça peut se développer, mais ça va dépendre de vous aussi. Difficile ça...

Merci pour ton com' et ton vote ! :D Je suis content de lire que j'ai réussi à mettre un peu de tension pour la partie d'infiltration, malgré le manque d'action !

Pluchouille zoubouille !
Sorryf
Posté le 06/12/2019
ces pauvres agonisants, je pense sincèrement que le plus humains qu'on puisse faire pour eux c'est de mettre un terme a leurs souffrances...
mais je vais quand meme voter 1 xD m'en fous, si c'est de l'acharnement, ça fais tellement longtemps que je vote pour qu'ils vivent, j'en fais une affaire personnelle maintenant !

Dimitri est trop classe dans ce chap ! trop stylé ce moment : "rien ne vient à bout de la bassesse humaine. Il se devait cependant d’essayer. Et ce jour n’était pas pire qu’un autre pour commencer à se battre contre la société."
Pauvre Mart qui était prêt a prendre une grande décision et qui se fait prendre de vitesse xDDD grave contente qu'ils les aient sauvés, c'est beau *v*

Cyril et Thomas s'en sortent bien. Continuez comme ça, tous !
Mart
Posté le 08/12/2019
Yo Sorryf !
Je me demande si c'est du sadisme ou de l'entêtement, peut-être un peu des deux... Mais bon, on va voir ce que ça donne, ce jusqu'au bout-isme dans le sauvetage xD

Tu as bien accroché alors, pour la partie de Dim ? J'avais un peu peur que ça fasse trop mélo ou que je ne l'avais pas assez bien préparé...
Je me suis bien amusé en imaginant Mart se faire couper l'herbe sous le pied de la façon ^^'. J'ai hâte d'écrire la suite !

Ils auront besoin de tous les encouragements qu'ils peuvent recevoir... Je leur transmettrai les tiens. :P

Merci pour ton vote et ton com' ;)
Rachael
Posté le 06/12/2019
Bon, j’avoue que j’ai eu un peu de mal à me reconnecter, j’avais un peu oublié (non, ce n’est pas un reproche ! ^^). On est en plein sauvetage de tout un tas de monde, dans ce chapitre, Mart de Dimitri d’un côté, Cyril et Thomas de l’autre. J’aime bien l’inquiétude de Cyril qui donne une tension tout au long du passage. Les réflexions de Dimitri sur la prophétie apportent de la profondeur à une scène qui est plutôt dans l’action (ou dans l’attente de celle-ci)
Ah, j’allais oublier, je vote 1 : ils ne sont pas venus là pour rien, quand même !

Détails
S’ils rencontreraient quelqu’un : s’ils rencontraient
Mart
Posté le 06/12/2019
J'aurais mieux fait de vous servir un petit résumé avant de publier ce chapitre, je pense, parce qu'en effet, il s'est passé pas mal de temps entre les publications...
Je suis content que l'introspection de Dim passe bien, j'avais peur que ce serait un peu lourd.
Merci d'avoir relevé cette horrible faute, elle n'est plus à présent x).
Et merci pour ton vote ! Je sens que je vais vite pouvoir écrire la suite, tout le monde semble d'accord... (Thomas va insulter tout le monde quand je lui raconterai ! lol)
Hinata
Posté le 05/12/2019
Hey ! Contente que tu ait réussi à écrire un nouveau chapitre ! Rien de structuré désolée, je te mets plein de remarques en vrac ^^"

- "Thomas était déjà trois marches plus loin." Bah trois marches c'est vraiment rien en fait, si ? XD

J'ai beaucoup aimé tout le passage où Dimitri réfléchit sur la prophérie, leur manière de l'interpréter quand ils étaient plus jeunes, et ce qu'il a résolu de faire maitenant ! Go Dimitri !

- "il entendait déjà la clameur de la foule s’approcher." > Il faudrait reformuler, parce que c'est pas la clameur qui s'approche, c'est lui

Haha comme Mart se fait couper l'herbe (hum...consumer la corde?) sous le nez, c'est génial (on le sentait venir en plus XD)

Trop émouvant le passage où Thomas et Cyril arrivent finalement dans la salle (j'avais trop peur que tout ait disparu et qu'ils soient venus pour rien), c'était chouette d'avoir le point de vue de Thomas, et Cyril est vraiment touchant dans son altruisme. Et puis c'est moi ou cette vision terrible les rapprochent un peu héhéhé ....

Je vote pour la 1 , et c'est même pas la parenthèse qui m'a influencée XD
Mart
Posté le 05/12/2019
Yoo ! T'en fais pas, c'est déjà très bien comme com' :D (je m'en réjouis toujours ^w^)
Et... Ce sont de très grandes marches, okay ? :-P (Bon, plus sérieusement, je me voyais mal écrire que "Thomas avait déjà dévalé la moitié de l'escalier" ; Thomas est aux aguets, il remarque vite la pause de Cyril.) Mais je comprends totalement que tu l'aies relevé. Tu as une meilleure idée ?
Même chose pour le passage suivant : j'ai hésité à écrire autre chose, mais je trouvais ça lourd. Maintenant je viens de penser à autre chose : "à mesure qu'il approchait du centre du village, la clameur grandissait, donnant à l'événement des allures de fête" quelque chose du genre. (Je vais me relire pour éviter des répets' etc.)

Merci d'encourager Dim ;-) par contre oublie tout de suite toute idée de romance entre Cyril et Thomas, lol. Même à la FdB/Diak, ça ne passera jamais ^^'.

Merci pour ton commentaire et ton vote ! :D
Renarde
Posté le 04/12/2019
Coucou Mart,

L'IRL t'a reboosté pour publier ?

"Alors, si aux premières lueurs de l’aube, ils n’étaient pas ressortis avec les sujets d’expérimentation, une comète s’écraserait sur le château." J'adore. On ne fait pas dans la demi-mesure en cas d'échec XD.

Coquille : "Alors si en plus ceux-ci tentaient leur un jour de fête…" Il manque un mot je suppose.

C'est sympa de retrouver ton récit, cela m'avait manqué !

Et sinon, choix numéro 1 !
Mart
Posté le 04/12/2019
Coucou Renarde !
Eh oui, rien de tel qu'une bonne IRL pour se rebooster ! :D
Je vais de ce pas ajouter le "coup" qu'il manque...
Je vais essayer de ne pas tarder autant pour le prochain chapitre !
Qu'est-ce qui t'a décidé pour le premier choix ? x)
Content de te retrouver dans les commentaires en tout cas ! J'avais un peu peur que tout le monde aurait décroché vu le temps qui s'est passé depuis le chapitre précédent...
Renarde
Posté le 05/12/2019
Pourquoi le premier choix ? Parce que je suis un bisounours idéaliste, quelle question ;-)
Mart
Posté le 05/12/2019
Le monde manque de gens comme toi <3 (pas sûr que ce soit la meilleure décision pour autant héhé)
Vous lisez