***

Par itchane


*

 
Dans le même temps

 

Lotre testa la solidité du raccommodage et, satisfaite, coupa le fil avec ses dents puis commença à ranger ses affaires. Ses genoux commençaient à lui faire un peu mal, posés à même le pavé de la cour.
De son côté, Prince arrivait aussi au bout de sa réparation. La poignée de la valise s’ornait maintenant d’un morceau de bois en renfort, attaché solidement par de nombreux tours d’un ruban de cuir et de raphia. C’était peu esthétique, mais semblait suffisamment solide pour tenir quelques jours.
Ils rendirent le bagage ainsi recousu et rafistolé à leurs propriétaires.

— C’est pas du grand art mais il est encore temps pour attraper votre train ! annonça-t-il triomphant aux quatre seniors qui avait suivi les opérations affolés et contrits.

Ils s’épanchèrent en remerciements et excuses puis repartirent pour leur excursion mensuelle aussi vite que leurs articulations le leur permettaient, comparant compulsivement leur montre et leur horaire de départ.
Le quatuor s’avança dans la gorge et fut avalé par l’ombre du porche, avant de disparaître dans la lumière du dehors.

— Ils nous réservent toujours quelques choses ceux-là, se moqua Prince à voix haute une fois le groupe partit.

Il se tourna vers Lotre.
— Merci pour ton aide. Autant pour la bricole je me débrouille mais alors la couture…
— De rien, répondit Lotre qui s’était relevée.
Ses genoux, rougis, la remercièrent d’un soulagement diffus.
— J’espère que ça tiendra… s’inquiéta-t-elle.
— Pour deux jours oui ! Et même deux ans au moins pour la couture, puisque c’est toi qui l’as faite, ajouta-t-il accompagné d’un clin d’œil.
Lotre lui sourit, le remerciant intérieurement pour ce compliment doux à entendre, mais qu’elle peinait pourtant à recevoir.
— Ho, la couture, ce n’est vraiment pas le plus difficile, finit-elle par répondre en évitant son regard.

Elle prit congé dans la foulée pour ne pas le mettre dans l’embarras de devoir trouver une réponse.

Se dirigeant vers les briques, elle aperçut la liseuse toujours posée contre le mur du bâtiment et découvrit, en hauteur, le visage de sa sœur dans l’encadrement de fenêtre de leur appartement ; elle avait suivi les événements de haut. Sa tête et ses bras croisés sur la rambarde se découpaient entre les cactus et les plantes vertes qui envahissaient l’appui.
Lotre lui lança un sourire ironique en montrant d’un geste son matériel à couture, Lune y répondit avec douceur, avant de disparaître dans l’ombre de leur atelier.

Pour la rejoindre, la couturière emprunta l’escalier de pierre accroché au mur écarlate. Il montait directement à leur palier par l’extérieur, voie d’accès privée fort jalousée.
Après quelques marches, elle se pencha par-dessus la rambarde pour observer la liseuse du dessus. Elles avaient en commun le goût de la lecture et Lotre voulut lui demander dans quel roman elle était ainsi plongée.
Mais alors que sa demande allait tout juste être formulée, son regard fut soudain attiré ailleurs, interrompant sa question.
Il y avait un scintillement étrange au pied de l’un des barreaux de fer noir de la balustrade.
Son cœur se serra en reconnaissant le tout petit bateau de papier qui y était posé. Le souffle court, elle le saisit prudemment.

Faite d'une unique feuille d’or repliée naïvement sur elle-même, la minuscule et enfantine embarcation tenait dans la paume de sa main. La lumière du jour se reflétait sur ses facettes alors que Lotre la retournait entre ses doigts.

Un de plus.

Ce n'était pas le premier bateau de papier à s'ensabler sur son chemin. Elle avait trouvé le premier sur le rebord extérieur de sa fenêtre, un jour qu’elle venait arroser les petites plantes qu’elle y entretenait chaque jour avec soin. Il attendait discrètement d’être repéré au pied du cactus, un peu en retrait de son pot de terre. N’était le rayon de soleil venu l'animer, elle aurait pu passer à côté sans le repérer. Amusée, elle l’avait ramassé, posé près de la lampe sur son atelier, puis le temps était passé. Mais alors que le mystère allait bientôt se faire oublier, un autre bateau doré s’était présenté sur les marches de son escalier et un autre encore s’était illuminé à son passage quelques temps après, posé en équilibre sur la rambarde de son palier. Elle les avait chacun ramassés et conservés, les avait alignés en attente qu’une explication, qu’une clé, lui soit donné.

Un rébus de papier prenait ainsi forme sur le bord de son bureau, énigme en file indienne de navires échoués. À chaque nouvelle apparition, un lien se renforçait, car le plus étrange était que ces minutieux pliages ne se révélaient que sous ses yeux à elle, Lotre. Jamais sa sœur n’en avait trouvé ni aucun autre habitant du quartier. Elle referma doucement sa main sur le mystérieux présent et, cœur battant, se tourna vers l’appartement de Saul. Rien ne bougeait. Pas de reflet à sa fenêtre, aucun mouvement à sa porte.

 


*


Juste après.

 

Mamé était restée dans sa cuisine. Elle avait bien entendu le raffut provoqué par le départ mouvementé des seniors, mais voyant par sa fenêtre Lotre et Prince sur le coup, elle ne se sentit pas de rejoindre le micro-spectacle.
Elle ne s’était toujours pas remise de l’étrange et douloureuse apparition. Elle savait qu’il serait préférable de reprendre une activité qui lui occuperait l’esprit, ou au contraire de monter se reposer un peu, plutôt que de rester debout ainsi à contempler le vide. Mais l'énergie lui manquait.
— Tout va bien Mamé ?
Elle sursauta. Dans l’entrée de sa cuisine se tenait Frank, elle ne l’avait même pas entendu entrer. Il semblait un peu agité, ce qui ne lui ressemblait pas. 
— Mais oui Frank, et toi ? Tout va bien ?
— Heu. Oui, oui. Mais toi, tu es sûre que tout va bien ?
— Oui, oui, tout va bien, c’est que…, je suis un peu fatiguée je crois. Les préparatifs tout ça, ajouta-t-elle pour s’excuser de son état.
— Tu as besoin d’aide ? Pour quoi que ce soit ?
— Non, non, j’arrête pour aujourd’hui, c’est encore le mieux. Il n’y a plus grand-chose à faire de toute façon.

Mamé s’assit finalement à table et jeta malgré elle un regard de plus vers la fenêtre.
Frank, un peu étonné, suivit ce regard. Il n’y avait, bien entendu, rien à voir de ce côté qu’il put comprendre.
Mamé feint la désinvolture en chassant l’air de sa main et tenta de revenir à la conversation.
— Et toi, tu es sûr que tout va bien ?
Elle était fatiguée et s’en voulu de se sentir, malgré elle, un peu irritée.
Frank, qui n’était déjà pas très doué pour la conversation d’ordinaire, semblait un peu désemparé. Mais Mamé n’avait pas la force de faire l’effort pour deux. Il l’avait rejoint à table et les deux se trouvaient ainsi immobiles face à face, leur discussion en suspension, tendue en équilibre au-dessus de la table.
Le regard de Mamé se perdit une fois de plus vers la fenêtre et Frank la surprit de nouveau en reprenant :
— Tout va bien, je voulais juste m’assurer que tu n’avais pas besoin d’aide. Mais je vois que tu as déjà tout sous contrôle, comme chaque année.
—  Je commence à prendre le pli, depuis le temps, lui répondit Mamé qui tenta de sourire.
— Quel remue-ménage à l’instant dans la cour. Tout s’est bien terminé ? demanda Frank soudain inspiré pour lancer un sujet.
— Ho, soupira-t-elle en levant ironiquement les yeux au ciel. Les seniors partent encore en voyage.
— À la mer, acquiesça Frank.
— Oui, voilà, à la mer cette fois. Une de leurs valises a craqué à deux pas du porche, réparée et recousue à temps par Prince et Lotre.
— Bon, tout s’est arrangé alors.
— Comme toujours ! lança Mamé.

Un silence avait suivi, le sujet était vite retombé. Frank ne savait manifestement plus comment relancer l’échange et las de ne pas trouver de porte d’entrée, il se résolu à se lever.

— Je vais te laisser. Prends soin de toi.
— Oui, oui, merci Frank.

Le vieil homme s’était dirigé vers le couloir et avait passé la porte de deux pas quand Mamé eut un remord :
— Franck, vraiment, tout va bien ? Tu avais quelque chose à me dire ?
— Non, non. Tout va bien Mamé. Ce n’est vraiment rien. Repose-toi bien.



*

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Sorryf
Posté le 20/11/2019
Quelle jolie histoire ! Je me suis laissée emporter dans ton ambiance douce, un peu magique, dans ton écriture tout aussi magique !
Ces 4 chapitres m'ont fait rêver, et aussi ils m'ont mise de bonne humeur pourtant ce n'est pas spécialement joyeux... c'est au contraire un peu mélancolique. En tout cas bravo !
J'adore les noms des personnages, notamment Lune et Lotre, tellement bien trouvé ! Lotre est un personnage que j'aime déjà beaucoup, les petits bateaux qu'elle est la seule a trouver m'ont fait chaud au coeur !
Un autre qui m'intrigue énormément c'est le petit blond maigrichon qui traine avec Raphaël et dont personne n'a l'air de connaitre le nom.
La fontaine sans fond, et la remarque comme quoi l'eau devrait passer de l'autre côté... la sirène qui exauce les voeux... ce moment en italique bizarre ou un garçon meurt de soif juste avant d'arriver a la fontaine... Mamé qui attend son fils... trop de moments oniriques, touchants.
Heureusement que je n'avais pas lu miroirs d'eau avant l'IRL sinon je t'aurais harcelée de questions :D ! tu n'y couperas pas à la prochaine !
La suite est prévue pour quand ? Elle est déjà écrite ?
itchane
Posté le 22/11/2019
Hello Sorryf !

Ho, merci d'être passée, d'avoir lu et commenté ♥
Merci aussi pour tous ces compliments qui me font énormément plaisir, cela me motive grave pour la suite ; )

Haha, tant mieux si tu te poses des questions, c'est un peu le but, par contre on verra si j'y réponds : P

Pour la suite, j'ai fini d'écrire le premier jet de toute cette première partie qui comportera 11 chapitres (je crois ^^" ), et je planche en ce moment - depuis bien trop longtemps d'ailleurs !! - sur le plan de la seconde et dernière partie, que je n'ai donc pas encore commencé à écrire du tout...

À très bientôt IRL ! ♥
Joke
Posté le 30/10/2019
C'est trop bien!!!!!!!!!!
Ces petits bateaux de papier d'or, oh la la!
Je les visualisais complètement.
Les dialogues timides et toujours un peu hésitants de tous les habitants de ce lieu, comme s'ils étaient à la fois intimes et familiers, et distants les uns des autres.
Oui en fait c'est ça, on les sent à la fois liés et à la fois tous en proie à une très grande solitude.
Mais on sent aussi que cette solitude pourrait être résolue, qu'elle n'est peut-être que temporaire, que quelque chose, justement, au milieu de cet immobilisme, est en train de changer..
Bref c'est très touchant!
Vite, la suite!
itchane
Posté le 02/11/2019
Re coucou ! : )

C'est vrai qu'il y a une forme d'immobilisme, je suis contente si cela se ressent de façon positive et non pas par l'ennui. Et si tu sens aussi que les choses bougent l'air de rien alors j'en suis d'autant plus heureuse ^^

Je rentre de vacances ce we, je posterai la suite sans doute lundi ^^
Par contre je n'ai quasi pas avancé sur mon plan de la suite, mon avance sur la publication se réduit donc de plus en plus argh x'D

Merci toujours autant Joke ! <3
Keina
Posté le 29/10/2019
Coucou ! J'ai commencé à lire Miroirs d'eau et ouah, j'adore ! <3 J'adore cette atmosphère étrange et intimiste, dans ce petit village où tous les personnages ne sont pas ce qu'ils semblent être... Et puis ce puits sans fond au milieu, avec l'intrusion (peut-être?) d'une pointe de fantasy quand tu évoques l'autre lieu, comme un "envers" à ce puits...
Et tes personnages ! Déjà, tous les noms sont super, ils évoquent plein de choses, et tu arrives admirablement à décrire leurs petites manies, leurs étrangetés et leur spécificité ! Mention particulière pour Lune et Lotre... :) La suite, please !
itchane
Posté le 30/10/2019
Hello Keina,

Merci pour ta lecture et ton commentaire !
Ouf, ça me rassure énormément de le lire car tu as avancé dans les premières chapitres alors que plusieurs étaient déjà postés et tu ne t'es apparemment pas ennuyée malgré le manque général de véritable action xD
Tout ce que tu me dis est vraiment très gentil, je suis ravie que cela te plaise, j'espère ne pas te décevoir par la suite ! : )
Des bises ♥
Stella
Posté le 25/10/2019
Coucou
Le chapitre avant les cerises continue et l'exposition de ton histoire se déroule comme une belle pelote de laine.
La lecture donne toujours envie d'être poursuivie. Quel est vraiment ce monde (ces mondes) et ces personnages et leurs variantes apparentées à chaque réalité ? Ta narration chirurgicale m'insite à m' attacher et m'interroger sur chaque phrase. Mais peut être que je surinterprête parfois où que je pars sur de mauvaises pistes. C'est ma seule appréhension à ce stade.
La dernière partie Mamé Franck est peut-être trop nébuleuse. On aimerait bien savoir un peu ce qui inquiète Franck. Je suppose que ça arrive juste après... Tu as pensé à réintégrer cette partie à la suite ?
aussi vite que leurs articulations le leur permettaient>j'adore
Le quatuor s’avança dans la gorge>qu'elle gorge ? Bon exemple de ce que je disais plus haut. là je les imagine prendre un tunnel mystérieux pour je ne sais où et après ils est dit qu'ils vont à la mer. C'est le genre d'effet kiss cool que produit ton histoire sur moi.
et, cœur battant, *le cœur battant
leur discussion en suspension, tendue en équilibre au-dessus de la table.>j'adore
Des bisous étoilés
itchane
Posté le 27/10/2019
Hello Stella !

Merci d'être toujours là ^^
J'espère que la pelote se déroule de façon encore intéressante malgré les méandres, c'est vrai qu'à ce stade, comme l'a noté Liné, on peut se demander ce que je veux raconter.
Pour la sur-interprétation, avec moi on a toujours raison de le faire haha ^^"
Mais pour la gorge spécifiquement, il est normal que la référence te manque car j'ai changé cela dans les premiers chapitres suite à ta remarque sur les points cardinaux. Maintenant le bâtiment sud s'appelle "la gorge" et je le présente comme tel dans les premières scènes qui ont donc changées après ton passage sur ce point ^^
Les éventuels nouveaux lecteurs pourront me dire si ça fonctionne ou pas avec cette nouvelle nomenclature : )

Pour le mystère Frank, oui ce sera un élément important. Je prends le risque de digresser une dernière fois dans le prochain chapitre (mais avec une grosse révélation tout de même normalement : P ) et ensuite on arrivera - enfin - sur Frank. J'ai modifié l'ordre de narration tellement de fois maintenant que chaque nouvelle combinaison est un test de plus, celle que je présente ici n'est apparemment pas encore la meilleure mais je la trouvais au moins "présentable". En fonction des retours, je vais sûrement tout réorganiser encore x'D

Merci énormément de ta lecture et de ton retour ! ♥
Liné
Posté le 24/10/2019
Le mystère s'épaissit, avec cette ambiance minutieuse, pointilliste, toute en "gouttes" (... je me comprends). Et paradoxalement, on ne sait pas vraiment autour de quoi tourne le mystère. Un peu comme si on attendait la réponse à une question qu'on ne s'était pas posée. Ça attire ma curiosité mais peut-être que d'autres lecteurs.trices auraient à ce stade besoin d'un fil conducteur ? (à voir, hein !) D'autant qu'avec ce chapitre ci, assez court, on s'éloigne un peu du puits.

Autre chose, je sais que tu "joues" avec les différentes temporalités. Et je me demandais si l'emploi des temps du passé, plutôt que du présent, avait une signification particulière ?

En tout cas, ta plume m'enchante toujours autant et j'ai hâte de voir où tu nous emmènes ! :-D
itchane
Posté le 24/10/2019
Hello Liné !

Ah voilà, arrive le moment fatidique où on se demande où je veux en venir ^^"
C'était ce que je craignais un peu. Normalement les "vraies" questions arrivent dans peu de temps mais j'ai conscience que c'est déjà très long... : /
J'ai envoyé le texte en BL à Dan, peut-être qu'une lecture d'un coup plutôt qu'en prépublication sur PA permettra de me donner la réponse à la question : est-ce que ça démarre vraiment trop lentement ou pas ?
En tout cas tu confirmes mes doutes, à ce stade je commence à vraiment beaucoup tirer sur la corde et tous les lecteurs ne me suivront peut-être pas : /

Je vais attendre un peu les retours des uns et des autres, notamment une fois le chapitre suivant posté, mais j'ai conscience qu'il va peut-être falloir me résigner à revoir le démarrage général ^^"

Pour le choix du temps utilisé, oui je me suis posé la question aussi. Je crains que la raison du choix du passé ne soit pas très intellectuelle, c'est surtout que j'ai écrit mes deux nouvelles précédentes au présent et j'avais envie de me confronter à une narration plus "classique" qui se rapproche de celui des contes, en mode "il était une fois" et donc au passé... mais c'est peut-être un peu léger comme argument je m'en rends compte maintenant x'D

Merci beaucoup de ton commentaire qui soulève LE point sur lequel j'ai le plus de doutes, il me permet de déterminer le moment où ça bascule. Si je veux changer un truc il faudrait donc que ce soit à peu près vers ce chapitre-là, au moment où le récit se détend un peu trop peut-être ^^"

Merci Liné ! ♥
Vous lisez