1. Déménagement

Par Mart

Par Greg, avec peu d’espoir, le 25 novembre 201*.

« Ne laisse pas l’ombre t’attraper.

Fuis, fuis, sans jamais lui échapper. »

 

Pour la plupart des gens, l’ennui avec les déménagements, c’est le déracinement. Devoir réapprendre toutes ces petites habitudes quotidiennes, s’éloigner de ses amis. Il faut trouver une nouvelle école, s’y intégrer…

J’ai peut-être de la chance en fait. Sans racines, pas de déracinement. Si on n’était pas intégré… Eh bien, quelle importance de s’en aller, de tout laisser derrière ?

Et pourtant ça me pèse. Je ne sais pas exactement pourquoi. Enfin, si. Je sais que je rencontrerai à nouveau les mêmes déceptions, sans pour autant pouvoir lâcher tout espoir. Je sais que ça fera mal.

Le pire dans l’histoire est peut-être encore de ne pas comprendre pourquoi on déménage. C’est pourtant courant, dans un pays aussi grand que les États-Unis, de déménager suite à une promotion ou un changement d’affectation… Mais là, mon père change d’affectation parce qu’il déménage. C’est lui qui l’a demandé à l’entreprise…

Bien sûr il l’a obtenu sans mal. Mon père obtient toujours tout ce qu’il veut. Si ça nous convient à maman et moi, c’est une autre histoire… Jusque-là, on l’a toujours gentiment suivi. Plus petit, il m’arrivait encore de râler, mais maman finissait toujours par me convaincre que tout serait mieux dans une nouvelle ville. Que je réussirais à m’y faire des amis.

Cette fois pourtant, c’est elle qui s’est opposée au déménagement. Il aura quand même lieu, bien sûr, mais hier soir, alors que j’étais couché, je les ai entendus se disputer. Et je n’y ai rien compris.

Il y a beaucoup de choses que je ne comprends pas ; ma famille n’est pas des plus transparentes. Cependant, que de tous les arguments possibles, maman crie que « c’est trop près »… Non, là, je n’y comprends vraiment rien. Trop près de quoi ? De qui ?

Je n’ai pas entendu le reste de la conversation, comme ils ont baissé le ton, et ça m’intrigue. Je n’ai pas posé la question, ça ne sert à rien, et j’en ai marre d’entendre des mensonges.

À seize ans, j’ai passé l’âge d’avaler tous les bobards que mes parents inventent. Je ne cherche plus à comprendre leurs agissements ou à leur demander des explications. De toute façon, ce sont des as de la dissimulation et du mensonge. En retour, j’ai décidé de ne plus rien leur confier non plus.

Mon père a l’air de s’en foutre pas mal, mais je vois bien que ça pèse à ma mère. Tant pis, la confiance, ça doit être réciproque.

Je sais, ça peut sembler dur, mais j’en ai marre. Quelque chose cloche dans cette famille, et ce n’est pas que le manque de communication. J’en suis conscient depuis des années. Au départ je comprenais qu’on me juge trop jeune pour certains secrets. Mais je crois qu’aux yeux de mes parents, je resterai toujours un bébé. Enfin, surtout aux yeux de ma mère. Mon père, c’est à peine s’il me voit…

Parfois je me demande pourquoi il ne m’aime pas. Si c’est comme pour les enfants et les ados, parce que je suis « bizarre », ou si simplement il n’aime pas les enfants. Parce qu’il est capable d’amour. Il ne le montre que rarement, mais il aime vraiment ma mère.

Tout le monde aime ma mère. Même moi, je ne peux m’empêcher de l’aimer malgré les choses qu’elle me cache. Elle est jolie, gentille, a un rire communicatif… Il émane d’elle une vraie joie de vivre.

Alors pourquoi ai-je tant de mal à m’intégrer, moi ? Les yeux vairons, ça choque au départ, mais ça n’empêche pas de se faire des amis, si ? Enfin, les choses seront peut-être différentes cette fois. Je l’espère vraiment, je suis fatigué d’être seul.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Phil Wayne
Posté le 30/03/2020
Bonjour,
Je souhaite commencer par le négatif, car c'est toujours le moins agréable. En finissant par le positif, j'ai la garantie que celui qui lira ce commentaire sourira au moins à la fin.
Tout d'abord, je trouve ton chapitre un peu brouillon. Ce n'est probablement que moi mais je sais que cet effet est souvent dû au fait que le texte n'est pas justifié (personnellement j'aime mieux, ça fait plus propre).
Ensuite, je crois que tu peux réduire ou étoffer certaines phrases. Prenons l'exemple de cette phrase ''Devoir réapprendre toutes ces petites habitudes quotidiennes, s’éloigner de ses amis. Il faut trouver une nouvelle école, s’y intégrer…'' => Tu peux la faire en une. C'est une énumération, le lecteur comprendra qu'elle soit longue. De mon point de vue, tourner ces deux phrases ainsi donne un effet de lourdeur (mais ce n'est que mon opinion).
J'ai relevé que tu utilises ''ça'' plutôt que ''cela''. Je suppose que c'est un choix et non une erreur pour rendre la voix du narrateur plus vivante. Si tel est le cas, that's nice.
J'ai une dernière suggestion (critique aussi, désolé) : je ne comprends pas très bien l'intérêt de tes paragraphes. Je m'explique. Les paragraphes c'est super, ça fait aéré, ça isole les idées. In a word : awesome. Cependant, je ne saisis pas bien quelles idées tu veux mettre en avant dans chaque paragraphe. Certains pourraient être fusionnés, ou tu pourrais séparer à d'autres endroits ?
Tu peux aussi développer davantage tes descriptions, si tu le souhaites. Autrement j'ai beaucoup de travail de remplissage à faire en tant que lecteur (ce qui peut être bien, mais faut que ce soit volontaire de ta part)
Pour le positif : je suis quelqu'un de très picky (#difficile), donc ne te formalise pas de mes commentaires. J'espère simplement qu'ils te donneront des idées. J'aime l'idée du déménagement. Tu gères globalement bien le thème en transmettant bien la psychologie de ton personnage. Tu poses aussi pas mal de questions, ce qui a tendance à capter ma curiosité. Dernière note positive, j'ai lu ton chapitre en entier et m'interroge quant à lire la suite. Au risque de me répéter, je suis difficile. J'espère sincérement que tu continueras à écrire, car tu as du potentiel. Bon courage ! :)
Mart
Posté le 30/03/2020
Rebonjour Phil,

Merci pour ton commentaire ! Je ne me formalise absolument pas des aspects négatifs que tu soulèves. Au contraire ! Ton avis (notamment pour ce qui est du manque de descriptions) rejoint d'autres avis, et je vais certainement en tenir compte !
J'éprouve encore une certaine difficulté à doser correctement les descriptions dans les récits "à la première personne", comme si écrire depuis le point de vue d'un personnage me permettait de l'écrire que ce qu'il remarque plutôt que d'y inclure des choses qu'il voit, entend, etc. Autrement dit : j'ai parfois du mal à briser le flot de pensée au profit d'informations extra-narratives utiles au lecteur.
Je vais de suite remettre le texte en justifié (cela saute au moment de transférer le texte ici), ce sera plus agréable à lire en effet. Merci d'avoir fait la remarque.
J'irai également revoir le découpage en paragraphes. Je ne l'ai pas trouvé aisé ici, mais j'avoue ne pas être revenu dessus après mon premier choix...

Merci pour toutes ces remarques utiles, et peut-être à une prochaine fois ! Il y a plein de textes à découvrir par ici, je ne t'en voudrai certainement pas de ne pas me réserver l'entièreté de ton attention.
Au plaisir de te lire !
Flammy
Posté le 20/02/2020
Coucou !

Oh, c'est vraiment touchant les pensées et les sentiments du narrateur comme ça ! On sent qu'il en a marre, qu'il est blasé par beaucoup de chose, qu'il déteste sa situation (tout en étant résigné), mais qu'il ne peut pas s'empêcher d'espérer, et j'ai trouvé ça très joli <3

Bon, clairement, les déménagements sont louches, ils fuient quelque chose, mais quoi ? ET pourquoi le père, alors qu'il fait tout ses déménagements pour je le pense une bonne réponse aime si peu son fils. S'il l'aime pas, il peut pas juste l'abandonner et arrêter de déménager ? ='D La vie serait plus simple pour lui.

En tout cas, même si comme situation de début, c'est un peu un classique le déménagement, ça soulève pleins de questions et ça intrigue, c'est cool !

Pluchouille zoubouille !
Mart
Posté le 20/02/2020
Salut Flamiche !

Mooh, ton petit coeur a battu pour mon petit protagoniste ? Content que ça t'ait plu :)

J'aime beaucoup tes hypothèses ! Il y a du juste là-dedans, mais ça va, tu n'as pas tout deviné, je peux espérer te surprendre quand même ^^'.

Ouais, avant je ne parlais pas des déménagements, et je me suis rendu compte que ça rendait tout assez illogique, du coup, même si ça ne fait pas très original, ça a au moins le mérite de faire une bonne introduction ^w^'.

Pluchouille zoubouille !
Renarde
Posté le 12/01/2020
Coucou Mart,

Un dernier petit chapitre avant d'aller au lit (j'ai craqué...).

Et bien, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il ne respire pas le bonheur Greg ! Et cela se comprend...

Le chapitre a beau être court, tu arrives à glisser un paquet d'infos sans que cela fasse lourd : les nombreux déménagements inexpliqués, l'attitude étrange du père, les secrets. Il y a quelque chose d'anormale dans cette famille, mais à ce stade du récit, cela pourrait être n'importe quoi.

Et Greg, qui se ferme à ses parents, qui aimerait avoir des amis et qui n'y arrive pas. Il fait vraiment mal au cœur dans le dernier paragraphe :-(
Mart
Posté le 13/01/2020
Coucou Renarde !
Non, clairement, ce n'est pas le garçon le plus heureux au monde... Je me demande si ta pitié va survivre aux prochains chapitres.
Je me demande ce que tu vas penser de mon deuxième narrateur et les différentes interactions.
Il faut vraiment que j'écrive la suite !
Merci pour ton commentaire, tu m'as redonné la pêche là ! (Dommage que moi aussi je vais dormir, là x) )

Bonne nuit !
Vous lisez