11 - Perdre

Par Seja

La porte s’ouvre, inonde la cellule d’une lumière crue. Les prisonniers se reculent, baissent les yeux, tentent de ne pas se faire remarquer. Mais les soldats ne sont pas là pour eux. Ils poussent une autre prisonnière à l’intérieur, referment. Elle chancelle, se retient au mur.

Elisa se précipite vers elle, la soutient, l’aide à s’assoir. Loin de la porte. Le plus loin possible.

L’éclairage est chiche, mais elle voit les traces de coups, le sang qui n’a pas encore eu le temps de sécher. Elle voit tout ça et elle sent la colère enfler dans sa poitrine.

—  Ne tente rien, Lisa.

Elle détourne le regard de Mathilde.

—  Ne les mets pas en colère.

—  Ca a l’air de marcher avec toi, gronde-t-elle.

—  Ils veulent que je leur donne des infos. Que je n’ai pas.

Elle essaie de se redresser un peu, grimace de douleur.

Elisa a envie de hurler face à l’impossibilité de la situation. Depuis le peu de temps qu’ils sont là, l’espoir semble s’être envolé. Ils ne sortiront pas d’ici et ils le savent. Leur groupe n’est pas le seul, ils sont beaucoup trop ici.

—  On n’a pas été assez prudents, murmure Mathilde. J’ai été trop négligente.

—  C’est pas ta faute, mâchonne Elisa. Tu les as vus, ils ont intensifié les recherches.

Et c’est le cas. Tous les jours, de nouveaux prisonniers arrivent. Ils restent ici pour l’instant. Elisa ne sait pas ce qui va leur arriver après. Rien de très bon, sûrement.

—  Peut-être, concède Mathilde. Mais notre groupe comptait sur moi.

A ça, Elisa n’a rien à répondre.

—  Au moins, soupire Mathilde, les enfants sont en sécurité.

Elisa répondrait bien que cette sécurité est toute relative, que c’est tout autant une prison que la leur. Elle répondrait bien quelque chose. Mais elle sait que Mathilde a raison. Ils ne vont pas torturer les enfants, ils ne vont pas en avoir besoin. La population est bien trop réduite, ils ne peuvent pas se permettre de sacrifier la jeune génération.

—  Ils ont dit quelque chose ? demande Elisa avec une hésitation.

Elle se souvient un peu trop bien du dernier regard de Charlotte. La panique, la peur. Elisa a tenté de la rejoindre, mais ils l’ont arrêtée d’un coup à la tête. Elle est revenue à elle dans le camion. Et là, il n’y avait plus de Charlotte.

Mathilde secoue la tête et même ce mouvement semble douloureux.

—  Ils ont dû les emmener ailleurs. Peut-être pas dans une prison. Je ne sais pas.

Elisa sent son coeur lui cogner de plus en plus fort dans la poitrine. Elle avait une chose à faire, une seule. Protéger la gamine de sa soeur, ne pas les laisser l’emmener. Elle a lamentablement échoué.

Elle sent la main de Mathilde sur son épaule, croise son regard. Elle est si étonnée d’y voir de la résignation, elle n’en a jamais vu chez elle. Et ça lui fout un coup. Si Mathilde abandonne, c’est que c’est vraiment foutu. En même temps, elle s’attendait à quoi ? Ils sont en taule, ils sont coupables. Il n’y a pas quinze issues d’ici.

—  Peut-être que d’autres vont agir, murmure-t-elle. Peut-être qu’ils vont faire quelque chose.

Mathilde soupire.

—  Si les autres groupes sont en aussi mauvais état que le nôtre, j’ai un gros doute. On était chassés, terrifiés, épuisés, Lisa. Ce n’est pas comme ça qu’on organise une révolution. Ils sont bien plus forts et ils le savent. Nous, on ne les gêne pas tant que ça en fin de compte. Mais ils préfèrent se débarrasser de nous, de nettoyer une dernière fois le pays. Ne plus avoir de gens qui pensent autrement.

Elles font mal, ces paroles. Sûrement parce qu’elles sont vraies. Elisa détourne son attention sur les autres prisonniers. Beaucoup ont été interrogés, beaucoup en gardent des traces. Et tous sont résignés.

—  Donc quoi, on est foutus ?

Mathilde prend un temps avant de lui répondre. Puis, elle plante son regard dans le sien, hoche la tête.

—  On dirait bien.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Jupsy
Posté le 18/04/2020
Mais non, vous n'êtes pas foutus. Vous allez juste être libérés de vos souffrances pour l'éternité, et bien davantage.

En tout cas, Mathilde a bien morflé, mais qu'elle est encore assez lucide pour inciter Lise à ne pas faire de conneries. Par contre quand Mathilde dit que les enfants sont à l'abri, Lise n'en est pas aussi sûre. Dire qu'elle songeait à pousser Charlotte à se rendre pour lui éviter une balle dans la tête...

Comme quoi rien n'est jamais simple dans la vie. En tout cas, leur révolution sent un peu le moisi... à moins qu'un vaillant journaliste et des potes suicidaires ne viennent les sortir de là.

Mais moi je suis sûre que tu vas tous les tuer. Donc je ne me fais aucun espoir. C'est FOUTU. (et foutu pour foutu autant tenter des trucs... )
Dédé
Posté le 23/09/2019
Ces émotions que tu transmets à travers cette histoire… Certes, c'est pas joyeux mais c'est tellement puissant ! Ce pessimisme, ce désespoir, c'est tellement percutant. J'aimerais beaucoup rentrer dans l'histoire et leur donner du courage et de l'espoir. De la force, aussi. Mais hélas, ce n'est pas possible…

J'espère qu'il y aura un groupe qui saura arrêter tout ça, libérer tout le monde. C'est un maigre espoir mais...eh… je dois être un éternel optimiste (je ne l'aurais jamais cru).

A bientôt pour la suite !
Seja Administratrice
Posté le 18/04/2020
C'est la grosse teuf, eh ! Je t'assure, t'as AUCUNE envie de rentrer dans l'histoire xDD
Elga
Posté le 29/08/2019
Non non, battez-vous! Vous n'êtes pas foutus !
Pardon... Je me laisse entraîner. Faut dire que c'est effrayant et prenant ton récit. Épargner les enfants parce que la démographie est en baisse... pfou... les mots me manquent, heureusement qu'il y a les tiens.
Une coquille à la fin de ton texte: "Mais ils préfèrent se débarrasser de nous, de nettoyer une dernière fois le pays" un de avant nettoyer en trop.

À plus tard!
Seja Administratrice
Posté le 29/08/2019
Merci pour la coquille ! Je ferai une repasse quand j'aurai fini x)
Bah atta, c'est important, la jeunesse :P
Keina
Posté le 24/08/2019
Oh là là, c'est pas la joie du côté des prisonniers... Sont-ils réellement foutus ? J'ai l'espoir que non, quand même... C'est qu'on s'y attache, à tes personnages ! J'espère qu'ils vont retrouver la petite Charlie, même si ça a l'air mal barré...
Seja Administratrice
Posté le 24/08/2019
Bon, en même temps, ils sont prisonniers, quoi :P Ah bah écoute, on verra s'ils survivent à l'histoire ou pas. Je parierai pas trop sur eux, mais ils peuvent te surprendre :P
Merci de ta lecture !
cirano
Posté le 23/08/2019
Me revoilà (je fais le commentaire pour les chapitres 10 et 11, j'ai pas eu le temps hier je devais réviser pour mon examen de linguistique ^_^)

Ces deux chapitres sont plus cool niveau action, une sorte de petit temps de battement avant de commencer à penser à la mission de sauvetage. Ces deux chapitres sont très intéressant. Le 10 car il développe un peu ton univers de résistants et le 11 car il développe les relations entre tes personnages.

J'ai pas grand chose à dire de plus, j'ai beaucoup aimé, et je suis un peu rassuré de voir aussi des chapitres plus calmes pour contraster avec les moments d'action ^_^

à la prochaine,
Cirano
Seja Administratrice
Posté le 23/08/2019
Bon retour :) Les examens, c'est important aussi. Je crois.
Mawi, t'as vu, les orteils en éventail et on se la coule douce :P Va falloir recommencer à cogner bientôt, je pense. Sinon, les persos vont s'habituer, eh.
Merci d'être toujours là !
cirano
Posté le 23/08/2019
Mais oui hn xD j'ai failli oublier d'étudier tant je me plonge dans ce forum xD (mais ça va je gère quand même :D )
Et t'imagine, plus rien leur fait peur, tu te retrouves avec une quinzaine de petits Rambos qui vont aller faire tomber le gouvernement à coup de C4 !! (en vrai ce serait un tournant surprenant xD )

Et de rien ^_^
Seja Administratrice
Posté le 23/08/2019
... Merci pour l'idée :P
Vous lisez