11. UJU

L’impatience me dévore. Ma couronne divine m’attend. Elle est là, devant moi, posé sur sa stèle. Je n’ai qu’à tendre le bras pour la saisir, mais je me suis promis d’attendre le retour des Chevaliers exaltés pour mon couronnement. Je veux pouvoir m’offrir un festin mémorable après la cérémonie et mon repas est entre leur mains.

            L’excitation qui les habite enflamme mes veines desséchées. La toile sacrée s’agite pour créer de nouveaux fils qui vont se planter au cœur de l’esprit de ces nouveaux sujets et les connecter à moi. En me concentrant, je peux humer l’odeur étrangère de ces offrandes cueillit si loin. Leur peau est épicée avec un léger goût de poivre qui me picote les narines. Cette odeur mêlée à leurs pensées sauvages qui ne demandent qu’à être domptées, me rend fou de désir. Je hurle aux fils prodigues d’augmenter le rythme de leur chevauchée, j’ai si faim et si soif…

            Un violent orage gronde dans mes entrailles, à mesure que je les sens se rapprocher. Peut-être m’autoriserai-je à picorer quelques spécimens avant la cérémonie, pour patienter. La faim brouille légèrement mon esprit et pourtant il me semble percevoir qu’il manque quelques-uns des chevaliers exaltés. Leur escadron a subi quelques pertes, peu importe, j’aurai le temps plus tard de comprendre ce qu’il s’est passé. L’heure est à la fête, le reste n’a pas d’importance.

            A travers le dogme, je vois le soleil se lever et se coucher à plusieurs reprises. J’impose aux grands prêtres de rester à mes côtés, à genoux, immobiles. Je ne serai pas seul à avoir faim, à avoir mal, à attendre le retour des fils prodigues, à attendre leur délivrance. Et quand le sol se met à trembler sous les sabots des chevaux tirant un lourd chargement, un large sourire de satisfaction déforme mon visage.

            Avant même de les voir, une odeur de plusieurs jours d’effort, de poussière, de sang et de larmes se faufilent sous les portes du sanctuaire. Et lorsqu’elles s’ouvrent en grand, ils sont là, illuminés de l’aura d’un soleil couchant d’un rouge flamboyant. Derrière eux, attaché les uns aux autres, dans une longue file indienne, le fruit de leur mission. Quelques coups de fouets sont nécessaires pour les inviter à pénétrer le sanctuaire. Tout mes sens s’affolent devant cette nouveauté, cette diversité d’âmes. Impossible pour moi de fixer mon attention et dans l’euphorie du moment, ma faim dérape. Une saveur australe réveille mes papilles, tandis qu’un nectar onctueux coule dans ma gorge. La vision de paysages inconnus glisse sur ma langue, chatouille ma glotte. Des vallées lointaines, des ruisseaux cristallins tombent en cascade dans mon esprit assoiffé. Le goût du vide me stoppe. Des hurlements viennent troubler ce moment, que je bâillonne d’une pensée. Les yeux exorbités de mes nouveaux sujets sont obnubilés par quelques corps qui viennent de tomber au sol. Je savais qu’il serait impossible de résister à une mise en bouche. J’infiltre dans la toile, l’ordre de débarrasser le plancher pour faire place nette. Le moment de mon couronnement est arrivé.

            Comme un seul homme, la voix de l’ensemble des fils prodigues s’élève, forte et vibrante.

— Père universel, UJU éternel, accueillez avec bienveillance vos nouveaux sujets. Nous avons rencontré quelques difficultés à les convaincre de nous suivre, mais nous avons foi en votre immense pouvoir et savons qu’ils plieront le genou pour vous vénérer. Peuple de l’autre monde, prosternez-vous devant le seul et légitime Dieu !

            Je n’ai pas besoin de mes yeux pour les voir. Pour sentir leur réticence, leur répugnance. Par ma simple volonté, je pourrais les convertir, les obliger à m’adorer. Mais le soleil a-t-il pour préoccupation d’être aimé par les fleurs qui le regardent ? Non, il suit sa route sans un regard en bas, et peu importe si sa flamboyance les consume. Et il est l’heure pour moi de les consommer.

            Je suis le Maître de la toile sacré, et d’un coup sec je propage l’onde de ma puissance qui frappe chacun de mes sujets avec violence. J’ordonne, ils obéissent. Tandis que je me lève, ils se mettent tous à genoux. Tous sans exception, les fils prodigues et le peuple de l’autre monde. D’une main ferme, je tiens les rênes et je resserre mon emprise. Je vois tout ces visages, yeux exorbités, bouche ouverte, la respiration sifflante… ces poitrines qui se battent pour se soulever et aller chercher leur oxygène si précieux. La brulure de leur poumon attise les braises endormit dans mon esprit et à mesure qu’ils suffoquent un peu plus, une douce chaleur envahit l’arrière de ma nuque pour couler jusqu’au bas de mes reins, comme une délicieuse caresse.

            Avec regret, je les relâche. Dans l’esprit de mes nouveaux sujets, un nuage de peur si dense annihile leur volonté. Ils ont compris, ils me reconnaissent comme un Dieu. Je ne suis pas un dieu, je suis LE Dieu, je suis UJU. Le craquement de ma mâchoire résonne avec celui de quelques nuques qui se brisent sous ma colère. Je détourne mes pensées sur la satisfaction que les fils prodigues me donnent. Je suis le feu tout puissant, leur ferveur est le bois qui me nourrit. Pendant que les chevaliers exaltés parcouraient le monde pour me nourrir, les grands prêtres restés à mes côtés ont offert une partie de leur être pour ma couronne.

            Du bout des doigts, je l’effleure. Je l’ai voulu sobre pour mieux mettre en valeur les joyaux. Un simple ruban d’or, sur lequel chacun de ongles de mes fils a été incrusté. A pleine mains, je saisis le symbole de ma puissance pour le déposer sur ma tête et son contact me fait frissonner. Chacun des grands prêtres se relèvent pour se placer derrière moi, et l’absence de certains forment des trous dans la toile sacrée. Plus tard. Je réfléchirai à cela plus tard.

            Ma fébrilité et mon excitation crépitent, les flammes affamées au creux de mes entrailles réclament leur dû et c’est tous les membres du peuple de l’autre monde qui se mettent à trembler. Le festin peut commencer.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
L.A Marin
Posté le 30/04/2020
J'apprécie beaucoup ton histoire mais si je peux me permettre, le rythme est un peu lent... Ca fait 6 chapitres que UJU nous baratine un peu la même chose, et même si une évolution est présente ; et bien elle prend son temps dis donc... Bien sur, ce n'est que mon avis et je comprends que certains préfèrent poser leur univers calmement.

Par contre du côté d'ELy je n'ai aucun reproche à faire quant au rythme des événements. Ta plume y est plus fluide, les choses avancent et une histoire se profile. C'est vraiment juste du côté d'UJU que je trouve que ça traîne.
Cocochoup
Posté le 30/04/2020
Re coucou !
Tu as raison du côté de UJU l'arc narratif est très lent. Je m'étais justement demandé si une lassitude ne pouvait pas s'installer du côté lecteur. J'ai ma réponse 😅
C'est rigolo que tu préfères ma plume sur Ely, j'ai vraiment tous les avis ! Ceux qui me sentent plus libéré sur UJU et ceux qui comme toi préfère ma plume sur Ely. En même temps c'est tellement différent que c'est bien normal d'avoir une préférence. Mais je note pour les chapitre sur UJU. Je vais réfléchir à comment faire pour donner plus de pep's !
L.A Marin
Posté le 08/05/2020
J'aime ta plume aussi bien pour UJU que ELy. Tu sais parfaitement décrire l'horreur du personnage d'Uju, sans tomber dans la caricature. C'est uniquement le rythme qui est plus lent et qui m'a donné l'impression d'un manque de fluidité.
En tout cas, j'ai hâte de lire la suite; ton histoire est vraiment très intéressante. Et le fait qu'autant de personnes détestent Uju est la preuve que c'est un excellent personnage. Les figurants; on n'en pense rien. Mais lui il intrigue ;il nous donne envie de le détester, de le comprendre, d'en savoir plus sur son passé, sur son futur. J'imagine déjà sa confrontation avec Ely , que j'ai hâte !!! Allé sur ce bon courage pour la suite !
Jupsy
Posté le 18/04/2020
MAIS ARRETE DE FAIRE LA FETE. ESPECE DE DYONISOS DE MES F… Pardon.

Que dire de plus ? En vrai, je pense que l’on va entrer dans la phase où à chacun de ses chapitres, je vais l’insulter. Cela ne veut pas dire que c’est un mauvais personnage. Il me fait réagir c’est une bonne chose. Je le déteste, c’est tout.

Après les chapitres sont bien écrits avec des métaphores bien trouvées, mais je ne peux pas le saquer. Déjà il bouge pas son derrière, il laisse ses fidèles crevés à sa place. Dans le chapitre précédent il disait qu’il était bon, dans celui là il dit qu’il s’en fout comme le soleil se fout des fleurs… Ce n’est pas un Dieu mais un dictateur mégalomaniaque qui a mauvais goût en plus avec son ruban à ongles.

Bref un bon chapitre sur un personnage détestable.
Cocochoup
Posté le 18/04/2020
Si tu veux, je t'autorise à le traiter de pouffiasse si ça te soulage !
Et on peut faire un transfert de UJU chez seja pour qu'il apprenne qui est le patron !
Xendor
Posté le 11/04/2020
Mégalomane en plus ? Sa chute sera dure, très dure. Uju est bizarre, mais cet autre monde soulève des question. Est-ce celui d'Ely ? Qu'est-ce qui les lie ? Ont-ils des paninis ? Malgré l'antipathie que j'ai pour Uju ce sont des questions intéressantes.
Cocochoup
Posté le 11/04/2020
Ah des panini, je ne sais pas si a leur époque les panini existait. Je pourrais créer une porte spatio temporelle pour faire voyager UJU jusqu'à notre époque et qu'il goûté un panini... Mais pas sur que j'ai bien envie de rencontrer ce monsieur 😅
Xendor
Posté le 11/04/2020
X) demande à Seja, elle fabriquera les portails nécéssaires ^^
_HP_
Posté le 21/03/2020
Salut !

C'est très bien écrit. Tu arrives à bien expliquer chaque détail.
Ca se lit tout seul ^^ J'avale les chapitres sans même m'en rendre compte xD

"ces offrandes cueillit si loin" → cueillies
"attaché les uns aux autres" → attachées
"Je suis le Maître de la toile sacré" → sacrée
"La brulure de leur poumon attise les braises endormit dans mon esprit" → brûlure / leurs poumons / endormies
"chacun de ongles de mes fils" → des ongles (beurk 🤢😂)
"A pleine mains" → pleines
Cocochoup
Posté le 21/03/2020
C'est le plus joli compliment que tu puisses me faire de tout lire !
peneplop
Posté le 19/03/2020
Hello !

C'était vraiment bien écrit. Je le dis à chaque fois, mais ta plume est très imagée avec Uju. Les métaphores et autres comparaisons sont vraiment bien amenées. J'ai lu le chapitre d'une traite, ça glisse tout seul...!

"Non, il suit sa route sans un regard en bas, et peu importe si sa flamboyance les consume." : c'était vraiment, vraiment bien trouvé !

On apprend des choses : les fils d'UJU vont chercher des victimes de l'autre côté, dans un autre monde ? Cool ! Mais à priori, il y a un petit souci, on doit leur opposer une résistance de l'autre côté... Hum...

"Le craquement de ma mâchoire résonne avec celui de quelques nuques qui se brisent sous ma colère." : je dirais "Le craquement de ma mâchoire (entre en résonance) avec celui de quelques nuques qui se brisent sous ma colère." Tu en penses quoi ?
Cocochoup
Posté le 19/03/2020
Merci pour la suggestion pour modifier la phrase !
Je note je note pour le moment de la ré écriture ♥️
Allie Oster
Posté le 18/03/2020
Un autre monde o_o

J'aime à quel point les chapitres qui dépeignent UJU se ressemblent et à la fois sont si différents. Ils ont un coté rassurant dans leur constance. C'est comme atteindre un point relais tous les deux chapitres, sans pour autant qu'il soit ennuyeux ou rébarbatif. La ligne est bien suivie, ils sont denses d'un point de vue émotionnel, en bref j'aime.
Cocochoup
Posté le 19/03/2020
Coucou Allie !
Ravie que les chapitres sur UJU te plaisent... J'avais un peu peur du côté redondant ! Tu me rassures !!
StarHopper
Posté le 16/03/2020
Il me fait vraiment peur cet UJU!
Sa couronne (pour rejoindre ce qui a déjà été dit) est difficilement imaginable sereinement...

Mais qui est UJU ? Pour moi c'est un Autre (de ceux qui aident Ely), mais qui a mal tourné...
Cocochoup
Posté le 19/03/2020
Salut sauteur d'étoiles 😉
Je garde ton pronostic, réponse dans quelques pages !
Zig
Posté le 16/03/2020
Il est vraiment glaçant, ce UJU ! Incroyablement magnifique !
J'essaye toujours de savoir si c'est un antagoniste, un parallèle... comment il va prendre place dans le récit, s'il va prendre le place dans le récit... tellement de questions que j'adore, parce que c'est mystérieux et du coup plutôt excitant !

J'ai hâte de lire le prochain chapitre de Ely, et comment elle se remet de sa toute nouvelle nomination (quelque chose me dit qu'elle va avoir besoin de courage...)
Cocochoup
Posté le 19/03/2020
Coucou Zig
Va falloir encore un peu de patience pour que tu trouves des réponses à tes questions... Mais ça arrive !!
Renarde
Posté le 16/03/2020
Coucou CorinneChoup,

Ma grimace de dégoût à découvrir cette "magnifique" couronne... Et UJU qui considère les nouveaux venus comme un apéro avant le festin final. Brrr...

Du coup, est-ce qu'il y a d'autres "dieux" ? J'aurais plutôt envie de dire, d'autres anomalies ? Est-ce que les peuples enlevés vont se soulever ? Une guerre va-t-elle éclater ?

Là, je te livre en vrac ce que je m'imagine à ce stade du récit.

Parce qu'UJU est extrêmement puissant, certes, mais sa vanité et sa folie vont le perdre. Du moins, j'espère...
Cocochoup
Posté le 16/03/2020
Un gros cube un petit cube c'est l'heure de l'aperiiiicuuuuube XD
Mystère et boule de gomme pour la suite ;)
Alice_Lath
Posté le 16/03/2020
Brrr, cette couronne me répugne. N'empêche, ça peut paraître bizarre, mais je suis super curieuse sur cette essence dont UJU est fait. Plus je lis ses parties, plus jme dis: eh ben, que c'est ce que ça doit être quand il rencontre un autre dieu en balade. Sinon, ses parties sont toujours aussi bien écrites mais j'avoue que je préfère finalement celles d'Ely pour le moment: plus de rebondissements pour mon petit être avide huhu. Mais rien à redire, c'est toujours aussi agréable à découvrir, bien qu'un peu sanguinolent lorsque UJU ce fils de boucher mal luné parle.
Cocochoup
Posté le 16/03/2020
C'est intéressant de voir que la balle change de camps concernant ton intérêt :)
Je suis contente Parceque c'est ce que j'espérais au fur et à mesure du déroulement de l'histoire !
PetraOstach - Charlie O'Pitt
Posté le 16/03/2020
Il me fait de plus en plus peur ce UJU. Et cette couronne, j'arrive trop à la dessiner dans ma tête, c'est insupportable :D

C'est une impression où tu as plus de facilité à écrire pour UJU que pour Ely ? Peut-être que je me trompe, mais comme UJU est fou, on dirait que tu as plus de facilité à poser l'intrigue qui l'entoure que pour Ely qui donne envie de la protéger.
Cocochoup
Posté le 16/03/2020
Coucou !
Je galère effectivement pour Ely, Parceque les chapitres sont plus longs et qu'il se passe beaucoup plus de choses...
Et peut être que ma folie m'aide à me rapprocher de UJU ? Enfin pas trop quand même hein !!
Vous lisez