1. Les nouveaux Occupants

Par tiyphe

Jeanne

En cette fin de matinée du 18 avril 2017, Jeanne et Louise accueillaient leur énième Occupant. Un grand nombre d’entre eux s’était présenté à la Porte d’Argent dans la nuit. Le calme s’était fait ressentir peu avant midi. Les deux femmes se dégourdissaient les jambes entre deux arrivées dans le hall de la gare qui ne comportait pas de quais. Tout était blanc autour d’elles et peu de meubles habillaient l’endroit. Concentrée, Jeanne patientait paisiblement tandis que Louise parcourait de long en large le porche en attendant que la cloche résonne.

En ce jour, les Créatrices de l’Entre-Deux remplaçaient la Gardienne. Cette dernière avait pour mission de recevoir les morts à la Porte d’Argent afin de leur présenter leur nouveau chez eux pour l’éternité. Et quelques fois par an, un jour de repos lui était autorisé. Le portail ne pouvant être laissé sans surveillance, les gérantes de ce lieu avaient alors le devoir d’occuper ce poste pendant vingt-quatre heures.

Louise, la Princesse de l’Entre-Deux et la plus jeune des deux, était toujours accompagnée de son ancienne servante Jeanne. Après tant d’années à se côtoyer et à entretenir les mêmes responsabilités de dirigeantes et de Créatrices, les deux femmes se voyaient à présent comme des égales et partageaient une estime mutuelle. Seul le langage respectueux de l’aînée était resté comme un automatisme de leur vivant.

La jeune fille porta la main à son cou et sortit une clé de son col. Elle était faite du même métal que les hauts barreaux d’argent. Des dessins formant des flammes s’entrelaçaient çà et là en gravure. Lorsqu’elle approcha ses doigts fins de la porte, une serrure apparut. Machinalement, elle y glissa la clé. Le battant droit s’ouvrit, déplaçant avec lui de la brume blanche qui recouvrait le sol, de la même couleur.

Stoïque, Louise observa le mécanisme qui semblait magiquement mouvoir le portail tandis que Jeanne avançait vers le nouvel Occupant. Il avait l’air plus apeuré que la majorité des hommes et femmes qu’elles avaient accueillis depuis le début de la journée. C’était un petit garçon d’à peine 8 ans tenant un ours brun en peluche serré tout contre son cœur. Il jetait des coups d’œil autour de lui, n’osant pas bouger d’un orteil. La grande femme lui tendit la main afin de l’inviter à franchir la Porte d’Argent.

Après un long moment d’hésitation, l’enfant avança un pied dans la gare. La seconde après son entrée dans l’Entre-Deux le battant en acier gris lumineux se referma, arrachant un petit cri de surprise au jeune qui se cacha la bouche avec son ourson. Tout en gardant ses distances, il suivit les dirigeantes à l’écart des barreaux de métal.

— Voilà qui est curieux et original, s’étonna Louise en se penchant derrière Jeanne, les mains dans le dos.

Cette dernière leva discrètement les yeux au ciel face au manque de délicatesse de son amie et s’adressa au garçon d’une voix douce :

— Comment t’appelles-tu, mon enfant ?

De nouvelles longues secondes passèrent alors que l’intéressé observait l’environnement lumineux et nu autour de lui. Terrifié, il répondit timidement :

— Maman m’a appris à ne pas parler aux inconnus.

Après une pause, il ajouta :

— Où est ma Maman ?

Intriguée, la Princesse haussa un sourcil.

— Les coutumes sont de plus en plus… Comment disent-ils, Jeanne ? s’enquit-elle.

— Je crois que le mot que vous cherchez est « bizarre », Mademoiselle Louise, affirma la grande femme.

— C’est cela : bizarre, confirma la plus jeune.

Puis elle s’adressa au nouvel Occupant apeuré, bien plus abruptement que son aînée :

— Petit, il nous faut connaître ton nom, ainsi que les conditions de ta mort. Nous n’avons pas toute la journée, alors empresse-toi de nous répondre.

Le garçon regarda la Princesse de ses grands yeux bleus écarquillés qui se remplirent soudainement de larmes. Jeanne, étonnée du comportement un peu rustre de son amie qui n’était pas habituel, tenta de l’apaiser. Louise aimait son peuple, mais ne raffolait pas du rôle de remplaçante, encore moins lorsqu’il s’agissait de suppléer la Gardienne. En ce jour, le travail d’accueil la rendait étrangement aigrie et froide. Du haut de ses 20 ans depuis un peu moins de cinq siècles, la jeune femme avait pourtant un caractère difficile, parfois capricieux, mais quelque chose semblait différent. Son amertume ne paraissait pas être la conséquence d’une simple relève.

Alors que les larmes coulaient le long des joues de l’enfant, Jeanne s’approcha de lui, repoussant ses drôles d’idées. Il reniflait et sursautait. L’incompréhension dans ses grands yeux faisait place à la peur, à la tristesse et à d’autres émotions que les Créatrices ne connaissaient que trop bien.

— Ma… mort ? bredouilla-t-il entre deux sanglots.

— Et que diable fait cette chose dans tes bras dans notre monde ? s’agaça la Princesse. Seuls les vêtements passent les Barrières de la Mort.

— Mademoiselle Louise, gronda Jeanne. Je vous ai déjà demandé de ne pas jurer, surtout devant un enfant. Vous l’effrayez. Laissez, je m’occupe de lui. D’autres vont sûrement arriver.

— Très bien, je suis lasse, siffla la jeune dirigeante. Ces dernières décennies, la population de l’Entre-Deux augmente considérablement, tout comme notre travail.

Louise se retourna vers la Porte d’Argent. De sa fière et élégante démarche, elle atteignit le portail. La tête haute et sa longue chevelure brune voletant au rythme de ses mouvements, elle accueillit de nouveaux morts en leur desservant le discours habituel. Son attitude laissait voir qu’elle ne leur accordait pas d’importance.

Jeanne la regarda s’éloigner, aussi inquiète qu’amusée ; son amie n’avait jamais vraiment été patiente. Elle se retourna vers l’enfant qui pleurait toujours à chaudes larmes en serrant son ourson fort contre lui. La grande femme s’accroupit afin de se mettre à la hauteur du nouvel Occupant. Sa longue robe ajustée la déstabilisa un instant, la faisant perdre l’équilibre. Elle dut poser une main au sol pour ne pas tomber. Le mouvement suscita assez l’intérêt du petit pour qu’il lève la tête. Entre deux sanglots, il observa celle qui lui faisait face.

— Je m’appelle Jeanne, annonça cette dernière avec un regard aussi apaisant qu’elle le pouvait. Ce n’est pas grave si tu ne me dis pas ton nom tout de suite.

Elle approcha sa main près du garçon qui recula d’un pas, son corps tremblait de terreur.

— Tu n’as pas à avoir peur de moi, tenta-t-elle de le rassurer. Je ne te ferai aucun mal, je te le promets.

L’intéressé sembla rassembler tout le courage dont il était capable, sécha ses larmes d’un rapide revers de manche et lança un regard de défi à la grande femme qui lui faisait face.

— Je veux rentrer chez moi, s’exclama-t-il d’une voix ferme.

La surprise tira les traits de Jeanne puis un long sourire vint se dessiner sur ses lèvres. Il s’élargit de plus en plus jusqu’à ce que la femme se mette à rire assez fort. Elle posa ses genoux sur le sol brumeux, emportée par son allégresse. En essuyant discrètement une perle au coin de sa paupière, elle tenta de se ressaisir. Elle planta son regard gris acier dans les grands yeux bleus de l’enfant.

— Tu me rappelles Mademoiselle Louise, à ton âge, dit-elle avec émotion.

Déstabilisé, le petit garçon dit avec une pointe de curiosité dans le ton :

— C’est qui Louise ?

Alors que Jeanne allait répondre, le son habituel de la cloche retentit une fois de plus, indiquant l’arrivée d’un nouvel Occupant. La femme se leva et épousseta sa longue robe d’un bordeaux sombre au col blanc relevé. Elle aperçut Louise revenir en soupirant bruyamment. La Princesse venait d’aiguiller un couple de personnes âgées vers le dortoir.

L’aînée prit la main du garçon. Il ne discuta pas et se posta près des deux dirigeantes de l’Entre-Deux face à la Porte d’Argent. Elle était si haute que le petit devait se tordre le cou pour apercevoir la courbure métallique qui semblait presque se perdre dans la brume environnante. Louise inséra la clé dans l’ouverture prévue à cet effet.

Derrière la porte qui venait de se déplacer, une nouvelle fois toute seule, se trouvait un jeune homme d’une vingtaine d’années aux cheveux blond nordique. Il se tenait la main avec une grimace de douleur sur le visage.

— Lucas ! s’exclama l’enfant.

Ce dernier voulut rejoindre son interlocuteur, mais Jeanne lui attrapa le bras avant qu’il ne franchisse le seuil.

— Lâche-moi ! protesta-t-il, furieux. C’est mon grand frère. Lucas ! cria-t-il à l’intention du nouvel arrivant.

L’intéressé traversa la porte qui se referma sèchement derrière lui. Louise avança jusqu’au battant afin d’en retirer sa clé. Elle remit l’objet autour de son cou pendant que la serrure disparaissait de nouveau.

Au même moment, Jeanne lâcha l’enfant qui courut jusqu’à son frère, tenant toujours son ourson à la main.

***

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Le Saltimbanque
Posté le 04/12/2020
Mmmh c'est envoutant tout ça.

J'ai beaucoup aimé ce monde. Ni trop sombre ni trop "paradisiaque" non plus. Une impression de solitude au bout du monde s'en dégage, c'est très dépaysant.

Les personnages, même si on ne sait pas grand chose d'eux, sont assez intriguant, et donne bien envie d'en savoir plus. J'ai beaucoup apprécié que tu n'exagère pas le côté émouvant de la situation surtout avec le petit enfant (et il y avait de quoi, avec son frère qui arrive, son petit ourson...)

Très intriguant.
tiyphe
Posté le 05/12/2020
Hey ! Je suis contente de te voir ici :D

Super si le monde t'emballe, tu décris vraiment l'ambiance que j'ai voulu instaurer, ça me ravit :D

Merci beaucoup pour ton commentaire !!
Isapass
Posté le 22/11/2020
Salut Tiyphe !
Ah, je trouve ça génial, comme idée, cet Entre-deux ! Et Louise et Jeanne me plaisent déjà beaucoup, même si Louise semble un peu à côté de ses pompes quand débute ton histoire. Mais si elles étaient parfaites, ça ne serait pas drôle ! Aurait-elle une sorte de pressentiment lié à l'arrivée des deux garçons ?
Du coup, je suis impatiente de savoir comment les créatrices ont aménagé tout ça. Et aussi comment elles se sont retrouver là. Parce que bon, ce n'est pas le paradis, donc elles doivent bien avoir un petit quelque chose à ce reprocher, même si ça ne vaut pas l'enfer. La question est d'ailleurs la même pour les arrivants, ce qui est plus troublant pour le petit garçon...
Bon tu vois que tu m'as déjà accrochée avec ton univers. Et la délicatesse de ta plume n'y est pas pour rien non plus : ça se lit tout seul.
Bon, maintenant je vais faire ma pinailleuse... Je me demande s'il ne manque pas un petit élément un peu plus accrocheur quand même, comme une petite révélation qui laisse deviner une piste vers le chapitre suivant, un début de fil rouge. Bref, quelque chose qui donne envie de tuer (enfin, ceux qui ne sont pas déjà morts, hein) pour avoir la suite.
Comme je te le dis, c'est vraiment du pinaillage et c'est une réflexion plus qu'une remarque ;) On peut en discuter, d'ailleurs, si l'idée te titille.
En attendant, je vais découvrir la suite.
tiyphe
Posté le 22/11/2020
Coucou Isa !

Je suis super contente que tu viennes faire un tour dans l'Entre-Deux :3 Et tes commentaires me comblent, je suis heureuse que ces deux premiers chapitres te plaisent et t'intriguent un peu ;)

Tu poses de bonnes questions et tu verras les réponses au fur et à mesure ;) Et je suis touchée de savoir que ma plume est agréable à lire :D

Pour ton pinaillage, il est très intéressant ! N'hésite surtout pas à en faire, ça ne peut que me faire progresser que je sois d'accord ou non ^^
Je note du coup cette effet de manque un élément un peu plus accrocheur, je vais y réfléchir !

En tout cas, merci beaucoup :3
Renarde
Posté le 28/07/2020
Coucou Tiyphe,

à mon tour de faire mes devoirs de vacances XD

Ce qui est bien, c'est qu'on sait directement qui est ce petit bonhomme si intriguant de ta couverture, même si un paquet de mystères demeurent...

Je me demande bien où tu vas nous emmener, mais ce premier chapitre me donne fort envie de cliquer sur "suivant"
tiyphe
Posté le 29/07/2020
Coucou Renarde !
Bienvenue dans l'Entre-Deux !

Eheh eh oui c'est Tom sur la couverture :D

Aaah c'est cool si tu as envie de poursuivre à la fin du premier chapitre :3

Merci d'avoir commenté ! Bisouuuu
Mart
Posté le 02/03/2020
Salut Tiyphe !
Dis, y en a combien, des Au-delà ? Parce que j'ai l'impression que deux personnes pour accueillir les morts, c'est loin d'être suffisant, au XXIe siècle ^^'.
À part ce détail pratique (devrait-on y ajouter celui que l'on préfère toujours oublier : la langue ?), j'ai bien aimé ce début ! La dynamique entre les personnages semble bien établie, le cadre est bien posé et clair. En fait tellement clair qu'on ne se pose pas trop de questions sur l'au-delà, mais plutôt sur l'enfant et son frère, et plus précisément leur mort !

Au plaisir de te lire !
tiyphe
Posté le 02/03/2020
Oh coucou Mart ! Ça me fait super plaisir de t'accueillir dans l'Entre-Deux ! :D J'espère que ça va te plaire !

Concernant tes deux questions, tu trouveras les réponses dans la suite (pour la langue, bien plus tard, mais j'en parle ^^).

Merci pour ton commentaire !! C'est super si ça te pl
tiyphe
Posté le 02/03/2020
te plait le début*

Au plaisir d'avoir tes retours ;)
(J'ai bug dans l'écriture de mon commentaire, d'où le fait qu'il est en deux parties xD)
Mart
Posté le 02/03/2020
Merci pour l'accueil ! :D (Heu mon temps n'est pas encore venu :O )
C'est super si t'as prévu des réponses à ces questions ! Souvent on doit se contenter d'un "il doit bien y avoir une explication, mais on ne la connait pas" xD
tiyphe
Posté le 02/03/2020
xD non je l'espère aussi que ton temps n'est pas venu eheh !
Makara
Posté le 21/09/2019
Coucou Tiyphe ! Me voilà sur ta dernière histoire ! :)
Alors déjà, sache que j'ai noté un réel progrès dans l'écriture. Elle est plus riche, plus détaillée ! ça se prête parfaitement à ton univers. Je trouve aussi les personnages, bien plus originaux que ton précédent récit. Pour l'instant, on ne voit qu'une esquisse de relation entre les deux femmes mais ce qu'on apprend me plait bien.
L'arrivée de l'enfant - dont on ne connait toujours pas le nom - est aussi très intéressante, surtout avec la venue de son frère en fin de chapitre. On peut donc en déduire qu'ils sont morts quasiment au même moment. Accident de voiture ?
J'aime bien les récits adultes où des enfants jouent un rôle importants. J'ai hâte de voir ce que tu nous réserves !

Coquilles ou remarques :
"Concentrées (ée), Jeanne patientait...."
"D’une manière automatique, elle y glissa la clé." => Je ne suis pas très fan de cette phrase. Instinctivement, plutôt ?
"La seconde après son entrée dans l’Entre-Deux le battant en acier gris lumineux se referma, arrachant un petit cri de surprise au jeune qui se cacha la bouche de son ourson". Qui cacha la bouche de son ourson ?
"Jeanne, étonnée du comportement un peu rustre de son amie, tenta de l’apaiser. "=> Pour moi, si les deux femmes se connaissent depuis 5 siècles, elle ne devrait pas être étonnée du comportement de son amie.
"Jeanne afficha de la surprise sur son visage"=> Je trouve la formulation un peu maladroite. La surprise s'empara de son visage ?
Voilà ! En tout cas bravo pour début accrocheur !
Bisous volants <3
tiyphe
Posté le 22/09/2019
Coucou Makara !
Bienvenue dans l'aventure !! Merci pour ton commentaire, il me fait super plaisir et j'espère que tu sauras trouver les réponses à tes questions et que je saurai te surprendre ;)

Merci pour les coquilles, je les note !

Pour la surprise de Jeanne concernant le comportement de Louise, c'est fait exprès, mais du coup peut-être pas assez bien expliqué, je veux garder un peu le suspense ^^'
Mumu bouquin
Posté le 18/09/2019
Bonjour, je suis toute nouvelle ici, je viens de tombée sur ton histoire qui ma plais bien .

Vus que c'est que le 1er chapitre je vais continuer a la lire.

Le chapitre est très bien écrit, les dialogues sont très bien.
tiyphe
Posté le 18/09/2019
Coucou Mumu et bienvenue du coup !
Merci pour ton enthousiasme, j'espère que la suite te plaira :)
Seja Administratrice
Posté le 30/08/2019
Hello ! Alors, avant toute chose, je n'ai pas lu le résumé (vu que je le fais jamais), je savais donc pas où je mettais les pieds.

Donc si je comprends tout, on est dans un au-delà et la gardienne est partie en weekend. J'ai bon jusque là ? Alors, du coup, j'ai trouvé un truc un peu bizarre. Au moment où quelqu'un arrive à la porte, elles ne savent pas qui il est ni comment il est mort. C'est comme, je sais pas, remplir un avion sans connaitre les noms des passagers. Je me disais juste que vu qu'elles sont un autre plan d'existence, il serait logique qu'elles aient accès aux infos en temps réel, et même à plus d'infos qu'un humain normal. Une sorte de registre à consulter où elles voient d'un coup d'oeil qui se présente devant elles. Oui, la gestion est ma grande passion :P

Au niveau du langage, pas grand chose à redire, ça se lit bien, c'est fluide et tout et tout. Mais comme j'aime chipoter, je vais quand même relever des petites choses qui m'ont gênée. C'est l'introduction des personnages au début. Qui est... détaillée. Je veux dire, est-ce qu'on a vraiment besoin de savoir d'entrée de jeu toute leur biographie ? Est-ce qu'on est obligés d'avoir autant d'exposition. Parce que concrètement, c'est quelque chose que j'aurais préféré découvrir au fur et à mesure de ma lecture. Ca aurait aiguisé l'intérêt pour les personnages. Tu vois le truc ? :)

Je vais m'arrêter là dans ma tartine :P Ce début est quand même prometteur, mais voilà, j'aime chipoter. A bientôt !
tiyphe
Posté le 31/08/2019
Coucou Seja !
C'est avec plaisir que je t'accueille dans l'Entre-Deux :D

"Donc si je comprends tout, on est dans un au-delà et la gardienne est partie en weekend. J'ai bon jusque là ?"
-> C'est exact !

Ahah ta comparaison avec un avion m'a fait sourire. Les Créatrices/dirigeantes (Louise et Jeanne) n'ont absolument aucune idée de qui arrive, c'est le principe. Elles ne choisissent pas et ont la surprise à l'arrivée.
Je n'ai pas vraiment d'explication, mais c'est comme ça que je l'ai imaginé :)
Ton interprétation reste intéressante ;)

Pour les descriptions, tu parles des paragraphes 2 et 3 ? Je vois ce que tu veux dire, je pense que c'est assez inconscient ^^' J'ai dû vouloir aider le lecteur à comprendre de façon rapide le rôle de la Gardienne et la relation entre Louise et Jeanne. Je peux essayer de rendre le tout moins lourd et peut-être plus vague.

N'hésite pas à chipoter ! C'est toujours très intéressant de voir ce qu'on peut avoir loupé ;)
Merci beaucoup à toi :D
Flammy
Posté le 26/08/2019
Coucou !

Le résumé me plaisait bien, je suis donc venue voir =D Et pour le moment, ça me plait bien ! C'est bien écrit et fluide à la lecture, donc c'est vraiment cool de ce côté ^^

Niveau histoire, c'est encore compliqué de se prononcer vu que c'est le tout début, mais le contexte commence déjà à se poser tranquillement, c'est bien ^^ J'avoue que j'ai été surprise quand les nouveaux Occupants se sont révélés être des enfants. Vu que ce sont des gens ni bons, ni mauvais, je ne m'attendais pas à voir des petits, surtout que ça n'a pas l'air d'être habituel. Je me demande ce qu'ils ont fait pour mériter d'être là.

Niveau des personnages, Louise et Jeanne sont tout de suite bien campés, en quelques mots on arrive bien à les cerneau, chapeau !

Petite remarque au passage :

"Son attitude laissait voir qu’elle ne leur apportait pas d’importance." accordait plutôt, non ?

Voili voilou ^^ J'ai bien aimé ma lecture et je viendrais lire la suite =D

Pluchouille zoubouille !
tiyphe
Posté le 27/08/2019
Coucou Flammy ! Merci de venir me lire !! Et merci pour tes compliments :o !

Pour les enfants, il y a une réponse à cela et j'espère qu'elle sera assez claire xD mais ça sera à découvrir tout le long du livre o/

Louise et Jeanne sont mes bébés <3

Effectivement, accordait passe bien mieux, merci je note pour le modifier à une prochaine relecture !

Merciiiiiiiiii
Vous lisez