12 - Convaincre

Par Seja

Joanna déverrouille la porte, entre, pose le plateau qu’elle a emmené avec des gestes mesurés. Puis, elle se tourne vers leur pensionnaire.

Il est assis par terre, il l’observe sans un mot.

C’est le seul cas compliqué qu’ils ont eu cette fois. Les autres enfants n’ont pas posé de soucis.

—  Tu sais que ça ne sert à rien que tu t’affames ? dit-elle en remarquant le plateau précédent auquel il n’a pas touché.

Il ne dit toujours plus rien. Ca fait cinq jours qu’ils sont là et cinq jours qu’ils n’ont pas réussi à lui faire entendre raison.

—  Qu’est-ce que vous avez fait aux autres ? demande-t-il.

—  Les autres vont très bien.

Elle voit l’orage qui gronde dans ses yeux. Les terroristes ont fait du bon boulot sur lui, il est complètement braqué contre eux.

—  Tu pourrais remonter les voir, poursuit-elle. Mais pour ça, il faut que tu manges.

Il ne répond pas.

Elle tire une chaise, s’assoit face à lui. Elle le voit serrer la mâchoire, il attend de voir ce qui va se passer.

—  On a lu ton dossier, tu sais.

—  Bien évidemment que vous l’avez lu, gronde-t-il. C’était sympa ?

—  Pas vraiment. Je suis désolé que t’aies eu à voir ça.

Il fronce les sourcils, ne dit rien.

—  Personne ne devrait avoir à assister à la trahison de ses parents.

—  Ah.

Il plisse les yeux, resserre les bras sur ses genoux. Il se protège d’elle.

—  Pendant un instant, j’ai cru que vous alliez vous remettre un peu en cause. Vous savez pour ces soldats qui les ont tabassés devant moi. Pour…

Il s’éclaircit la gorge.

—  Pour celui qui a foutu une balle dans le crâne de ma mère.

Joanna ne lui répond pas directement. Il n’est pas le premier à avoir assisté à une arrestation. Et il a besoin de comprendre. Que ses parents étaient des traitres et que la première personne qu’ils avaient trahie était lui-même.

—  Vous pouvez me faire la même chose si ça vous chante. Je vous rejoindrai jamais.

—  J’en déduis que tu ne veux pas revoir tes amis. Ceux avec qui t’as été arrêté.

Elle entend sa respiration qui s’accélère. Elle espère avoir touché une corde sensible.

—  Certains demandent où tu es, ils t’attendent.

Elle fait une pause, assez longue pour lui faire espérer qu’elle continue.

—  Charlotte pose beaucoup de questions. Tu lui manques beaucoup. Qu’est-ce qu’elle va penser quand on dira qu’on t’a envoyé en prison ? Ou que t’as été abattu en essayant de fuir ? Qu’est-ce qu’elle va penser à ton avis ?

Joanna n’aime pas bien recourir aux menaces. Mais ce gamin a besoin d’être secoué. Il s’est enfermé dans cette fantaisie où les terroristes sont des gentils et eux les méchants. Il a besoin de comprendre que la vie réelle est un peu différente.

A l’évocation de la fille, elle voit filer de l’espoir dans ses yeux. Il a envie de la revoir, elle lui manque. Il a envie de savoir ce qui lui est arrivé. Elle ne dit rien de plus à son sujet.

—  Tu pourrais sortir d’ici, reprend-elle. Tu pourrais la revoir, lui parler. Je sais que t’en as envie.

Il se ferme de nouveau. Il comprend où elle veut en venir.

Elle décide de s’arrêter là pour aujourd’hui. Elle se lève, s’approche de la porte.

Puis, elle s’arrête, se tourne vers lui. Il n’a pas bougé, il la fixe toujours.

—  On aimerait bien t’aider, Thomas. A sortir d’ici, à avoir une vie plus normale. Mais il faut que tu nous aides aussi, il faut que tu prennes une décision.

Elle fait une pause. Aujourd’hui, elle a l’impression qu’il est plus réceptif.

—  Mange au moins quelque chose, dit-elle en désignant le plateau.

Puis, elle sort.

Pour l’instant, ils ont essayé la méthode douce. Mais ils n’ont plus trop le temps d’attendre. La nourriture a été droguée. Rien de bien lourd. Seulement, ils ne peuvent plus attendre qu’il décide par lui-même.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Jupsy
Posté le 18/04/2020
Sans vouloir être méchante, je ne crois pas que ce soit les terroristes qui ont lavé le cerveau de Thomas. Je pense que c'est totalement con de penser ça pour espérer le faire changer d'avis. Je veux dire, le môme a assisté à l'arrestation de ses parents, sa mère est morte sous ses yeux et y a aucune excuse ?

A quel moment tu te dis que ça peut marcher ? Et le pire c'est sa manière de penser. Il a besoin de comprendre que ses parents étaient des traitres ? Okay... mais y avait peut-être plus intelligent que tuer sa mère SOUS SES YEUX ?

En fait, l'autre aurait peut-être été plus efficace parce lui ose au moins dire tout haut que les soldats il merdouille un chouilla. Bon c'est pas dit qu'il se serait excusé, mais y avait de quoi penser qu'il aurait pu faire mieux qu'elle.

Moi, à la place de Thomas, je lui aurais envoyé le plateau à la gueule. Bon ça m'aurait valu des ennuis... mais sérieux l'absence de psychologie de base. Je serais son supérieur, je l'aurais viré.

Alors oui je sais la situation est compliquée mais là, c'est mon empathie qui parle. Et puis la drogue dans la nourriture... mode on n'a plus le temps... Ben tu m'étonnes avec sa méthode à deux francs six sous à Joanna >>

Bon ben continuons. (PAUVRE THOMAS)
Dédé
Posté le 23/09/2019
Pauvre Thomas… Joanna est quand même assez cruelle avec lui. Surtout en sortant la carte "Charlotte". L'obliger à manger alors que la nourriture est droguée. Ah ! Mais quelle horreur !

Et je ne voudrais pas insister mais elle lui aurait offert un cookie… il l'aurait dévoré avant la fin du chapitre ! :P

Blague à part, waouh… Je comprends pourquoi tu veux faire une pause dans la scribouille. Je ne suis qu'au chapitre 12 et j'ai l'impression qu'on monte crescendo dans le dépressif. Je n'ose pas imaginer à quoi ressemble la suite…

En même temps, je n'arrive pas à détester Joanna. J'ai l'impression que je devrai mais non. Je me demande aussi si on a pas affaire à de vrais terroristes en fait. Ce serait un sacré twist après nous les avoir présentés dès le début comme des résistants. C'est peut-être à cause de ce doute que je ne déteste pas Joanna. Je lui donne une chance de faire ses preuves.

Ce qui me fait flipper aussi, c'est de lire tout ça en me disant que ça peut arriver. Que ça arrive. J'en ai tellement froid dans le dos que, même si j'ai envie de m'engloutir tes chapitres, émotionnellement parlant je ne peux pas… Au moins, je fais durer la lecture dans le temps. Mais j'ai hâte d'être à jour pour te dire "à quand la suite ?" !

A bientôt !
Seja Administratrice
Posté le 18/04/2020
Elle est choupette, Joanna, arrête :p Je pense pas qu'il soit méga réceptif au cookie, cela dit.
Oh, la suite est toute mignonne, évidemment. Tu me connais. Héhé, p'têt que les gentils sont méchants :p
Non seulement ça peut arriver, mais ça arrive en ce moment même. Ouais, je sais, je suis une visionnaire :p
cirano
Posté le 25/08/2019
Ce chapitre est horrible, ça m'engage rien que le lisant xD On sent vraiment une sorte de blocage mentale chez Johanna pour qui "tabasser des parents et abatre la mère devant son fils" = "arrestation"
Et ce qui est pire c'est qu'on a toujours cette ambiguïté xD On est plus attaché aux résistants (ce sont le premiers personnages qu'on rencontre et on est aussi habitué à considérer les résistants comme les gentils) mais on a cette angoisse de ce dire "et s'ils avait tord ??
En tout cas super chapitre comme d'hab ^_^ hâte de connaître la suite ! :D

À la prochaine,
Cirano ^_^
Seja Administratrice
Posté le 25/08/2019
Quoi, c'est pas ça, l'équivalent de l'arrestation ? On m'aurait menti...
Mawi, Joanna n'agit pas forcément avec l'idée de faire le mal. Bien au contraire. Elle est persuadée que c'est tout pile l'inverse. C'est ça que je trouve intéressant à explore :3
Merci pour ta lecture !
Keina
Posté le 24/08/2019
J'aime bien comme tu fais planer le doute sur qui sont les gentils, qui sont les méchants... Parce qu'après tout, on ne sait pas grand chose du régime en place ni de contre quoi les rebelles se rebellent. Bon, d'accord, il y a quand même quelques exécutions sommaires qui ont fait froid dans le dos, et le lecteur doit pencher plus naturellement vers les rebelles, mais quand tu fais parler les gens du régime en place, ben, on a presque envie de les croire, d'imaginer que ce sont les rebelles les méchants... Bravo, tu as réussi à m'endoctriner, faute d'avoir réussi avec Thomas ! :D
Seja Administratrice
Posté le 24/08/2019
C'est une question de point de vue, ça, gentils et méchants :P Mais ouais, c'est normal que le lecteur penche plus du côté de la résistance. Mais voilà, c'est pas forcément tout noir ou tout blanc, quoi :P J'aime le gris ♥ En même temps, je pense pas que la plupart des gens fasses des trucs mauvais pour le kiff, les pires horreurs ont été commises par des gens persuadés de bien faire x)
Je suis donc très contente de t'avoir endoctrinée :P
Vous lisez