0. La légende des lumières qui s'allument

Notes de l’auteur : Bonjour à tous !
Bienvenue sur ma nouvelle histoire :)
Elle est en béta-écriture, j'essaye ici de tester de nouvelles choses donc n'hésitez pas à me faire un retour. Je suis toute ouïe !

Quand on y repense aujourd'hui, les choses devaient probablement se passer comme ça.

L'humanité vit avec cette fausse idée, cette illusion, et ce depuis la nuit des temps, d'avoir le choix de ce qui doit se passer ou non. La réalité, c'est que tout est déjà couru d'avance. Qu'on ne rencontre personne par hasard, qu'on n'agit jamais de son propre chef. La réalité, c'est que le monde dans lequel on vit agit sur nous, c'est lui qui nous pousse à faire les choses de cette façon et non l'inverse. C'est écrit en nous, depuis notre naissance.

C'est humain de ne pas envisager les choses de cette manière, quoi de plus horrible que de se dire que, finalement, nous n'avons pas même le droit de choisir ? Alors, si certains ont décidé de se voiler totalement la face, d'autres ont mis cela sur le dos de multiples croyances, de divinités diverses, ou de légendes.

Un jour, son père lui avait raconté cette histoire. L'histoire des lumières qui s'allument. Elle n'y avait pas compris grand-chose à l'époque. Elle savait juste qu'ils étaient tous les deux, là, à regarder les étoiles, jusqu'à ce qu'il lui posa cette question :

-T'ai-je déjà parlé de la légende des âmes lumières ?

Aucun mot n'était sorti de sa bouche. Elle était bien trop occupée à surveiller les étoiles filantes qui devaient apparaître d'un instant à l'autre. Mais ces mots avaient toutefois attirés son attention. Elle sentait arriver un de ces merveilleux moments qu'elle partageait avec lui. Ce moment où rien d'autres qu'eux existaient...Et leur vision parfois farfelue du monde.

-On raconte que nous ne sommes que des ombres, mon enfant. Lorsque l'on naît, il n'y a pas une once de lumière en nous.

- Ce qui est vrai, on ne brille pas la nuit.

Il rit d'un rire franc. L'innocence était si touchante.

- Ce que je veux dire, c'est que lorsque l'on naît, la vie n'a aucune valeur pour nous. Tu comprends ? On est là sans vraiment savoir pourquoi.

- Parce que papa et maman ont voulu qu'on soit là ?

- Évidemment, c'est d'ailleurs grâce à eux que les premières lumières s'allument. Celles de la vie, des choses qui nous entourent. C'est à ce moment-là que l'esprit s'illumine. Lorsque tu grandis, tu découvres des choses qui te permettent d'allumer une à une les lumières de ton âme.

Ses yeux pétillaient, pas de doute pour elle que papa, lui, brillait de mille feux.

- Mais il y a une lueur, qui elle, est bien plus difficile à faire briller.

L'enfant le regardait, pendue à ses lèvres, à attendre la suite de son histoire.

- Laquelle ?

- Elle n'a pas de nom, car rien, absolument rien ne peut la définir.

Silence absolu.

-On peut savoir comment, alors, que c'est celle-là ? Je veux dire, je sais ce qu'est une étoile, car je connais la définition, je sais reconnaître un animal grâce à ça. Comment savoir si on ne sait pas mettre de mot ?

- Hé bien, comme je te l'ai dit, ce sont les choses autour de toi qui allument les lumières, mais aussi les gens qui t'entourent et que tu rencontreras dans ta vie. Cette lumière-là, il n'y a qu'une personne au monde qui puisse l'allumer pour toi.

Pas de doute désormais que les étoiles étaient devenues le cadet de ses soucis.

- D'accord, c'est qui ?

Quelle spontanéité ! Cette fille était bien la sienne, pas de doute là-dessus. D'ailleurs il suffisait de la regarder pour le savoir.

- Je ne peux pas te le dire, car je ne le sais pas et personne ne le sait. Pas même cette dites personne.

L'enfant était inondée de questions.

- Okay, c'est perdu d'avance.

- Tu te trompes, crois-moi, tu la rencontreras un jour, car rien n'est un hasard. Je te l'ai déjà expliqué ça, non ?

Silence.

- Tu ne t'en rendras peut-être pas compte tout de suite, il faudra peut-être du temps, beaucoup de temps même. Mais lorsque tu la toucheras, ou que cette personne te touchera, crois-moi, tu sauras que c'est cette lumière-là qui s'est allumée en toi. Et c'est ce qu'on appelle les âmes lumières. Car elle n'allumera pas seulement cette lumière si rare, si exceptionnelle, mais cette personne allumera toutes les autres.

Et dans l'obscurité et le froid d'un hiver particulièrement difficile, ils en restèrent là, car les étoiles venaient d'apparaître dans le ciel. Elle aurait voulu lui demander plein d'autres choses. Par exemple, si lui avait vu son âme lumière, si sa lumière avait été allumée et comment il l'avait su. Mais, emportée, par l'euphorie du spectacle qui s'offrait à eux, elle se disait alors qu'elle aurait tout le temps plus tard de lui demander tout ce qui trottait dans sa tête.

Et cela aussi, c'était une triste illusion.

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
MayaAubray
Posté le 15/05/2021
Hello,
J'aime beaucoup ce premier chapitre très touchant et poétique. La philosophie présente m'a beaucoup marquée et surtout le style d'écriture, la fillette est attachante et je me demande si c'est bien elle l'héroïne de l'histoire :D
D'ailleurs, ton résumé m'a beaucoup intrigué, je trouve ça osé d'écrire politique ^^
Ceci dit, le "okay" contraste un peu trop avec l'enfant, mieux v
MayaAubray
Posté le 15/05/2021
vaut dire "d'accord"
Bonne continuation !
DocteurK
Posté le 26/02/2021
Hey ! J'ai beaucoup ce premier chapitre, très poétique. Il y a sûrement des métaphores que j'ai loupées, mais je ne suis pas doué(e) pour les reconnaître. ^^'
Juste une petite coquille : "Okay, c'est perdu d'avance." Le Okay passerait crème en anglais, mais en français, ça sonne étrange. J'aurais plutôt mis "OK" ou "D'accord".
Enaelyork
Posté le 26/02/2021
Coucou !
Merci pour ton commentaire et merci pour ta correction. N'hésite pas si tu en vois d'autres au fil de ta lecture =)
DocteurK
Posté le 26/02/2021
ça marche ! après, je suis pas experte, mais je ferai de mon mieux. :)
Vous lisez